Infections-urinaires-du-chien- daisant-pipi-contre-un-arbre

Infections urinaires du chien, inflammations, diagnostics, analyse

Les infec­tions uri­naires du chien sont cou­rantes. Mais qu’est-​ce que c’est vrai­ment ? Une infec­tion ou une inflam­ma­tion ? Les signaux sont très voi­sins et demandent sou­vent une ana­lyse uri­naire qu’il faut-​il cor­rec­te­ment.
Conseil Pro
Pour trai­ter les infec­tions et inflam­ma­tions uri­naires, voir notre article : “Infections uri­naires : 9 remèdes mai­son pour le chien

Infections urinaires ou inflammations urinaires chez le chien ? 

Vous pen­sez pro­ba­ble­ment que les infec­tions uri­naires du chien signi­fient tou­jours que lorsque les chiens ont une infec­tion des voies uri­naires, il s’a­git tou­jours d’un agent patho­gène uri­naire impli­qué ou d’une infec­tion bac­té­rienne.

Mais la mala­die des voies uri­naires de votre chien n’est peut-​être pas ce qu’elle semble être. Par exemple, les pro­blèmes de ves­sie sont sou­vent dus à une inflam­ma­tion, sans qu’au­cune bac­té­rie n’en soit la cause. 

En fait, de nom­breux vété­ri­naires holis­tiques affirment aujourd’­hui que le sigle IVU signi­fie “inflam­ma­tion des voies uri­naires” (et non “infec­tion”). Et pour­tant, ce dis­tin­guo est rare­ment pris en compte, et on parle sur­tout “d’in­fec­tions uri­naires” sans nuan­cer la dif­fé­rence. Il s’a­git pour­tant de deux diag­nos­tics dif­fé­rents, qui deman­de­raient aussi deux trai­te­ments dif­fé­rents. Ce point est impor­tant pour vous aider à com­prendre que les vrais pro­blèmes de votre chien sont effec­ti­ve­ment trai­tés, de sa ves­sie en particulier. 

Quels sont les signes d’une infection urinaire du chien ?

Infections-urinaires-du-chien-besoins-pressents-un-chien-fait-pipi-sur-un-autre

Les mala­dies des voies uri­naires peuvent inclure les infec­tions des reins, des ure­tères, de l’u­rètre et de la vessie.

Bien que nous uti­li­sions l’exemple d’une femelle chien dans ce qui suit, ne pas oublier que les chiens mâles peuvent éga­le­ment souf­frir d’in­fec­tions uri­naires !
Les symp­tômes typiques des infec­tions uri­naires chez les chiens des deux sexes sont les suivants :

  • Miction fré­quente ou besoin urgent d’uriner.
  • Urine san­glante. Parfois, vous pou­vez voir un peu de sang à la toute fin d’u­ri­ner. D’autres fois, il peut y avoir un caillot de sang. Parfois, c’est à peine per­cep­tible. Demandez à votre chien de faire pipi sur une ser­viette en papier pour voir s’il y a du sang.
  • Il se lèche avant ou après avoir uriné.
  • Mictions inap­pro­priées ou acci­dents dans la maison.
  • Agitation géné­rale.
  • Besoin de sor­tir pen­dant la nuit.
  • Essayer d’u­ri­ner à nou­veau juste après avoir fait pipi. Vous pou­vez le voir essayer plu­sieurs fois et sem­bler s’ac­crou­pir ou faire des efforts de dif­fé­rentes manières. Cela est dû à un écou­le­ment dif­fi­cile de l’urine.
  • Signes de mic­tion douloureuse.

Lorsqu’elles ne sont pas trai­tées, les infec­tions uri­naires du chien peuvent entraî­ner des pro­blèmes plus graves, notam­ment des cal­culs, un dys­fonc­tion­ne­ment, l’in­fer­ti­lité, une infec­tion rénale et même une insuf­fi­sance rénale.

Que faire s’il y a du sang dans l’urine de votre chien ?

Si vous obser­vez des urines san­glantes (appe­lées héma­tu­rie), c’est une bonne rai­son d’en­voyer un échan­tillon d’u­rine à votre vété­ri­naire pour ana­lyse. Les tests vous aide­ront à déter­mi­ner si le sang a pour ori­gine une inflam­ma­tion, une mala­die infec­tieuse (pré­sence d’une bac­té­rie ou d’un agent patho­gène) ou un autre pro­blème.

S’agit-​il d’une infection urinaire du chien, d’une inflammation ou de quelque chose de plus grave ?

Si votre chien pré­sente des signes d’infec­tion uri­naire, il est bon d’ap­por­ter un échan­tillon d’u­rine à votre vété­ri­naire pour ana­lyse. En effet, les infec­tions uri­naires peuvent être le symp­tôme d’un pro­blème médi­cal plus grave, tel que :

  • Calculs de la ves­sie ou dans l’urètre
  • Diabète
  • Calculs rénaux ou autres pro­blèmes rénaux
  • Tumeur

Ces pro­blèmes ne sont pas sys­té­ma­tiques, mais sont plus faciles à trai­ter si vous les détec­tez à temps.

Un test de “culture urinaire” est-​il nécessaire en plus d’une simple analyse d’urine ?

La plu­part des vété­ri­naires conven­tion­nels recom­mandent éga­le­ment un test de culture bac­té­rienne. Ils veulent en effet savoir quelle espèce bac­té­rienne affecte votre chien, afin de pou­voir choi­sir le bon anti­bio­tique (la plu­part des anti­bio­tiques sont “ciblés”.

A l’in­verse, si vous pré­voyez d’é­vi­ter les anti­bio­tiques et d’u­ti­li­ser des remèdes natu­rels pour soi­gner l’in­fec­tion uri­naire de votre chien, vous n’a­vez pas besoin d’une culture d’u­rine, car ces remèdes ne fonc­tionnent pas comme les anti­bio­tiques nor­ma­le­ment ciblés (spé­ci­fiques).

Pour plus d’in­for­ma­tion voir notre article “Cinq remèdes mai­son pour les infec­tions uri­naires chez les chiens”

Comment les vétérinaires diagnostiquent-​ils les problèmes de l’appareil urinaire chez les chiens ?

Votre pre­mier défi dans votre chasse à l’in­fec­tion uri­naire de votre chien consiste à obte­nir un échan­tillon d’u­rine de la part de sa part afin de l’ap­por­ter au vété­ri­naire. Ce n’est pas quelque chose d’ha­bi­tuel pour un chien, donc il ne s’y prê­tera peut être pas facilement.

Prélèvement d’un échantillon d’urine en cas d’infections urinaires du chien

Infections urinaires du chien-difficulté-pour-le-prelevement-durine
Bouche d’in­cen­die fac­tice – Entrainement du chien – Made in Hong Kong

Essayez de pré­le­ver un échan­tillon lors du pre­mier pipi de la jour­née de votre chien. Cela mon­trera à quel point les reins de votre chien fonc­tionnent bien pen­dant la nuit.
La cli­nique vété­ri­naire vous deman­dera com­ment vous avez recueilli l’é­chan­tillon d’u­rine de votre chien, car cela peut affec­ter cer­tains des résul­tats. Lorsque vous recueillez un échan­tillon à la mai­son, il contient des matières pro­ve­nant de toutes les par­ties de l’ap­pa­reil uri­naire. Chez les femelles, cela inclut l’u­rètre et la vulve, et chez les mâles, l’u­rètre et la prostate.

  • Utilisez un réci­pient propre et étiquetez-​le avec la date et l’heure de l’échantillon. 
  • Il est par­fois dif­fi­cile de pré­le­ver un échan­tillon sur votre chien. Une astuce utile consiste à uti­li­ser une louche propre pour recueillir l’é­chan­tillon, puis à le trans­fé­rer dans l’autre réci­pient propre avec cou­vercle que vous empor­te­rez chez le vétérinaire. 
  • Réfrigérez-​le jus­qu’à ce que vous l’ap­por­tiez à la cli­nique vété­ri­naire, si vous ne pou­vez pas y aller tout de suite.
  • Mais si votre chien refuse vrai­ment de coopé­rer, vous aurez peut-​être besoin de l’aide de votre vété­ri­naire pour pro­cédé au pré­lè­ve­ment. Votre vété­ri­naire peut uti­li­ser une pro­cé­dure appe­lée cys­to­cen­tèse pour obte­nir un échan­tillon.
    Il insé­rera une aiguille à tra­vers la paroi cor­po­relle de votre chien jus­qu’à sa ves­sie. Les vété­ri­naires holis­tiques n’aiment pas cette méthode, car elle peut pro­vo­quer un léger sai­gne­ment et le test peut donc conte­nir des glo­bules rouges.
    Les vété­ri­naires recueillent éga­le­ment l’u­rine à l’aide d’une sonde uri­naire, prin­ci­pa­le­ment pour les chiens mâles. Cette méthode per­met éga­le­ment de recueillir l’u­rine direc­te­ment dans la vessie.

Composants de l’analyse d’urine : ce qu’ils peuvent indiquer

Couleur et clarté

Votre vété­ri­naire notera l’as­pect de l’u­rine de votre chien, notam­ment sa cou­leur et sa clarté. Plus l’u­rine est “concen­trée”, plus elle sera jaune. Une urine déco­lo­rée ou trouble peut pro­ve­nir de débris dans l’urine.

Gravité spécifique

La gra­vité spé­ci­fique mesure la concen­tra­tion de l’u­rine de votre chien. Ce test ren­seigne votre vété­ri­naire sur la fonc­tion rénale. C’est pour­quoi l’é­chan­tillon du matin est si important.

pH de l’urine

L’acidité de l’u­rine (niveau de pH) de votre chien est impor­tant. Si votre chien suit un régime riche en pro­téines, son pH sera pro­ba­ble­ment plus bas (car plus acide). S’il a une infec­tion ou des cal­culs uri­naires, son pH uri­naire sera plus élevé (plus alcalin).

Protéines dans l’urine

Une petite quan­tité de pro­téines dans l’u­rine de votre chien peut être nor­male. Mais si le test en révèle une grande quan­tité, cela peut signi­fier qu’il y a des pro­blèmes au niveau des reins, de la ves­sie ou des voies uri­naires infé­rieures. Si votre chien pré­sente un taux élevé de pro­téines, votre vété­ri­naire peut effec­tuer des ana­lyses san­guines complémentaires.

Glucose dans l’urine

Vous connais­sez peut être les tests du taux de sucre dans le sang mais le glu­cose peut éga­le­ment appa­raître dans l’u­rine. Lorsqu’il y a du sucre dans l’u­rine, la cause la plus fré­quente est le dia­bète, mais les tests peuvent être faus­se­ment posi­tifs. Les mala­dies rénales chez le chien peuvent éga­le­ment pro­vo­quer la pré­sence de glu­cose dans les urines. Donc, s’il y a du glu­cose dans les urines de votre chien, votre vété­ri­naire vous recom­man­dera pro­ba­ble­ment des ana­lyses de sang.

Bilirubine

La bili­ru­bine est un pig­ment non soluble dans l’eau de cou­leur jaune, issu de la dégra­da­tion de l’hémo­glo­bine. Elle est le prin­ci­pal colo­rant de la bile. Elle est pro­duite dans les cel­lules de la rate et de la moelle osseuse, et est ensuite trans­por­tée dans la cir­cu­la­tion san­guine par l’albumine pour rejoindre le foie. Une fois pré­sente dans le foie, elle est conju­guée à l’acide glu­co­nique et devient soluble dans l’eau. Dans les intes­tins, la bili­ru­bine conju­guée donne la cou­leur brune aux selles. 

La bili­ru­bine se forme donc lorsque les glo­bules rouges se décom­posent. Une petite quan­tité de bili­ru­bine dans l’u­rine peut être nor­male, sur­tout chez les chiens mâles. La bili­ru­bine peut éga­le­ment appa­raître en cas de pro­blèmes de foie ou de sai­gne­ment. Cela peut être une autre rai­son pour effec­tuer des ana­lyses san­guines complémentaires.

Globules rouges (GR)

Comme indi­qué pré­cé­dem­ment, des glo­bules rouges peuvent appa­raître si le vété­ri­naire a uti­lisé une aiguille pour pré­le­ver l’é­chan­tillon de votre chien. Une petite quan­tité de glo­bules rouges peut être nor­male en cas d’in­flam­ma­tion de faible inten­sité. Mais une plus grande quan­tité de sang peut signifier :

  • Une inflam­ma­tion sévère
  • Des infec­tions
  • Un can­cer
  • Une mala­die rénale
  • Un trouble de la coagulation

Si votre vété­ri­naire trouve du sang, il vous sug­gé­rera les rai­sons pos­sibles de cette pré­sence, sur la base d’autres examens.

Globules blancs

Les glo­bules blancs indiquent le degré d’in­flam­ma­tion. L’inflammation peut se pro­duire à cause de :

  • Infections
  • Calculs (cris­taux ou pierres)
  • Tumeurs

Les leu­co­cytes (glo­bules blancs) peuvent éga­le­ment pro­ve­nir d’une inflam­ma­tion de la vulve, de la pros­tate ou du pré­puce. En pré­sence de leu­co­cytes, votre vété­ri­naire doit effec­tuer une cys­to­cen­tèse (aiguille) pour en déter­mi­ner l’o­ri­gine. Si les leu­co­cytes conti­nuent d’ap­pa­raître dans l’u­rine de votre chien, sans qu’il y ait de bac­té­ries, votre vété­ri­naire pré­lè­vera d’autres échan­tillons de cys­to­cen­tèse. Le labo­ra­toire met­tra l’é­chan­tillon en culture pour véri­fier la pré­sence d’or­ga­nismes bactériens.

Bactéries

Parfois, la pré­sence des bac­té­ries est due à une conta­mi­na­tion après le pré­lè­ve­ment de l’é­chan­tillon. C’est fré­quent si votre chienne a une inflam­ma­tion ou une infec­tion de la vulve. Cela ne signi­fie pas que sa ves­sie est éga­le­ment infec­tée. S’il y a des bac­té­ries sur un échan­tillon propre ou sur un échan­tillon de cys­to­cen­tèse, vous savez que l’in­fec­tion est réelle.

Cellules

Une ana­lyse d’u­rine per­met de dépis­ter d’autres cel­lules. La plu­part des cel­lules de la ves­sie et des voies uri­naires sont nor­males, mais votre vété­ri­naire doit les exa­mi­ner pour détec­ter tout signe de chan­ge­ment cancéreux.

Cylindres urinaires

Il s’a­git d’un groupe de cel­lules qui peuvent se col­ler les unes aux autres pour for­mer une sorte de moule. Certains cas peuvent être nor­maux, mais d’autres peuvent sug­gé­rer une éven­tuelle mala­die rénale.

Cristaux

L’urine peut être sur­sa­tu­rée en sub­stances qui forment des cris­taux. Les cris­taux se forment à cause de …

  • Maladie
  • pH de l’urine
  • Concentration de l’urine

Votre chien peut déve­lop­per des cal­culs vési­caux ou rénaux à cause des cris­taux, mais la pré­sence de cris­taux ne signi­fie pas tou­jours qu’il y a des cal­culs. Et s’il y en a, les cris­taux ne révèlent pas le type de calcul.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.