Chiens-qui-se-grattent-bains-a-prevoir

Chien qui se gratte : essayez ces solutions shampooings naturelles

Chien qui se gratte ? Les aller­gies et les mala­dies de la peau seraient désor­mais la rai­son la plus fré­quente pour laquelle les chiens doivent consul­ter leur vétérinaire.

L’augmentation des der­ma­tites aller­giques, des into­lé­rances ali­men­taires et des mala­dies à média­tion immu­ni­taire est spec­ta­cu­laire chez nos amis canins au cours des der­nières décen­nies. Cela est dû à de nom­breux fac­teurs, notam­ment le type et la qua­lité de l’a­li­men­ta­tion, l’ex­po­si­tion aux toxines (nour­ri­ture, eau, pes­ti­cides), les vac­ci­na­tions répé­tées, les séries mul­tiples d’an­ti­bio­tiques et autres médi­ca­ments ainsi que les pro­duits antiparasitaires.

Peu d’efficacité avec les solutions conventionnelles pour le chien qui se gratte constamment

Limiter ces causes, les pré­ve­nir et être conscient de leur impact à moyen et long terme peut s’a­vé­rer très utile. Mais que faire lorsque votre chien est déjà aux prises avec des aller­gies et l’in­con­fort sou­vent asso­cié à ces condi­tions ? Article aller­gie aux piqures de puces ?

De nom­breux pro­prié­taires d’a­ni­maux de com­pa­gnie ont connu la frus­tra­tion (et les dépenses asso­ciées) des visites répé­tées chez le vété­ri­naire pour trai­ter les pro­blèmes de peau de leurs chiens. Souvent ce n’est qu’un sou­la­ge­ment ou une amé­lio­ra­tion à court terme, avec des rechutes typiques sur­ve­nant tôt ou tard. Pour les chiens et leurs maîtres, ces cycles répé­tés et ces pro­blèmes non réso­lus de façon chro­nique – déman­geai­sons, grat­tage et infec­tions – peuvent être un scé­na­rio misé­rable à gérer.

En règle géné­rale, la plu­part des trai­te­ments vété­ri­naires conven­tion­nels des aller­gies et des mala­dies de la peau se concentrent sur des approches sys­té­miques qui s’at­taquent aux organes internes du chien. Ils uti­li­sant des médi­ca­ments oraux ou injec­tables tels que des anti­bio­tiques, des anti­fon­giques, des cor­ti­co­sté­roïdes. Les options les plus récentes sont des injec­tions d’Apoquel ou de Cytopoint qui ciblent des aspects plus spé­ci­fiques du sys­tème immu­ni­taire et s’ac­com­pagnent de cer­tains effets secon­daires très indésirables.

Mais peu de gens, et même peu de vété­ri­naires, recon­naissent le poten­tiel des thé­ra­pies topiques (locales et externes). Pourtant, il ne faut pas sous-​estimer pas le pou­voir de gué­ri­son d’un bain ! C’est cepen­dant la ten­dance actuelle.

Avantages du bain pour votre chien qui se gratte

On a long­temps cru que le fait de don­ner un bain à votre chien qui se gratte allait assé­cher sa peau et aggra­ver les pro­blèmes de déman­geai­sons. Cette croyance est fon­dée sur l’ex­pé­rience des anciens sham­pooings médi­ca­men­teux, qui étaient des pro­duits à base de gou­dron et de soufre (Marat assas­siné dans son bien à base de soufre !). Avec la qua­lité des sham­pooings modernes conte­nant des ingré­dients hydra­tants, ce n’est plus vrai.

Le bain est fran­che­ment un outil bon mar­ché, de bon sens et effi­cace pour gérer les aller­gies et les pro­blèmes de peau et de déman­geai­sons Le monde médi­cal com­mence à consta­ter d’ex­cel­lents résul­tats en se limi­tant à cette seule thérapie !

Le bain peut sou­vent appor­ter un sou­la­ge­ment immé­diat. Bien que le sou­la­ge­ment puisse être de courte durée dans cer­tains cas, toute option sûre offrant des résul­tats rapides est la bien­ve­nue lorsque votre chien qui se gratte constam­ment, souffre, est mal à l’aise ou car­ré­ment mal­heu­reux à cause des démangeaisons !

Bain dans le traitement conventionnel du chien qui se gratte

Même avec un trai­te­ment conven­tion­nel, les thé­ra­pies topiques (loca­li­sées) pour­raient bien­tôt faire l’ob­jet d’une plus grande atten­tion. En effet, des revues récentes de vété­ri­naires rap­portent que l’ir­ri­ga­tion thé­ra­peu­tique (terme tech­nique dési­gnant le bain ou le rin­çage) est l’ou­til le plus sous-​utilisé dans le trai­te­ment des mala­dies de la peau. En fait, cer­tains der­ma­to­logues vété­ri­naires spé­cia­li­sés recom­mandent désor­mais plus de bains et moins d’an­ti­bio­tiques.
Cette ten­dance fait suite au constat de l’ef­fi­ca­cité des bains, mais aussi des pro­blèmes de résis­tance bac­té­rienne et d’autres pro­blèmes cau­sés par la suru­ti­li­sa­tion des anti­bio­tiques.
Des études cli­niques vété­ri­naires ont démon­tré que des bains médi­ca­men­teux quo­ti­diens (pen­dant deux à quatre semaines) peuvent résoudre jus­qu’à 90 % des infec­tions cuta­nées bac­té­riennes à sta­phy­lo­coques typiques chez les chiens, sans qu’au­cun médi­ca­ment sys­té­mique ne soit utilisé.

Même pour les chiens qui ne pré­sentent pas d’in­fec­tion ou de lésions cuta­nées (plaies), des bains régu­liers sont excel­lents pour main­te­nir la santé de la peau et mini­mi­ser les symp­tômes d’al­ler­gies. Comme votre ami à four­rure passe du temps à l’ex­té­rieur dans l’herbe, la saleté et le sable, de nom­breux pol­lens, moi­sis­sures, pes­ti­cides, débris et autres irri­tants peuvent être pié­gés dans ses poils et sur sa peau. C’est en par­ti­cu­lier vrai entre les orteils de ses pattes. Un bain régu­lier per­met d’ir­ri­guer les poils et le corps et d’é­va­cuer ces pol­luants. Le trem­page des pattes peut être un autre outil for­mi­dable pour gar­der les pattes de votre chien “confor­tables” et exempts d’infections.

Les recom­man­da­tions actuelles des pro­fes­sion­nels est de don­ner un bain par semaine à tout chien qui se gratte ou qui est sujet à des pro­blèmes de peau. Si la peau de votre ani­mal est infec­tée, il faut le bai­gner plus fré­quem­ment, par exemple tous les deux jours… ou même tous les jours, si les symp­tômes sont graves.

Bains à l’huile de noix de coco contre les démangeaisons du chien

Ces bains sont éga­le­ment une nou­velle ten­dance. Pour une bonne rai­son : ils fonc­tionnent très bien !

Non seule­ment l’huile de coco a d’ex­cel­lents effets cica­tri­sants et apai­sants sur la peau, mais elle est riche en acide lau­rique et autres com­po­sants qui la rendent natu­rel­le­ment anti­bac­té­rienne, anti-​levures (anti­fon­giques) et immunosupporteuse.

Les bains d’huile de coco sont recom­man­dés chaque semaine ou selon les besoins. Il est constaté des avan­tages consi­dé­rables chez les patients qui les pra­tiquent. Choisissez une huile de noix de coco orga­nique, de qua­lité ali­men­taire (votre ani­mal en léchera pro­ba­ble­ment une par­tie pen­dant le pro­ces­sus de trem­page – miam ! – Il en tirera éga­le­ment des béné­fices sup­plé­men­taires en la consom­mant par voie orale). Commencez par rin­cer votre chien, afin d’é­li­mi­ner toute saleté ou tout débris de son pelage, puis appli­quez l’huile de coco sur toutes les par­ties de son corps.

L’huile de noix de coco ne pré­sente aucun dan­ger autour des yeux ou même dans les yeux. C’est donc un autre avan­tage pour votre chien qui se gratte ! Laissez agir pen­dant cinq à dix minutes. Rincez ensuite à l’eau et faites suivre d’un bain de sham­pooing natu­rel et d’un rin­çage à l’eau, lais­sant votre chien apaisé et rafraî­chi, mais “pas gras”.

Recette d’un bain à préparer pour votre chien

Pour un bain apai­sant pour votre ami ani­mal, mélan­ger dans un bocal ou une bou­teille de bonne qua­lité (verre):

  • Hydrolat de lavande (1÷4 de tasse) 
  • Eau dis­til­lée (1 tasse) 
  • Savon liquide natu­rel non par­fumé (genre savon pour bébé) (1 bou­chon approximativement)

Saturer le pelage et la peau de l’a­ni­mal avec de l’eau légè­re­ment chaude, appli­quer le mélange ci-​dessus en mas­sant dou­ce­ment. Rincer à l’eau chaude ou avec du vinaigre de cidre de pomme et de l’eau (voir recette sui­vante) si la peau est grasse (Voir ci-dessous)

Shampooings à utiliser pour le bain de votre chien

Il existe de nom­breux pro­duits natu­rels qui consti­tuent de bonnes options.

Les sham­pooings natu­rels peuvent conte­nir des ingré­dients comme l’a­voine, l’a­loès, l’huile de noix de coco, l’huile de jojoba, l’huile de sésame, l’huile de mar­gou­sier ou la terre de diato­mées. De nom­breuses huiles essen­tielles (HE) ont des pro­prié­tés fan­tas­tiques pour la gué­ri­son de la peau, ce qui en fait des ajouts béné­fiques aux for­mules de sham­pooing ou de rin­çage. Les HE que l’on trouve cou­ram­ment dans les sham­pooings pour ani­maux de com­pa­gnie sont la lavande, le calen­dula, la camo­mille et la menthe poivrée.

Note
Pour les chiens souf­frant d’in­fec­tions cuta­nées, et notam­ment d’in­fec­tions “à levures”, il est pré­fé­rable d’é­vi­ter les sham­pooings à l’a­voine. La farine d’a­voine est un aller­gène com­mun à de nom­breux chiens et consti­tue éga­le­ment une source de glu­cides qui favo­rise la crois­sance des levures et d’autres micro-​organismes.

Note
Évitez les sham­pooings éti­que­tés “natu­rels” qui contiennent des ingré­dients poten­tiel­le­ment dan­ge­reux comme des conser­va­teurs (qui contiennent sou­vent du for­mal­dé­hyde), des sul­fates comme le lau­ryl sul­fate de sodium (qui peuvent se cacher sous une des­crip­tion “à base de noix de coco”) et des étha­no­la­mines (appe­lées MEA, DEA et TEA).

Rinçages après le bain ou le shampoing – Bain au vinaigre de cidre et thé vert

Les rin­çages sont effec­tués après le bain afin de lais­ser un effet anti­mi­cro­bien rési­duel sur la peau et le pelage, ce qui per­met d’es­pa­cer les bains.

Il existe de nom­breux pro­duits de rin­çage sur le mar­ché, mais le vinaigre de cidre de pomme (VCA) consti­tue une excel­lente option natu­relle :

  • Ajoutez une tasse de vinaigre de cidre de pomme à 4 litres d’eau légè­re­ment chaude 
  • Nettoyer la peau et les poils des déchets pos­sibles accrochés
  • Versez le pro­duit sur le pelage de votre chien, du cou à la queue (n’in­cluez pas la tête ou le visage, et ne lais­sez pas le pro­duit péné­trer dans les yeux). Masser
  • Ensuite ne pas rin­cer à l’eau, seule­ment sécher le chien avec une ser­viette ou lais­ser le mélange sécher à l’air tel quel sur le pelage du chien.

Note
Vous pou­vez aussi ajou­ter 12 tasse de thé vert
Ce mélange se conserve 1 ou 2 semaines au réfri­gé­ra­teur et peut être uti­lisé pour des mor­sures locales d’insectes.

Note
Ce mélange de rin­çage res­tore le pH de la peau, adouci les peaux irri­tées, calme les déman­geai­sons et à d’autres béné­fices comme répul­sif contre les puces, mouches, mou­che­rons. Voir article ?

Trempage des pattes du chien qui démangent

Chien-qui-se-gratte-entre-pattes-bains-de-pieds

Pour le chien qui se gratte ayant des déman­geai­sons ou des infec­tions aux pattes, des “bains de pieds” fré­quents ou quo­ti­diens peuvent être extrê­me­ment bénéfiques.

La tech­nique idéale consiste à immer­ger et à faire trem­per les “pieds” de votre ani­mal pen­dant quelques minutes une ou deux fois par jour. Les options de trem­page com­prennent le vinaigre de cidre de pomme dilué, le sel d’Epsom (avec ou sans plu­sieurs gouttes d’huile essen­tielle de lavande) ou la povi­done iodée diluée (diluez la solu­tion d’iode dans de l’eau pour obte­nir la cou­leur d’un thé glacé faible). 

Certains pro­prié­taires de chiens conservent même un seau, une boîte à café ou tout autre réci­pient assez bas appro­prié près de la porte d’en­trée de leur mai­son. A chaque retour après sor­ties dans l’herbe ou à l’ex­té­rieur, le chien doit pas­ser par ce pédi­luve impro­visé mais efficace.

Pommades et sprays topiques (localisés)

L’application de crèmes, d’huiles, de pom­mades ou de sprays topiques sur les zones cuta­nées affec­tées peut éga­le­ment être très utile.

De nom­breux agents natu­rels ont des pro­prié­tés apai­santes, cica­tri­santes et anti­mi­cro­biennes. Une com­bi­nai­son facile consiste de deux cuillères à soupe d’huile de noix de coco avec six à huit gouttes d’HE de lavande. La lavande est anti­sep­tique et accé­lère réel­le­ment la gué­ri­son de la peau. Elle apaise les tis­sus (et le stress men­tal aussi !) en agis­sant comme un “ner­vin”, ce qui signi­fie qu’elle calme les tissus.

Il est très impor­tant d’u­ti­li­ser une HE pure de haute qua­lité (et non syn­thé­tique ou de qua­lité par­fu­mée). Le Dr Melissa Shelton, vété­ri­naire experte en HE, ajoute que “toute pom­made, tout onguent ou tout sham­pooing natu­rel peut conte­nir des huiles, mais la quan­tité à ajou­ter peut varier en fonc­tion des carac­té­ris­tiques de l’huile essen­tielle en ques­tion. Bien sûr, il faut être plus pru­dent avec les huiles “chaudes” (fortes)”. Les huiles chaudes com­prennent la can­nelle, l’o­ri­gan, le clou de girofle, la gaul­thé­rie, le thym et le bou­leau. Pour plus d’in­for­ma­tion sur les huiles essen­tielles bonnes ou mau­vaises pour votre chien, voir notre article “Eloigner puces et tiques par des répul­sifs natu­rels que vous pou­vez faci­le­ment faire

Vous pou­vez éga­le­ment trou­ver plu­sieurs des pom­mades à base de plantes sur le mar­ché. Certaines contiennent des plantes anti­fon­giques et des huiles essen­tielles qui peuvent aider à trai­ter les points chauds (Hot spots) et à accé­lé­rer la gué­ri­son des plaies. Voir Isa

L’application de crèmes, d’huiles, de pom­mades ou de sprays topiques sur les zones cuta­nées affec­tées peut éga­le­ment être très utile.

L’argent colloïdal : une mention spéciale et un remède quasi-universel

L’argent col­loï­dal ( – > Isa) consti­tue une autre excel­lente option en tant que spray topique (local) pour la peau.

Chien-qui-se-gratte-desinfectant-argent-colloidal

Ce pro­duit natu­rel a été sur­nommé “l’an­ti­bio­tique ori­gi­nel” (son uti­li­sa­tion remonte aux Romains et aux Grecs de l’Antiquité). Il est éga­le­ment anti­fon­gique (levure) et antiviral. 

L’argent col­loï­dal est cou­ram­ment uti­lisé pour trai­ter les infec­tions cuta­nées, les plaies et les brû­lures. Il est apai­sant et répare les lésions tis­su­laires. L’argent col­loï­dal est extrê­me­ment poly­va­lent et offre un bonus de sécu­rité appré­ciable, car il peut être uti­lisé dans les yeux et sur d’autres muqueuses comme la bouche et les gencives.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.