GAZ INTESTINAUX DU CHIEN – Traitement naturel

Gaz intes­ti­naux, fla­tu­lence, pets sont une gène pour le chien car ils conduisent le plus sou­vent à des bal­lon­ne­ments. Mais le maître n’est pas épar­gné par ces excès de gaz lors­qu’ils sont mal­odo­rants. Comment faire pour s’en débar­ras­ser ? 

Gaz intestinaux du chien – La réalité des faits

Les gaz intes­ti­naux ou pets ou vents, prennent nais­sance dans la bouche.
Eh oui ! En res­pi­rant et en man­geant. Ils sont ensuite éva­cués natu­rel­le­ment par des éruc­ta­tions (Évacuation par la bouche – Rots), des fla­tu­lences (Évacuation par l’a­nus – Pets), se dif­fusent dans le sang ou sont consom­més au pas­sage par les bac­té­ries.
Vous les enten­dez et les sen­tez se dépla­cer dans le tube diges­tif et intes­tins (Borborygmes – Ballottements abdo­mi­naux). Cela est vrai pour les humains. Pour votre chien aussi, natu­rel­le­ment. En cas d’ex­cès de gaz intes­ti­naux, ils deviennent un pro­blème pour le chien … et son maître, car l’o­deur poten­tielle est très dif­fi­cile à sup­por­ter :

  • 10 % des chiens sont ou seront concer­nés par des fla­tu­lences mal­odo­rantes
  • La dif­fé­rence entre fla­tu­lences mal­odo­rantes ou non ne tient qu’à 1% de com­po­sants sul­fu­rés (Sulfure d’hy­dro­gène) ou sul­fa­tés. Les autres 99% de gaz expul­sés sont inodores (Azote, oxy­gène, hydro­gène, etc.).
  • Le bruit sou­vent asso­cié à l’ex­pul­sion des gaz pro­vient de la vibra­tion du sphinc­ter anal (Varie avec l’âge, en fait, avec sa toni­cité).

Note
Un excès de fibres pro­duira des fla­tu­lences très bruyantes mais pas ou peu odo­rantes. Au contraire, un excès de pro­téines sou­frées conduira à des fla­tu­lences dis­crètes mais très odo­rantes. Les deux pos­si­bi­li­tés peuvent cepen­dant exis­ter simul­ta­né­ment !

Vaccins : béné­fiques ou dan­ge­reux pour votre chien ?

Injection

Recevez gra­tui­te­ment nos recom­man­da­tions sur les vac­cins dans ce dos­sier com­plet sur un sujet explo­sif.

Profitez-​en avant qu’il ne soit retiré ! 

Les flatulences – L’origine des ballonnements

Trois rai­sons prin­ci­pales à l’o­ri­gine de gaz intes­ti­naux du chien :

  1. L’aéro­pha­gie : cela pro­vient des quan­ti­tés trop impor­tantes d’air ava­lées par la gueule, en buvant, en man­geant ou encore en hale­tant
  2. Des troubles de la diges­tion. Ce peut être des insuf­fi­sances pan­créa­tiques, enté­rite, etc., une fer­men­ta­tion bac­té­rienne des rési­dus de la diges­tion dans le gros intes­tin, des para­sites intes­ti­naux, l’administration par voie orale de vita­mines et miné­raux
  3. L’obé­sité et le vieillis­se­ment sont aussi des rai­sons de gaz intes­ti­naux.
Gaz intestinaux - Bouledogue fauve
Bouledogue fran­çais fauve

Note :
1/ Prédisposition raciale d’a­voir des gaz intes­ti­naux
Le car­lin, le péki­nois, le boxer, le bou­le­dogue fran­çais ou le bull­dog anglais, sont connus pour être fré­quem­ment atteints de fla­tu­lences. Tous ont des faces courtes et apla­ties, une entrée d’air dif­fi­cile par les narines rem­pla­cée par une entrée d’air buc­cale . Ils ava­le­raient natu­rel­le­ment de l’air hors des périodes durant les­quelles ils mangent ou boivent.
2/ Aggravation dans les situa­tions de com­pé­ti­tion
Lors des repas avec un congé­nère, cer­tains chiens se jettent sur la nour­ri­ture qu’ils avalent, air y com­pris, sans mâcher. Même seuls, par ins­tinct, leur com­por­te­ment peut être iden­tique. C’est aussi vrai lors d’exer­cice vigou­reux, d’ex­ci­ta­tion et de stress. Pour plus d’in­for­ma­tion cli­quez sur href=“https://mon-ami-le-chien.com/chien-stresse-defense-immunitaire-en-danger-traitement-plantes/”” target=“_blank” rel=“noopener noreferrer”>Chien anxieux – Traitement natu­rel : plantes, homéo­pa­thie et mas­sages”.
3/ Intervention chi­rur­gi­cale néces­saire chez cer­tains chiens.
Cette inter­ven­tion chi­rur­gi­cale vise à cor­ri­ger la sté­nose des narines (Élargissement des entrées d’air pour évi­ter la res­pi­ra­tion par la bouche) et l’élongation du voile du palais afin d’a­mé­lio­rer leurs sou­cis diges­tifs.

Les gaz intestinaux et les solutions préventives

Cela revient à cor­ri­ger les 3 rai­sons à l’o­ri­gine des fla­tu­lences énon­cées ci-​dessus. Et l’a­li­men­ta­tion que votre chien mange joue le rôle essen­tiel. En par­ti­cu­lier, nous n’a­vons jamais trouvé de témoi­gnages sur le sujet d’ex­cès de gaz pour les chiens nour­ris d’une façon équi­li­brée avec de la nour­ri­ture fraîche à base car­née crue. (Voir notre article sur ce sujet en cli­quant sur Alimentation canine : com­ment pas­ser au régime BARF”). 

Prévention n°1 : Les repas au calme avant toute chose

  • Le chien doit man­ger au calme. Séparez les gamelles de quelques mètres si vous avez plus d’un chien.
  • Préférez les petites quan­ti­tés : deux ou trois repas jour­na­liers au lieu d’un seul
  • Donnez à man­ger à heures fixes afin d’é­vi­ter que le chien ne s’é­nerve en atten­dant et se jette sur la nour­ri­ture avec encore plus de force
  • Emmenez le faire une petite pro­me­nade 12 heure après le repas. Cela favo­rise la défé­ca­tion et l’é­li­mi­na­tion des gaz

Note
Il existe des bols/​gamelles des­ti­nés à ralen­tir l’in­gur­gi­ta­tion. S’achètent en ligne ou dans les maga­sins ani­ma­liers

Prévention n°2 : Préparer de la nourriture très digestible et de bonne qualité

Gaz intestinaux - Chien avec viande
Que c’est bon !
  • Choisissez la meilleure qua­lité dis­po­nible.
    Cela coû­tera un peu plus cher mais vous évi­tera sou­vent bien des ennuis (Non seule­ment pour ce qui concerne les pets mal­odo­rants mais aussi des pro­blèmes de santé en par­ti­cu­lier à long terme) et au final vous fera faire des éco­no­mies (de vété­ri­naire en par­ti­cu­lier)
  • Limitez la quan­tité de nour­ri­ture.
    Ne pas faire d’ex­cès, mais plu­tôt vous tenir légè­re­ment en des­sous des quan­ti­tés recom­man­dées pour la taille et/​ou l’é­tat de votre chien (Age, obé­sité)
  • Ne pas don­ner les restes de vos repas, ou avec par­ci­mo­nie.
    Eviter les viandes ten­di­neuses, les car­ti­lages, les plats en sauce ou épi­cés, les fécu­lents (Pommes de terre), l’oi­gnon (Dangereux pour la santé du chien si en quan­tité), le chou, les noix, peut être les fruits ou le lait (A tes­ter).

Note
Parmi les rations ali­men­taires “ména­gères” pos­sibles, le riz bien cuit est en géné­ral le mieux toléré par votre chien. Côté pro­téines le top pour lui est l’a­gneau. Pensez au régime Barf. Pour plus d’in­for­ma­tion, cli­quez sur “Nourriture BARF ou cro­quette ? Comment bien nour­rir son chien ?”

Prévention n°3 : changement d’alimentation à éviter ou très progressif

  • Le mieux est de conser­ver la même nour­ri­ture (ou des nour­ri­tures de“nature” très proche) au fil des jours car les chiens ont, dans leur tube diges­tif, un nombre de “bac­té­ries diges­tives” limi­tées. Ce sont celles néces­saires à l’a­li­men­ta­tion du moment qu’ils absorbent.
    Si la nour­ri­ture change constam­ment ou assez sou­vent, les bac­té­ries diges­tives doivent aussi chan­ger, ce qui prend 8 à 10 jours et quel­que­fois plus.
  • Si le chan­ge­ment de nour­ri­ture de votre chien doit tou­te­fois être changé, faites le si pos­sible très pro­gres­si­ve­ment. Par exemple sur 8 à 10 jours.
    Introduisez chaque jour 10% de plus du nou­vel ali­ment, en même temps dimi­nuez de 10% “l’an­cien” ali­ment qu’il rem­place. Voir plus en cli­quant sur Comment pas­ser au régime Barf”.

La prévention : résumé de ce qu’il faut faire en cas de ballonnements

  1. Fractionnement de l’a­li­men­ta­tion en plu­sieurs repas.
  2. Diminution de la vitesse d’ingestion des repas.
  3. Alimentation très diges­tible et pro­téines d’excellente qua­lité.
  4. Traitements anti­pa­ra­si­taires régu­liers et adap­tés. Nous avons plu­sieurs articles qui traitent de ce sujet : faire soi-​même des ver­mi­fuges natu­rels, quels types de vers du chien, règles pour ver­mi­fu­ger son chien, etc.
  5. Activité phy­sique régu­lière.
  6. Si vous devez voya­ger, pré­pa­rez vos voyages car cer­taines condi­tions sont exi­gées, sur­tout si votre chien est sujets à des fla­tu­lences : pour pas­ser les fron­tières, pour aller dans cer­tains pays
  7. Si vous met­tez votre chien en pen­sion, en che­nil, il est sou­vent demandé des pré­cau­tions sani­taires. En par­ti­cu­lier lorsque votre com­pa­gnons a faci­le­ment des gaz. C’est sou­vent une ver­mi­fu­ga­tion (Vers) et un trai­te­ment contre les para­sites (Puces) de votre chien

Les solutions naturelles de lutte contre les gaz intestinaux du chien

  • Si la pré­ven­tion des fla­tu­lences de votre chien n’a jamais été envi­sa­gée jus­qu’à main­te­nant
  • Ou que vous êtes pour la pre­mière fois confronté(e) à ce pro­blème
  • Ou si les mesures déjà prises n’ont pas eu d’ef­fets ….

… il existe alors des trai­te­ments natu­rels.

Les solutions naturelles prêtes à l’emploi contre les flatulences

Probiotiques

Il s’a­git ici d’ap­por­ter en quan­tité de bonnes bac­té­ries que l’on trouve natu­rel­le­ment dans le tube diges­tif mais en nombre insuf­fi­sant au moment des fla­tu­lences du chien. Ce com­plé­ment ali­men­taire “pro­bio­tique” faci­li­tera la diges­tion et dimi­nuera la quan­tité de gaz et les bal­lon­ne­ments, aug­men­tera la flore intes­ti­nale.

Notre sélection “DHN ProBio” * immunitaire Complément alimentaire biologique

Ce pro­bio­tique “DHN ProBio” peut être acheté direc­te­ment en cli­quant ici

Pour un sou­tien nutri­tion­nel dans les mala­dies intes­ti­nales chro­niques et le ren­for­ce­ment du sys­tème immu­ni­taire. 
ProBio Immune est main­te­nant dis­po­nible en tant que com­plé­ment nutri­tion­nel.
Il contient la bac­té­rie immuno-​modulatrice Entercoccus fea­cium. Elle joue un rôle impor­tant dans le dépla­ce­ment des germes intes­ti­naux patho­lo­giques. 

Ingrédients
Bio-​inuline, ami­don de riz bio­lo­gique
Cultures vivantes de Fécium enté­ro­coque, Lactobacillus aci­do­phi­lus, Lactobacillus bul­ga­rius, Lactobacillus hel­ve­ti­cus, Lactobacillus plan­ta­rum, Lactobacillus bul­ga­rius, Lactobacillus hel­mi­ni­cus, 
Streptococcus ther­mo­phi­lus.

Quantité recom­man­dée
3 g par jour soit : 4 x 10 ^ 9 UFC * (4 mil­liards)
1,33 x 10 ^ 12 UFC * / kg (1 333 mil­liards)
150 g de poudre dans un réci­pient refer­mable soit 50 jours de consom­ma­tion
* = UFC (uni­tés for­mant colo­nie)

Ce pro­duit est Vegan, sans lac­tose, glu­ten, arômes arti­fi­ciels, conser­va­teurs et colo­rants

Le terme “microalgues” est une classe d’algues très petites telles que les espèces chlo­rella, bleu-​vert et spi­ru­line. Paragraphe en cours de construc­tion

Chlorella DHN® BIO-​Chlorella * 100 g
Complément alimentaire biologique

La Chlorella bio est une micro-​algue très riche en oligo-​éléments. Elle contient aussi de grandes quan­ti­tés de chlo­ro­phylle et les caro­té­noïdes, les pro­téines végé­tales à part entière avec tous les acides ami­nés essen­tiels, acides gras pré­cieux et des vita­mines essen­tielles. Elle :

  • Détoxifie (Gaz intes­ti­naux)
  • Élimine les métaux lourds (Gaz intes­ti­naux)
  • Nettoie l’or­ga­nisme – Produits chi­miques, bac­té­ries (Sporopolléine) (Gaz intes­ti­naux)
  • Riche en vita­mine B et Phosphore
  • Forte teneur en chlo­ro­phylle
  • Stimule le sys­tème immu­ni­taire
  • Cicatrise

Ingrédients
Poudre de chlo­rella 100% orga­nique

Constituants ana­ly­tiques
 : pro­téines brutes 56,3%, fibres brutes 1,6%, humi­dité 5,6%, cendres brutes 5,0%

Quantité recom­man­dée

  • BIO norme DE-ÖKO-003

Spiruline

La spi­ru­line est une micro-​algue de la famille des cya­no­phy­cées. Elle est pro­duit natu­rel­le­ment dans les eaux tro­pi­cales et sub­tro­pi­cales et se carac­té­rise par sa teneur éle­vée en pro­téines. En outre, la spi­ru­line contient divers miné­raux tels que le phos­phore, le fer, le magné­sium, le man­ga­nèse et le zinc, ainsi que plus de 50 sub­stances vitales (vita­mines, miné­raux et oligo-​éléments), les 8 acides ami­nés essen­tiels et 10 acides ami­nés non essen­tiels (zone humaine). La Spiruline a une cou­leur vert foncé pro­fond en rai­son de sa teneur en chlo­ro­phylle et de la phy­co­cya­nine, pig­ment bleu spé­ci­fique de la spi­ru­line . Elle contient aussi le bêta­ca­ro­tène . La vita­mine C est absente, ou en faible quan­tité, dans la spi­ru­line à l’état natif.

La spi­ru­line bio est uti­li­sée dans des indi­ca­tions aussi diverses que la nutri­tion, les acti­vi­tés spor­tives, la mémoire, les aller­gies, la conva­les­cence, l’anti-âge, etc … Elle est aussi un immuno-​stimulante. La spi­ru­line est recom­man­dée pour les chiens pour les mêmes rai­sons que pour les humains. Un chien en pleine forme pos­sé­dera les moyens de lut­ter natu­rel­le­ment contre tout pro­blème diges­tif et en par­ti­cu­lier les fla­tu­lences.

Ingrédients
100% algues d’eau douce de spi­ru­line

Constituants ana­ly­tiques :
Protéines :
perte mini­male de 60% au séchage, max. 8% de
cendres : max. 10%
b‑carotène : au moins 1 000 mg / kg
Chlorophylle : au moins 7 000 mg / kg
Vitamine E : au moins 50 mg / kg
Phosphore : au moins 7 000 mg / kg de
fer au moins 500 mg / kg de
magné­sium : au moins 1 500 mg / kg
Manganèse : au moins 10 mg / kg
Zinc : au moins 25 mg / kg

Quantité recom­man­dée

Les solutions naturelles de Grand Mère contre les flatulences

Nous en avons noté plu­sieurs prises dans la lit­té­ra­ture spé­cia­li­sée et nous vous les indi­quons ci-​dessous. La plu­part don­ne­ront des amé­lio­ra­tions ou même des solu­tions plus ou moins défi­ni­tives aux pro­blèmes des gaz intes­ti­naux. Cela dépen­dra du chien (et de sa flore intes­ti­nale) et de sa nour­ri­ture. Mais ne les tes­tez pas tous en même temps, car vous ne sau­rez jamais quel est le plus effi­cace !

Mélange miel et cannelle

Certains res­tau­rants indiens ins­tal­lés en Europe ou aux Etats Unis mettent ce mélange à dis­po­si­tion pour leurs clients peu accou­tu­més à la nour­ri­ture indienne, par­ti­cu­liè­re­ment géné­ra­trice de fla­tu­lences pour les esto­macs non habi­tués !. Si cela marche pour les humains, cela doit aussi mar­cher pour votre chien

Infusion de graines de pastèque, de melon, de concombre et de citrouille.

Vous devez mélan­ger une part égale de chaque ingré­dients. (Comment faire une infu­sion “pro­fes­sion­nelle” : voir le site www.Altheaprovence.com ou cli­quer ici)

Menthe

Peut être man­gée direc­te­ment en feuilles cou­pées dans la nour­ri­ture (2 ou 3 feuilles) ou en infu­sion ver­sée aussi sur la nour­ri­ture.

Gingembre

En gélules (Car le goût fort le rend dif­fi­cile à ava­ler tel quel pour le chien).

Nux Vomica

Il s’a­git d’un remède homéo­pa­thique que vous achè­te­rez en phar­ma­cie. Il est sur­tout recom­mandé si votre chien est stressé, a fait un l’excès ali­men­taire ou est trop séden­taire

Massage

Massage du dos et de la par­tie médiane de l’es­to­mac, en lui par­lant cal­me­ment. Cela l’ai­dera à se relaxer … et à mieux digé­rer

Yucca schidigera

Le Yucca schi­di­gera est une plante qui ne pousse que dans la région de Basse Californie au Mexique, dans le sud-​ouest des états du Nevada et de l’Arizona et dans les déserts du centre et du sud de la Californie aux États-​Unis. Elle peut croître jusqu’à 4 à 5 mètres de hau­teur. Elle a semble-​t-​il des effets spec­ta­cu­laires, d’a­près les essais réa­li­sés, sur les gaz intes­ti­naux des chiens. Elle se vend sur inter­net et en ani­ma­le­ries, sous la forme d’un spray à mettre sur la nour­ri­ture

Charbon actif (Ou “activé”) végétal

Il est effi­cace très rapi­de­ment (Absorption des gaz). Mais atten­tion : déca­ler de 2 à 3 heures la prise de char­bon actif de la prise d’une médi­ca­tion, de la nour­ri­ture ou autre ingré­dients (Car il a la capa­cité d’ab­sor­ber les molé­cules actives de la nour­ri­ture ou des médi­ca­ments).
Autre pré­cau­tion en plus : le char­bon activé est un “anti-​diarrhéique” (C’est-​à-​dire un consti­pant).
Le char­bon actif est aussi vendu en cap­sules, pour faci­li­ter la prise.

Yaourt

Cela ajoute des bac­té­ries dans le tube diges­tif qui pro­ba­ble­ment en a besoin dans la plu­part des cas de fla­tu­lence

Kefir d’eau (Et non pas de lait, qui existe aussi)

Il s’a­git d’une “culture” de micro-​organismes que vous devez faire vous-​même. Les “souches” de départ s’a­chètent en maga­sins bio et sur inter­net. La culture se déve­loppe en 24 à 48 heures et une par­tie peut ser­vir de nou­velle souche pour une nou­velle culture. Le résul­tat est une bois­son. Suivre les indi­ca­tions sur le conte­nant.

Augmentez très pro­gres­si­ve­ment la quan­tité de Kefir dans la nour­ri­ture

Note : Qu’est ce que le kéfir ?
Il existe deux sortes de kéfir, le kéfir d’eau (dit aussi kéfir de fruit) et le kéfir de lait. Il s’agit de deux bois­sons fer­men­tées dif­fé­rentes faites à par­tir de souches bac­té­riennes aussi dif­fé­rentes : la pre­mière est désal­té­rante et légè­re­ment pétillante, la seconde est plus acide et s’approche du yaourt à boire.

Choucroute crue nature (non cuite, sans alcool ou vin)

C’est une impor­tante source de pro­bio­tiques qui per­met aussi d’ap­por­ter de la variété dans le menu de votre chien. Bien noter qu’elle doit être crue.
Elle peut four­nir jus­qu’à 10 tril­lion CFUs (colony-​forming units), tan­dis que les sup­plé­ments pro­bio­tiques pour humains se limitent à 10 bil­lion CFUs. Elle est aussi recon­nue comme une impor­tante source pour :

  1. se débar­ras­ser des toxines dans le corps
  2. pro­té­ger contre le can­cer
  3. conte­nir un fort pour­cen­tage de vita­mines A, C, B, E
  4. conte­nir un fort pour­cen­tage de miné­raux tels que cal­cium, magne­sium, acide folique, fer, etc.

Ajouter pro­gres­si­ve­ment à la gamelle de votre chien, jus­qu’à 1 à 3 cuillères à café de chou­croute par jour et par 10 kg de poids.

Conseils vété­ri­naires
Les valeurs et infor­ma­tions de ce site sont des­ti­nées aux trai­te­ments des chiens et ne peuvent pas se sub­sti­tuer à l’avis de votre vété­ri­naire ou du thé­ra­peute de votre chien, d’un méde­cin ou d’un phar­ma­cien. En aucun cas, les infor­ma­tions don­nées sur notre site ne consti­tuent une pres­crip­tion. Seul votre vété­ri­naire peut poser un diag­nos­tic pré­cis et recom­man­der l’utilisation d’un pro­duit pour votre chien. Si tel n’est pas le cas, nous ne sau­rions être tenus pour res­pon­sables d’une prise inadap­tée des pro­duits pré­sen­tés.

id Curabitur pulvinar sit eget ut nunc vulputate,