Antioxydant-cepe-de-bordeaux

Les antioxydants dans les champignons, ergothionéine et glutathion

Les anti­oxy­dants dans les cham­pi­gnons ont faits l’ob­jet de nou­velles recherches à la faculté de méde­cine et du dépar­te­ment des sciences ali­men­taires de l’u­ni­ver­sité d’État de Pennsylvanie. Il est en effet connu que les cham­pi­gnons sont uti­li­sés depuis des siècles dans la méde­cine asia­tique pour trai­ter diverses mala­dies. Et au final, il a été confirmé que cer­tains cham­pi­gnons contiennent de puis­sants anti­oxy­dants, pour vous tout autant que pour votre chien.

La recherche de deux antioxydants importants, l’ergothionéine et le glutathion

L’étude, publiée dans la revue Food Chemistry, a ana­lysé les cham­pi­gnons pour recher­cher ces 2 anti­oxy­dants . Des recherches anté­rieures avaient déjà révélé des niveaux éle­vés d’er­go­thio­néine dans cer­tains cham­pi­gnons. Mais les cher­cheurs ont voulu tes­ter la quan­tité de glu­ta­thion dans les cham­pi­gnons et simul­ta­né­ment exa­mi­ner la cor­ré­la­tion entre ces deux antioxydants.

Pourquoi votre chien a besoin d’antioxydants

Au cours des pro­ces­sus méta­bo­liques nor­maux, l’or­ga­nisme de votre chien crée des radi­caux libres. Les radi­caux libres sont des molé­cules endom­ma­gées dont les élec­trons ne sont pas appa­riés, donc “élec­tro­ni­que­ment” dés­équi­li­brés. Ils cherchent à “se répa­rer” en “volant” des élec­trons aux cel­lules saines voi­sines. Ce pro­ces­sus endom­mage les pro­téines, les cel­lules et l’ADN de votre chien. Ces dom­mages, appe­lés stress oxy­da­tif, entraînent une inflam­ma­tion chro­nique et des pro­blèmes de santé, notam­ment des mala­dies comme le can­cer.

Les anti­oxy­dants aident à stop­per la pro­pa­ga­tion des radi­caux libres. Ils peuvent donc pro­té­ger votre chien contre les mala­dies et le vieillis­se­ment précoce. 

Les anti­oxy­dants dans les cham­pi­gnons exa­mi­nés dans l’é­tude rap­por­tée ci-​dessous, l’er­go­thio­néine et le glu­ta­thion, sont tous deux créés par l’or­ga­nisme. Mais cer­tains ali­ments sont impor­tants pour aider l’or­ga­nisme à les produire.

Note :
Pour com­plé­ter votre connais­sance des anti­oxy­dants très béné­fiques pour la santé de votre chien, nous recom­man­dons notre article Antioxydants pour chiens qui com­battent aussi les mala­dies . Nous pré­voyons aussi faire un article (à venir) sur “Les chiens peuvent-​ils man­ger des cham­pi­gnons ? La liste des ali­ments sûrs et dangereux”

Que sont l’ergothionéine et le glutathion ?

Voici quelques infor­ma­tions sur ces deux anti­oxy­dants essentiels.

Ergothionéine (ERGO)

L’ergothionéine (en abrégé ERGO) est pré­sente dans tout l’or­ga­nisme, en par­ti­cu­lier dans le foie, les reins et les glo­bules rouges. 

ERGO tra­vaille en “coopé­ra­tion” avec d’autres anti­oxy­dants pour contrô­ler le stress oxy­da­tif dans les mito­chon­dries. Les mito­chon­dries sont des orga­nismes qui aident à trans­for­mer l’éner­gie des ali­ments en éner­gie uti­li­sable par les cel­lules, et elles jouent un rôle impor­tant dans la signa­li­sa­tion et la mort cel­lu­laire (apop­tose(1)).

ERGO joue un rôle essen­tiel dans la ges­tion du stress oxy­da­tif causé par les radi­caux libres. On pense qu’il pro­tège les fonc­tions céré­brales et car­diaques et qu’il peut avoir des effets anti-​âge.

En 2007, une étude a mon­tré que les cham­pi­gnons sont la source ali­men­taire la plus riche en ergo­thio­néine. Parmi les autres ali­ments riches en ERGO, citons le foie, le son d’a­voine et les hari­cots rouges.

(1) L’apop­tose (ou mort cel­lu­laire pro­gram­mée) est le pro­ces­sus par lequel des cel­lules déclenchent leur auto­des­truc­tion en réponse à un signal.

Glutathion (GSH)

Le glu­ta­thion (abrégé en GSH) existe par­tout dans l’organisme. 

En tant que prin­ci­pal anti­oxy­dant intra­cel­lu­laire, il joue éga­le­ment un rôle dans l’é­li­mi­na­tion des toxines et des sub­stances can­cé­ri­gènes de l’or­ga­nisme. C’est éga­le­ment un élé­ment impor­tant de la fonc­tion immu­ni­taire de votre chien.

Le GSH est décrit comme étant essen­tiel à la pré­ven­tion des mala­dies et à la pré­ser­va­tion d’une bonne santé. Lorsque le GSH est faible, il affai­blit le sys­tème immu­ni­taire, ce qui entraîne des risques accrus de mala­dies comme l’ar­thrite, le can­cer, les mala­dies car­dio­vas­cu­laires et le diabète.

Les ali­ments riches en GSH sont les légumes cru­ci­fères, le bœuf nourri à l’herbe, le foie, les sar­dines et les œufs.

ERGO et le GSH agissent ensemble

ERGO et le GSH inter­agissent “de concert”. ERGO a besoin de GSH pour sa bio­syn­thèse. De son côté, l’in­te­rac­tion d’ERGO avec d’autres défenses cel­lu­laires de l’or­ga­nisme contri­bue à main­te­nir les niveaux de GSH. Les cher­cheurs ont donc voulu étu­dier non seule­ment les niveaux d’ERGO et de GSH dans les cham­pi­gnons, mais aussi la cor­ré­la­tion entre les deux.

RELATIF : Les meilleurs sti­mu­lants du sys­tème immu­ni­taire des chiens …

Les antioxydants dans les champignons

Les cher­cheurs ont ana­lysé quelques espèces de cham­pi­gnons pour déter­mi­ner les niveaux d’ERGO et de GSH afin de savoir quels cham­pi­gnons pré­sen­taient les niveaux les plus éle­vés de ces anti­oxy­dants. Voici un résumé des résul­tats de la recherche.

Quels sont les champignons dont le taux de glutathion est le plus élevé ?

Antioxydants dans les champignons Maitake
Champignons Maitake

Les niveaux de GSH étaient les plus éle­vés dans les cham­pi­gnons mai­take, sui­vis de près par les piop­pini et la cri­nière de lion. Les cham­pi­gnons de consom­ma­tion cou­rante comme les cèpes, les shii­takes et les pleu­rotes pré­sen­taient éga­le­ment de bons niveaux de GSH. Les cher­cheurs ont noté que le GSH de ces cham­pi­gnons était le plus élevé de tous les ali­ments. Ils ont confirmé que “… les cham­pi­gnons sont sus­cep­tibles de consti­tuer une source impor­tante de GSH dans l’alimentation…”.

Les champignons les plus riches en ergothionéine

Dans cette recherche, les niveaux d’ERGO étaient signi­fi­ca­ti­ve­ment plus éle­vés dans les cèpes et les pleu­rotes jaunes. Les cham­pi­gnons cri­mini, mai­take et shii­take, dont le taux d’er­go­thio­néine était plus élevé lors de recherches anté­rieures, étaient cette fois-​ci plus faibles.
Les cher­cheurs ont estimé que ce chan­ge­ment était pro­ba­ble­ment dû à des dif­fé­rences dans les tech­niques de pro­duc­tion, les ren­de­ments des cultures, les dif­fé­rences de souches et les maté­riaux des sub­strats de croissance.

En exa­mi­nant la cor­ré­la­tion entre les deux anti­oxy­dants, l’é­tude a révélé que les cham­pi­gnons riches en GSH étaient éga­le­ment riches en ERGO. Ils ont éga­le­ment noté que les cha­peaux des cham­pi­gnons conte­naient géné­ra­le­ment plus d’an­ti­oxy­dants que les tiges.

Les pleu­rotes jaunes et les cèpes sont arri­vés en tête de liste des cham­pi­gnons les plus riches en anti­oxy­dants, tant en ERGO qu’en GSH.

Quels sont les champignons les plus riches en antioxydants ?

Les conclu­sions des cher­cheurs sont que

… “nos résul­tats … montrent que les cham­pi­gnons (en par­ti­cu­lier les pleu­rotes jaunes et les cèpes) sont une source ali­men­taire riche de ces anti­oxy­dants cri­tiques. Ils peuvent avoir des impli­ca­tions trans­la­tion­nelles impor­tantes, sug­gé­rant que la consom­ma­tion de cham­pi­gnons peut être asso­ciée à des réduc­tions des mala­dies et des troubles liés au stress oxy­da­tif.

Antioxydants dans les champignons, à mettre au régime de votre chien

Antioxydants-dans-les-champignons-mais-aussi-poison-mortel
Beau mais mortel

Les cham­pi­gnons ont tou­jours été un excellent ali­ment à don­ner à votre chien car ils ont des actions béné­fiques diverses sur la santé. Et cette recherche très posi­tive sur ces deux anti­oxy­dants essen­tiels montre que vous avez encore plus de rai­sons de don­ner des cham­pi­gnons à votre chien !

Mais atten­tion, les cham­pi­gnons peuvent être des poi­sons et tuer votre chien !

Références

Michael D. Kalaras, John P. Richie, Ana Calcagnotto, Robert B. Beelman. Mushrooms : A rich source of the antioxi­dants ergo­thio­neine and glu­ta­thioneFood Chemistry, 2017 ; 233 : 429 

Dubost, N. J., Beelman, R. B., Peterson, D., & Royse, D. J. (2006). Identification and quan­ti­fi­ca­tion of ergo­thio­neine in culti­va­ted mush­rooms by liquidchromatography-​mass spec­tro­scopyInternational Journal of Medicinal Mushrooms, 8, 215 – 222.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.