Systeme-urinaire-du-chien-traiter-par-canneberge

Infections urinaires : 9 remèdes maison pour le chien

Les infec­tions uri­naires du chien sont cou­rantes, de diverses ori­gines, peu ou pas assez fine­ment diag­nos­ti­quées. Ce qui conduit sou­vent à trai­ter une inflam­ma­tion uri­naire par exemple comme une infec­tion uri­naire clas­sique : avec un anti­bio­tique “type” tota­le­ment inutile dans ce cas puis­qu’il n’y a ni bac­té­rie, ni agent patho­gène à éli­mi­ner. C’est par exemple le cas le plus pro­bable en ce qui concerne la ves­sie sen­sible aux inflammations.

Nous appor­tons ici une autre vision du trai­te­ment dites “des infec­tions uri­naires” en abor­dant la solu­tion avec 9 remèdes natu­rels des­ti­nés à lut­ter contre les pro­blèmes du sys­tème urinaire.

Traitement conventionnel des infections urinaires chez le chien : les antibiotiques

Les anti­bio­tiques sont le trai­te­ment stan­dard par les vété­ri­naires conven­tion­nels, des infec­tions uri­naires. Le pro­blème est que les anti­bio­tiques ne se contentent pas de tuer les bac­té­ries à l’o­ri­gine de l’in­fec­tion uri­naire. Ils détruisent éga­le­ment les bac­té­ries saines de l’in­tes­tin de votre chien même si les bac­té­ries patho­gènes ne sont pas pré­sentes comme dans les inflam­ma­tions. Donc les anti­bio­tiques sont dans ce cas tota­le­ment inutiles. 

D’autre part, nom­breux sont les vété­ri­naires holis­tiques diag­nos­tiquent les pro­blèmes uri­naires chez les chiens le plus sou­vent comme une inflam­ma­tion, et non une infec­tion. L’utilisation d’an­ti­bio­tiques endom­ma­gera donc le micro­biome de votre chien sans trai­ter effi­ca­ce­ment la cause réelle de l’in­fec­tion uri­naire de votre chien. 

Ceci expli­que­rait pour­quoi les infec­tions uri­naires devien­draient des infec­tions chro­niques récur­rentes chez de nom­breux chiens. En effet, s’il s’a­gis­sait au départ vrai­ment d’un infec­tion, elle se fera obli­ga­toi­re­ment par des bac­té­ries ou agents patho­gènes. Ils seraient détruits au pre­mier “contact” avec un anti­bio­tique. Soit l’an­ti­bio­tique serait inef­fi­cace, soit il fau­drait une résur­gence encore et encore de nou­veaux patho­gènes qui se renou­vel­le­raient sans cesse. A l’in­verse, si la pre­mière “attaque” n’é­tait pas un infec­tion mais une inflam­ma­tion, il est cer­tain que l’an­ti­bio­tique n’aura aucun résul­tat ce qui expli­que­rait que la mala­die conti­nue au fil du temps. 

La résistance aux antibiotiques des agents pathogènes

La concen­tra­tion uri­naire des anti­bio­tiques est éga­le­ment un fac­teur à consi­dé­rer. Les médi­ca­ments sont de moins en moins effi­caces s’ils n’at­teignent pas des concen­tra­tions anti­mi­cro­biennes éle­vées. En fait, une revue de 2014 sur les anti­bio­tiques pour les infec­tions uri­naires, faite à l’Université de Copenhague a conclu : “il existe peu de preuves publiées rela­tives au trai­te­ment anti­bio­tique des infec­tions uri­naires chez les chiens et les chats. Des essais cli­niques bien conçus et axés sur la durée du trai­te­ment sont jus­ti­fiés pour créer des pro­to­coles de trai­te­ment fon­dés sur des preuves.”

La résis­tance aux anti­bio­tiques est éga­le­ment un sujet de pré­oc­cu­pa­tion hors du sec­teur des infec­tion uri­naires. Plus votre chien prend des anti­bio­tiques, moins ils seront effi­caces. Il serait donc pru­dent de les gar­der pour les cas où ils sont vrai­ment néces­saires en évi­tant d’aug­men­ter la résis­tance aux anti­mi­cro­biens. D’autant qu’il existe d’autres solu­tions effi­caces et naturelles ! 

Note
La plu­part des vété­ri­naires conven­tion­nels recom­mandent en plus d’une ana­lyse de l’u­rine, un test de culture bac­té­rienne. Ils veulent en effet savoir quelle espèce bac­té­rienne affecte votre chien, afin de pou­voir choi­sir le bon anti­bio­tique (la plu­part des anti­bio­tiques sont “ciblés”).

Quatre remèdes homéopathiques pour les infections urinaires

L’homéopathie est sou­vent un trai­te­ment effi­cace pour les infec­tions uri­naires. Nous nous appuyons ici sur les pré­co­ni­sa­tions du Dr Blanco, vété­ri­naire, homéo­pathe.
Dans les cas les plus tenaces, vous pou­vez avoir besoin de l’aide d’un pro­fes­sion­nel. Un homéo­pathe ana­ly­sera l’en­semble des symp­tômes de votre chien pour choi­sir le meilleur remède. Il ne se limi­tera pas seule­ment aux symp­tômes de l’in­fec­tion uri­naire. L’homéopathie peut donc vous aider aussi dans les cas d’in­fec­tions plus com­pli­quées, voire d’in­fec­tions systémiques. 

Commençons d’a­bord par le dosage et la prise du remède homéo­pa­thique par le chien.

Comment donner à votre chien des remèdes homéopathiques

  • Les remèdes homéo­pa­thiques se pré­sentent géné­ra­le­ment sous forme de gra­nules dans un petit “conte­neur” avec bou­chon dis­tri­bu­teur. Choisissez la dilu­tion 30 CH.
  • Pour pré­pa­rer votre remède, pre­nez 3 gra­nules (sans les tou­cher avec les doigts, mais direc­te­ment en les fai­sant “cou­ler” du dis­tri­bu­teur du réci­pient de sto­ckage) , ajoutez-​les à ½ tasse d’eau puri­fiée et remuez pen­dant envi­ron 30 secondes. Vous obtien­drez ainsi plu­sieurs doses.
  • Ne pas réfri­gé­rer. Conservez le reste du mélange à tem­pé­ra­ture ambiante, recou­vert d’une serviette.
  • Donnez à chaque prise envi­ron 1 ml de ce mélange à l’aide d’un compte-​gouttes ou d’une seringue. 
  • Si votre chien a des crises intenses, répé­tez le trai­te­ment toutes les 15 minutes avec un maxi­mal de 3 doses.
  • Après avoir admi­nis­tré 3 doses, ne pas re-​doser un sup­plé­ment. Observez pen­dant une heure envi­ron le résul­tat. Le som­meil est une bonne réponse, sur­tout s’il est suivi d’une grande quan­tité d’u­rine par la suite, sans aucun problème. 
  • Si les symp­tômes réap­pa­raissent, remuez et faites-​lui boire de nou­veau 3 doses.

Apis mellifica est le remède de départ préféré du Dr Blanco pour les symptômes vésicaux

Le Dr Blanco l’u­ti­lise dans les cas suivants :

  • Sensations de brû­lure en urinant
  • Une envie fré­quente d’u­ri­ner mais qui ne peut pas­ser que quelques gouttes.
  • Incontinence
  • Sensibilité au milieu du dos, au-​dessus de la région des reins.
  • Symptômes aggra­vés par la cha­leur ou lors­qu’on est couvert
  • Symptômes amé­lio­rés par l’air frais et les mouvements

Aconite qui peut aider à soulager les symptômes courants de la vessie tels que : 

L’aconite est un excellent remède pour les chiens effrayés, en état de choc ou sur­ex­ci­tés. Les symp­tômes sont les suivants :

  • Étirement
  • Brûlure
  • Miction impro­duc­tive ou douloureuse
  • Urine brune ou rouge brique

Nux vomica est un bon remède pour de nombreux chiens souffrant de problèmes de vessie 

Il est excellent pour les symp­tômes suivants : 

  • Spasmes, crampes ou efforts pour uriner
  • Histoire d’ex­po­si­tion à des toxines comme les médi­ca­ments contre les puces et les tiques
  • Froid (pas câlin, évite votre contact, essaie de se cacher)
  • Constipation ou tout autre pro­blème gastro-intestinal

Notez qu’a­vec ces symp­tômes, consi­dé­rez l’in­toxi­ca­tion comme la cause

Mercure

Rappelez-​vous, qu’il s’a­git du remède homéo­pa­thique “mer­cure”. Il n’est pas toxique comme le mer­cure (qui est un métal blanc liquide à tem­pé­ra­ture ordi­naire !). Il est utile pour les infec­tions uri­naires aiguës, sur­tout lorsque Nux vomi­ca­does ne fonc­tionne pas. Mercurius est utile lorsque votre chien :

  • Présence de sang dans l’urine 
  • Ressent un besoin fré­quent de sor­tir pour uriner 
  • Semble agité
  • Est pani­qué pour sor­tir faire pipi, ou semble en détresse 
  • A une odeur d’u­rine très forte 
  • Semble avoir soif d’eau froide 
  • A un effort extrême, que ce soit pour la diar­rhée ou l’urine

Conseil : en homéo­pa­thie, les chiens de toutes tailles reçoivent la même dose. Peu importe que vous ayez un Dogue alle­mand ou un Doxie. Ce qui compte, c’est la puis­sance du remède et la fré­quence à laquelle vous l’administrez.

Pour en savoir plus sur l’ho­méo­pa­thie : Les médi­ca­ments homéo­pa­thiques – Ministère des soli­da­ri­tés et de la santé

Cinq remèdes maison et naturels pour les infections urinaires chez les chiens

Il existe de nom­breux remèdes natu­rels contre les infec­tions uri­naires chez le chien. Il est donc pré­fé­rable d’é­vi­ter les anti­bio­tiques (Voir ci-​dessus), même si la plu­part des vété­ri­naires les pres­crivent comme prin­ci­pale option thé­ra­peu­tique, la plu­part du temps sans rai­son valable. Voici les 5 remèdes prin­ci­paux à base de plantes parmi les­quels vous pou­vez choi­sir. Essayez d’ob­te­nir des pro­duits bio­lo­giques, sans pesticides. 

1. Chiendent

Infections-urinaires-chiendent-plante-qui soigne

Le chien­dent est une “mau­vaise herbe” com­mune. Selon “Herbs for Pets” de Dr Gregory L Tilford et Dr Mary L Wulff, c’est un remède de choix pour les pro­blèmes d’ap­pa­reil urinaire.

Le chien­dent est un anti-​inflammatoire, un anti­mi­cro­bien léger et un cal­mant. C’est éga­le­ment un diu­ré­tique, ce qui signi­fie qu’il peut favo­ri­ser l’é­li­mi­na­tion des déchets.

Comment don­ner du chien­dent à votre chien en cas d’in­fec­tion uri­naire ?
Faites mijo­ter une grosse cuillère à café de racine séchée hachée dans 30 cl d’eau pen­dant 20 minutes. Laissez refroi­dir et fil­trez le liquide. Utilisez un compte-​gouttes ou une cuillère à café pour le mettre dans la bouche de votre chien (1÷2 cuillère à café par 10 kg de poids cor­po­rel, deux fois par jour). Vous pou­vez éga­le­ment l’a­jou­ter à l’eau de votre chien. La tisane de chien­dent peut aussi s’a­che­ter dans les herboristeries.

2. Feuille de persil

Persil-utilise-pour-infections-urinaires

La feuille de per­sil est un autre diu­ré­tique qui peut aider à com­battre les infec­tions uri­naires. Cela est dû à ses pro­prié­tés anti­sep­tiques. Elle est facile à don­ner à votre chien.

Comment don­ner du per­sil à votre chien pour soi­gner les infec­tions uri­naires ?
Drs Tilford et Wulff recom­mandent de pres­ser les feuilles de per­sil dans une cen­tri­fu­geuse. Donnez le jus à rai­son d’une cuillère à café pour 10 kg de poids cor­po­rel. Il est pré­fé­rable de le don­ner par voie orale et à jeun. Vous pou­vez l’a­jou­ter à l’eau de votre chien s’il ne vous laisse pas le don­ner direc­te­ment dans la bouche.

3. Racine de guimauve

Racine-de-guimauve-pour-traiter-inflammation-et-infections-systeme-urinaire

La gui­mauve est l’une des herbes les plus poly­va­lentes pour les chiens. C’est un démul­sif qui apaise et pro­tège les tis­sus irri­tés et enflam­més, c’est donc un remède idéal pour les infec­tions des voies uri­naires chez les chiens. Elle aide à réduire l’in­flam­ma­tion et crée une bar­rière entre la paroi de l’ap­pa­reil uri­naire et les bac­té­ries nocives.

Comment don­ner de la gui­mauve à votre chien en cas d’in­fec­tion uri­naire ?
Saupoudrez la poudre de racine de gui­mauve sur la nour­ri­ture de votre chien, en don­nant ½ cuillère à café pour chaque livre de nourriture.

4. Prêle des champs

Prele-des-champs-utilisee-traitement-infections-urinaires

La prêle est anti­mi­cro­bienne, elle peut donc aider à com­battre les infec­tions. Elle est éga­le­ment utile si votre chien a une infec­tion des voies uri­naires avec des sai­gne­ments mineurs. Il est pré­fé­rable d’u­ti­li­ser la prêle avec une herbe apai­sante comme la racine de guimauve.

Comment don­ner de la prêle à votre chien en cas d’in­fec­tion uri­naire ?
Drs Tilford et Wulff recom­mandent une décoc­tion. Ajoutez dans une cas­se­role une grosse poi­gnée d’herbes séchées, ½ cuillère à café de sucre et de l’eau pour cou­vrir les herbes. Laissez mijo­ter à feu doux jus­qu’à ce que l’eau soit vert foncé (envi­ron 20 minutes). Laissez refroi­dir et fil­trez le liquide. Ajoutez 1 cuillère à soupe pour chaque 10 kg de poids cor­po­rel à la nour­ri­ture de votre chien. Attention : N’utilisez pas la prêle à long terme car elle peut pro­vo­quer des irritations.

5. Canneberge (Cranberry)

La can­ne­berge (voir la photo en tête de cet article) est un remède natu­rel bien connu pour les infec­tions uri­naires chez l’homme. Elle peut éga­le­ment être effi­caces pour votre chien.
Vous vous deman­dez peut-​être si vous pou­vez don­ner du jus de can­ne­berge. Malheureusement la plu­part des jus contiennent beau­coup de sucre, il est donc pré­fé­rable de les évi­ter. Mais les can­ne­berges ou les com­plé­ments à base de can­ne­berges sont l’un des meilleurs remèdes contre les infec­tions urinaires.

Comment don­ner de la can­ne­berge à votre chien pour les infec­tions uri­naires ?
Vous pou­vez ache­ter un com­plé­ment de can­ne­berge conçu pour les chiens et suivre les ins­truc­tions de l’é­ti­quette. Si vous ache­tez un sup­plé­ment des­tiné aux humains, faites un pour­cen­tage entre le poids de votre chien et celui d’un humain de 70 kg.

Beaucoup pensent que les can­ne­berges modi­fient le pH de l’u­rine de votre chien pour contrô­ler les types de bac­té­ries qui peuvent sur­vivre dans les voies uri­naires. Mais c’est en fait un “com­po­sant” contenu dans les can­ne­berges, appelé D‑mannose, qui aide à com­battre les infec­tions urinaires.

Comment le D‑mannose de la canneberge aide les infections urinaires chez les chiens

L’une des bac­té­ries les plus cou­rantes à l’o­ri­gine des infec­tions uri­naires chez le chien est E. coli. Des études montrent que le D‑mannose empêche E. coli de se fixer dans les voies uri­naires. Le D‑mannose est donc un excellent remède à uti­li­ser si votre chien souffre d’une infec­tion.
Des études montrent éga­le­ment que le D‑mannose peut amé­lio­rer les symp­tômes de l’in­fec­tion uri­naire. Il s’est avéré qu’il fonc­tionne aussi bien, voire mieux, que cer­tains anti­bio­tiques.
Les fla­vo­noïdes conte­nus dans la can­ne­berge peuvent éga­le­ment acti­ver le sys­tème immu­ni­taire inné de votre chien pour com­battre les infec­tions bac­té­riennes.
Vous pou­vez ache­ter des sup­plé­ments conte­nant de la can­ne­berge, qui contient du D‑mannose natu­rel, ou sim­ple­ment un sup­plé­ment de D‑mannose.

Comment don­ner du D‑Mannose à votre chien pour les infec­tions uri­naires ?
Suivez les mêmes prin­cipes que pour les can­ne­berges. Adaptez les com­plé­ments pour humains au poids de votre chien, comme décrit pré­cé­dem­ment. Ou sui­vez la poso­lo­gie indi­quée sur l’é­ti­quette s’il s’a­git d’un pro­duit pour ani­maux de com­pa­gnie. Vous pou­vez don­ner en toute sécu­rité 1g de D‑mannose pour 10 kg de poids cor­po­rel. Mélangez le D‑mannose à la nour­ri­ture ou ajoutez-​le à l’eau de votre chien.

Additionner de l’acide aminé méthionine à la canneberge

Le doc­teur vété­ri­naire Nancy Scanlan aime uti­li­ser la can­ne­berge avec l’a­cide aminé méthio­nine pour trai­ter les infec­tions uri­naires. Cette com­bi­nai­son est un trai­te­ment anti­mi­cro­bien efficace.

Comment don­ner de la méthio­nine à votre chien pour trai­ter les infec­tions uri­naires ?
Chiens de petite et moyenne taille : 100 mg deux fois par jour.
Chiens de grande taille : 200 mg deux fois par jour.
Le Dr Scanlan recom­mande éga­le­ment de tes­ter l’u­rine de votre chien avec des bandes de papier tour­ne­sol. Assurez-​vous qu’elle est légè­re­ment acide (6 à 6,5). Si elle est supé­rieure à cette valeur, aug­men­tez la dose de méthio­nine à 3 fois par jour. 

Remarque : le vinaigre de cidre de pomme abaisse éga­le­ment le pH de l’u­rine de votre chien. Ajoutez du vinaigre de cidre de pomme bio­lo­gique et cru à la nour­ri­ture ou à l’eau de votre chien. Donnez 1 cuillère à café pour les petits chiens, 2 cuillères à café pour les chiens moyens et 1 cuillère à soupe pour les grands chiens.

Les compléments Canneberge (Cranberry) Plus D‑Mannose :

Il s’a­git de com­plé­ments ali­men­taires dis­po­nibles dans le com­merce ou sur internet.

Comment les admi­nis­trer ?
Là encore, adap­tez la dose pour humains au poids de votre chien. Ou sui­vez les ins­truc­tions de dosage figu­rant sur l’é­ti­quette si vous ache­tez un pro­duit pour ani­maux de compagnie.

L’alimentation peut-​elle prévenir les infections urinaires chez le chien ?

L’une des meilleures façons de pré­ve­nir les infec­tions uri­naires chez votre chien est de lui don­ner une ali­men­ta­tion adaptée.

1. Évitez les glucides malsains

Il est pré­fé­rable d’é­vi­ter de don­ner à votre chien des glu­cides riches en ami­don comme les hari­cots, les pommes de terre, les céréales, le riz, le maïs ou les pois. Les chiens n’ont pas besoin de ces glu­cides mal­sains, qui aug­mentent l’in­flam­ma­tion dans l’or­ga­nisme de votre chien. L’inflammation peut aug­men­ter le risque d’in­fec­tions uri­naires et être à l’o­ri­gine de nom­breux autres pro­blèmes de santé. 

L’amidon est éga­le­ment une source de nour­ri­ture pour les bac­té­ries et les levures nui­sibles, les aidant à se déve­lop­per et à éli­mi­ner les bonnes bac­té­ries. Les cro­quettes sont l’une des prin­ci­pales sources de glu­cides mal­sains pour les chiens.
En fait, les ali­ments trans­for­més peuvent conte­nir 30 à 60 % d’a­mi­don. Si vous nour­ris­sez votre chien avec des cro­quettes, cela signi­fie que plus de la moi­tié de son ali­men­ta­tion pour­rait être com­po­sée d’a­li­ments qui ne sont pas bons pour lui.

2. Donnez-​lui un régime cru

Commencez par un régime à base d’ali­ments com­plets et de viande crue. Les régimes crus offrent à votre chien une source natu­relle de vita­mines et de miné­raux dont il a besoin pour ren­for­cer son sys­tème immu­ni­taire. Et ils ne contiennent pas de glu­cides fécu­lents indé­si­rables qui favo­risent l’in­flam­ma­tion et la pro­li­fé­ra­tion bactérienne.

Ensuite, faites quelques ajouts à l’a­li­men­ta­tion de votre chien pour aider à pré­ve­nir les infec­tions urinaires.

Note
Voir nos articles sur la nour­ri­ture Barf :
Préparation facile des repas Barf
Liste et défi­ni­tion de la nour­ri­ture Barf

3. Donnez des antioxydants

Les ali­ments riches en anti­oxy­dants contri­buent à ren­for­cer le sys­tème immu­ni­taire de votre chien. Cela signi­fie qu’il sera mieux à même de com­battre les infec­tions dans tout son corps, y com­pris dans les voies uri­naires.
Ils contri­buent éga­le­ment à réduire l’in­flam­ma­tion, qui, comme vous le savez main­te­nant, est une cause majeure des infec­tions uri­naires.
Les fruits et légumes sont rem­plis d’an­ti­oxy­dants. Si vous sou­hai­tez don­ner un coup de pouce “anti­oxy­dant” à votre chien, essayez de lui don­ner des ali­ments comme le bro­coli et les myrtilles.

4. Ajoutez des prébiotiques et des probiotiques

Les pro­bio­tiques favo­risent la crois­sance de bac­té­ries saines, qui contri­buent à éli­mi­ner les bac­té­ries nui­sibles. Ils pro­duisent éga­le­ment des acides gras à chaîne courte (AGCC) qui amé­liorent la santé géné­rale de votre chien. Ils peuvent aider à pré­ve­nir la crois­sance des bac­té­ries afin de réduire le risque d’in­fec­tions urinaires.

Les com­plé­ments sont le moyen le plus pra­tique d’a­jou­ter des pro­bio­tiques à l’a­li­men­ta­tion de votre chien.
Nombreux sont ceux qui uti­lisent des légumes fer­men­tés et du kéfir pour obte­nir des pro­bio­tiques. Mais ce n’est pas le meilleur choix pour une simple rai­son : les pro­bio­tiques conte­nus dans ces ali­ments sur­vivent rare­ment à leur pas­sage dans le tube diges­tif de votre chien et de ce fait ne peuvent donc pas lui appor­ter les bien­faits dont il a besoin.
Mais cela ne veut pas dire que les ali­ments fer­men­tés ne sont pas utiles. Ils contiennent éga­le­ment des pré­bio­tiques qui nour­rissent les pro­bio­tiques de l’in­tes­tin, afin qu’ils puissent pro­duire des acides gras satu­rés.
L’ail, la racine de chi­co­rée et les cham­pi­gnons sont d’autres ali­ments prébiotiques.

N’oubliez donc pas que vous dis­po­sez d’ex­cel­lentes solu­tions natu­relles pour soi­gner l’in­fec­tion uri­naire de votre chien. Sachez donc que vous pou­vez l’ai­der natu­rel­le­ment et sim­ple­ment s’il pré­sente des symp­tômes dits “d’in­fec­tion uri­naire”. Voir notre article “Infections uri­naires du chien, inflam­ma­tions, diag­nos­tics, ana­lyse

Référence
Herbs for Pets – The natu­ral way to enhance your Pet’s life – Gregory L. Tilford & Mary L. Wulff – I‑5 Publishing, LLC – 3 Burroughs, Irvine, CA 92618, Etats Unis.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.