Ameliorer la nourriture croquettes

Comment AMÉLIORER naturellement l’alimentation croquettes du chien

L’alimentation du chien avec les cro­quettes ou des ali­ments pré­pa­rés indus­triels est lar­ge­ment répan­due. La qua­lité de cette ali­men­ta­tion est aussi lar­ge­ment dis­cu­tée.
Peut-​être n’êtes-​vous pas tout sim­ple­ment prêt à don­ner à votre chien une ali­men­ta­tion crue ou fraîche. Ou ce peut être une ques­tion de coût. Ou toute autre rai­son. Mais vous vou­lez quand même offrir à votre chien la meilleure nutri­tion pos­sible.
Nous vous don­nons ci-​dessous l’ar­ticle du Dr vété­ri­naire Jodie Gruenstern DVM CVA qui pour­rait conci­lier à la fois ces deux posi­tions : amé­lio­rer l’a­li­men­ta­tion cro­quettes et pré­ser­ver la santé de votre chien.

Six améliorations naturelles possibles des croquettes du chien

Si votre chien mange encore des cro­quettes pour une rai­son quel­conque… je veux vous aider à les rendre plus nutri­tives pour lui.

Voici donc quelques conseils pour tirer le meilleur parti d’une ali­men­ta­tion cro­quettes. J’ai dressé une liste de 6 amé­lio­ra­tions que vous pou­vez faire pour mieux nour­rir et aider votre chien à être en meilleure santé.

Tout d’a­bord, par­lons des rai­sons pour les­quelles vous ne vou­lez pas don­ner à votre chien la même nour­ri­ture tous les jours !

Varier les fabricants pour minimiser carences et excès des ingrédients

Faire “tour­ner” les ali­ments ne signi­fie pas seule­ment choi­sir dif­fé­rentes cro­quettes du même fabri­cant.

La plu­part des fabri­cants uti­lisent le même pré­mé­lange de vita­mines dans chaque marque ou gamme d’a­li­ments. C’est donc une très bonne idée de faire une rota­tion des ali­ments.

Mais cela ne signi­fie pas seule­ment chan­ger les sources de pro­téines d’une même marque… mais aussi chan­ger la marque des ali­ments que vous don­nez à votre chien !

La prin­ci­pale source de nutri­ments des cro­quettes est consti­tuée par les vita­mines et les miné­raux que les fabri­cants ajoutent. En effet, les cro­quettes sont trai­tées à des tem­pé­ra­tures très éle­vées. La cha­leur extrême détruit la plu­part des nutri­ments des ingré­dients d’o­ri­gine. Ils doivent donc ajou­ter des vita­mines et des miné­raux pour répondre aux normes nutri­tion­nelles.

Et par­fois, les fabri­cants en font trop. Un exemple récent est le taux de vita­mine D dans cer­tains ali­ments pour chiens.

Un excès de vita­mine D est très dan­ge­reux pour votre chien. La FDA (US Food and Drug Administration – Equivalent de notre DGCCRF) a même mis en garde contre ce pro­blème… en indi­quant que la toxi­cité de la vita­mine D peut pro­vo­quer une insuf­fi­sance rénale et même la mort.

Donc … si vous faites une “rota­tion de la nour­ri­ture” et que vous don­nez dif­fé­rentes marques … cela aidera à mini­mi­ser les dégâts de tout excès ou carence incon­nue dans les cro­quettes.

Ignorez les conseils habituels de ne pas changer de nourriture

Je sais … que le concept de varier les ali­ments est à l’op­posé de ce que votre vété­ri­naire conven­tion­nel recom­mande !

Parce que les cours de nutri­tion des écoles vété­ri­naires enseignent aux vété­ri­naires de recom­man­der tou­jours le même ali­ment. Ils disent que c’est tout ce dont votre chien aura tou­jours besoin.

Mais en lui offrant de la variété lors­qu’il est encore un chiot, vous lui don­ne­rez un intes­tin moins fra­gile. Et il y aura moins de risques que votre chien déve­loppe des into­lé­rances ali­men­taires … qui peuvent pro­ve­nir du fait qu’il mange tou­jours la même nour­ri­ture.

Sans par­ler de l’en­nui de man­ger la même nour­ri­ture tous les jours pen­dant toute sa vie ! Pouvez-​vous ima­gi­ner de man­ger des corn­flakes à chaque repas ? Vous appré­cie­riez sans doute des chips de riz de temps en temps !

Alors, don­nez à votre chien un peu de variété. Il suf­fit de faire des chan­ge­ments gra­duels pour évi­ter les maux de ventre ou les selles molles.

Lire les étiquettes et reconnaître les composants dangereux à la santé

Il est impor­tant de choi­sir les ali­ments “cro­quettes” qui ne contiennent pas de conser­va­teurs arti­fi­ciels, de maïs, de blé, de soja ou de colo­rants. Lisez donc les éti­quettes de vos ingré­dients.

Vous pou­vez recon­naître les conser­va­teurs arti­fi­ciels aux noms BHA, BHT ou éthoxy­quine.

Certains rap­ports indiquent que le BHA et le BHT sont can­cé­ri­gènes, tan­dis que l’é­thoxy­quine, un conser­va­teur et un pes­ti­cide, peut endom­ma­ger les tis­sus rénaux des rats. Il faut donc évi­ter les ali­ments conte­nant ces ingré­dients.

Le maïs et le soja, sauf indi­ca­tion contraire, sont géné­ti­que­ment modi­fiés (OGM) … et le blé est riche en glu­ten. Le blé peut éga­le­ment être un OGM.

Ce sont des ingré­dients indé­si­rables qui peuvent contri­buer aux aller­gies, aux mala­dies inflam­ma­toires de l’in­tes­tin… ou même au can­cer.

Un autre pro­blème lié à la cha­leur éle­vée uti­li­sée dans le trai­te­ment indus­triel des cro­quettes… est qu’elle détruit les bac­té­ries, mau­vaises ou bonnes.

Améliorer les bactéries intestinales avec les probiotiques naturelles

Une flore gastro-​intestinale bien équi­li­brée est d’une impor­tance vitale pour sou­te­nir les sys­tèmes diges­tif et immu­ni­taire de votre chien.

Il existe de nom­breux exemples qui le prouvent. Lorsque la bac­té­rie Helicobacter se déve­loppe, des ulcères d’es­to­mac peuvent en résul­ter. Lorsque la bac­té­rie Clostridium se déve­loppe trop… elle peut pro­vo­quer des bal­lon­ne­ments dou­lou­reux et de graves diar­rhées.

Tant que ces bac­té­ries sont contrô­lées, l’in­tes­tin peut fonc­tion­ner nor­ma­le­ment. Mais cela n’ar­rive pas tou­jours.

Comment se produisent les dommages aux intestins et perméabilité intestinale

Les bonnes bac­té­ries qui vivent dans le trac­tus intes­ti­nal font par­tie du sys­tème immu­ni­taire … en créant une muqueuse intes­ti­nale saine. Lorsque cette muqueuse est endom­ma­gée, on parle de syn­drome de la “per­méa­bi­lité intes­ti­nale”.

Une mau­vaise ali­men­ta­tion, des vac­cins, des médi­ca­ments et d’autres toxines peuvent cau­ser ces lésions intes­ti­nales. Ainsi, lorsque vous don­nez des cro­quettes à votre chien, il prend un mau­vais départ dans la vie.

Lorsqu’il y a per­méa­bi­lité intes­ti­nale, des trous (poro­si­tés) dans la muqueuse per­mettent à de gros mor­ceaux de pro­téines non digé­rées de péné­trer dans le sang. Ces par­ti­cules voyagent ensuite tel quel vers le foie pour y être trai­tées.

Mais … parce que ces pro­téines n’ar­rivent pas dans leur for­mat d’a­cide aminé appro­prié … le foie dit : “Eek, dégage !”

L’organisme réagit alors par une inflam­ma­tion.

L’inflammation est le moyen qu’u­ti­lise le corps pour arrê­ter ou éli­mi­ner les enva­his­seurs non recon­nais­sables. Le corps tente d’ex­pul­ser ces étran­gers par le sys­tème cir­cu­la­toire. Les enva­his­seurs fini­ront par sor­tir par la peau (entraî­nant des symp­tômes d’al­ler­gie) … ou par le trac­tus intes­ti­nal (pro­vo­quant la diar­rhée).

La santé intes­ti­nale est donc essen­tielle pour la santé du foie, de la peau et du sys­tème diges­tif. Et cela passe par une bonne ali­men­ta­tion.

Et comme les cro­quettes ne contiennent pas de “bonnes bac­té­ries”, vous devez ajou­ter des pro­bio­tiques à l’a­li­men­ta­tion de votre chien.

Ajouter des probiotiques et des prébiotiques au régime croquettes

Probiotique-pour-systeme-immunitaire-chien-
Probiotique natu­rel pour ren­for­cer la flore intes­ti­nale

Certaines cro­quettes contiennent des pro­bio­tiques. Mais elles ne sont pas “effi­caces” … parce que les bac­té­ries vivantes ne sur­vivent pas à des tem­pé­ra­tures éle­vées de trai­te­ment indus­triel des cro­quettes ou à un sto­ckage de longue durée (Plusieurs mois, voire années).

Vous pou­vez donc aider votre chien à res­ter en bonne santé, en amé­lio­rant la “nour­ri­ture cro­quettes”. Il faut lui don­ner un sup­plé­ment de pro­bio­tiques. Les bonnes bac­té­ries conte­nues dans les pro­bio­tiques aident à équi­li­brer l’in­tes­tin… et à éli­mi­ner les bac­té­ries nocives !

L’alimentation en pro­bio­tiques sou­tient la flore intes­ti­nale exis­tante de votre chien… et favo­rise une bonne diges­tion et une bonne santé immu­ni­taire.

Vous trou­ve­rez des pro­bio­tiques de qua­lité en cli­quant sur Probio Immun et Probio Akut de Tout pour le Chien et le Chat

Il est même pré­fé­rable d’in­clure en plus des pré­bio­tiques dans l’a­li­men­ta­tion de votre chien.

Les pré­bio­tiques sont un type de fibre soluble ou d’a­mi­don résis­tant… qui nour­rissent les bonnes bac­té­ries dans l’in­tes­tin. Ils aident aussi à rendre les pro­bio­tiques plus effi­caces.

Vous pou­vez recon­naître les pré­bio­tiques sur l’é­ti­quette d’un ingré­dient en recher­chant les fructo-​oligo-​saccharides (FOS), la racine de chi­co­rée, l’i­nu­line, la gomme de guar ou la pulpe de bet­te­rave.

Et vous pou­vez ache­ter des com­plé­ments pré­bio­tiques… ou un com­plé­ment qui com­prend à la fois des pré­bio­tiques et des pro­bio­tiques.

Et il existe une autre façon d’ai­der votre chien à main­te­nir un intes­tin sain.

Remplacer les enzymes digestives tuées en fabrication des croquettes

Avez-​vous déjà mis du jus d’a­na­nas ou de la mari­nade sur de la viande et remar­qué le bouillon­ne­ment ?

Le prin­cipe de la mari­nade est que cer­tains ali­ments (mari­nade) peuvent digé­rer (ou décom­po­ser) d’autres ali­ments frais.

Les enzymes des ali­ments frais peuvent faci­li­ter le pro­ces­sus diges­tifavant que les enzymes sali­vaires et pan­créa­tiques du corps n’in­ter­viennent dans la diges­tion.

[EN LIEN : Les enzymes et votre chien : ne vous épui­sez pas !]

Certaines cro­quettes peuvent avoir une addi­tion d’en­zymes. Vous pou­vez géné­ra­le­ment recon­naître une enzyme par les mots qui se ter­minent en “ASE” sur la liste des ingré­dients. La lipase décom­pose les lipides ou les graisses. L’amylase décom­pose les ami­dons. La pro­téase décom­pose les pro­téines en acides ami­nés plus petits. Ce ne sont là que quelques exemples parmi de nom­breuses enzymes.

Mais là encore, ces enzymes peuvent ne pas sur­vivre au trai­te­ment des cro­quettes. Il est donc pré­fé­rable d’a­jou­ter les enzymes d’une autre manière afin d’a­mé­lio­rer le niveau nutri­tion­nel des cro­quettes.

Les légumes frais peuvent aider…mais bien savoir les préparer

Une chose que vous pou­vez faire faci­le­ment est d’a­jou­ter des légumes frais à la nour­ri­ture de votre chien. Mais ne vous conten­tez pas de jeter des carottes crues dans son bol.

Voici pour­quoi …

Les her­bi­vores pos­sèdent une enzyme diges­tive appe­lée cel­lu­lase.

La cel­lu­lase per­met à “un man­geur de plantes” de décom­po­ser la cel­lu­lose… un com­po­sant des parois cel­lu­laires des plantes. Cela per­met la libé­ra­tion d’autres nutri­ments de la matière végé­tale.

Mais les car­ni­vores comme les chiens n’ont pas de cel­lu­lase.

Cela explique pour­quoi un mor­ceau de carotte “passe” à tra­vers votre chien en un seul mor­ceau ! Donc, si vous vou­lez que votre chien absorbe la vita­mine A d’une carotte… vous devez lui don­ner le lapin qui a pré­di­géré cette carotte… y com­pris son esto­mac.

Mais si votre chien ne reçoit pas les tripes du lapin… vous devez imi­ter la pré­di­ges­tion qui se pro­duit dans l’es­to­mac de la proie. Vous pou­vez donc ajou­ter des légumes aux cro­quettes de votre chien… mais avant tout, rendez-​les digestes en les réchauf­fant légè­re­ment ou en les trans­for­mant en purée pour libé­rer leurs nutri­ments.

Vous pou­vez éga­le­ment amé­lio­rer les cro­quettes de votre chien en ajou­tant un sup­plé­ment d’en­zymes diges­tives dans son bol. Saupoudrez la poudre sur les ali­ments avant de les ser­vir.

Améliorer la nutrition avec aliments frais naturels et complets

De nom­breux fabri­cants de cro­quettes pré­tendent que leur nour­ri­ture est com­plète et équi­li­brée… ils disent donc qu’il ne faut pas ajou­ter de vita­mines ou de com­plé­ments à leur nour­ri­ture. Votre vété­ri­naire dit peut être la même chose.

Mais la vérité est que les vita­mines syn­thé­tiques déri­vées de labo­ra­toire et ajou­tées à la nour­ri­ture “cro­quettes” ne suf­fisent pas à nour­rir votre chien.

Pourquoi et comment vous devriez éviter les vitamines synthétiques ?

Avec le temps, les récep­teurs cel­lu­laires de votre chien peuvent se “bou­cher” avec ces fausses vita­mines … et elles cessent de fonc­tion­ner cor­rec­te­ment. Un excès de vita­mines syn­thé­tiques dans la nour­ri­ture peut même être toxique pour votre chien.

Les vita­mines fraîches pro­ve­nant d’a­li­ments com­plets sont com­plexes. Les cel­lules de l’or­ga­nisme les recon­naissent et les uti­lisent bien mieux que les vita­mines syn­thé­tiques. Mais lorsque votre chien reçoit des vita­mines syn­thé­tiques dans sa nour­ri­ture, cela peut même dimi­nuer l’ab­sorp­tion de vita­mines entières et saines.

En rédui­sant les vita­mines syn­thé­tiques et en ajou­tant des vita­mines d’a­li­ments com­plets, le corps de votre chien peut choi­sir ce dont il a besoin.

Donc, même si j’ai déjà men­tionné ce point…

Essayez d’ajou­ter des fruits et des légumes mélan­gés ou légè­re­ment cuits dans le bol de votre chien.

Cela peut répondre à deux besoins : le besoin en enzymes (comme je l’ai expli­qué plus tôt) … et le besoin en vita­mines des ali­ments com­plets.

Il existe éga­le­ment de nom­breux fabri­cants de sup­plé­ments de vita­mines et de miné­raux et de “super-​aliments” pour ali­ments com­plets sains qui entrent dans cette caté­go­rie.

Aliment complementaire naturel pour chien et chat. Apport de vitamines, minéraux et metabolites secondaires  de vegetaux
Varech et plantes médi­ci­nales

J’utilise le pro­cédé stan­dard Catalyn comme une excel­lente source de vita­mines pour les grands chiens. Comme il est fait pour les humains… sup­po­sez que la dose est pour une per­sonne de 150 livres (70 kg) et ajus­tez en fonc­tion du poids de votre chien.

Pour les chiots, les petits ou les grands chiens, le Standard Process Canine Whole Body Support est excellent.

De nom­breux pro­prié­taires aver­tis ajoutent éga­le­ment d’autres ali­ments fonc­tion­nels… comme le varech, la spi­ru­line, les mélanges d’herbes, les com­bi­nai­sons de cham­pi­gnons, l’herbe de blé ou les pro­duits céréa­liers ger­més.

Vous trou­ve­rez ces ali­ments com­plé­men­taires sur le site Tout pour le Chien et le Chat ou en cli­quant sur “Varech”, “Varech et plantes”, “Spiruline” et “Mélanges d’herbes “Green.

Ces ali­ments “fonc­tion­nels ” peuvent four­nir des pré­bio­tiques, des enzymes, des vita­mines et des miné­raux pour l’en­semble du corps, et même des acides gras.

Ce qui m’a­mène à mon pro­chain sujet … les oméga‑3

Ajouter les acides gras oméga‑3 anti-​inflammatoires indispensables

La plu­part des régimes de cro­quettes ne contiennent pas de graisses saines. Même si elles figurent sur la liste des ingré­dients… elles sont per­dues dans la phase de chauf­fage de fabri­ca­tion et autes trai­te­ments de fabri­ca­tion des cro­quettes.

En fait, la trans­for­ma­tion indus­trielle des cro­quettes peut pro­duire des graisses hydro­gé­nées ou “trans”, ce qui peut être très dan­ge­reux pour la santé du chien.

La plu­part des graisses d’o­ri­gine végé­tale four­nissent des acides gras oméga‑6 et 9, qui sont pro-​inflammatoires donc mau­vais. Mais les acides gras oméga‑3 sont anti-​inflammatoires donc bons. Les chiens nour­ris aux cro­quettes doivent man­ger plus d’a­li­ments sains anti-​inflammatoires.

Il n’est donc pas sur­pre­nant qu’un car­ni­vore uti­lise au mieux les acides gras oméga‑3 conte­nus dans les huiles de pois­son. Mais il y a cer­taines choses aux­quelles vous devez faire atten­tion… alors je vou­drais vous don­ner quelques aver­tis­se­ments sur l’huile de pois­son.

Huile de poisson mais attention qu’elle soit fraîche et pas rance

L’huile de pois­son est très instable et sa qua­lité varie énor­mé­ment. Et l’huile de pois­son rance est pire à man­ger que l’ab­sence d’huile de pois­son.

Ne croyez pas que l’huile de pois­son déjà conte­nue dans les cro­quettes puisse être fraîche. Il est pré­fé­rable de l’a­jou­ter juste avant de ser­vir.

Si vous ouvrez une nou­velle bou­teille d’huile de pois­son et qu’elle sent for­te­ment le pois­son… rapportez-​la au maga­sin. Il est fort pro­bable qu’elle soit mal dis­til­lée et déjà rance.

Alors, si vous uti­li­sez de l’huile de pois­son… ache­tez un pro­duit de haute qua­lité, conservez-​le au réfri­gé­ra­teur et ajoutez-​le à la cro­quette immé­dia­te­ment avant de ser­vir.

Et il y a autre chose.

Si vous ajou­tez de l’huile de pois­son, ne lais­sez pas de cro­quettes à dis­po­si­tion de votre chien toute la jour­née. L’huile devien­dra rance avant la fin du jour.

De plus, le “gri­gno­tage” tout au long de la jour­née n’est pas une façon natu­relle ou saine de man­ger pour un car­ni­vore. Il per­met une dété­rio­ra­tion sup­plé­men­taire des nutri­ments … et peut affec­ter la santé des voies uri­naires.

Les pro­duits à base d’huile de pois­son éti­que­tés pour les ani­maux domes­tiques recom­mandent la quan­tité à don­ner. Ce n’est qu’une indi­ca­tion … alors com­men­cez pro­gres­si­ve­ment et sur­veillez les selles de votre chien. Si ses selles se délitent, dimi­nuez la quan­tité et aug­men­tez la quan­tité d’huile plus len­te­ment.

Vous pou­vez consta­ter une dimi­nu­tion de la perte de poils et un pelage plus luxu­riant … dès deux semaines après avoir ajouté de l’huile de pois­son aux cro­quettes.

Où trou­ver de l’huile de pois­son de qua­lité ? Tout pour le Chien et le Chat met à votre dis­po­si­tion Huile Omega 3−6−9, Huile de foie de Morue et Huile de Krill.

[EN LIEN : Huile de pois­son pour chiens – le bon, le mau­vais et le laid]

La nourriture fraîche restera toujours la meilleure !

Il y a encore des mil­liers de pro­prié­taires d’a­ni­maux qui croient au mythe selon lequel le régime de cro­quettes qu’ils donnent à leurs com­pa­gnons est com­plet et équi­li­bré.

Mais ces régimes manquent de nutri­ments essen­tiels. C’est pour­quoi il est pré­fé­rable de leur don­ner des ali­ments frais.

Si vous n’a­vez pas les moyens d’of­frir un régime ali­men­taire “pro­duits frais”, essayez de suivre ces six recom­man­da­tions ci-​dessus. Vous amé­lio­re­rez consi­dé­ra­ble­ment la qua­lité de vie et la santé de votre chien !

Lorsque vous consta­te­rez les amé­lio­ra­tions en termes d’éner­gie, d’at­ti­tude et de qua­lité du pelage, vous ver­rez peut-​être que les cro­quettes n’é­taient pas si com­plètes que cela.

Et si vous don­nez déjà à votre chien un nou­veau régime ali­men­taire… aidez à dis­si­per le mythe des “cro­quettes saines et équi­li­brées” et don­nez cet article à un ami qui nour­rit son chien avec des cro­quettes.

C’est un pre­mier pas impor­tant vers un régime ali­men­taire frais pour votre chien !

Sources
Cet article du Dr vété­ri­naire Jodie Gruenstern DVM CVA est paru dans Dogs Naturally Magazine sous le titre Can’t Afford Raw ? Here’s How To Make Kibble More Nutritious On A Budget. Il a été tra­duit avec la per­mis­sion de la rédac­tion . Pour sous­crire à ce maga­sine cli­quez sur Dogs Naturally Magazine
Autres sources
ALIMENTATION DU CHIEN opti­mi­sée pour le chien
NOURRITURE BARF ou CROQUETTE ? Comment bien nour­rir son chien
DÉBUTER BARF https://mon-ami-le-chien.com/​article/​debuter-​barf-​sans-​jeune-​cereales-​produits-​laitiers/​
BARF POUR CHIEN – Préparation facile des repas
Je nour­ris mon chien natu­rel­le­ment – Swanie Simon – Thierry Souccar Editions – 2014 Natural Heath for dogs and cats – Dr Pitcairn – Rodale Editions Herbal dog care – Dr Kidd – Storey Publishing Give your dog a bone – Dr Ian Billinghurst – Warrigal Publishing Work Wonders : Feed Your Dog Raw Meaty Bones – Dr Tom Lonsdale – Rivetco Pty Ltd
Toxic cro­quettes – Zutta Ziegler – Souccar Editions
Comparaison des rations Barf (Biologically appro­pried raw food) aux reco­man­da­tions nutri­tion­nelles du chien sain ou malade ‑École natio­nale vété­ri­naire d’Alfort – Année 2011 – Thèse pour le doc­to­rat vété­ri­naire pré­sen­tée par Elise, Jeanne, Aline CAMPAGNOLLE
Plantes médi­ci­nales : Une ren­contre entre science et tra­di­tion

Conseils vété­ri­naires
Les valeurs et conseils que vous pour­rez trou­ver sur ce site ne peuvent pas se sub­sti­tuer à l’avis de votre vété­ri­naire ou du thé­ra­peute de votre chien. En aucun cas, les infor­ma­tions don­nées sur notre site ne consti­tuent une pres­crip­tion. Seul votre vété­ri­naire peut poser un diag­nos­tic pré­cis et recom­man­der l’utilisation d’un pro­duit. Si tel n’est pas le cas, nous ne sau­rions être tenus pour res­pon­sables d’une prise inadap­tée des pro­duits pré­sen­tés.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

tristique dolor ultricies id risus Donec