Ensemble-comprimes-gelules-traitement-maladies

COMPRIMES ET CHIEN : les faire avaler facilement. Dosage. Vidéo.

Comprimés et chien : ces deux là ne font sou­vent pas bon ménage. Le chien est pru­dent de nature, tout ce qui est nou­veau, il le lèche d’a­bord. Sauf s’il s’a­git d’un com­primé appé­tant (Ils ne sont pas nom­breux), le chien n’en vou­dra pas “spon­ta­né­ment. Alors que faire ? Il existe de nom­breux moyens pour contour­ner le problème.

Comprimés et chien : ce qu’il ne faut pas faire, courir après le chien

Ce qu’il ne faut pas faire est de cou­rir après votre chien, la famille prê­tant main forte, afin de l’im­mo­bi­li­ser et lui four­rer dans la gueule ce mau­dit com­primé. Peut être qu’à la fin vous arri­ve­rez à lui faire ava­ler le com­primé (ou une par­tie) après moult péri­pé­ties mais vous et votre chien en res­sor­ti­rez “meur­tris”. Il y a mieux à faire et plus simple.

Comprimés : certain chien les aime un peu, beaucoup, pas du tout …

Cela arrive aussi qu’un chien avale un com­primé sans pro­blème. Sa gueule est faite pour bien plus gros qu’un com­primé ! Mais cela est rare à cause du goût inha­bi­tuel pour un chien.
De toute façon, cela ne coûte rien d’es­sayer, éven­tuel­le­ment en l’en­dui­sant dans quelque chose que votre chien aime vrai­ment. Si ça marche, ne pas oublier de lui don­ner une frian­dise immé­dia­te­ment après. Il s’en sou­vien­dra pour une pro­chaine fois : un com­primé = une friandise !

Apprendre à son chien à avaler comprimé, gélule ou médicament

Cela devrait être par quoi devrait com­men­cer cette opé­ra­tion “com­primé” (ou médi­ca­ments en tout genre). Lui apprendre à ingur­gi­ter cette toute petite chose qu’est un com­primé.
Mais cela se “pla­ni­fie” au moyen terme et devrait être fait depuis le plus jeune âge. En effet votre chien aura dans sa vie à ava­ler des dizaines, voire des cen­taines de médi­ca­ments de toute nature.
Autant com­men­cer avant que le pro­blème ne se pose, par un peu d’é­du­ca­tion de votre chien.
Vous trou­ve­rez quelques exemples en cli­quant sur “Comportement/​éducation”. C’est simple et tou­jours sur le même schéma, que vous pou­vez adap­ter pour faire ava­ler un com­primé à votre chien : faire faire puis récom­pen­ser immé­dia­te­ment. C’est une ques­tion de répé­ti­tion et d’au­tant plus facile que le chien est jeune. Il faut un peu de conti­nuité et de patience.

Le chien accepte beau­coup de choses de la part de son maître car il veut lui faire plai­sir. A la condi­tion qu’il ait été conve­na­ble­ment édu­qué avant – et si pos­sible depuis qu’il était un chiot. Et la deuxième condi­tion est que le chien com­prenne le lan­gage du maître … et que le maître com­prenne celui du chien.

Pour com­men­cer cette édu­ca­tion qui vous aidera en d’autres cir­cons­tances dans la vie com­mune de tous les jours avec votre chien, nous vous recom­man­dons de lire des articles sur le dres­sage des chiens. Nous en avons un en par­ti­cu­lier, (peut être parce que nous l’a­vons écrit !) simple et ins­truc­tif inti­tulé ” Anxiété du chien – Soigner par l’é­du­ca­tion et dres­sage “.

Comme indi­qué plus haut, il est impé­ra­tif que vous n’at­tra­piez pas “au pas­sage” votre chien sans le “pré­ve­nir” que c’est l’heure du com­primé. Vous devez le pré­pa­rer et jamais le sur­prendre.
Pour cela, com­men­cez toute séance “de prise de médi­ca­ment” (ou tout autre type de “tra­vail”) par un ordre et une atti­tude qui sera tou­jours la même pour ces cir­cons­tances. Par exemple, vous pou­vez déci­der que sur votre ordre ver­bal (“au pied”) et ges­tuel par­ti­cu­liers (Pointer votre doigt vers le sol), votre chien doit s’asseoir et attendre sans bou­ger la suite des “évé­ne­ments”. De cette façon, cette 1ère phase “dira” à votre chien qu’il doit être atten­tif à vos ordres.

Apprendre-a-son-chien-avaler-medicament

Ensuite, pré­sen­tez à votre chien le com­primé. Mais il doit avoir repéré que vous avez aussi dans votre autre main, sa frian­dise pré­fé­rée.
S’il absorbe le com­primé sans essayer de le recra­cher, donnez-​lui la frian­dise dans la seconde qui suit. A l’in­verse s’il refuse d’a­va­ler le com­primé ou le recrache, ne lui don­nez sur­tout pas sa frian­dise que vous faites dis­pa­raître de sa vue.
Si vous lui don­niez quand même sa frian­dise pour faire “copain copain” que pen­sez vous qu’il en déduira ? Que “ne pas prendre le com­primé” est bien puisque il a été récom­pensé par une frian­dise. C’est comme cela que le chien “fonc­tionne”: il fait une rela­tion directe entre ce qu’il vient de faire et ce qu’il vient d’ob­te­nir l’ins­tant d’a­près. Il ne réflé­chit pas comme les humains, par “concept”. Et c’est pour cela qu’il faut que la récom­pense soit immé­diate, pas 2 ou 3 minutes plus tard.

Il y aura au début quelques essais infruc­tueux mais per­sis­tez quelques jours. Votre chien com­pren­dra rapi­de­ment le lien entre “prise du médi­ca­ment” et “frian­dise”. C’est la mise en appli­ca­tion des méthodes modernes d’é­du­ca­tion des chiens. (Voir “Anxiété du chien – Soigner par l’é­du­ca­tion et dres­sage”).

Mais la vie est ainsi faite : il y a tou­jours des excep­tions. Cela ne marche pas tou­jours, sur­tout si votre chien est âgé, n’o­béit pas sou­vent à vos ordres et n’a jamais eu le com­men­ce­ment d’une édu­ca­tion dirigée. 

Votre chien refu­sera donc peut être cer­tains médi­ca­ments ou même quel­que­fois tous les types de médi­ca­ments pro­po­sés. Il fau­dra cou­per ou écra­ser le com­primé avant de le mélan­ger à sa ration. Voir ci-​dessous “Peut-​on cou­per ou écra­ser le com­primé avant de le mélan­ger à sa nourriture ?”

Comprimés et chien : comment doser les comprimés destinés aux hommes

Ce pro­blème est cou­rant : la plu­part des com­pri­més sont dosés pour les être humains de 70 kg. Que faire avant de le don­ner à votre chien ?

La solu­tion est de cou­per ou écra­ser le com­pri­mer, si le type de com­primé le per­met (Voir ci-dessous)

La dose “humaine” étant pour un corps de 70 kg, les thé­ra­peutes vété­ri­naires s’ac­cordent pour cal­cu­ler la dose pour un chien en pro­por­tion de son poids. Par exemple, un chien de 35 kg (50% du poids de “l’homme de réfé­rence”) devrait rece­voir la moi­tié de la dose pré­co­ni­sée à un humain. Un chien de 20 kg, envi­ron un tiers de “dose humaine” suf­fira. Il faut seule­ment alors cou­per ou écra­ser le com­primé (il existe en phar­ma­cie des coupe “com­pri­més” s’il vous semble dif­fi­cile de le faire avec un cou­teau ou une lame de cut­ter) et de prendre “le pour­cen­tage” désiré.

Mais tout d’a­bord, la ques­tion se pose de savoir si votre com­primé peut être médi­ca­le­ment “sécable”.

Couper ou écraser le comprimé avant de le mélanger à sa nourriture ?

Comprimés-spiruline-pour-le-chien
Comprimés de spiruline

Cela est cou­rant, mais cela dépend du comprimé.

Quelquefois, le com­primé (ou tout médi­ca­ment) est pré­paré sous une forme par­ti­cu­lière : à libé­ra­tion pro­lon­gée ou médi­ca­ment gastro-​résistant ou à libé­ra­tion modi­fiée.
Ces men­tions signi­fient que le médi­ca­ment a été fabri­qué de façon à libé­rer sa sub­stance active à un moment bien pré­cis, dans l’in­tes­tin et/​ou après le pas­sage dans l’es­to­mac.
Écraser le com­primé (ou ouvrir la gélule) pour­rait avoir un impact sur l’efficacité ou la tolé­rance du trai­te­ment. La par­tie active alors serait “uti­li­sée” dans l’es­to­mac, mélan­gée à la nour­ri­ture, alors qu’elle devrait l’être dans l’intestin.

Pour les autres com­pri­més, il n’y a pas de contre-​indication for­melle. Le com­primé se désa­gré­gera dans l’estomac et le fait de l’écraser ne fait qu’anticiper de quelques secondes ce qui devrait se pas­ser ensuite. Cela va accé­lé­rer un peu le pas­sage de la sub­stance active dans le sang, mais sans modi­fi­ca­tion importante.

Note
Les com­pri­més ou les gélules de com­plé­men­tas ali­men­taires sont pra­ti­que­ment tous sécables. Il n’en est pas de même des médi­ca­ments uti­li­sés en méde­cine conven­tion­nelle (Lire la notice ou la boite).

Comment couper ou écraser un comprimé pour en faire de la poudre ?

Pese-parties-comprimés-remedes-et-medicaments-coupes
Balance au 1/​1000ème de g

Pour cou­per un com­primé, il suf­fit très sou­vent de le “plier” pour le cas­ser. S’il n’y a pas d’a­morce, cela peut être dif­fi­cile.
Vous pou­vez bien sûr uti­li­ser un cou­teau affûté en fai­sant pres­sion sur le com­primé posé sur un plan de coupe. Une lame de cut­ter (dés­in­fec­tée) est même plus facile parce plus affû­tée.
Il est vrai que le com­primé peut alors être dif­fi­cile à “blo­quer” entre les doigts. La solu­tion la plus simple peut être fina­le­ment le coupe-​comprimé. Il en existe sur inter­net à des prix très abor­dables de quelques euros.
Mais si vous devez divi­ser le com­primé en 3 ou 4 parts, cela devient impos­sible (plus facile avec une lame de cut­ter “pro­fes­sion­nel”, sans le manche porte lame). Il faut alors plu­tôt l’é­cra­ser et faire des “parts” du pro­duit écrasé à peu près équi­li­brées.(1). Mais le pro­blème du goût reste plus qu’entier !

La solu­tion la plus “immé­diate” est d’é­cra­ser le com­primé au pilon dans un mor­tier (en pierre recom­mandé et ne pas oublier de le bien laver entre deux uti­li­sa­tions . Une solu­tion alter­na­tive est aussi l’a­chat d’un écra­seur de com­primé sur inter­net ou en phar­ma­cie. La encore, il s’a­git de quelques euros et pour ce prix, cer­tains peuvent à la fois cou­per et écraser. 

(1) La pré­ci­sion du par­tage n’a pas à être par­faite. S’il y a un peu plus de pro­duit dans la part d’au­jourd’­hui, il y en aura une peu moins dans la pro­chaine “part” de pro­duit que vous ser­vi­rez à votre chien. Il n’en sera pas malade pour autant.
Si tou­te­fois vous dési­rez des parts par­fai­te­ment égales, qui soit moins par exemple 1/​8ème de com­primé, la solu­tion se trouve dans l’a­chat d’un petite balance de pré­ci­sion (Précision au milli-​gramme, soit au 0,001 g, pas au cen­tième de gramme qui n’est pas assez pré­cise) pour quelques dizaines d’eu­ros sur inter­net.
(2) Vous pou­vez ache­ter une balance au mil­li­gramme en cli­quant sur “Google – balance de pré­ci­sion

Comprimés et chien : le goût du comprimé coupé, souvent imbuvable

Un autre point lié à la coupe ou l’é­cra­se­ment d’un com­primé est celui du goût. Un com­primé entier est en géné­ral “pel­li­culé”, c’est à dire recou­vert d’une pel­li­cule qui fait bar­rage au goût de la poudre qui com­pose le com­primé lui même. Mais ce n’est pas tou­jours le cas.

Lorsqu’un com­primé est coupé ou écrasé, il peut avoir un goût infecte pour vous, peut être pas pour votre chien – et l’in­verse est vrai. Des goûts et des cou­leurs ! Si c’est le cas, après avoir écrasé le com­primé, le mélan­ger pro­pre­ment et uni­for­mé­ment avec la nourriture.

Mais il faut être atten­tif. Si le com­primé n’est pas par­fai­te­ment mélangé avec la nour­ri­ture, votre chien, très adroit de sa langue, pourra faci­le­ment lais­ser de côté la par­tie d’a­li­ment la plus “pol­luée” par la poudre de com­primé. Cela signi­fie que fina­le­ment il n’aura peut être pas eu sa dose de remède. Pour cela, il a quelques astuces que vous pou­vez essayer :

  • vous pou­vez divi­ser sa ration (repas) en 3 par­ties et ser­vir chaque tiers l’un après l’autre, mais seul celui servi en posi­tion 2 contient la poudre de com­primé écrasé. Le 1er tiers est un leurre de mise en appé­tit, le 2ème est pour la poudre de com­primé et le 3ème est pour la “bonne surprise”
  • vous pou­vez aussi repor­ter l’heure du repas de 1 ou 2 heures. Votre chien aura faim et sera moins regar­dant sur ce qu’il mange.
  • si vous avez plu­sieurs chiens, com­men­cez à nour­rir un seul chien avec une petite ration. Immédiatement ensuite ser­vez les tous avec la poudre mélan­gée. Le fait qu’un des chiens est servi en pre­mier va les faire entrer en “com­pé­ti­tion” pour man­ger rapi­de­ment, et habi­tuel­le­ment tout ce que vous leur ser­vi­rez, poudre de com­pri­més mélan­gés comprise.

Comprimés et chien : quelques règles à respecter pour tout médicament

Nous avons noté que tous les com­pri­més ne sont pas “thé­ra­peu­ti­que­ment” sec­tion­nables. En effet, la matière “active” du com­primé doit être assi­mi­lée dans l’es­to­mac pour cer­tains et dans l’intestin pour d’autres. D’où le pel­li­cu­lage autour des com­pri­més qui les pro­tège dans la tra­ver­sée de l’es­to­mac, par exemple. A l’a­chat, il faut donc s’as­su­rer que les com­pri­més peuvent être cou­pés ou non. Les autres points à res­pec­ter sont :

  • De ne pas écra­ser les médi­ca­ments à l’a­vance pour évi­ter toute alté­ra­tion du ou des principe(s) actif(s) (air, humi­dité, lumière).
  • Si vous uti­li­sez un mor­tier avec pilon, ils doivent être net­toyés avec soins après chaque utilisation
  • Ne pas écra­ser plu­sieurs médi­ca­ments dif­fé­rents ensemble, même s’ils sont des­ti­nés au même animal.

Enfin, le fait de cou­per ou écra­ser le com­primé libère de la “matière” interne qui peut avoir un goût affreux incom­pa­tible pour le chien. Dans cette hypo­thèse, une autre solu­tion est de ne pas le cou­per ou l’é­cra­ser mais de le “camou­fler” au mieux dans sa ration. Comment s’y prendre ?

Comment camoufler les comprimés entiers ou non à votre chien ?

Le meilleur moyen est d’introduire le com­primé dans un mor­ceau de viande ou le noyer dans la pâtée du chien – ou dans la nour­ri­ture qu’il adore. Cela peut aussi être dans un mor­ceau de fro­mage à pâte molle. Il existe aussi des frian­dises “spé­ciales” qui per­mettent de cacher à l’in­té­rieur le com­primé à don­ner. Petites astuces éven­tuel­le­ment à utiliser :

  • Couper le mor­ceau “camou­fleur” de bonne taille pour la gueule de votre chien. Le chien mange “comme un goinfre”, en ava­lant “tout rond” habi­tuel­le­ment. Sauf si la ration est petite, il pourra détec­ter la super­che­rie, si elle est trop grosse il devra mordre dedans. Alors que si elle est assez grosse pour sa gueule, il n’en fera vrai­ment “qu’une bouchée”.
  • Comme indi­qué ci-​dessus, retar­der son repas d’une heure ou deux, il aura d’au­tant plus faim et se goin­frera d’au­tant plus. Ou éga­le­ment, même astuce avec les 3 parts à ser­vir “à la chaîne” l’une après l’autre : la pre­mière sans com­primé (C’est un leurre), la deuxième avec le com­primé et la 3ème sans. Enfin, si vous avez plu­sieurs chiens, ne pas oublier la com­pé­ti­tion en com­men­çant par don­ner un peu de nour­ri­ture sans médi­ca­ment à un seul chien.
  • Une autre façon est de faire un petit jeu avec votre chien : jetez lui le mor­ceau de viande direc­te­ment dans sa gueule à quelque dis­tance, afin qu’il l’at­trape au vol. Dans l’ex­ci­ta­tion, il ava­lera le tout sans sour­ciller. Si vous n’êtes pas habi­tués à ce jeu, faites d’a­bord un essai “sans comprimé”.
  • Néanmoins, il vous fau­dra véri­fier que le com­primé a bien été consommé. Car il n’est pas rare de retrou­ver le com­primé quelque part sous la table ! Les chiens sont malins et apprennent vite !

Obliger votre chien à prendre un comprimé : la méthode du vétérinaire

Cela peut sem­bler une solu­tion extrême. Mais c’est une alter­na­tive sans dan­ger pour le chien, en pre­nant votre temps et en y allant dou­ce­ment. C’est une opé­ra­tion qui dure quelques secondes seule­ment. Soyez patient, calme, mais ferme. C’est la solu­tion qu’a­doptent les vété­ri­naires lors­qu’ils ont à faire ava­ler un médi­ca­ment ou autres à un chien : ils n’ont pas le temps de “sup­plier” leur patient de bien vou­loir ava­ler ce qu’ils lui présentent !

Pour sim­pli­fier, nous vous mon­trons une vidéo qui peut être vue sur YouTube. Cette vidéo est dou­blée d’un texte expli­ca­tif juste en dessous.

Nous vous rap­pe­lons aussi qu’il ne faut pas faire dégé­né­rer cette opé­ra­tion en “une course au chien”. Posez votre chien sur une table (ou faite le sau­ter sur la table) pour que sa tête soit à votre hau­teur, cares­sez le et par­lez lui gen­ti­ment. Pas de geste brusque ou mena­çant. Suivez ensuite ce qui est dit sur la vidéo en abor­dant votre chien avec votre main de l’ar­rière de la tête.

  • Commencez par ouvrir sa mâchoire par l’ar­rière en uti­li­sant une de vos mains. Ensuite, uti­li­sez votre deuxième main pour conti­nuer à l’ou­vrir en pous­sant sur le palais. Plissez ses lèvres par-​dessus ses dents pour évi­ter qu’il ne vous morde. Allez‑y len­te­ment pour ne pas lui faire de mal. Ne met­tez pas votre main sur son nez car cela lui cou­pe­rait la respiration
  • Ouvrez sa gueule en grand et mettez‑y le médi­ca­ment dedans. Essayez de l’en­fon­cer le plus au fond pos­sible. En tout cas au-​delà du bombé de la langue. Vous devez mettre toutes les chances de votre côté pour lui faire ava­ler le com­primé. En l’en­fon­çant le plus au fond pos­sible, vous le ferez ava­ler le com­primé à coup sûr. Si vous ne le met­tez pas suf­fi­sam­ment au fond, il pour­rait le recracher.
  • Fermer sa gueule à l’aide de vos deux mains et maintenez-​la fer­mée. Faites-​le jus­qu’à ce qu’il avale. Il peut être dif­fi­cile de savoir, au début, si le chien a avalé. Vérifiez tou­jours dans sa gueule pour être sûr que le médi­ca­ment ne s’y trouve plus. Cela pour­rait sem­bler dif­fi­cile, mais tenez bon pour vous assu­rer que votre chien a pris son médicament.
  • Soufflez dou­ce­ment sur son nez pour l’ai­der pen­dant cette étape
  • Caressez/​massez la gorge de votre chien après qu’il a avalé le com­primé et lorsque vous tenez sa bouche fer­mée pour vous assu­rer que le com­primé des­cend bien. Cela va sti­mu­ler le réflexe de déglu­ti­tion et il sera forcé d’avaler
  • Faites boire un peu d’eau au chien si cela est nécessaire.
  • Donnez tou­jours une frian­dise (Fromage, viande, ce qu’il pré­fère) à votre chien après qu’il a avalé. Jamais avant, jamais s’il re-​crache le médi­ca­ment (Car cela lui indi­que­rait que vous le récom­pen­sez parce qu’il a recra­ché). Utilisez des frian­dises qu’il aime beau­coup. Le chien ne vous en vou­dra pas de cette expé­rience sur­tout si vous lui don­nez une bonne récom­pense ensuite, au contraire. Prenez le temps de le faire, sur­tout si vous don­nez sou­vent des com­pri­més à votre chien. Cette expé­rience désa­gréable sera alors accep­tée sans dif­fi­culté car dans sa tête elle sera liée à la frian­dise. Certain en rede­mande, pour avoir la récompense.

Les pré­cau­tions à prendre

  • N’enfoncez jamais le com­primé dans la gueule du chien si vous avez les ongles longs. Vous pour­riez bles­ser la peau sen­sible du chien dans la gueule et la gorge.
  • Si vous choi­sis­sez d’é­cra­ser le com­primé (S’il est auto­risé de le cas­ser ou de l’é­cra­ser), il est plus sage de mélan­ger la poudre avec une petite por­tion d’a­li­ments en boite et lors­qu’il a fini cette pre­mière étape don­nez le reste. Si votre chien ne finis­sait pas tout son repas, il ne pren­drait pas le dosage requis par son traitement.
  • Ne pas faire chauf­fer le com­primé ou la poudre. Cela pour­rait entraî­ner des chan­ge­ments chi­miques et rendre le com­primé inef­fi­cace et peut-​être même toxique.
  • Ne pas don­ner un com­primé “de force” à un chien à nez aplati. Ces chiens ont sou­vent des pro­blèmes de res­pi­ra­tion dus aux ori­fices étroits de leur nez. Vous pour­riez l’empêcher de res­pi­rer cor­rec­te­ment. Vous pour­riez alors essayer de cacher le com­primé dans une friandise.

Conseils vété­ri­naires et réglementation
Les valeurs et conseils que vous pour­rez trou­ver sur ce site sont pure­ment infor­ma­tifs. Ils peuvent par ailleurs éven­tuel­le­ment se retrou­ver dans la lit­té­ra­ture spé­cia­li­sée. En aucun cas, les infor­ma­tions don­nées sur notre site ne consti­tuent une pres­crip­tion de trai­te­ment ou une allé­ga­tion. Ils ne peuvent pas se sub­sti­tuer à l’avis de votre vété­ri­naire ou du thé­ra­peute de votre chien. Seul votre vété­ri­naire peut poser un diag­nos­tic pré­cis et recom­man­der l’utilisation d’un pro­duit. Si tel n’est pas le cas, nous ne sau­rions être tenus pour res­pon­sables d’une prise inadap­tée des pro­duits pré­sen­tés ou cités.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

risus elit. facilisis felis tristique quis Aenean dapibus sed at