Herbes-cache-pour-tiques-du-chien

PROTEGER des TIQUES son chien : prévention – Sprays naturels à faire

Protéger des tiques son ami à 4 pattes, reste le seul moyen pour évi­ter que les patho­gènes tels que la mala­die de Lyme, la Piroplasmose et l’Ehrlichiose mono­cy­taire canine s’en prenne à votre com­pa­gnon.
Pour l’ins­tant en effet, il existe qu’un nombre très limité de vac­cins pour se pro­té­ger contre les patho­gènes trans­por­tés par les tiques. D’ailleurs l’ef­fi­ca­cité de ces vac­cins est contes­tée, que ce soit pour pro­té­ger les humains ou les chiens.
Le moyen le plus effi­cace pour lut­ter contre ces mala­dies aussi dan­ge­reuses pour l’homme et empê­cher leur trans­mis­sion, reste donc l’é­ra­di­ca­tion des “vec­teurs” que sont les tiques. Ce n’est pas chose facile.

La dangerosité de la tique est celle des pathogènes qu’elle transporte

En fait, la tique n’est pas dan­ge­reuse en elle-​même. Bien que la suc­cion du sang puisse conduire à une ané­mie du chien, le vrai dan­ger pro­vient des patho­gènes dont elle est por­teuse (On dit que la tique est vec­trice de mala­dies).
En géné­ral, il faut que la tique reste atta­chée (sucer) au moins 24 heures par son rostre “suceur” pour trans­mettre les micro-​organismes au chien (ou à l’homme). Pour plus d’in­for­ma­tion sur ce sujet cli­quez sur “Tique du chien égal risque et dan­ger sérieux aussi pour son maître”.
Mais cette durée varie en fonc­tion du type d’agent patho­gène pré­sent sur le rostre (nez) de la tique. C’est ainsi que les virus peuvent être trans­mis en quelques minutes alors que les bac­té­ries et les pro­to­zoaires demandent 12 à 72 heures. D’où l’im­por­tance de se pro­té­ger des tiques et d’é­li­mi­ner très rapi­de­ment la tique de la peau de votre chien.

Note
Pour en savoir plus sur les tiques du chien et les dan­gers pour le chien et l’homme, cli­quez sur Tique zoo­nose et pro­gres­sion en Europe.

La tique du chien s’attrape de partout : en balade et dans son jardin

Bien que les tiques s’at­trapent prin­ci­pa­le­ment à la cam­pagne, elles peuvent aussi être pré­sentes en ville.
Elles adorent les hautes herbes, les buis­sons, les haies, les autres chiens … donc les tiques peuvent faci­le­ment se retrou­ver sur votre chien après une pro­me­nade au parc, dans votre jar­din ou dans le jar­din voi­sin de votre appar­te­ment (il existe une sta­tis­tique qui montre que 33% des patients de la mala­die de Lyme ont attrapé le B dans leur jar­din)..
Conclusion à tirer : se pro­té­ger des tiques avant d’al­ler en pro­me­nade et à chaque fin de balade, en par­ti­cu­lier en période d’in­va­sion (Voir ci-​dessous), cares­sez votre chien un peu par­tout en véri­fiant sa peau “à contre poil”. Soyez plus atten­tif autour de la tête, du cou, des oreilles qui sont des endroits pri­vi­lé­giés.

Les tiques aiment des endroits privilégiés de la peau chien

Taille-tique-du-chien

Les tiques s’ac­crochent autour des oreilles et du cou, mais éga­le­ment autre part sur le corps, tel qu’entre les doigts des pattes du chien. Généralement aussi, aux endroits où la peau est plus fine (Mamelle, ventre).
Mais il faut d’a­bord la repé­rer avant de reti­rer avec pré­cau­tion la tique de la peau du chien.

La tique du chien : comment la repérer entre les poils du chien ?

Tique-chien-male-et-tique-femelle
Tiques mâle et femelle copu­lant

Les tiques peuvent être de taille variable. Plus petite qu’une allu­mette.
Mais une tique adulte et gor­gée de sang est faci­le­ment détec­table à condi­tion de la cher­cher.
Lorsque qu’il s’a­git de nymphes ou de jeunes tiques il sera qua­si­ment impos­sible de les repé­rer.
Attention cepen­dant, même dans ce cas, si elles sont pré­sentes sur le chien, elles sont un dan­ger pour lui et pour vous. Que faire … Voir plus ci-​dessous.
Une fois la tique loca­li­sée, il faut l’en­le­ver immé­dia­te­ment afin de limi­ter au mieux le risque de trans­mis­sion des mala­dies “por­tées” par la tique.

Note
Si au cours de vos “mani­pu­la­tions” vous per­dez de vue la tique, revé­ri­fiez sim­ple­ment la même zone. Les tiques ne se déplacent pas pen­dant qu’elles se nour­rissent, car elles plongent leur tête (rostre) dans la peau de l’a­ni­mal.
Note impor­tante
Si vous avez trouvé une tique sur votre chien, il y en a pro­ba­ble­ment d’autres. Refaite une ins­pec­tion avec une atten­tion par­ti­cu­lière à l’in­té­rieur des oreilles, entre les doigts des pattes, dans les zones de peau fine à la base des pattes. Par pru­dence, faite un trai­te­ment para­si­taire anti-​tique pré­ven­tif (Voir ci-​dessous)

Retirer la tique du chien : à ne pas prendre avec des pincettes

Pince à levier pour enlever la tique du chien

Il ne faut donc pas attendre : il faut reti­rer la ou les tiques que vous venez de trou­ver sur votre chien.
Nous l’a­vons vu plus haut : en quelques heures les risques de conta­mi­ner le sang de votre chien en “lais­sant pas­ser” les micro-​organismes patho­gènes aug­mentent (Pour cer­tains virus, il s’a­git de quelques minutes).
Le plus simple est de pro­cé­der à “l’o­pé­ra­tion” vous-​même, sans aller chez le vété­ri­naire. C’est simple à condi­tion d’avoir un pince spé­ciale pré­vue qui s’a­chète chez le vété­ri­naire (Normalement ven­due par 2, de dimen­sions dif­fé­rentes, les tiques variant de volume en fonc­tion de la quan­tité de sang absorbé). Il faut évi­ter d’es­sayer d’en­le­ver la tique sans cette pince en par­ti­cu­lier :
Ne pas pres­ser la tique entre ses doigts. Cela favo­ri­se­rait l’é­va­cua­tion de sa salive qui contient les agents infec­tieux para­si­taires pro­bables. Pour la même rai­son, ne pas uti­li­ser de pince à épi­ler (Sauf à prendre des pré­cau­tions – Voir ci-​dessous : … et si vous n’a­vez pas de pince spé­ciale”)
Ne pas tirer sur la tique. Cela condui­rait en plus à lais­ser la tête (Le rostre – “nez”) en place. La tique ne “repous­sera” pas mais cela pro­vo­quera une légère inflam­ma­tion, peut être une infec­tion, très pro­ba­ble­ment un kyste
Ne pas uti­li­ser d’al­cool ou d’é­ther. La tique ne pourra pas alors être reti­rée en entier
Ne pas brû­ler la tique “en place” avec un bri­quet

Recommandation :
Si vous n’a­vez pas cet outil spé­cial pour enle­ver les tiques, vous pou­vez vous le pro­cu­rer lors de votre pro­chaine consul­ta­tion chez votre vété­ri­naire ou en phar­ma­cie et le gar­der “à dis­po­si­tion”.

N’oubliez pas ensuite de dés­in­fec­ter le point de piqûre et de vous dés­in­fec­ter les mains.
Pour dés­in­fec­ter, pou­vez uti­li­ser une pom­made anti­bio­tique si vous en avez. Les vété­ri­naires recom­mandent en géné­ral une lotion à base de chlo­rhexi­dine (C’est un anti­sep­tique bac­té­ri­cide à large spectre. Elle pos­sède une acti­vité fon­gi­cide sur Candida albi­cans.) ou de la Bétadine uti­li­sée en pré-​chirurgie, diluée dans de l’eau (Antiseptique non sou­mis à pres­crip­tion médi­cale qui exerce une action tem­po­raire afin de réduire le nombre de micro-​organismes) .

Note
Les tiques sont coriaces. Il n’est pas pos­sible de noyer les tiques en les jetant sim­ple­ment dans les toi­lettes et en tirant la chasse d’eau.
La seule façon de les tuer est de les plon­ger dans de l’al­cool ou dans une solu­tion anti-​tiques. Pour cela nous vous conseillons d’en­fer­mer un ou deux jours les tiques reti­rés dans un réci­pient (Ex : fla­con médi­cal) rem­pli avec de l’al­cool. Assurez vous quelles soient mortes avant de les jeter à la pou­belle exté­rieure.

Note
Il peut être utile de gar­der quelques tiques mortes à mon­trer à votre vété­ri­naire, en cas de com­pli­ca­tions. Mettez-​les dans un sac plas­tique. Votre vété­ri­naire pourra iden­ti­fier le type de tiques que vous avez reti­rées. Il lui sera plus facile de savoir quelques mala­dies votre chien a peut-​être attrapé

Enlever la tique du chien : et si vous n’avez pas la pince spéciale ?

Tique enlevee avec une pince a epiler

Il ne faut pas dra­ma­ti­ser : il s’a­git d’une urgence mais toute rela­tive. Cependant, plus vite la tique est reti­rée, plus le risque de trans­mis­sion de mala­dies patho­gènes est limité.
Si la tique est grosse, cela signi­fie qu’elle est gor­gée de sang et qu’elle est là depuis un cer­tain temps. Il est donc peut être trop tard et le risque de conta­mi­na­tion est donc plus impor­tant.
La solu­tion la plus simple est d’al­ler au plus tôt chez votre vété­ri­naire, soit pour ache­ter une pince, soit pour lui faire reti­rer la tique.
Cependant, une “méthode” per­met de reti­rer la tique avec une pince à épi­ler. Mais il faut suivre les étapes les unes après les autres.
⦁ Il faut d’a­bord “asphyxier” la tique en l’en­ro­bant sous une couche de vase­line …
⦁ et attendre quelques minutes que la tique sorte la tête pour res­pi­rer.
A ce moment là seule­ment, uti­li­ser la pince à épi­ler pour sai­sir la tique au niveau de la tête (Pas au niveau du corps) pour la reti­rer.
C’est une méthode de dépan­nage sans garan­tie d’ef­fi­ca­cité totale.

Comment être sûr d’avoir retiré toutes les tiques : anti-​tique naturel

Il est rare que votre chien ait attrapé une seule tique. Le plus sou­vent il peut s’a­gir d’une dizaine de para­sites.
Même après avoir exa­miné votre chien “de par­tout”, il n’est jamais sûr qu’il ne reste pas une tique quelque part dans la four­rure.
Le plus pru­dent est d’u­ti­li­ser un com­plé­ment anti­pa­ra­si­taire que vous pou­vez ache­ter chez votre vété­ri­naire ou uti­li­ser leurs équi­va­lents natu­rels que nous indi­quons ci-​dessous. Voir Article (à venir) … éga­le­ment ci-​dessous les solu­tions natu­relles ou à faire vous-​même

Joseline :
Bonjour. J’ai un pin­sher nain de 7 ans, dimanche mes beaux parents l’ont emmené en balade dans les bois et champs, le soir on lui a retiré une tique et n’en n’a­vons pas vu d’autres.
Est ce que je peux/​dois faire quelque chose ?
MucKee :
Tu l’a enlevé la tique ?
Corinne :
Surveille bien ton lou­lou, qu’il mange et boive nor­ma­le­ment, qu’il ne vomisse pas, qu’il n’ait pas la diar­rhée, qu’il n’ait pas de fièvre et qu’il fasse pipi jaune.
et sur­veille le lieu de la piqûre, que ça ne s’in­fecte pas.
si ton chien pré­sente une rai­deur du dos, qu’il boite ou une dou­leur par­ti­cu­lière emmène le chez le véto c’est sou­vent un signe d’in­fes­ta­tion , sur­veille aussi la cou­leur de ses yeux que le blanc ne vire pas au jaune.

Prévention et promenade : zones et périodes à risque, spray “collier”

Nymphe de tique sur un brin d'herbe
Tique (ainsi qu’une arai­gnée).

Les tiques sont à peu près par­tout en France, un peu plus à l’est et au centre qu’au sud ou à l’ouest de l’hexa­gone.
Les tiques pré­fèrent les endroits pro­té­gés et humides.
En France métro­po­li­taine où la tem­pé­ra­ture est tem­pé­rée, les tiques sont pré­sentes toute l’an­née avec des pointes d’ac­ti­vité au prin­temps et en automne.
Pendant les fortes cha­leurs, elles se terrent au ras du sol à la recherche d’eau qui est leur unique besoin (autre que le sang de leur vic­times). Elles peuvent résis­ter plu­sieurs mois sans se nour­rir. Mais à la pre­mière pluie elles grim­pe­ront à nou­veau sur les plantes et herbes en attente d’un hôte.

Lors de vos pro­me­nades en cam­pagne, n’empruntez que les che­mins de terre pen­dant que vous vous pro­me­nez avec votre chien. Assurez-​vous qu’il reste près de vous. Évitez les zones boi­sées et les herbes hautes, les che­mins her­beux où les tiques pul­lulent. La pré­ven­tion est une des meilleures moyens de se pro­té­ger contre les tiques.

De toute façon, à chaque retour de pro­me­nade faite dans une “zone” répu­tée conte­nant des tiques, véri­fiez que votre chien n’a pas de tiques sur la peau (et vous sur vos che­villes ou jambes). Pour cela par­cou­rez son pelage à “rebrousse poils”. Une autre méthode est de pas­ser un rou­leau anti-​peluches sur le pelage de votre chien, les tiques “fraîches” s’y collent faci­le­ment.

Note
Les che­vaux et les mou­tons sont fré­quem­ment por­teurs de tiques aussi. S’ils ne les trans­mettent pas direc­te­ment aux chiens, ils en favo­risent la pro­li­fé­ra­tion.

Se protéger des tiques de votre jardin : tonte, plantes et prédateurs

Si votre jar­din est plus ou moins infesté par les tiques, ce qui n’est pas rare, vous pou­vez prendre les dis­po­si­tions sui­vantes :

  • A titre pré­ven­tif, ton­dez vos herbes et votre pelouse jus­qu’à ce qu’elles ne dépassent pas la hau­teur de votre che­ville. Egalement impor­tant, fer­mez vos pou­belles avec des cou­vercles lourds et éli­mi­nez les tas de pierres et les branches sur le sol. Cela per­met de tenir éloi­gnés les ron­geurs qui pour­raient être por­teurs de tiques.
  • Planter des répul­sifs natu­rels.
    Certaines plantes et fleurs sont répu­tées repous­ser les tiques natu­rel­le­ment et par là même, réduire leur popu­la­tion.
    Les chry­san­thèmes contiennent de la pyré­thrine natu­relle, qui est toxique pour les tiques. Cependant, atten­tion, cer­taines par­ties de cette plante sont toxiques pour le chien (si inge­rées en quan­tité).
    Le géra­nium, la lavande, la menthe poi­vrée, le cym­bo­po­gon citra­tus (lemon­grass), le thym citron, la sauge, la cataire, le basi­lic, l’o­ri­gan, la san­to­line, le roma­rin, la camo­mille, sont aussi connus pour être d’ex­cel­lents répul­sifs. De plus ces plantes marchent aussi sur les puces et les mous­tiques.
    Nous avons aussi un spray mai­son rela­ti­ve­ment natu­rel a vous pro­po­ser, plus bas dans les recettes.
  • Favoriser les pré­da­teurs des tiques
    En effet la tique à plu­sieurs pré­da­teurs. Par exemple le héris­son, la musa­raigne et la taupe, cer­tains lézards, gre­nouilles et cra­pauds, cer­tains insectes comme les guêpes, les four­mis, cer­tains oiseaux comme l’étourneau et le pique-​bœuf.
    Il ne faut pas oublier la poule et la pin­tade. Elles peuvent en consom­mer plu­sieurs cen­taines par jour ! 
  • Il existe encore des vers micro­sco­piques que l’on appelle néma­todes, et qui para­sitent les tiques. Ils s’a­chètent en jar­di­ne­rie ou en ligne. Cependant ren­sei­gnez vous pour connaître l’espèce de tique endé­mique à votre région, car tous les néma­todes ne para­sitent pas tous les types de tiques.

Poudres et spray naturels à faire soi-​même pour se protéger des tiques

La liste d’a­ca­ri­cides, répul­sifs anti-​tiques est longue. D’autant que leur effi­ca­cité est quel­que­fois dis­cu­table. Est-​ce que cela dépend de la race de la tique tique, de l’alimentation de l’animal qui ren­force les effets de cer­tains ingré­dients ?
Une solu­tion fonc­tion­nera très bien pour cer­tains, moins bien ou pas du tout pour d’autres chiens.
Nous vous don­nons ci-​dessous plu­sieurs for­mules à “com­po­ser” vous même. A vous de tes­ter celle qui sera le plus effi­cace.

Note
Vous pou­vez aussi ache­ter des répul­sifs anti-​tiques prêts à l’emploi. Ils sont sou­vent aussi contre les puces. Souvent aussi ils sont à base de com­po­sants chi­miques très mau­vais pour le foie et les reins (en par­ti­cu­lier) du chien.
Nous vous recom­man­dons plu­tôt les répul­sifs natu­rels, sans adju­vant ou autres addi­tifs. Préférez les anti-​tiques natu­rels qui contiennent de l’huile de cèdre comme ingré­dient prin­ci­pal et qui semble le plus ou l’un des plus effi­cace contre les tiques.

Répulsif et traitement contre la tique à base de terre de diatomées

Le com­po­sant prin­ci­pal est la terre de diato­mées. La terre de diato­mée pro­vient du broyage d’une roche fos­sile d’origine orga­nique com­po­sée des restes fos­si­li­sés d’algues (les diato­mées). Elle res­semble à du talc. Faire le mélange qui suit à l’ex­té­rieur, un jour sans vent et pro­té­gez vos voies res­pi­ra­toires. Mélangez ces 4 com­po­sants et répar­tir dans le pelage de votre chien à l’aide d’une brosse. Faire très atten­tion que votre chien n’ab­sorbe la poudre.

  • 140g de terre de diato­mée
  • 65g de poudre de feuille de neem (mar­gou­sier)
  • 65g de millefeuille/​achillée en vrac que vous devrez réduire en poudre
  • 20 gouttes d’huile essen­tielle d’eu­ca­lyp­tus glo­bu­lus

Ces com­po­sants s’a­chètent faci­le­ment sur inter­net ou en her­bo­ris­te­rie.

2 mélanges anti-​tique simple à faire à pulvériser

Protéger des tiques par un répulsive anti-​tique au Cèdre de l’Atlas

Mélanger dans un réci­pient

  • 1 ml d’huile de cèdre de l’atlas
  • et 250 ml d’alcool à 70°.

Appliquez en spray sur le pelage du chien en évi­tant les zones auprès des yeux et de la truffe.
Autour des yeux et de la truffe, mouillez vos doigts de spray et l’ap­pli­quer dans ces zones ainsi que sur les 2 côtés des oreilles. (Note : Ne pas uti­li­ser sur les chats).

L’huile de cèdre est un aca­ri­cide et tue les insectes (mous­tiques, puces, poux, tiques, mites, punaises de lit) au contact.Elle agit aussi comme répul­sif contre ces insectes ainsi que contre les guêpes, et les arai­gnées. Utilisée sur le pelage de l’animal, elle est répu­tée agir plu­sieurs semaines, même après la pluie ou un bain à l’eau claire. A prou­ver.

Spray vinaigre blanc ou de cidre avec Huile Essentielle de lavande

Le mélange com­prend :

  • 5 à 6 cuillères à soupe de vinaigre blanc ou de vinaigre de cidre
  • 15 gouttes d’huile essen­tielle de lavande
  • Compléter à l’eau de source pour obte­nir 250 ml de mélange

Bien agi­ter et vapo­ri­ser en pre­nant soin des yeux, de la truffe et des oreilles de votre chien. Pour les chats, uti­li­ser de l’hydrolat de lavande au lieu de l’huile essen­tielle de lavande.

Répulsif à l’huile d’amande pour le collier ou le harnais du chien

Mélanger les ingré­dients sui­vants :

  • 20 gouttes d’huile essen­tielles de gera­nium rose­drops of rose gera­nium essen­tial oil with
  • 2 cuillères à café d’huile d’a­mande.
  • Vous pou­vez aussi uti­li­ser de l’huile d’o­live mais l’huile d’a­mande contient du sul­fure qui est lui même un répul­sif
  • Mettre quelques gouttes sur le col­lier de votre chien. Répéter sou­vent et régu­liè­re­ment.

En 2016, le nombre de nou­veaux cas de malades atteints de la mala­die de Lyme en France a été estimé par le Réseau Sentinelles à 54 647 cas. Il ne cesse d’augmenter et à pra­ti­que­ment dou­blé depuis 2011. 

Protection contre les piqûres de tiques par l’homéopathie

Après que le chien s’est fait mordre par des tiques, le remède homéo­pa­thique recom­mandé par nombre d’ho­méo­pathes est Ledum Palustre 200C. C’est en faite le pre­mier remède contre toute sorte de piqûre d’a­ni­mal ou d’in­secte.

  • Donnez la pre­mière dose de ce remède au moment où vous reti­rez la tique.
  • Continuer à admi­nis­trer du Ledum toutes les 3 heures le pre­mier jour
  • Ensuite, la dose deux fois par jour pen­dant une semaine .
  • Après la pre­mière semaine, dose deux fois par semaine pen­dant un mois
  • Puis une fois par semaine pen­dant un mois sup­plé­men­taire

C’est pro­ba­ble­ment une poso­lo­gie exces­sive, mais cela vaut la peine de faire un effort sup­plé­men­taire pour en être cer­tain du résul­tat.
Si la tique a été décou­verte au cours des der­niers jours, c’est pro­ba­ble­ment tout ce dont vous aurez besoin.
Si la tête a été lais­sée à l’in­té­rieur, don­nez ceci en même temps que de la silice

La maladie de Lyme et la protection contre la tique

La mala­die de Lyme appe­lée aussi Borreliose est l’une des mala­dies véhi­cu­lées par la tique du chien bap­ti­sée Ixodes rici­nus. Elle doit être por­teuse du patho­gène Borrelia burg­dor­feri pour que le chien soit infecté.
C’est aussi celle dont on parle le plus car elle passe faci­le­ment à l’homme. Elle est aussi encore plus dan­ge­reuse que pour le chien, d’au­tant que la méde­cine ne semble pas avoir les moyens clairs et effi­caces pour la gué­rir vrai­ment, même à long terme. Pour plus d’in­for­ma­tion cli­quez sur “Tique du chien égal risque et dan­ger sérieux aussi pour son maître”.
En 2016, le nombre de nou­veaux cas de malades “humains” atteints de la mala­die de Lyme en France a été estimé par le Réseau Sentinelles à 54 647 cas. Il ne cesse d’augmenter et à pra­ti­que­ment dou­blé depuis 2011. 
Nous trai­tons donc la mala­die de Lyme du chien dans un article séparé, car il y a beau­coup à dire sur ce sujet. Cliquez sur “Maladie de Lyme chien – Remèdes natu­rels – à faire – homéo­pa­thiques

Sources
Wikipedia – Tiques
How To Remove A Tick From Your Dog : Dos and Don’ts
Maladie de Lyme et défense contre les tiques par Swanie Simon
Lyme desease map of the US
Morel, Adam, Camicas Hervy, 1998 : Les tiques du monde. Nomenclature, stades décrits, hôtes, répar­ti­tion : The ticks of the world. Nomenclature, des­cri­bed stages, hosts, dis­tri­bu­tion (4 210 noms scien­ti­fiques, 869 espèces ou sous-​espèces au 1er jan­vier 1996) , /06/01 ; ISBN 2−7099−1418−2 ; 233 pages
Le Manuel Vétérinaire Merck – 3ème édi­tion – Tiques – page 749 et sui­vantes
Canadian Vetinary Medical Association : Les pro­duits vété­ri­naires contre les puces et les tiques peuvent être toxiques pour les chats

Conseils vété­ri­naires et régle­men­ta­tion
Les valeurs et conseils que vous pour­rez trou­ver sur ce site sont pure­ment infor­ma­tifs de leur exis­tence dans la lit­té­ra­ture spé­cia­li­sée. En aucun cas, les infor­ma­tions don­nées sur notre site ne consti­tuent une pres­crip­tion de trai­te­ment ou une allé­ga­tion. Ils ne peuvent pas se sub­sti­tuer à l’avis de votre vété­ri­naire ou du thé­ra­peute de votre chien. Seul votre vété­ri­naire peut poser un diag­nos­tic pré­cis et recom­man­der l’utilisation d’un pro­duit. Si tel n’est pas le cas, nous ne sau­rions être tenus pour res­pon­sables d’une prise inadap­tée des pro­duits pré­sen­tés ou cités.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

sit justo quis, Nullam libero ut