CHIEN SEUL A LA MAISON : supprimer son anxiété de séparation

 

Chien seul à la maison : c’est souvent une source d’anxiété pour le chien et pour son maître. Pour le chien, l’origine habituelle est la peur de l’éloignement, la peur de ne plus revoir son maître. Cette anxiété est probablement l’une des plus courantes du chien. Cela se traduira par des pleurs, des aboiements lorsque le chien est seul, éventuellement ses besoins dispersés dans la maison, parfois une diarrhée, enfin la destruction d’objets ayant l’odeur du maître ou même des blessures.

Votre chien seul à la maison souffre alors d’anxiété de séparation. Il doit suivre une thérapie de détachement. Si vous désirez la conduire seul(e) – et cela est possible – vous devez vous assurer avoir :

  • quelques connaissances minimales en matière d’éducation de chien,
  • la patience
  • et la « méthode » pour réussir l’éducation « de détachement » de votre chien.

 

Chien seul à la maison : base de toute thérapie destinée à apaiser votre chien anxieux

Pour que votre thérapie fonctionne, vous devez suivre une « stratégie » simple mais constante, qui repose sur 3 points :

  • Chien seul - Dressage et avertissement du chienIdentifier la cause de l’anxiété de votre chien (Voir paragraphe ci-dessous « Symptômes de l’anxiété de séparation »)
  • Devenir le « dominant » pour votre chien, le « chien Alpha » de la meute. Car pour lui, il vit dans une « meute », un clan, qui comprend vous, lui et les autres membres de votre famille. Si vous n’êtes pas le dominant, votre chien prendra surement cette place – et il sera difficilement gérable et constamment « en charge », c’est à dire constamment anxieux puis stressé (Voir Anxiété du chien –  Soigner par l’éducation et dressage)

 

Symptômes de l’anxiété de séparation de votre chien seul à la maison

Les chiens seuls qui souffrent d’une anxiété de séparation ont des comportements anormaux lorsqu’ils sont laissés seuls. Typiquement, ces comportements se manifestent très rapidement après le départ de leur maître, en particulier :

  • Griffer à proximité des portes et des fenêtres dans l’espoir de trouver un moyen de s’échapper
  • Mordre ou mâcher les montants de portes ou autres objets afin de canaliser leur anxiété
  • Aboyer, pleurnicher, hurler, dans l’espoir d’être entendu par leur maître
  • Saliver excessivement, mâcher et se lécher
  • Dans les cas extrêmes, uriner ou déféquer due à un effet physiologique de stress prolongé

 

L’anxiété de séparation du chien seul : quelle est la cause ?

Chien seul - Mon ami le chienLes chiens ne sont pas faits pour vivre seuls. Ce sont des animaux vivant en groupe lorsque dans la nature, comme les loups en meute. Ils sont très rarement seuls « naturellement ». C’est l’héritage de leur espèce qui les rend nerveux quand ils se retrouvent seuls, lorsque les personnes de « leur famille » sont absentes. Mais en plus du fait d’être laissé seuls, il y a de nombreuses autres causes telles que changement de routine, instinct de reproduction ou bruits et autres changements perçus qui attirent l’attention du chien.

L’anxiété de séparation se manifeste souvent avec les chiens :

  • Qui n’ont que rarement été seuls
  • Qui ont été abandonnés à des moments clés de leur développement psychologiques
  • Qui n’étaient pas intégrés dans la maison de leur ancien maître, peut-être confinés dans un espace minuscule sans socialisation de la part de leur propriétaire
  • Qui ont été retirés de leur mère et de la compagnie de leurs « frères » trop jeune (Avant 8 semaines, ce qui est souvent le cas avec les chiens d’élevage) ou trop tard (Après 14 semaines)
  • Qui ont enduré des traumatismes, tels qu’enfermement dans un abri, en pension ou ont subies des changements importants dans leur environnement, tels que nouvelle personne dans la famille, déménagement ou même changement des horaires de travail du maître
  • Qui sont extrêmement attachés à leur maître et ont peur qu’il ne revienne pas. Cela peut être le résultat de la perte d’un ancien propriétaire qui leur était cher.

 

Chien seul : comment gérer son anxiété d’être séparé – Règles générales

  • Votre attitude envers votre chien est très importante : pour lui, vous et votre famille êtes une « meute » qui obligatoirement a un chef (Le dominant) qui décide de tout et protège le reste de la meute. Et vous devez être ce dominant, sinon, il ne se sentira pas « protégé » et ce sera lui qui se « croira » le dominant « responsable ». Il sera anxieux et angoissé du fait de cette responsabilité, en particulier lorsque vous êtes absent.

Avant de commencer l’éducation de votre chien, vous devez donc clairement être « son dominant » sur lequel il a confiance et s’appuie dans « sa vie de tous les jours », en tant que chien de la meute. C’est vous qui décidez, qui le « cadrez » car un chien anxieux ressent des angoisses et a besoin d’un cadre de vie très strict et clairement défini. Même si le chien n’a pas vraiment la notion du temps, il doit pouvoir « savoir » ce qu’il va lui arriver dans « sa journée ».

Soyez sûr de vous et ne laissez pas votre chien prendre des initiatives, que ce soit concernant les contacts ou son espace. Décidez de tout pour votre chien afin qu’il puisse se fier à vous et ne plus avoir de « pression » sur ses épaules. C’est aussi la bonne façon qu’il vous reconnaisse comme le « dominant » (Voir Anxiété du chien –  Soigner par l’éducation et dressage)

  • Au fil des jours et en règle générale, gérez la « densité » des contacts « personnels » avec votre chien. Il ne doit pas avoir votre attention à chaque fois qu’il la demande. En clair, si votre chien trouve toujours satisfaction lorsque il vient vous réclamer une caresse, il sera vraiment très frustré et n’arrivera pas à gérer cette émotion lorsque vous ne serez pas là. Comment procéder ? Ignorez votre chien lorsque il vient vous quémander de l’attention. Il passera rapidement à autre chose. Une fois qu’il est habitué à ce « nouveau régime », c’est vous qui devez l’appeler pour lui proposer un contact mais quand vous le désirez.

 

Comment gérer l’anxiété de séparation de votre chien avant de le laisser seul ?

Il faut impérativement s’en tenir aux règles ci-dessous

  • Sortez votre chien avant de partir pour quelques heures ou/et jouez avec lui, si vous le pouvez. Augmentez la durée des exercices physiques de votre chien, en allongeant vos promenades, en jouant plus longtemps, ce qui devrait le calmer, le mettre de bonne humeur et consommer son énergie. Mais prévoir une demi-heure à une heure pour que l’excitation de votre chien retombe avant votre départ.
  • Donnez 2 repas par jour à votre chien afin d’éviter des sautes d’humeur qui pourraient provenir d’un bas taux de sucre en cours de journée. Prévoyez le repas principal, le plus copieux de la journée, celui avant votre départ afin que votre chien se sente « rempli » et prêt pour un somme après une bonne marche et un repas plantureux.
  • Soyez certain que la qualité de la nourriture donnée à votre chien peut aider. Des aliments de médiocre qualité, bourrés d’ingrédients artificiels doivent être évités.
  • Supprimez les rituels de départ (et de retour, voir ci-dessous). Ignorez votre chien, c’est-à-dire, ne pas le regarder, le toucher ou lui parler. Lorsque vous restez chez vous, simulez votre départ (Mettre votre veste, prendre votre sac, etc..) sans vraiment partir. Changer votre heure de départ ou se retour, si vous le pouvez. Ceci pour le « déconnecter » des signes qui signifient pour lui « abandon ». Et surtout, avant votre départ réel, ne pas lui tenir des discours « larmoyants », ce ne ferait qu’alimenter son angoisse et sa peine.
  • Positivez votre départ afin que votre chien l’associe à quelque chose de « bon » : donnez-lui un jouet d’occupation ou une friandise ou simplement sa gamelle (En faisant coïncider l’heure de son repas avec votre départ, voir ci-dessus).
  • Réduisez l’espace de votre chien où votre chien peut se déplacer lorsque vous partez. Plus l’espace qu’il a à sa disposition est grand, plus votre chien aura de « points à vérifier » pour se sentir en sécurité et guetter votre retour (Fenêtres, portes). Si l’agencement de votre appartement ou maison le permet, installez votre chien dans une pièce à part, avec son panier, de l’eau et ses jouets pour qu’il se sente « chez lui ». Vous pouvez même le mettre dans sa caisse de transport, si votre absence est limitée à moins de 4 heures et après l’avoir habitué (Friandises).

 

Contrôler l’anxiété de séparation de votre chien par des compléments naturels

Il existe plusieurs « compléments alimentaires » qui ont des effets calmants sur les chiens seuls, sans effets secondaires. Cela peut aider votre chien à supporter vos périodes d’absence, en particulier les premiers temps de ce nouveau « régime ».

Fleur de la Passion (Passion flower)

Calmant anti-convulsions. Calme le système nerveux dans son ensemble.  Agit rapidement. N’est pas addictif. Peut être donné en teinture dans la ration d’eau journalière.

Avena Sativa = Canabis Sativa   (Oatstraw) = Paille d’avoine ???

Il s’agit d’un anxiolytique produisant une sensation de calme, similaire à la Valériane, Fleur de la Passion et Scutellaire. Peut être ajouté à l’eau du chien. Disponible en teinture et granulés homéopathiques.

Scutellaire (A compléter)

Valériane (A compléter)

 

Comment gérer l’anxiété de séparation pendant votre absence ?

Pendant votre absence, votre chien seul va faire ses vérifications habituelles, éventuellement jouer quelques instants, écouter les « bruits de la maison ». Mais cela ne prend que quelques minutes. Cela veut dire qu’il s’ennuiera et dormira beaucoup (et aura d’autant plus d’énergie à dépenser ensuite). Vous devez donc faire au mieux pour que ses  périodes d’attente soient coupés « d’événements » qu’il reconnait.

  • Faites jouer de la musique en boucle si votre chien est sensible à la musique, mais choisissez de la musique « douce », sans sons percutants, calmante. La radio peut convenir, comme les informations, sauf s’il y a des débats trop animés entre personnes excitées.
  • Enregistrez les sons habituels « de votre maison », un peu de musique, votre voix calme et mesurée, en lisant un magasine ou un livre par exemple. Diffusez votre enregistrement lorsque vous partez, en continu. Occasionnellement, faite cette diffusion de votre enregistrement en votre présence afin d’éviter que votre chien associe l’écoute de l’enregistrement à votre départ.
  • Laissez un de vos vêtements usés près de lui afin que votre odeur apporte apaisement à votre chien lorsqu’il est seul.

 

Comment gérer l’anxiété de séparation : ce qu’il faut faire à votre retour

  • Chien seul - Chien qui s'amuse

    Ne pas participer à la fête …

    Si votre chien a fait des « bêtises » pendant votre absence (Déchiré des objets, « attaqué » la porte, uriné, etc…), cela ne servira à rien de le corriger à votre retour, au constat des dégâts. Votre chien ne fera pas le lien entre le désastre qu’il a créé et la punition reçue des minutes, voire des heures après. Sur le coup, à votre retour, ignorez votre chien et ses bêtises, ne nettoyez pas devant lui (ni à l’eau de javel pour les malpropretés). Et à partir de ce jour, appliquez le comportement qui suit.

  • A votre retour ne pas participer à sa fête surtout si elle est exacerbée. Il faut plutôt ignorer votre chien. Dès qu’il se calme, l’appeler pour des câlins (C’est vous qui décidez). L’objectif est de ne pas « aggraver » l’excitation de votre retour, mais de motiver le chien à se contrôler : il aura des câlins lorsqu’il sera calme.

 

Combien de temps peut-on laisser un chien seul ?

C’est une vraie question pour beaucoup car la plupart des propriétaires de chiens sont aussi des actifs qui doivent aller travailler à l’extérieur. Un chien adulte dort environ 14 heures par 24 heures. En général, il est curieux mais se lasse vite s’il n’y a pas de nouveautés à « renifler ». Un chiot peut se retenir 2 heures environ. Un chien adulte peut « tenir » 8 heures environ. Vous avez ici à peu près tous les paramètres « techniques ». Mais votre chien a aussi besoin d’affection, de présence de son maître et de sa famille. Et cela ne se mesure pas.

Note
Mettre votre chien dans sa cage de voyage peut être une solution que votre chien peut apprécier (Sentiment d’être chez lui). Ce serait aussi une solution pour vous s’il fait des bêtises lorsque il est en liberté. Mais de toute façon, il ne doit pas rester plus de 4 heures même dans une cage confortable et spécieuse.

Ce qui est certain, un chien n’est pas « construit » pour être seul une grande partie de la journée. Quelle que soit sa race et son niveau d’activité. Plus il est seul, plus il s’ennuie donc, plus il dort et en conséquence plus il a besoin de se dépenser, de se balader, de sentir. Cela veut probablement dire 1 heure le matin et 1 heure le soir. Une autre option bancale serait de compenser les courtes promenades de la semaine par de longues promenades le samedi et le dimanche,. Mais le chien a besoin de dépenser son énergie tous les jours, pas sur demande. Il faut donc penser à toutes ces contraintes et au temps que vous aurez à consacrer à votre compagnon. Il faut aussi prendre en compte que le chien vieillissant à des problèmes supplémentaires consécutifs à son âge.

Une fausse bonne idée serait de prendre un autre chien ou un chat pour lui tenir compagnie. Cela ne supprimera pas le problème : ce seront deux animaux qui s’ennuient et dorment en votre absence ou un chat qui va faire un tour de son côté et laisse seul votre chien.

Enfin, si vous avez une maison et un jardin, il s’ennuiera tout autant qu’à l’intérieur car il connaît déjà votre jardin par cœur. Et s’il aboie, les voisins apprécieront probablement modérément ! (voir notre article CHIEN QUI ABOIE TROP SOUVENT : que faire ?). Au final, ce sera peut être plus de problèmes que de solutions. L’extérieur peut vous sembler plus stimulant, mais votre chien stimulé sera plus apte à faire des « bêtises ».

Le durée pendant laquelle vous pouvez laisser votre chien seul va dépendre de sa « personnalité ». Il devra accepter cette séparation …mais ce ne sera pas sans qu’il en souffre. Le minimum à faire pour son maître est donc de l’habituer à vivre « contre nature ». Ce que nous avons essayé de faire dans cet article sur l’éducation et le dressage par une thérapie de détachement.

Note
Dans les grandes villes en particulier, il existe des services de promenades de chien. Mais cela a un coût.