ALIMENTATION CANINE : comment passer au régime BARF

Alimentation canine : c’est le problème essentiel de la santé et du bien-être de votre chien. Beaucoup trop souvent, l’alimentation canine se résume à la nourriture fabriquée industriellement telles que croquettes ou boîtes. Pourtant, il est facile d’améliorer considérablement la condition de vie de votre ami en le nourrissant au régime BARF. Voir notre article en cliquant sur « Nourriture BARF ou croquette ? Comment bien nourrir son chien ? »

Beaucoup de maîtres craignent de passer à la ration BARF la plupart du temps à cause d’idées erronées propagées par les fabricants de nourritures industrielles. Nous abordons ici le passage au régime BARF afin de balayer vos craintes à ce sujet.

Le passage au régime BARF se fait normalement rapidement et sans problème. Quelquefois cependant, des précautions sont à observer et une transition en douceur sur plusieurs semaines peut être nécessaire . C’est ce que nous expliquons ci-dessous.

Note

Ne pas oublier qu’en règle générale, pour tout chien en bonne santé, les deux plus importants facteurs qui lui feront changer de nourriture est qu’il reconnaisse que ces nouveaux ingrédients servent à le nourrir et qu’il ait faim. Un chien qui n’a pas faim n’a aucune motivation de changer de nourriture.

 

Alimentation canine : pourquoi passer au BARF ?

Le régime BARF n’utilise que des aliments naturels, non traités industriellement, la plupart d’entre eux restent crus avec tous les nutriments qu’ils contiennent naturellement intacts. D’autre part, le chien est toujours un carnivore depuis la nuit des temps. Il n’est considéré omnivore que depuis une trentaine d’années pour plaire aux fabricants de croquettes et de viandes en boîte.

L’alimentation canine BARF est totalement adaptée aux besoins morphologiques , au fonctionnement du système digestif et aux besoins du chien. Ce n’est pas le cas des alimentations industrialisées qui se présentent sous la forme de croquettes ou autres aliments « manipulés » en laboratoire, bourrées d’additifs et autres conservateurs. (Voir article Croquettes – en cours)  Ce régime artificiel a des conséquences immédiates sur la santé de votre ami et diminue sa longévité. Les hommes sont en train de faire leur révolution en matière d’alimentation. Suite aux ravages de la « mal bouffe » sur leur santé, les humains se tournent ver le bio, les aliments naturels, l’hygiène nutritionnelle adaptée à leur vrai nature. Votre chien est soumis aux mêmes problèmes. Il est temps de lui apporter à lui aussi, de vraies solutions.

 

Les précautions à prendre pour passer sans difficulté du régime « croquettes » au BARF

Il faut tout d’abord savoir que le système digestif du chien est assez lent pour s’adapter à un nouveau régime (Intestin court) et « générer » de nouvelles bactéries digestives. Il faut aussi prendre en compte l’âge, son attitude envers de nouvelles nourritures et la santé de votre chien. C’est pourquoi le passage du menu « croquettes » au BARF doit se faire en suivant quelques règles simples.

 

Alimentation canine - Système digestif chien

 

Le jeûne de un ou deux jours (Si possible) avant de passer au BARF est fortement recommandé dans tous les cas, afin que l’appareil digestif du chien se vide.

 

Passage au BARF : cas particulier du chien adulte en bonne santé

Alimentation canine - Chien en bonne santéLe changement de type de nourriture apportera des changements importants dans le système digestif de votre chien. Les précautions à prendre sont les suivantes :

  • Il est recommandé de faire jeûner votre chien un ou deux jours avant de commencer.  Son appareil digestif sera alors vidé. Cela évitera des fermentations possibles et autres troubles digestifs immédiats. Ne soyez pas inquiet : un chien peut jeûner 3 jours ou plus sans difficulté (Record à ne pas imiter : un chien s’est passé de nourriture pendant 6 semaines – Il faut dire qu’il était obèse !)
  • Les tous premiers jours, donnez des aliments assez légers, sans os. Servir viande, légumes et fruits séparément. Commencez à introduire des os progressivement (Voir calculateur pour la quantité d’os en régime normal en cliquant sur : « Ration BARF : comment équilibrer le menu de votre chien ?« )
  • Cuire légèrement les légumes ou les cuire à la vapeur pour un chien à la digestion « délicate ». Limitez vous à de la viande blanche (Dinde, poulet, agneau)
  • Éventuellement, fractionnez les portions en plusieurs petits repas.

La flore intestinale sera plus facilement reconstituée avec un peu de panse verte (Non nettoyée).

 

Alimention canine : ne pas mélanger des aliments tout prêts avec des aliments crus

Ce n’est vraiment pas une bonne idée de faire ce mélange d’alimentation canine. Certains maîtres le font, souvent « par peur des carences ». Cela est totalement impossible, une carence n’arrive pas en quelques jours. S’il y a carence, elle existait « avant ».

A l’inverse, ce qui est connu et vérifié, c’est que l’alimentation canine faite d’aliments industriels est beaucoup plus longue à digérer que les aliments crus. Si vous les donnez en même temps vous pourrez provoquer des ballonnements, une constipation sévère et d’autres troubles digestifs, voire même une torsion d’estomac (Ce qui est grave – voir le vétérinaire).

Cependant, si vous désirez quand même donner les deux types d’aliments, il est important de ne pas les servir aux mêmes repas. Les aliments industriels « tout prêts » à digestion lente le matin, les aliments crus le soir. Vous ne devez pas simplement ajouter un repas « aliments crus » à la ration habituelle de votre chien donnée à l’occasion d’un autre repas. Vous devez au contraire diminuer nettement la part d’aliments tout prêts en même temps que vous introduisez le repas « aliments crus ». Pour être exact, la diminution de la part d’aliments habituels doit être telle qu’elle provoque « un manque » à votre chien. La « fringale » que votre chien ressentira à son repas du soir, ne pourra que faciliter l’introduction de l’alimentation canine du régime BARF, afin de passer progressivement à une part plus grande du BARF jusqu’à supprimer le régime « croquettes ».
 
 

Vaccins : bénéfiques ou dangereux pour votre chien ?

Recevez gratuitement nos recommandations sur les vaccins dans ce dossier complet sur un sujet explosif.

Profitez-en avant qu'il ne soit retiré ! 


 

Transition vers le BARF : que faire avec un chien récalcitrant ?

Cela arrive qu’un chien refuse sa « nouvelle » nourriture, surtout s’il n’a connu une alimentation canine faite d’aliments industriels et en particulier s’il n’est plus tout jeune. Il ne considère pas ces nouvelles rations comme de la nourriture. Dans ce cas, vous aurez 3 possibilités :

  • Introduction graduelle des ingrédients BARF en augmentant progressivement la quantité d’aliments BARF. Votre chien s’habituera progressivement au goût de sa nourriture et en plus son système digestif aura plus de temps pour s’adapter. Ne pas oublier en effet que l’intestin du chien est court, comporte relativement peu de bactéries diverses. La flore intestinale doit « s’ajuster » aux nouveaux aliments. Mais ne jamais mélanger dans le même repas des aliments industriels telles que croquettes par exemple avec les rations BARF. Si cela ne suffit pas, il vous faudra passer au plan B qui suit.
  • Faire jeûner pendant quelques jours, ce qui stimule les petits appétits, nettoie le corps et fait oublier les habitudes. Le chien (comme tous les animaux et les humains) a un fort instinct de survie. Il ne se laissera pas mourir s’il a de la nourriture à portée de museau, même s’il ne l’aime pas.

Phase 1 : commencez par 1 ou 2 jours où vous diminuez les quantités des aliments habituels, en ajoutant si accepté un peu de viande crue, céréales cuites et ou légumes.

Phase 2 : passez ensuite et pour 2 ou 3 jours, à une alimentation liquide uniquement. Eau, jus de légumes et bouillons.

Phase 3 : pendant les 2 ou 3 jours qui suivent, ajoutez au « régime liquide » quelques aliments solides, légumes, œufs, yogourt et petits quantités de viande crue.

Phase 4 : après 1 ou 2 jours supplémentaires, augmentez la quantité de viande, ajouter des céréales progressivement. Faire de même avec les autres ingrédients du menu BARF jusqu’à obtenir les quantités du régime normal BARF. (Voir notre calculateurs en cliquant sur « Débuter BARF : Menu sans jeûne, équilibré sur 7 jours, avec céréales et produits laitiers« ).

  • Faire un compromis. Dans quelques rares cas, des chiens sont vraiment récalcitrants à tout changement. Souvent, cela peut aussi venir du maître qui pense faire souffrir son ami en utilisant une méthode « plus directive ». Dans ce cas, il est mieux pour chacune des parties d’établir un compromis en mélangeant les nouveaux aliments aux anciens, lorsque cela est possible (Ne jamais mélanger une ration de croquettes à une ration BARF dans le même repas – Voir ci-dessus). Très souvent d’ailleurs, il suffit d’ajouter une très petite quantité de l’ancienne recette, « pour le goût et l’odeur ». Quelquefois de saupoudrer avec les « anciens » aliments mixés. Et après quelques temps de ce régime « mixte », diminuez les ajouts jusqu’à les supprimer.

 

Passer au BARF : cas particulier du chien senior

Alimentation canine - Chien âgéLes chiens vivent plus ou moins vieux suivant la race. Le vieillissement du chien dépend aussi beaucoup de ses jeunes années, comment il a été nourri (Aliments tout prêts industriels) et soigné (Sur-vaccination, antibiotiques à répétition, etc.). Bien sûr viennent en compte l’usure normale du corps.

En conséquence, le passage d’une alimentation canine « industrielle » du chien senior au BARF se fait comme un chien adulte mais doit aussi prendre en compte :

  • Son appétence diminuée. Il a moins de nerfs gustatifs, moins de salive, des dents usées ou endommagées, voire manquantes
  • Son intestin plus paresseux et son système immunitaire moins efficace
  • Son surpoids éventuel
  • Ses déficiences pathologiques  rénales et pancréatriques, diabète, tumeurs, affections thyroïdiennes, maladies de peau, affections dentaires, maladies du foie, du cœur,  tumeurs, etc.
  • Son activité plus réduite

Cela ne vous rappelle pas les problèmes des humains vieillissants ?

Cependant, il faut noter que les animaux dans la nature se nourrissent tous de la même façon, quel que soit leur âge. Il faut donc conserver le régime BARF habituel avec cependant de légères adaptations :

  • Diminuer l’apport énergétique, du fait de son activité réduite.  Il suffira de réduire les rations (Voir notre calculateur en cliquant ici)
  • Diminuer la taille des morceaux de viande si le chien a des problèmes dentaires et ne peut plus mâcher correctement.
  • Contrairement à des idées reçues, il ne serait pas approprié de réduire la quantité de protéines car un chien âgé a besoin de davantage de protéines faciles à digérer. Ce qui est le cas du régime cru. Il a été prouvé scientifiquement que les pathologies rénales ne sont ni provoquées, ni aggravées par les protéines.
  • Dans certains cas, il sera recommandé de faire cuire la viande
  • En cas de constipation, diminuer la part d’os, la remplacer par plus de viande (Muscles), de matière grasse et d’abats. Augmenter légèrement les légumes (Fibres). Ne pas utiliser d’os de grosse taille ou quelquefois remplacer par de la poudre d’os en cas de difficulté pour mâcher.
  • Augmenter la quantité de plantes médicinales et herbes aromatiques qui peuvent aussi aider votre chien. Elles peuvent aussi stimuler son métabolisme et soutenir divers organes fatigués.  Elles s’achètent en mélanges de plantes dans le commerce, spécialement pour chiens vieillissants. Mais vous pouvez aussi faire vos propres mélanges, soit en ramassant ces plantes vous-même lors de vos promenades (Aubépines, racine de bardane, prêle, ortie, réglisse, cresson de fontaine, pissenlit, etc.), soit en les achetant séparément. Pour en savoir plus voir sur les plantes voir le site Althea Provence

Note

1/ Un chien senior a besoin de moins de calories mais plus de protéines, sinon ses tissus se dégradent, le système immunitaire également et l’activité enzymatique diminue.  L’idée répandue que d’importantes quantités de protéines provoqueraient des pathologies rénales est un mythe. A maintes reprises des études scientifiques ont systématiquement prouvé que c’était un mythe. Mais il est sûr que les protéines n’ont pas le pouvoir de « réparer » les reins !

2/ En cas de pathologie rénale débutante, il n’est pas recommandé de réduire les apports en protéines. Ce n’est que lorsque les valeurs rénales dépassent un certain seuil qu’il devient nécessaire de diminuer la teneur en phosphore de la nourriture. Un complément de carbonate de calcium peut aider à lier le phosphore au moment de la digestion. Il faut aussi prévoir des compléments de vitamines et d’oligo-éléments car la fonction rénale déficiente réduit leur assimilation. Un chien avec des problèmes rénaux doit boire beaucoup d’eau.

 

Et si votre chien est malade ou en mauvaise santé ? Oui, la transition vers le BARF est possible et même recommandée !

Alimentation canine - Chien maladeBeaucoup de chiens ont des maladies récurrentes tout au long de leur vie et tombent vraiment malades à un âge moyen. Ces chiens à la santé fragile présentent souvent des maladies chroniques traitées à grand renfort de médicaments chimiques lorsqu’ils sont agés.

Le régime BARF pour un chien qui n’est pas en bonne santé s’apparente à celui d’un chien âgé, en prenant en compte la maladie dont il souffre.

Comme pour les chiens âgés, en cas de pathologie rénale, si elle est débutante, il n’est pas recommandé de réduire les apports en protéines. Ce n’est que lorsque les valeurs rénales dépassent un certain seuil qu’il faut diminuer la teneur en phosphore de la nourriture. Son élimination par les reins est perturbée et l’urémie surviendra. Un complément de carbonate de calcium peut aider.

Des compléments de vitamines et d’oligo-éléments sont nécessaires pour compenser la diminution de leur assimilation par des reins malades.

Enfin, il est important qu’un chien malade des reins boive beaucoup.

Le passage au cru apporte d’habitude une nette amélioration de l’état général car il correspond au métabolisme naturel du chien. Le régime canin Barf permet aussi d’adapter précisément la nourriture aux besoins particuliers de votre chien malade. Un conseil d’un naturopathe ou d’un vétérinaire porté sur les méthodes naturelles permet d’ajuster le menu qu’il convient (Voir notre article « Ration BARF : comment équilibrer le menu de votre chien ?« )

Il arrive même assez souvent que les maladies chroniques et/ou handicapantes se stabilisent et quelquefois disparaissent au point d’arrêter les médicaments.

Note

En passant au régime cru, il est fréquent qu’un chien âgé ou souffrant d’une maladie chronique connaisse une nette amélioration de son état. Il est aussi facile d’ajuster son régime à ses besoins particuliers. Vous rapprocher d’un naturopathe ou d’un vétérinaire non hermétique aux bienfaits du régime cru pour définir un régime adapté à votre chien.

 

Le chiot et le régime BARF – Ce n’est pas un problème mais une chance !

Alimentation canine - Chiot et sa gamelleIl n’y a aucune contre-indication à donner une alimentation crue à des chiots. Là encore, c’est ce qui se passe dans la nature « sauvage »avec les jeune loups ou les chiens sauvages d’Australie ou d’ailleurs. Bien sûr, les quantités doivent être ajustées (Voir notre calculateur « Menu Barf sans jeûne et sans céréales« ).

Les éleveurs de chiots qui ont adopté le régime BARF pour leurs chiots, notent que ces chiens grandissent plus lentement, plus régulièrement et en meilleur santé. Ils se montrent aussi plus actifs. Au fil de leur vie, il apparaissent aussi plus résistants, surtout s’ils ont continué à être nourris au régime BARF. Voir notre article à venir sur le BARF pour chiots.

 

Passage au BARF : les  manifestations possibles

Lors de la période de transition du régime canin « croquettes / alimentation industrielle » vers le régime BARF, vous pourrez constater chez votre chien, les manifestations suivantes :

  • La plupart des chiens boivent moins : ne pas oublier que 70 à 90% de la nourriture est de la viande (Os, abats, etc.) qui contient 60 à 70% d’eau, comme le corps humain.
  • Très souvent votre chien « dévorera » sa nourriture, surtout s’il n’est pas le seul chien de la famille. Séparez les chiens au moment du repas. Vous pouvez aussi couper de plus gros morceaux de viande ou d’os afin qu’il ne puisse pas les avaler d’un coup sans les « mâcher ». Ne pas augmenter les quantités.
  • Le chien peut aussi dans un premier temps vomir, être constipé ou au contraire en diarrhée, ou avoir des selles bizarres. Le changement est en effet radical côté digestion et corps tout entier. Il est normal de constater certaines de ces manifestations (Voir ci-dessous)

 

Mon chien vomit pendant la période de transition : que faire ?

Le chien peut vomir au début de l’alimentation canine Barf pour plusieurs raisons.

  • S’il vomit de la mousse blanche, c’est qu’il a bu trop d’eau.
  • Il se peut aussi qu’il vomisse son repas pour le re-manger. Ce n’est pas très appétissant mais ce n’est pas anormal pour un chien. En particulier les chiennes qui vomissent pour alimenter leur chiots.
  • Si votre chien vomit assez souvent au début, il faut prévoir des probiotiques et des enzymes digestives en complément. Son système digestif prend plus de temps pour s’adapter au nouveau régime (Nouvelles bactéries en cours de développement dans l’intestin). Il faut « aider » son intestin.

Note

Mais si votre chien vomit souvent et très violemment tout en buvant ou encore s’il semble avoir mal au ventre, il faut consulter un vétérinaire. Cela n’a rien à voir avec le régime Barf, il s’agit d’une maladie ou d’un parasite.

 

Et les selles de mon chien au commencement du régime BARF ?

La encore, les aliments canins du Barf sont tellement différents des ingrédients et additifs de la nourriture industrielle, que le système digestif doit vraiment se réadapter.  Cela peut éventuellement se manifester au niveau des selles du chien.

  • Les selles sont plus petites. C’est normal. Le chien assimile tout ce qu’il mange car il n’y a pas d’additifs. A l’inverse, les aliments industriels contiennent des « agents de charge », stabilisateurs, arômes artificiels, etc.  à bas coûts. Beaucoup de choses se retrouvent dans les croquettes et autres aliments industriels que leurs fabricants n’aimeraient pas eux-même manger. Sans parler des « horreurs » trouvées suite aux analyses de croquettes. Les plus « appétissantes » sont des « résidus » de céréales diverses et de la pâte de betteraves rouges. Ils ne font que transiter par le tube digestif du chien. Vous les payez pour rien.
  • Les selles sont blanches : s’il mange des os comme indiqué dans le menu Barf, c’est tout à fait normal. Mais si le chien pousse beaucoup pour faire ses besoins, ou si les selles sont blanches en permanence, il convient d’augmenter la part de légumes (Apport de fibres) et de viande (Muscles) et diminuer la part d’os. (Voir notre article en cliquant sur « Ration BARF : comment équilibrer le menu de votre chien ?« )
  • Le chien est constipé. La proportion d’os est trop élevée. Au début, certains chiens ont des difficultés. Outre la diminution des os et l’augmentation de la part de légumes, une solution complémentaire est de lui donner de la chair de courge et de le faire jeûner jusqu’à l’émission de selles. En cas de constipation importante et sans fin, consulter un vétérinaire.
  • Mon chien à la diarrhée. C’est assez fréquent au début. S’il s’agit de selles molles, tout devrait rentrer dans l’ordre lorsque la digestion redeviendra normale. Si au contraire il s’agit de selles liquides persistantes, il faut consulter un vétérinaire. Ce peut être une maladie ou une infestation parasitaire.
  • Les selles peuvent aussi être visqueuses. Les fèces sont recouvertes de mucus : cela fait partie des symptômes de désintoxication. (Voir ci-dessous). Les produits laitiers peuvent aussi donner des selles visqueuses : ne plus en donner pendant quelque temps avant de recommencer. Si ce « phénomène » ne se produit qu’au début du régime Barf ou de temps en temps, cela n’est pas sérieux. Si c’est souvent ou sans arrêt, il faut consulter un vétérinaire. Ce pourrait être une inflammation gastro-intestinale ou une infestation parasitaire.

 

Le régime BARF et le phénomène de désintoxication ?

Les chiens ayant eu une alimentation canine d’origine industrielle (Croquettes et pâtés en boîte) pendant de longues périodes (ou depuis toujours) ont souvent accumulé dans leur organisme, des substances toxiques et additives diverses utilisées pour la fabrication de ces nourritures. Quand le chien passe au régime cru, son organisme élimine progressivement ou plus ou moins rapidement, les poisons accumulés, comme une sorte de désintoxication naturelle.

Cette désintoxication peut se manifester immédiatement au changement de régime ou quelques semaines plus tard (ou jamais d’ailleurs) et durer quelques semaines à quelques mois. Les symptômes courants sont la diarrhée, des selles visqueuses, des démangeaisons, des problèmes de peau, œil ou oreille qui coule, vomissement ou mauvaises odeurs. Quelquefois, ce peut être des vers.

Il est bon de soutenir le système immunitaire du chien dans cette période à l’aide de plantes ou par un traitement homéopathique (Voir nos articles sur les plantes – en cours de rédaction).

Note

Le plus souvent les symptômes de désintoxication sont légers. Si ce n’est pas le cas, il faut faire la différence avec les symptômes d’une maladie sérieuse. Une diarrhée liquide, des vomissements violents et répétés, des selles sanguinolentes en série ou recouvertes en permanence de mucus, ne sont pas les symptômes d’une désintoxication en cours. Il faut voir un vétérinaire car ce peut être un problème grave de maladie du tube digestif.

 

Bibliographie

Je nourris mon chien naturellement – Swanie Simon – Thierry Souccar Editions – 2014
Natural Heath for dogs and cats – Dr Pitcairn – Rodale Editions
Herbal dog care – Dr Kidd – Storey Publishing
Give your dog a bone – Dr Ian Billinghurst – Warrigal Publishing
Work Wonders : Feed Your Dog Raw Meaty Bones – Dr Tom Lonsdale – Rivetco Pty Ltd
Toxic croquettes – Zutta Ziegler – Souccar Editions
Comparaison des rations Barf (Biologically appropried raw food) aux recomandations nutritionnelles du chien sain ou malade -École nationale vétérinaire d’Alfort – Année 2011 – Thèse pour le doctorat vétérinaire présentée par Elise, Jeanne, Aline CAMPAGNOLLE