NOURRITURE BARF ou CROQUETTE ? Comment bien nourrir son chien ?

 

Nourriture Barf contre alimentation « croquettes ». Choix difficile à faire :  alimentation naturelle contre alimentation industrielle « toute prête ». Cet article pour vous aider à choisir en connaissance, la nourriture la plus saine pour votre chien. Bien nourrir son corps n’est pas si facile pour nous humains. Pour preuve les plats tout préparés, les conseils à longueur de médias pour cuisiner une nourriture saine et souligner les conséquences sur notre santé (Obésité et maladies diverses à long terme). Il en est de même pour l’alimentation de votre chien qui aujourd’hui se partage pratiquement entre deux écoles : l’alimentation naturelle et l’alimentation industrielle.
 

Nourriture BARF, alimentation naturelle

Nous abordons dans cet article l’alimentation naturelle appelée BARF (Biologically Appropriate Raw Food ou Bones And Raw Foods).  Il s’agit de nourrir le chien à partir d’ingrédients frais servis crus, tels que viande et abats crus. L’objectif est de rapprocher au mieux, la nourriture de votre chien, de l’alimentation des canidés sauvages tels que le loup. Le chien en est une sous-espèce. L’idée étant que la santé du chien sera d’autant meilleure que la nourriture que le chien ingurgitera correspondra à sa morphologie et au métabolisme de son corps.
 

L’alimentation industrielle

A l’opposé,  il s’agit de l’utilisation de produits industriels « reconstitués » (Compression et ajout de « colles » pour tenir ensemble les composants broyés). De plus ils sont chauffés (Croquettes). Tout cela devient de la nourriture pour chien. La qualité et le « mixe » des constituants  sont maintenant fortement discutés et remis en cause. Le prix  est souvent l’argument principal avancé de son succès. Ce qui conduit les industriels du secteur à utiliser le maximum d’ingrédients de moins en moins chers dits de « complément ». En fait, ils « font du poids ». Mais la qualité nutritionnelle est pour le moins discutable.

Voir notre article sur la composition de la nourriture industrielle (En cours).

Mais avant tout, quel sont le comportement et les capacités alimentaires naturels (et  normaux) du chien ?
 

Votre chien est-il un omnivore ou un carnivore ?

Nourriture barf - Chien carnivore

Le chien est-il un omnivore ou un carnivore ?

Une « école » de pensée vieille de quelques dizaines d’années, essaie de « passer » dans l’esprit du public que le chien est comme les humains, un omnivore. Un omnivore est une espèce animale dont la nature de son système digestif lui permet de se nourrir aussi bien d’aliments végétaux et animaux.

Ceci qui est totalement faux. L’alimentation du chien n’est pas aussi « flexible » que celle de l’homme, sauf à mettre en danger à court, moyen et long terme la santé de votre ami.

En regardant plus attentivement, il apparaît étrangement que  les personnalités qui soutiennent que le chien est un omnivore (ou « quasi-omnivore » comme ils l’écrivent) sont toutes liées aux fabricants de nourriture industrielle en tant que salariés ou conseillers. C’est vouloir ignorer totalement la morphologie et les fonctions digestives du chien. En même temps c’est prendre les chiens pour des machines qui s’adaptent, ce qu’ils n’ont pas su faire en 12 000 ans de domestication. C’est aussi prendre leurs maîtres pour des ignorants.

Le chien est en fait clairement un carnivore car il en a toutes les caractéristiques. A commencer par son système digestif.
 

Le système digestif du chien : comment fonctionne-t-il ?

Tout le problèmes est là : le système digestif du chien et sa capacité à utiliser les aliments que nous lui donnons.

  • Le système digestif du chien ne comprend pas d’enzyme amylase dans la salive. L’amylase est nécessaire pour dégrader les glucides. En effet, il n’en a pas besoin, comme tous les carnivores, car leur régime commun est la viande (Protéines animales), pas les glucides.
  • Les glucides qui sont une part importante du régime « croquettes » doivent donc être dégradées ailleurs que dans la salive, c’est à dire par la pancréas du chien.
    Nourriture Barf - Organes internes du chien

    Organes internes du chien

    Le pancréas devra alors synthétiser, en plus de sa fonction normale, les amylases nécessaires à la dégradation des glucides des croquettes. Ce qui entraîne une énorme surcharge  d’activité du pancréas (Il n’est pas fait pour fonctionner à ce rythme) et un ralentissement du transit intestinal (Le temps de digestion est de ce fait plus long). A court terme apparaîtront des troubles du transit (flatulences et diarrhées) et un accroissement possible des risques graves de torsions d’estomac (hypothèse vétérinaire récente). A plus long terme, le chien sera confronté aux pancréatites (inflammations du pancréas) et aux insuffisances pancréatiques (dans le cas d’une consommation excessive et régulière d’hydrates de carbone). Ce qui entraîne une dégradation générale de sa santé, une fragilisation du chien, un vieillissement prématuré  et douloureux. Cela conduit aussi à des visites répétées (et onéreuses) chez le vétérinaire.

  • L’estomac plein du chien est très grand, comme les carnivores : 8 fois plus que celui du cheval qui est un herbivore, à poids égal bien sûr.
  • L’estomac du chien a un taux d’acidité de pH 1, afin de digérer viandes et os. L’intérieur de l’estomac est donc très acide(1), pour « décomposer » facilement viandes et os. A titre d’exemple, celui de l’homme qui , lui , est vraiment un « omnivore » est beaucoup moins acide, entre pH4 et 5.
  • L’intestin du chien est très court par rapport à un herbivore car « inutile » pour les carnivores. La « digestion » des protéines (Viandes, os) se fait en effet principalement en amont du tube digestif (Dans l’estomac).
  • Depuis peu, les biologistes ont revu la place du chien dans la classification animale. Il est maintenant clairement situé comme descendant du loup : il devient une sous-espèce du loup (Canis Lupus) et non un « cousin » du loup. Cela lui a valu d’obtenir dernièrement une reclassification dans la chaîne animale et une nouvelle « appellation » de  Canis Lupus Familiaris. C’est aussi une preuve supplémentaire qui commence à être reconnue, que le comportement alimentaire du chien ne peut être que très proche de celui du loup.

Tous ces éléments montrent que le chien est bel et bien d’abord un carnivore.

Note

Il ne viendra à personne sain d’esprit de se nourrir comme les vaches qui ont, par exemple 4 estomacs au lieu d’un seul. Il faudrait des millions d’années de « mutations » pour que l’être humain puisse assimiler l’herbe et le foin. Pourquoi vouloir  alors imposer au corps du chien un régime pour lequel il n’est pas « construit » ? Et pourtant c’est que nous faisons subir à nos chiens nourris aux croquettes.
 
 

Vaccins : bénéfiques ou dangereux pour votre chien ?

Recevez gratuitement nos recommandations sur les vaccins dans ce dossier complet sur un sujet explosif.

Profitez-en avant qu'il ne soit retiré ! 


 

Les besoins alimentaires du chien : celle d’un carnivore

Dans leur livre « See spot live longer« , les auteurs S. Brown et B. Taylor (2) définissent, pour l’alimentation ancestrale du chien, les chiffres suivants :

  • Protéines = 56%
  • Lipides = 25-30%
  • Glucides = 14%

Ce sont les valeurs généralement acceptées dans le monde scientifique spécialisé. Le chien ayant très peu évolué pendant les 10 à 12 000 ans de domestication (3), il suffit donc maintenant de comparer les besoins alimentaires et la capacité de digestion du chien indiqués ci-dessus avec les apports d’un régime BARF et d’un régime « croquettes ».
 

BARF : Principes de base

L’objectif est de nourrir le chien comme un carnivore qu’il est et non pas comme un omnivore qu’il n’est pas. Le fait que les carnivores mangent occasionnellement autre chose que des animaux, par exemple des excréments, de la terre, des plantes ou des insectes, n’en font pas pour autant des omnivores.

Cela a même créé des polémiques entre ceux mêmes qui se réclament de l’école « alimentation crue » pour le chien. Il y a eu les inconditionnels rigides dans leurs principes et les autres plus conciliants. Notre mère nature n’est cependant pas seulement blanche ou noire. Cet article se classe dans cette deuxième catégorie, celle de la pondération. Et le système BARF devient alors très simple à appliquer.

Le point de départ du BARF est de donner au chien une proie entière à l’état brut, comme dans la nature.  Donc de la viande et des os crus. Facile à dire, difficile à faire lorsque l’on habite en ville et stupide lorsque l’on pense aux loups. Ils mangent ce qu’ils trouvent, s’ils ont faim et cachent une partie du surplus pour les périodes de disette!

Ensuite faut-il donner des repas « calibrés » en fonction des besoins nutritionnels immédiats du chien et de la teneur exacte des aliments ? C’est la « philosophie » de la nourriture industrielle des croquettes qui définit chaque repas « calculé » pour répondre aux besoins journaliers du chien. Dans la nature c’est tout autre chose. Le menu BARF doit être équilibré au mieux, sur une période hebdomadaire par exemple ou même plus longue. D’ailleurs beaucoup de nutriments, micronutriments et substances végétales secondaires ne sont pas encore aujourd’hui suffisamment connus pour permettre à des « spécialistes » une évaluation comptable précise de leur exacte valeur nutritive. Donc impossibilité de « doser » les besoins alimentaires exacts pour chaque demi-journée, par exemple.

Le régime BARF que nous préconisons : le BARF raisonné

De nos jours, beaucoup de chiens sont malades, plus qu’auparavant, à force de consommer seulement des croquettes « contre-nature ». Certains chiens ne tolèrent plus certains aliments, ont des maladies chroniques, à répétition, des allergies, d’autres ne digèrent plus correctement. Pendant ce temps, les factures vétérinaires se multiplient. Et peu d’entre eux tirent la sonnette d’alarme. Cela irait d’ailleurs contre leurs intérêts.

Pour nous, le BARF n’est pas une religion. Il suffit de donner à manger à son chien, le plus sainement possible, d’une façon équilibrée et raisonnée. Peu importe si votre chien ne mange pas que de la viande crue, mange ou pas de céréales, ou 30% de légumes et non 10%, s’il mange 2 fois par jour ou 1 fois tous les 2 jours. Nous appelons notre régime le « BARF raisonné », flexible et adaptable à vos propres contraintes et aux habitudes et préférences actuelles de votre chien. Et nous préconisons une ration BARF évolutive. Cette façon de penser est d’autant plus importante si vous désirez passer progressivement du « régime croquettes » au régime BARF. En effet le système digestif du chien s’adapte lentement (Les bactéries de l’intestin en particulier), quelquefois sur plusieurs semaines. (Voir notre article en cliquant sur « Alimentation canine : comment passer au régime BARF« ) 

L’objectif final est d’adapter les menus de votre chien à son cas particulier pour qu’il reste en bonne santé à court et à long terme aussi (Ou se porte bien à nouveau s’il n’est pas en bonne forme). Qu’il vieillisse aussi avec le minimum d’handicaps. C’est l’objectif de nos régimes « BARF raisonné » qui préconisent plusieurs « menus BARF » variés suivant la taille, le tempérament, l’état, l’âge, etc. . Les limites que nous préconisons sont les suivantes

  • Le besoin le plus important est les protéines animales et graisses que l’on trouve dans la viande, les abats, etc… Il est souvent estimé devoir être entre 65 et 90% « en poids » de son alimentation, ce qui correspond à environ 45 à 50% de protéines animales et 20 à 30% de lipides
  • Ensuite viennent les « végétaux » entre 10 à 30% dans lesquels on classe les légumes (Moins de 15%), les fruits (Moins de 10%) et les céréales (0 à 15%)
  • Quelques compléments éventuels (Produits laitiers, poissons/Oméga-3, œufs/ protéine), huiles et herbes (Pour en savoir plus sur les plantes médicinales et alimentaires cliquez sur  https://www.altheaprovence.com/fiches-de-plantes/)

Ces menus BARF proposés sont proches des besoins alimentaires définis ci-dessus par le monde scientifique pour les carnivores.

Et pour vous aider à équilibrer le menu de votre chien qui conditionnera sa vie de tous les jours (Et la vôtre), nous avons mis au point un  Calculateur de menus.  (Cliquez sur « BARF pour chien – Préparation facile des repas« ). Pas un simple calculateur mais un calculateur qui vous permet d’adapter les aliments au cas particulier de votre chien. A son poids bien sûr mais aussi à son tempérament, son état de santé, son âge, son mode de vie. C’est facile à utiliser et les calculs sont automatiques. Le calculateur vous donne en plus la liste des achats correspondants pour 7 jours et la composition des menus, le poids des ingrédients pour chaque repas du matin et du soir pour cette semaine entière ainsi que le poids total de nourriture que votre chien doit manger en 7 jours. Tout devient facile pour le bien-être de votre chien … et le vôtre.

Et cerise sur le gâteau, ces calculateurs vous apprendront à connaitre les besoins alimentaires réels de votre chien (Ce qui n’est pas possible en lisant une étiquette sur un sac de croquettes). Vous pourrez alors vous même, grâce à nos calculateurs encore, faire évoluer les rations et la nature de la nourriture que vous proposerez à votre chien tout en gardant l’équilibre alimentaire sur une semaine entière.

Pour en savoir plus et utiliser notre calculateur de nourriture, cliquez sur « Ration BARF : comment équilibrer le menu de votre chien« 
 

L’invention de l’alimentation industrielle : les croquettes

Si vous prenez le temps de lire tout ce qui est inscrit en petites lettres sur les sacs de croquettes, il est très difficile de s’y retrouver. Il est d’ailleurs aussi assez difficile de déchiffrer la composition exacte des croquettes. Les termes pseudo scientifiques utilisés ne servent qu’à embrouiller le consommateur. La publicité faite par les fabricants de croquettes achève de les tromper. Et pour finir, la « découpe » du même ingrédient en plusieurs dénominations (Ex : maïs, farine de maïs et gluten de maïs, c’est-à-dire le même produit sous des formes variées pour qu’il n’apparaisse en tête de liste des « mauvais » ingrédients – Le maïs n’est en effet pas recommandé pour le chien).

Nous donnons ci-dessous « l’analyse garantie » de 3 types de croquettes de 3 fabricants différents : Purina « Friskies Active », Royal Canin « Maxi Adult » et Orejen « Adult ». Les deux premiers sont des sociétés américaines, la dernière canadienne.

Analyse garantie en %Purina « Friskies Active »Royal Canin « Maxi Adult »Orejen « Adult »
Protéines212638
Lipides101718
Fibres3,01,45
Cendres6,388
Humidité9,5104
Glucides404821

Lorsque l’on compare les valeurs des besoins du chiens préconisées par les scientifiques, (Voir ci-dessus « Les besoins alimentaires du chien : celle d’un carnivore »), il apparaît que :

  • Protéines : Aucune des 3 marques de croquettes n’atteint les valeurs voulues de 56%. Pourtant c’est l’élément énergétique essentiel pour le chien. Il faut aussi noter que « protéines » pour les fabricants de croquettes comprend aussi les protéines végétales qui n’ont pas à se retrouver dans l’alimentation des carnivores !
  • Lipides : même constat. La quantité de lipides est très inférieure aux 25-30%.
  • Glucides : le besoin étant de 14%, il est clair que les croquettes fournissent un excès de glucides, qui conduit à un excès d’activité du pancréas.
Nourriture barf - Croquettes en sacs

Croquettes en sacs

Les fabricants de croquettes ont donc « compensé » l’énergie qui naturellement provenait des protéines (Viandes, abats) par celle provenant des glucides (Sucre, amidon). Pour une question de prix de revient. Sauf que cela n’est pas du tout la même chose pour le chien :

  • Les glucides (Sucre et amidon) se transforment aussi en graisse « sur » le chien (Obésité)
  • Le chien n’est pas constitué pour assimiler normalement les glucides. Le peu de salive qu’il produit ne réagit pas sur les glucides. Ils doivent donc être « traités » dans le tube digestif à partir d’une enzyme synthétisée spécialement par le pancréas qui est sollicité plus que de raison. Voir ci-dessus « Le système digestif du chien : comment fonctionne-t-il ? »

En conséquence de ce qui précède, il est clair que l’alimentation avec des croquettes n’est pas celui requis pour le métabolisme naturel du chien, sa santé à long terme et sa longévité.

A noter cependant, toutes les croquettes ne sont pas « égales ». Les protéines (Animales + végétales) des marques de ce tableau vont de 21% à 38% tandis que les glucides évoluent en sens inverse de 48 à 21%. Il est clair que la croquette relativement meilleure de ces 3 marques est celle vendue par Orejen. Vous constaterez également que leur prix n’est pas le même pour toutes.
 

A vous de choisir pour la santé de votre chien !

Vous avez lu ci-dessus un « condensé » de ce qu’il faut connaître pour vous permettre de décider du genre de nourriture dont votre chien a besoin. A vous de choisir pour la santé de votre chien, son bien-être à court et long terme et sa vieillesse la moins handicapée.

 

Notes

(1) L’acidité est mesurée par son « pH » dont la valeur va de 0 (Extrêmement acide) à 14 (Extrêmement basique). Le taux de 7 est dit « neutre » et correspond à de l’eau pure. Un pH de 1 correspond donc à un liquide extrêmement acide.
(2) Livre « See spot live longer » – Auteurs S. Brown et B. Taylor – Autre livre sur le même sujet par Steve Brown : « Unlocking the Canine Ancestral Diet: Healthier Dog Food the ABC Way » – Peuvent s’acheter sur Amazon
(3) Etudes scientifiques comparatives sur des squelettes anciens retrouvés et sur les squelettes des chiens actuels

 

Bibliographie

Je nourris mon chien naturellement – Swanie Simon – Thierry Souccar Editions – 2014
Natural Health for dogs and cats – Dr Pitcairn – Rodale Editions
Herbal dog care – Dr Kidd – Storey Publishing
Give your dog a bone – Dr Ian Billinghurst – Warrigal Publishing
Work Wonders : Feed Your Dog Raw Meaty Bones – Dr Tom Lonsdale – Rivetco Pty Ltd
Toxic croquettes – Zutta Ziegler – Souccar Editions
Comparaison des rations Barf (Biologically appropried raw food) aux recomandations nutritionnelles du chien sain ou malade -École nationale vétérinaire d’Alfort – Année 2011 – Thèse pour le doctorat vétérinaire présentée par Elise, Jeanne, Aline CAMPAGNOLLE
Herbs for pets – Gregory L. Tilford et May L. Wulff – i-5 Publising
Veterinarian’s guide to natural remedies for dogs – Dr Martin Zucker – Three Rivers Press
What is really in Pet Food – Animal Protection Institute
Real Food for Dods – Arden Moore – Storey Publishing
Les chats achèteraient des souris – Hans-Ulrich Grimm – Editions de poche