Abricot-et-noyau-abricot-forte-teneur-vitamine-b

Vitamines B et quasi-​vitamines B hydrosolubles. Pour quoi faire.

Vitamines B du “com­plexe B” sont des vita­mines hydro­so­lubles qui ont été regrou­pées car elles ont toutes des fonc­tions méta­bo­liques simi­laires et sont abon­dantes dans les ali­ments. Elles ne sont pas ou peu sto­ckées dans le corps et doivent donc être com­plé­tées régu­liè­re­ment via la nour­ri­ture ou par des com­plé­ments alimentaires. 

Sommaire de l’ar­ticle mas­quer

Vitamines B et les fonctions essentielles qu’elles assurent

Ces vita­mines B sont néces­saires pour le bon main­tien de la peau et du sys­tème immu­ni­taire, du sys­tème ner­veux, et du renou­vel­le­ment cel­lu­laire, en par­ti­cu­lier celui des cel­lules san­guines. Les besoins en vita­mines B sont géné­ra­le­ment cou­verts, pour la plu­part des indi­vi­dus, par une ali­men­ta­tion variée (fruits et légumes, viandes et pro­duits lai­tiers…) en quan­tité suffisante. 

Comment agissent les vitamines B

Les vita­mines B agissent en tant que coen­zymes du méta­bo­lisme éner­gé­tique et de la syn­thèse tis­su­laire.
Les coen­zymes sont des sub­stances impli­quées dans les réac­tions enzy­ma­tiques. De nom­breux coen­zymes contiennent des vita­mines dans leur struc­ture, sans les­quelles elles ne peuvent pas “fonc­tion­ner” cor­rec­te­ment.
Les vita­mines B (“com­plexe vita­mines B”) sont hydro­so­luble (solubles dans l’eau). Elles sont prin­ci­pa­le­ment absor­bées avec l’eau au niveau intes­ti­nal, par trans­port pas­sif sur toute la lon­gueur de l’in­tes­tin grêle (prin­ci­pa­le­ment le duo­dé­num et le jéju­num).
La vita­mine B12 fait excep­tion : elle doit être com­bi­née avec un fac­teur intrin­sèque gas­trique, pro­duit par l’es­to­mac, et absor­bée par un méca­nisme de trans­port actif au niveau de la par­tie ter­mi­nale de l’i­léon (Partie ter­mi­nale de l’in­tes­tin grêle).

Les 8 vitamines B (actuellement répertoriées comme vitamines B)

Au début, en 1915, une seule “vita­mine” B était recon­nue. Puis au fil des connais­sances, il y en a eu plus de 10. Mais dans les années 1950, les auto­ri­tés scien­ti­fiques ont fait un tri pour ne conser­ver que 8 vita­mines B. Même aujourd’­hui, l’unification de la dési­gna­tion des vita­mine B n’est pas fina­li­sée dans tous les pays ou par cer­tains auteurs. A noter que les vita­mines B6 et B12 sont, elles, recon­nues internationalement. 

Le com­plexe B com­prend les vita­mines suivantes : 

  • Vitamine B1 (thia­mine)
  • Vitamine B2 (ribo­fla­vine)
  • Vitamine B3 (nia­cine, acide nico­ti­nique, nia­ci­na­mide, amide d’a­cide nicotinique)
  • Vitamine B5 (acide pan­to­thé­nique, pan­thé­nol, pan­to­thé­nate de calcium)
  • Vitamine B6 (pyri­doxine)
  • Vitamine B8 (bio­tine, aussi appe­lée quel­que­fois coen­zyme R ou vita­mine H)
  • Vitamine B9 (fola­cine, fotates)
  • Vitamine B12 (coba­la­mine)

A sou­li­gner que les vita­mines du groupe B “tra­vaillent” ensemble. Elles sont plus effi­caces com­bi­nées plu­tôt qu’u­ti­li­sées individuellement. 

Les “vitamines” associées au complexe B : les quasi-​vitamines B

Nous trou­vons donc aussi dans la lit­té­ra­ture des “molé­cules” qui ont été bap­ti­sées “vita­mines” B“x” pour quel­que­fois des rai­sons mer­can­tiles (Brevets sur la molé­cule). D’autres sont par­ti­cu­liè­re­ment proches des vita­mines, ou par­ti­cipent à leur fonc­tion­ne­ment et de ce fait sont inti­me­ment liées à la classe des vita­mines B. Ce sont les suivantes :

  • Choline (Anciennement appe­lée B7)
  • Acide folique
  • Inositol
  • PABS (acide para-aminobenzoïque)
  • Acide oro­tique (Quelquefois appelé Vitamine B13)
  • Vitamine “B15” (acide pan­ga­mique, dimé­thyl­gly­cyle, DMG)
  • Vitamine “B17” (Amygdalin, Laetril)

Vitamine B1 (thiamine)

Fonction

Elle joue un rôle impor­tant dans le méta­bo­lisme des glu­cides : aide à la diges­tion, à la pro­duc­tion d’a­cide chlor­hy­drique dans l’es­to­mac et au péris­tal­tisme intes­ti­nal. 
Elle assure aussi le fonc­tion­ne­ment nor­mal du sys­tème ner­veux, des muscles et du cœur. 
La demande est très dépen­dante de la quan­tité de glu­cides dans l’a­li­men­ta­tion de la jour­née de chien, est aug­men­tée chez les chiens souf­frant d’hy­po­thy­roï­die, les chiennes en lac­ta­tion, lors de la crois­sance et chez les chiens souf­frant de copro­pha­gie (Tendance patho­lo­gique à man­ger des excré­ments). 
Elle contri­bue éga­le­ment au mal des trans­ports et au trai­te­ment du virus de l’her­pès chez les chiots. 
La vita­mine B1 est extrê­me­ment sen­sible à la cha­leur ! Jusqu’à 74% de la thia­mine est détruite par chauffage. 

Symptômes de carence

La carence de la vita­mine B1 se tra­duit par la copro­pha­gie (ten­dance patho­lo­gique à man­ger des excré­ments, perte d’ap­pé­tit, troubles du sys­tème ner­veux cen­tral, fai­blesse mus­cu­laire, hyper­tro­phie du cœur, troubles nerveux. 

Sources de vitamine B1

Vitamine B1 dans les pro­duits végé­taux et animaux

La vita­mine B1 est pré­sente dans presque tous les pro­duits végé­taux et ani­maux. Le porc maigre, bœuf, foie, son de blé, grains entiers, ara­chides, légumes, lait, jaune d’œuf, poisson.

Besoins

20 micro­grammes / kg de poids cor­po­rel / jour ou 270 micro­grammes / 1 000 kcal ME 

Vitamine B2 (riboflavine)

Fonction

La ribo­fla­vine est un com­po­sant de deux coen­zymes (fla­vine mono nucléo­tide et fla­vine adé­nine dinu­cléo­tide) et joue un rôle impor­tant dans le méta­bo­lisme des glu­cides, des lipides et des pro­téines
La vita­mine B2 est impor­tante pour la crois­sance et la repro­duc­tion, pour une peau, un pelage, des griffes et une vue sains. 
Elle aide aussi à la gué­ri­son des lésions cuta­nées, pré­vient éga­le­ment la copro­pha­gie. 
Est très faci­le­ment détruite par la lumière. 

Symptômes de carence

Lésions des lèvres, grif­fures, perte de poids, muscles abî­més, peau sèche et squa­meuse, pilo­sité accrue, che­veux gras, copro­pha­gie, mal de dos, yeux rouges qui démange. 

Sources

Foie, rognons, légumes à feuilles vertes, œufs, pois­son, yaourt. 

Besoins

50 micro­grammes / kg de poids cor­po­rel / jour 

Vitamine B3 (niacine, acide nicotinique, niacinamide, amide d’acide nicotinique)

Fonction

La vita­mine B3 aide au méta­bo­lisme des lipides, favo­rise la santé du sys­tème diges­tif, sou­lage les troubles de l’es­to­mac et des intes­tins
Elle est impor­tante pour une peau saine. Joue un rôle impor­tant dans la gly­co­lyse (Dégradation du glu­cose d’un orga­nisme vivant, sous l’ac­tion d’en­zymes). La gly­co­lyse est un terme qui désigne une série de réac­tions enzy­ma­tiques dans les­quelles le glu­cose est scindé en frag­ments plus petits. 
Le corps peut lui-​même for­mer de la nia­cine à l’aide de l’a­cide aminé tryp­to­phane, à condi­tion d’a­jou­ter suf­fi­sam­ment de pro­téines ani­males de haute qua­lité à l’a­li­men­ta­tion. 
La vita­mine B3 est très impor­tante pour la syn­thèse des hor­mones sexuelles (œstro­gène, pro­ges­té­rone, tes­to­sté­rone) ainsi que pour la cor­ti­sone, la thy­roxine et l’insuline. 
Favorise la cir­cu­la­tion, réduit le cho­les­té­rol, néces­saire au bon fonc­tion­ne­ment du sys­tème ner­veux et du cer­veau. 
Les régimes riches en maïs néces­sitent plus de nia­cine. 
Les pro­duits céréa­liers contiennent beau­coup de nia­cine, mais il est lié et donc non uti­li­sable par le chien. 
Niacine est très résis­tant à la chaleur. 

Symptômes de carence

Anémie, aug­men­ta­tion de la sali­va­tion, hypo­gly­cé­mie, der­ma­tite, diar­rhée, démence et mort extrême.
Une carence en B1, B6 et en acide folique existent en même temps.
Les pre­miers signes sont des chan­ge­ments cuta­nés, des diar­rhées et une perte d’appétit.
Chez le chien aussi il s’a­git de la “mala­die de la langue noire”. 

Sources

Poisson, viande maigre, levure de bière, foie, lait, germe de blé, œufs, viande de volaille blanche. 

Besoins

225 micro­grammes / kg de poids cor­po­rel / jour 

Vitamine B5 (acide pantothénique, panthénol, pantothénate de calcium)

Fonction

La vita­mine B5 com­bat les infec­tions par la for­ma­tion d’an­ti­corps. 
Elle réduit les effets indé­si­rables et toxiques de nom­breux anti­bio­tiques. 
Aide à la cica­tri­sa­tion des plaies, à la construc­tion de cel­lules, à la fatigue, à la crois­sance et au déve­lop­pe­ment nor­mal du sys­tème ner­veux cen­tral et à la fonc­tion sur­ré­na­lienne nor­male. Important pour la conver­sion des graisses et du sucre en éner­gie.
La vita­mine B5 est néces­saire pour la syn­thèse d’an­ti­corps, pour l’u­ti­li­sa­tion de PABS (acide para-​aminobenzoïque) et de la cho­line (Voir ci-dessous). 

Symptômes de carence (Peu probable)

Hypersensibilité ou dépres­sion, vieillis­se­ment pré­ma­turé, gas­trite, perte de che­veux, faible taux de sucre dans le sang, addi­tions, dimi­nu­tion de la pro­duc­tion d’an­ti­corps, aggra­va­tion des symp­tômes allergiques. 

Sources

Viande, rognons, foie, cœur, céréales, germe de blé, son, légumes verts, levure de bière, noix, poulet. 

Besoins

200 micro­grammes / kg de poids cor­po­rel / jour 

Vitamine B6 (pyridoxine)

Fonction

Elle aide à l’ab­sorp­tion et à la conver­sion de nom­breux acides ami­nés. 
La vita­mine B6 est impor­tante pour l’ap­port en pro­téines et en lipides et est néces­saire pour la pro­duc­tion d’a­cide chlor­hy­drique et de magné­sium. 
Aide à la conver­sion du tryp­to­phane en nia­cine. Favorise aussi la syn­thèse cor­recte de l’a­cide nucléique tau­rine et de la L‑carnitine. 
La vita­mine B6 doit être pré­sente pour la pro­duc­tion d’an­ti­corps et de glo­bules rouges. Elle est éga­le­ment néces­saire pour un apport cor­rect en vita­mine B12. 
Le besoin aug­mente avec un régime avec des pro­téines exces­sives et un défi­cit en protéines. 

Symptômes de carence (Peu probable)

Troubles de la crois­sance, ano­rexie, mala­die car­diaque, ané­mie, taux sériques de fer élevés. 

Sources

Foie-de-veau-source-de-presque-toutes-les-vitamines-B
Foie tou­jours excellent pour le chien

Foie, pois­son, œufs, avoine, ara­chides, levure de bière, son de blé, germe de blé, riz brun. 

Besoins

22 micro­grammes / kg de poids cor­po­rel / jour (AAFCO recom­mande 1 mg / kg de nourriture) 

Vitamine B8 (Biotine ou coenzyme R ou vitamine H)

Fonction

La Biotine sou­lage les dou­leurs mus­cu­laires, l’ec­zéma et les érup­tions cuta­nées.
Elle est néces­saire pour la syn­thèse (“fabri­ca­tion”) de la vita­mine C et impor­tante pour la syn­thèse des graisses et des pro­téines. La syn­thèse de l’a­cide ascor­bique néces­site de la bio­tine.
Important aussi pour le méta­bo­lisme nor­mal des graisses et des pro­téines et la syn­thèse des acides ami­nés non essen­tiels et des purines.
L’avidine (dans les pro­téines brutes) empêche l’ab­sorp­tion par l’or­ga­nisme.
Elle “tra­vaille” avec B2, B6, la nia­cine et A pour aider à main­te­nir une peau saine. 

Symptômes de carence

Maladies de la peau (der­ma­tite), hyper­ké­ra­tose, ano­rexie, ané­mie, aug­men­ta­tion de la sali­va­tion, diar­rhée sanglante. 

Sources

Foie, reins, feuilles de luzerne, jaune d’œuf, levure de bière, lait, riz brut, noix, gruau d’avoine. 

Besoins

Inconnu (estimé à 2 micro­grammes / kg de poids cor­po­rel / jour (Zentek / Meyer). 

Vitamine B9 (folacine, folates)

Fonction

Importante pour la crois­sance la divi­sion cel­lu­laire, ainsi que la pro­duc­tion d’ADN et d’ARN.
Favorise la lac­ta­tion. Protège contre les para­sites intes­ti­naux. Prévient les intoxi­ca­tions ali­men­taires et l’a­né­mie.
Importante pour la consti­tu­tion des glo­bules rouges. Participe au méta­bo­lisme des pro­téines. Nécessaire à l’as­si­mi­la­tion des sucres et des acides aminés. 

Symptômes de carence

Anémie, ano­rexie, perte de poids, langue gonflée. 

Sources

Foie, rognons, épi­nard, asperge, carotte, jaune d’œuf, poti­ron, avo­cat, hari­cots, légumes-​feuilles vert-foncé. 

Besoins

4 microgrammes/​kg de masse corporelle/​jour

Vitamine B12 (cobalamine)

Fonction

C’est la seule des vita­mines hydro­so­lubles pou­vant être sto­ckée dans le corps et la seule vita­mine qui contient des traces de miné­raux essen­tiels (cobalt).
Elle est “récu­pé­rée” par l’es­to­mac uni­que­ment grâce à d’a­cide chlor­hy­drique pré­sent. Elle demande du cal­cium pour être uti­lisé cor­rec­te­ment par l’or­ga­nisme.
La vita­mine B12 aide à uti­li­ser cor­rec­te­ment les graisses, les glu­cides et les pro­téines. Elle forme et régé­nère les glo­bules rouges, pré­vient l’a­né­mie, aug­mente la crois­sance et l’ap­pé­tit.
Elle main­tient un sys­tème ner­veux sain, dimi­nue l’ir­ri­ta­bi­lité et aug­mente l’éner­gie.
Photosensible mais peu sen­sible à la chaleur. 

Symptômes de carence (Peu probable)

Anémie, fatigue, troubles neurologiques 

Sources

Foie, abats, toutes types de viande, lait, fro­mage, levure 

Besoins

0,5 micro­gramme / kg de poids cor­po­rel / jour 

Les “quasi-​vitamines”

Choline (Anciennement vitamine B7)

Fonction

La Choline est impor­tante pour le méta­bo­lisme des graisses. Elle fonc­tionne avec l’Inositol (qui appar­tient éga­le­ment au com­plexe B)​dans l’u­ti­li­sa­tion des graisses et du cho­les­té­rol.
Détoxifiant et sou­tien du méta­bo­lisme du foie.
L’utilisation de la cho­line par l’or­ga­nisme dépend de la vita­mine B12, de l’a­cide folique et de l’a­cide aminé L‑carnitine.

Symptômes de carence

Durcissement arté­riel, éven­tuel­le­ment stéa­tose du foie (graisse dans le foie) 

Sources

Jaunes d’œuf, abats, légumes à feuilles vertes, levure, grains entiers 

Besoins

25 mil­li­grammes / kg de poids cor­po­rel / jour 

Inositol

Fonction

L’Inositol est impor­tant pour le trans­port des graisses.
Il se com­bine à la Choline pour for­mer de la léci­thine.
Il est aussi impli­qué dans le méta­bo­lisme des graisses et du cho­les­té­rol dont il abaisse le taux.
L’Inositol favo­rise la crois­sance des che­veux, aide à la pré­ven­tion de l’ec­zéma, aide à la répar­ti­tion de la graisse cor­po­relle.
A un effet calmant. 

Symptômes de carence

Eczéma

Sources

Abats, levure de bière, rai­sins secs, germe de blé, caca­huètes, chou, œufs, lait. 

Besoins

Inconnu 

PABS (acide para-aminobenzoïque)

Fonction

Le PABS sou­lage la dou­leur dans les cas de brû­lures et main­tient la peau saine et douce.
Il aide à la for­ma­tion d’a­cide folique et est impor­tant pour l’u­ti­li­sa­tion de pro­téines.
Par ailleurs, il favo­rise l’ab­sorp­tion – et donc l’ef­fi­ca­cité – de l’a­cide pantothénique. 

Symptômes de carence

Eczéma

Sources

Foie, levure de bière, rein, grains entiers, riz, son, germe de blé, mélasse noire, lait. 

Besoins

Inconnu 

Vitamine B13 (acide orotique)

Fonction

Elle assure la récu­pé­ra­tion de l’a­cide folique et de la vita­mine B12.
La vita­mine B12 aide aussi le méta­bo­lisme cel­lu­laire interne, essen­tiel au méta­bo­lisme de l’ADN.
Elle régé­nère les cel­lules hépa­tiques endom­ma­gées, pré­vient la for­ma­tion de tumeurs can­cé­reuses, déve­loppe des sub­stances anti­can­cé­reuses, favo­rise le magné­sium et aug­mente la for­ma­tion de cel­lules san­guines dans la moelle osseuse. 

Symptômes de carence 

Fatigue, arté­rio­sclé­rose

Sources

Principalement pro­duits lai­tiers (plus éle­vés dans le lait de bre­bis), foie, légumes racines. 

Besoins

Inconnu 

Vitamine B15 (acide pangamique, diméthylglycyle, DMG)

L’acide pan­ga­mique sti­mule le renou­vel­le­ment de l’oxy­gène dans les cel­lules des tis­sus, amé­liore l’ap­port en oxy­gène, en par­ti­cu­lier en cas d’ac­ti­vité mus­cu­laire accrue, et réduit la fatigue. 
La vita­mine B15 sou­tient le méta­bo­lisme du foie. 
Elle a un effet antioxydant. 

Symptômes de carence

Inconnu

Sources

Levure de bière, riz brut, blé entier, graines de citrouille, graines de sésame. 

Besoins

Inconnu 

Vitamine B17 (Amygdalin, Laetril)

Fonction

L’amygdalin n’est pas, en réa­lité, une vita­mine, mais une com­bi­nai­son de deux molé­cules de sucre : ben­zal­dé­hyde et cya­nure. Cette “vita­mine” devrait avoir des pro­prié­tés anticancéreuses. 

Extrait du livre de Phillip Day : Cancer – Pourquoi nous mou­rons d’en­vie de connaître la vérité
Dans les années 1950, après de nom­breuses années de recherche, le bio­chi­miste Ernst T. Krebs Jr. a décou­vert une nou­velle vita­mine, qu’il a numé­ro­tée B17 et appe­lée, Laetrile. 
Au fil des années, des mil­liers de per­sonnes ont été convain­cues que le can­cer avait enfin trouvé le remède appli­cable à tous les can­cers. C’est une convic­tion que même plus de per­sonnes par­tagent encore aujourd’­hui. ”
“Les nitri­lo­sides sont des ali­ments natu­rels riches en vita­mine B17. Cette vita­mine se carac­té­rise par un grand groupe de sub­stances sucrées solubles dans l’eau, essen­tiel­le­ment non toxiques, que l’on trouve dans plus de 800 plantes.
Beaucoup sont une source comes­tible de B17, que l’on trouve en abon­dance dans les noyaux (graines) de nom­breux fruits non agrumes. C’est le cas pour les cerises, nec­ta­rines, pêches, prunes et pommes. Dans la modeste graine d’a­bri­cot, où se trouvent les plus fortes concen­tra­tions de B17, celle-​ci se situe entre 2 et 2,5% en poids. ”

Des études sur le can­cer ont mon­tré que lors­qu’un sys­tème humain ou ani­mal absorbe une quan­tité suf­fi­sante de lae­trile (ou sous sa forme natu­relle dans de l’a­cide hydro­cy­na­cique), cette sub­stance est sélec­ti­ve­ment toxique pour les cel­lules cancéreuses. 

Symptômes de carence

Inconnu

Sources

Surtout les noyaux d’a­bri­cot, mais aussi les graines de cerise, nec­ta­rine, pêche, prune et pomme. 

Besoins

Inconnu 

Acide folique (acide folique, acide folique)

Fonction

L’acide folique est impor­tant pour la crois­sance, la divi­sion cel­lu­laire ainsi que la pro­duc­tion d’ADN et d’ARN.
Il aug­mente le flux de lait chez les mères allai­tantes et pro­tège contre les para­sites intes­ti­naux et les intoxi­ca­tions ali­men­taires.
L’acide folique pré­vient l’a­né­mie.
Il est impor­tant pour le déve­lop­pe­ment des glo­bules rouges et aide au méta­bo­lisme des pro­téines.
Nécessaire pour la récu­pé­ra­tion du sucre et des acides aminés. 

Symptômes de carence

Anémie, ano­rexie, perte de poids, langue enflée 

Sources

Foie, rognons, épi­nards, asperges, carottes, jaune d’œuf, courges, avo­cats, hari­cots, légumes à feuilles vert foncé. 

Besoins

4 micro­grammes / kg de poids cor­po­rel / jour 

Remerciements

Cet article est publié avec l’au­to­ri­sa­tion de Swanie Simon, natu­ro­pahe pour ani­maux de répu­ta­tion inter­na­tio­nale. Pour visi­ter son site cli­quez sur https://www.drei-hunde-nacht.de/.
Les pro­duits de Swanie Simon des­ti­nés aux ani­maux domes­tiques peuvent être ache­tés chez son agent en France en cli­quant sur le site Tout pour le chien et le Chat.

Sources :
“Nutrient Requirements of Domestic Animals” NRC
“Canine and Feline Nutrition” Case, Carey, Hirakawa, Daristotle
“Ernährung des Hundes” Zentek, Meyer
“Feeding Your Dog for Life“ D. Morgan
“Bioavailability of Nutrients for Animals“ Ammerman, Baker, Lewis
“The Vitamin Bible” Earl Mindell
“Krebs – warum wir noch ster­ben, um die Wahrheit zu ken­nen“ Phillip Day 

lectus elementum porta. libero. mattis commodo ante. Aliquam venenatis justo