TRANSPORT DE VOTRE CHIEN EN VOITURE EN TOUTE SÉCURITÉ

Transporter son chien en voi­ture est un risque le plus sou­vent ignoré et très peu docu­menté sur inter­net. La pré­ven­tion rou­tière a rendu obli­ga­toire les cein­tures de sécu­rité, ce qui sauve de nom­breuses vies. Mais pour votre chien ? Votre chien n’est pas une per­sonne, il n’a pas de main pour s’ac­cro­cher. Sa sécu­rité est donc plus dif­fi­cile à assu­rer. Et la sécu­rité des autres pas­sa­gers peut aussi être mise à mal par la pro­jec­tion du chien dans l’ha­bi­tacle : les forces qui agissent alors sont supé­rieures à celles que subissent les pilotes d’a­vions de chasse lors d’acrobaties.

Il s’a­git donc de bien “orga­ni­ser” sa voi­ture avant tout tra­jet avec son chien, afin de ne pas mettre en dan­ger chien et pas­sa­gers et pour que tout se passe comme vous l’es­pé­riez. Cette orga­ni­sa­tion porte sur la sécu­rité des pas­sa­gers et du chien (en cas d’ac­ci­dent), la sécu­rité du chien lors des arrêts (le gar­der en laisse), la santé du chien (Déshydratation, la tem­pé­ra­ture dans la voi­ture et interne du chien, les cou­rants d’air)..

Transport de chien en voiture et risque d’accident : la projection du chien

Tout le monde connaît les consé­quences pour les pas­sa­gers d’un choc entre voi­tures ou contre un mur ou un arbre. D’où les cein­tures de sécu­rité, pas tou­jours tota­le­ment effi­caces mais qui ont aug­menté la sécu­rité et sauvé des mil­lions de vies depuis qu’elles ont été imposées.

Lors d’un choc entre voi­tures, la décé­lé­ra­tion qui se trans­forme en force de plu­sieurs tonnes lors d’un impact fron­tal, est sou­vent fatale pour les per­sonnes non atta­chées. Il en est de même pour un chien. Le cas le plus grave est lorsque votre chien à l’ar­rière, non fer­me­ment main­tenu en place, est pro­jeté en direc­tion du pare-​brise, sur la nuque des pas­sa­gers avant de la voi­ture – et cela est vrai même pour un léger acci­dent. Et n’es­pé­rez pas qu’un voi­sin du chien sur le siège arrière ait la force néces­saire pour main­te­nir le chien en place(1). Même Spiderman en serait inca­pable !(2)

A noter qu’un acci­dent peut se pro­duire sur un petit par­court, de quelques kilo­mètres, lorsque vous allez avec votre com­pa­gnon, cher­cher votre enfant à l’é­cole. A noter encore que vous n’a­vez pas à rou­ler à 200 km/​h pour que l’ac­ci­dent soit mor­tel : un petit 50 km (ou moins) suf­fit largement.

Il est donc abso­lu­ment néces­saire de main­te­nir à sa place votre chien quelles que soient les cir­cons­tances. Quelles solu­tions adopter ?

Note
(1) Il n’existe pas en France, de texte de loi qui oblige expli­ci­te­ment d’at­ta­cher son chien en voi­ture. Mais les articles R412‑2 et R412‑6 du Code de la route pré­cisent juste que “tout conduc­teur ou pas­sa­ger doit por­ter une cein­ture de sécu­rité homo­lo­guée” (sans plus de détails sur la notion de pas­sa­ger) et que les “pos­si­bi­li­tés de mou­ve­ment [du conduc­teur] et son champ de vision ne doivent pas être réduits par le nombre ou la posi­tion des pas­sa­gers”. Bref, si un poli­cier ou un gen­darme constate que votre chien (ou votre chat) n’est pas atta­ché, vous aurez à payer une amende.
(2) Pour plus de pré­ci­sions à ce sujet, voir notre article en cli­quant sur “ATTACHER SON CHIEN EN VOITURE : pour­quoi c’est si impor­tant pour votre sécu­rité

Transport de chien en voiture : accident et accessoires

Pour com­prendre le dan­ger et l’im­por­tance du pro­blème du trans­port de chien en voi­ture, un petit cal­cul suf­fit. Les “forces” engen­drées lors d’ac­ci­dents sont énormes. Nous vou­lons ici vous sen­si­bi­li­ser au fait que votre chien, en par­ti­cu­lier s’il n’est pas atta­ché, est en réel dan­ger et qu’il est aussi un dan­ger pour les autres pas­sa­gers.

Transport de chien en voiture : forces engendrées en cas d’accident

Votre chient met en péril votre sécu­rité, aussi bien que sa propre sécu­rité. Voici les chiffres à rete­nir au sujet de la décé­lé­ra­tion et de ses consé­quences qui se pro­duit au moment d’un acci­dent de voiture :

  • jusqu’à 100 m/​s² ou 10 g(1), la décé­lé­ra­tion est sup­por­table pour des pas­sa­gers jeunes, en bonne santé et ceinturés.
  • à par­tir de 150 m/​s² ou 15 g, risque de lésions au visage et aux membres, fort risque d’hémorragie interne.
  • au-​delà de 200 m/​s² ou 20 g , aucune pos­si­bi­lité de survie.

Par ailleurs, en moyenne, lors d’une col­li­sion fron­tale (Ex : ren­trer dans une autre voi­ture), la voi­ture passe en 0,1 seconde seule­ment de sa vitesse “avant choc” à la vitesse 0 (Le temps pen­dant lequel les tôles se “plient”). Ce temps peut être plus court (0,05 seconde) et la décé­lé­ra­tion plus impor­tante, donc plus “mor­telle”, lorsque vous heur­tez un mur. (Le mur est beau­coup moins “élas­tique” que la voi­ture “d’en face”). C’est cette décé­lé­ra­tion énorme qui pro­voque des dom­mages cor­po­rels et quel­que­fois mor­tels lors d’ac­ci­dents de voitures.

A titre d’exemple, pour ce genre de col­li­sion à 50 km/​h seule­ment, un chien de 10 kg “pèse” 139 kg lors de sa décé­lé­ra­tion. Lorsqu’il s’é­cra­sera sur un objet, le mon­tant de l’ha­bi­tacle … ou la tête des pas­sa­gers à l’a­vant la décé­lé­ra­tion sera au moins de l’ordre de 139 m/​s² (soit 14 g) ou même beau­coup plus si les matières au point de contact sont “dures” – donc cette décé­lé­ra­tion se situe dans la plage de décé­lé­ra­tion citée ci-​dessus, où les lésions sont extrê­me­ment graves(2).

Transport de chien en voiture
La cage ne doit pas être trop grande

D’où l’im­por­tance de bien “ancrer” votre ani­mal afin qu’il reste “soli­daire” avec la voi­ture – bien que cela n’é­li­mi­nera pas tota­le­ment le choc (La cage ne doit pas être trop grande afin de “main­te­nir” le chien). D’où la néces­sité d’u­ti­li­ser une cage bien “atta­chée” pour trans­por­ter votre chien. D’où l’oc­ca­sion de vous rap­pe­ler la dan­ge­ro­sité pour les pas­sa­gers des acci­dents de voi­ture : les pilotes d’a­vions de chasse peuvent subir au maxi­mum des accé­lé­ra­tions de près de 10 g alors que dans un acci­dent, la décé­lé­ra­tion peut être plus de 14 g soit 40% plus éle­vée. Mais là s’ar­rête la com­pa­rai­son : les pilotes de chasse peuvent subir ces accé­lé­ra­tions pen­dant plu­sieurs secondes (Avec une com­bi­nai­son spé­ciale anti‑g) alors que la durée de la décé­lé­ra­tion lors d’un acci­dent dure moins de 1 dixième de seconde (Mais sans com­bi­nai­son spéciale).

Et si votre chien pèse 20 kg, son “poids” à 50 km/​h devien­dra 278 kg. Et si vous rou­lez à 100 km/​h, son poids aussi sera à peu près à nou­veau mul­ti­plié par 2, soit :

  • 139 kg pour un chien de 10 kg à 50 km/​h
  • 278 kg pour un chien de 20 kg à 50 km/​h
  • 278 kg pour un chien de 10 kg à 100 km/​h
  • ou 556 kg pour un chien de 20 kg à 100 km/​h.
Transport de chien en voiture - Chien volant dans l'habitacle de la voiture
Chien en “plein vol” du fait du choc

Note pour ceux qui veulent connaître d’où viennent ces chiffres
(1) L’accélération de la pesan­teur (Qui nous main­tien au sol) est de 9,81 m/​s². Elle est “dite” de 1 g. En aéro­nau­tique, l’ac­cé­lé­ra­tion ou la décé­lé­ra­tion est expri­mée en “g”.
(2) Si une voi­ture roule à 50 km/​h seule­ment, soit 13,88 m/​s, l’ar­rêt de la voi­ture en 0,1 s conduira à une décé­lé­ra­tion des pas­sa­gers et de la voi­ture de 13,88÷0,1 = 138,8 m/​s². Nous sommes déjà, à seule­ment 50 km/​s, dans la zone de sérieux dan­ger (Inférieure à 150 m/​s²) pour vous et votre chien. Mais il y a pire encore, la force qui “sou­lè­vera” de sa place lors de la décé­lé­ra­tion un chien de 10 kg seule­ment, du fait de l’im­pact de la voi­ture sera 10×138,8 = 1388 N soit 139 kgf. Cela signi­fie que :
a/​Le chien (ou sa cage) doit être très soli­de­ment atta­ché s’il ne veut pas deve­nir un objet volant
b/​Si le chien “décolle” de son siège et heurte la tête d’un pas­sa­ger à l’a­vant, ce der­nier sera très cer­tai­ne­ment tué si le choc avec le chien est “direct” (Sans rebond).

Et vous avez noté : ces cal­culs sim­pli­fiés sont pour une vitesse de 50 km/​h et un chien de 10 kg. A 100 km/​h, ces valeurs seront plus du double, du aux effets “limi­tés” d’é­cra­se­ment de la car­ros­se­rie. Et avec un chien de 50 kg ? Amusez vous à faire le cal­cul ! Nous par­lons alors d’une tonne ou plus. Et vous décou­vri­rez qu’une cage métal­lique robuste n’est pas superflue !

Accessoires de transport en voiture : la ceinture de sécurité pour chien

Lors du trans­port de votre chien en voi­ture, il ne doit jamais être sur le siège avant. Outre le fait que vous aurez une contra­ven­tion si vous êtes contrôlé (Et le chien se voit très bien de l’ex­té­rieur de la voi­ture), c’est un réel dan­ger, car une source d’i­nat­ten­tion et per­tur­ba­tion pour le conducteur.

Il existe dans le com­merce des “sièges” (Pour petits chiens), des col­liers, des cein­tures de sécu­rité pour chien et des har­nais qui viennent se fixer au sys­tème de sécu­rité du véhi­cule (Ceinture). Le résul­tat des tests indiquent :

  • Les col­liers et cein­tures risquent d’é­tran­gler le chien lors de l’im­pact et son peu efficaces.
  • Les “sièges” ne pour­ront jamais résis­ter à un impact fron­tal, même si le chien pèse seule­ment quelques kg.
  • Préférez le har­nais, beau­coup plus cos­taud en géné­ral et qui évite l’é­tran­gle­ment. Le har­nais est un moindre mal, cepen­dant loin d’être vrai­ment effi­cace. Bien choi­sir le har­nais. Il doit être avec des sangles le plus large pos­sible pour évi­ter des dom­mages à leurs points d’ap­puis sur le corps. Ils se déclinent en taille de chien et peuvent être en deux par­ties pour le main­te­nir “à l’a­vant” et “à l’ar­rière” du corps. Mais choi­sis­sez bien le fabri­cant : tous ne sont pas d’é­gale effi­ca­cité (1)
  • Attention, le sys­tème d’ac­cro­chage doit être très robuste (Voir § pré­cé­dent) et cer­tains équi­pe­ments ne sont pas com­pa­tibles avec le sys­tème d’ac­cro­chage de toutes les marques de voi­tures (Ceintures de sécurité).

Vous l’a­vez com­pris, ces sys­tèmes de main­tien en place de votre chien seront peut être suf­fi­sants pour un petit accro­chage. Ils four­ni­ront aucune pro­tec­tion ni pour le chien, ni pour les autres pas­sa­gers en cas de chocs sérieux.

(1) Résultats du Touring Club Suisse
Tests sur les Harnais – Suivre ce lien : https://www.tcs.ch/fr/tests-conseils/tests/voitures-crash-tests/crash-tests/transport-de-chiens.php#anchor_96a7328f_Accordion-Harnais-de‑s – curit–
Comparatifs sur les har­nais – Voir ce même lien.
Vidéo – Voir ce même lien 

Transport en voiture : la grille de séparation et filet de protection pour chien

Transport de chien en voiture et filet de protection
Chien dans le filet, sur la tête du conducteur

Pour le trans­port de chiens en voi­ture, la grille de sépa­ra­tion ou le filet évite à votre chien de pas­ser vous “voir” à l’a­vant, de vous gêner ou de cap­ter votre atten­tion (Attention : contra­ven­tion).
Mais là encore, tous les crash tests d’ac­ci­dent sérieux ont mon­tré que la sécu­rité des pas­sa­gers sur les sièges avant est pra­ti­que­ment inexis­tant même avec une grille bien ins­tal­lée.
Dans le cas de la grille, sous l’ef­fet d’un choc, elle se déta­chera de ses points d’an­crage. Le corps du chien (qui pèsera à cet ins­tant plu­sieurs cen­taines de kg, voire une tonne) sera pro­pulsé et apla­tira la grille sur les sièges avant et sur ses passagers.

Pour ce qui est des filets de pro­tec­tion, la encore, le “poids” du chien, “lancé” vers l’a­vant par la décé­lé­ra­tion, l’é­ti­rera, le déchi­rera ou l’ar­ra­chera des points de fixa­tion – et le chien se retrou­vera au niveau du pare brise après avoir balayé tout sur son pas­sage (La tête des pas­sa­gers avants en particulier).

En résumé, ce sys­tème n’est pas la solu­tion effi­cace lors­qu’elle est le plus néces­saire : lors d’une grave col­li­sion de voiture(s).

Transport de chien en voiture et caisse de transport à l’arrière de l’habitacle

Dans le cas du trans­port de chien dans l’ha­bi­tacle de votre voi­ture dans une caisse de trans­port , vous avez deux possibilités :

  • soit dis­po­ser la cage sur le siège arrière
  • soit ins­tal­ler la cage sur le plan­cher, entre les sièges arrières et les dos­siers des sièges avant

Bien sûr, cela sous entend que votre chien n’est pas gigan­tesque, c’est-​à-​dire que sa cage de trans­port entre dans l’ha­bi­tacle de la voi­ture et/​ou sur le plancher.

Il existe des cages nor­ma­li­sées IATA – obli­ga­toires pour les trans­ports aériens – qui ont été “pen­sées” afin de limi­ter au mieux, les risques liés à la sécu­rité. Elles sont aussi étu­diées pour don­ner un maxi­mum de confort à votre chien, dans un minium d’es­pace (Se retour­ner, se cou­cher, res­ter debout). Par ailleurs, cette cage IATA pourra ser­vir si un jour vous devez prendre l’a­vion avec votre chien (Voir notre article “VOYAGER EN AVION AVEC SON CHIEN – Préparer son voyage”).

Transport de chien en voiture
Cage en plas­tique en train de s’écraser

Ces cages de trans­port pour chien existent en plas­tique moulé ou en acier (Pour les plus gros chiens). D’après les tests de crash fait par des labo­ra­toires offi­ciels alle­mand et suisse(1):

  • Les cages de trans­port en plas­tique se déforment faci­le­ment sous l’im­pact puis s’é­crasent en par­tie ou en tota­lité, éven­tuel­le­ment explosent, comme un coquille de noix.
  • Si votre choix se porte sur une cage dans l’ha­bi­tacle, il faut défi­ni­ti­ve­ment pré­fé­rer de la poser sur le plan­cher entre le siège arrière et le dos­sier. C’est l’en­droit le plus sûr, pour la cage, le chien et les autres passagers.
  • A l’in­verse, ins­tal­ler la cage sur la ban­quette arrière, même main­te­nue par la cein­ture de sécu­rité du siège, est dan­ge­reux car la sur­face de rete­nue de la cein­ture de sécu­rité est très faible. La force est telle (Voir ci-​dessus) qu’elle fait lit­té­ra­le­ment “écla­ter” la cage en plas­tique, qu’elle soit ren­for­cée ou non.

IMPORTANT

Important
Ne jamais lais­ser votre chien – même très léger – sur la planche de la lunette arrière. En cas d’ac­ci­dent il devien­dra lit­té­ra­le­ment un obus en direc­tion des pas­sa­gers, avec tous les dégâts que cela implique. Voir photo du chien qui vole

(1) Il s’a­git de ADAC, orga­nisme et labo­ra­toire alle­mand de tests de crash de voi­tures et du Touring Club Suisse dont vous trou­ve­rez les adresses dans la biblio­gra­phie ci-dessous.

Transport de chien en voiture et caisse de transport dans le coffre

Cage de transport en voiture pour chien
Cage métal pour gros chien

La caisse de trans­port(1)(2) est cer­tai­ne­ment la solu­tion de trans­port de votre chien la plus sécu­ri­sée et sécu­ri­sante pour le chien et les pas­sa­gers. L’espace est en géné­ral plus impor­tant, donc offre la pos­si­bi­lité de cage plus consé­quente, peut être en acier donc plus résis­tante, avec plus de confort (Tapis de sol), sans gêne pour les autres pas­sa­gers (Poils et bave).

S’il s’a­git d’une voi­ture ber­line ou d’une com­pacte avec hayon, très sou­vent la planche arrière peut s’en­le­ver afin de lais­ser lumière, aéra­tion et sen­sa­tion de pré­sence de son maître dans l’ha­bi­tacle. La cage du chien peut (et doit) donc être fixée dans le coffre et reste de ce fait vrai­ment sépa­rée de l’habitacle.

S’il s’a­git d’une voi­ture break, il est en géné­ral facile de ren­trer une cage par la porte arrière. Mais là encore, il faut fixer sérieu­se­ment la cage au plan­cher de la voi­ture, afin d’é­vi­ter l’en­vo­lée de la cage en direc­tion des pas­sa­gers, en cas d’ac­ci­dent sérieux.

Malheureusement, quel­que­fois le coffre de ber­lines est vrai­ment “exté­rieur” à l’ha­bi­tacle de la voi­ture et la planche arrière inamo­vible (Sauf à la démon­ter). Le chien dans le coffre sera isolé dans le noir. L’aération sera moins bonne, mais pen­sez à ouvrir le “passe-​ski” s’il existe dans votre voi­ture. Enfin, il existe aussi un acces­soire qui tient le coffre ouvert de quelques cen­ti­mètres et per­met ainsi de la lumière et de l’aé­ra­tion (Mais peut être aussi de quelques gaz d’échappement).

(1) Crash tests sur les caisses de trans­port pour chiens faits par le Touring Club Suisse – https://www.tcs.ch/fr/tests-conseils/tests/voitures-crash-tests/crash-tests/transport-de-chiens.php#anchor_96a7328f_Accordion-Caisses-de-transport
(2) Résultats com­pa­ra­tifs des crash tests sur cages de trans­port pour chien – Touring Club Suisse – Voir lien ci-​dessus – Comparatif<
>

Transport de chien en voiture dans le coffre sans cage : avertissement

Transport de chien en voiture - Chien à l'arrière voiture non attaché, sans cage
Ce qu’il ne faut pas faire …

Transporter votre chien dans le coffre et sans cage n’est pas à faire. Le chien, dans le coffre, doit être dans une cage – ou à la limite, atta­ché avec un harnais.

Sans cage, il pourra “remon­ter” dans l’ha­bi­tacle si la planche du hayon est ouverte. Et alors, l’at­ten­tion du conduc­teur peut être détour­née et en cas d’ac­ci­dent, votre chien sera comme un bou­let qui tra­ver­sera l’ha­bi­tacle à hau­teur de la plage arrière. Voir à nou­veau le para­graphe ci-​dessus. De plus, la cage “main­tient” le chien lors des virages et des freinages.

Même si vous l’at­ta­chez, sa laisse ne pourra être en per­ma­nence ten­due, pour lui per­mettre de se lever, se cou­cher ou s’asseoir. En cas d’ac­ci­dent sérieux il sera écrasé contre le fond du coffre, le dos­sier des sièges arrières, peut être avec le cou tordu et la colonne ver­té­brale cas­sée. C’est la mort assu­rée. Et ne pas oublier que “son poids” au moment de son impact, est de l’ordre de 14 fois son poids normal !

Transport de chien en voiture : les autres accessoires et recommandations indispensables

Il existe de nom­breux acces­soires de trans­port de chiens en voi­ture dans les maga­sins spé­cia­li­sés ou sur inter­net. Beaucoup sont des gad­gets, d’autres très utiles :

  • Une pro­tec­tion de vos ban­quettes contre les pipis de chiens ou les vomis­se­ments, qui sont assez fré­quents lors des pre­miers voyages en voi­ture, mais pas seule­ment. A l’in­verse, si votre chien n’est pas sujet “au mal de mer”, habi­tuel­le­ment, cela ne vien­dra pas en vieillis­sant (Sauf en cas d’in­di­ges­tion). Cependant, Une cou­ver­ture de rechange est indi­quée au cas …
  • Il existe aussi des “lits” ou tapis de sol pour coffre très confor­tables. Mais cela demande aussi de “fixer” le chien (ou sa cage) par des attaches (en cas d’accident).
  • Pour un chien âgé et lourd, vous pou­vez ache­ter une rampe téles­co­pique facile à ins­tal­ler, afin de l’ai­der à mon­ter dans la voiture.

Pour ce qui est des bonnes habi­tudes à prendre, lorsque vous vou­lez trans­por­ter votre chien en voi­ture, nous pou­vons citer :

  • Habituez votre chien à voya­ger en voi­ture le plus jeune pos­sible et sur de petits trajets.
  • Faites man­ger légè­re­ment votre chien pour qu’il n’ait pas l’es­to­mac vide mais au moins 2 heures avant le départ.
  • Il existe des médi­ca­ments pour évi­ter les nau­sées du chien (Voir votre vété­ri­naire). Mais il existe aussi des remèdes natu­rels qui sont aussi effi­caces. La camo­mille par exemple est une tisane apai­sante qui agit en ce sens. D’autres plantes sont éga­le­ment efficaces.
  • Ne pas lais­ser le chien fenêtre ouverte et tête au vent, même si la tem­pé­ra­ture est éle­vée. Cela est le plus sûr moyen qu’il attrape une otite ou une conjonc­ti­vite et gâche ainsi votre déplacement.
  • Lorsque vous vous arrê­tez, mettez-​lui sa laisse AVANT d’ou­vrir une por­tière(1). Ne lais­sez pas votre enfant s’en char­ger. Le chien pourra être “ner­veux” après quelques heures de voi­ture et dif­fi­ci­le­ment “gérable”. Un chien qui s’é­chappe loin de chez lui sera dif­fi­cile à retrou­ver. D’où l’im­por­tance de votre télé­phone ou autres moyens de vous aver­tir à ins­crire sur son col­lier ou harnais.
  • Faites un arrêt toutes les 2 heures. Deux heures de conduite est assez long pour le conduc­teur et garan­tir la sécu­rité. C’est encore plus long pour un chien, qui a besoin de se dégour­dir les jambes, sen­tir … et faire ses besoins.
  • N’oubliez pas d’emporter ce qu’il faut pour ne pas lais­ser der­rière votre chien ses excré­ments. Les autres per­sonnes existent aussi et n’ap­pré­cient peut être pas de se retrou­ver avec la semelle de leurs chaus­sures “emplâ­trée” ou que leurs enfants s’a­musent avec de la terre ou du sable souillés.
  • Lorsque vous êtes arri­vés à des­ti­na­tion, pre­nez quelques pré­cau­tions : votre chien est “en pays étran­ger”, ce qu’il aime modé­ré­ment. Gardez le près de vous afin qu’il s’ha­bi­tue, ne le lais­sez pas s’é­loi­gner, tenez le en laisse.
  • Le chien ne trans­pire pas mais régule sa tem­pé­ra­ture interne en tirant la langue et en hale­tant. Mais cela ne veut pas dire qu’il n’a pas besoin d’eau, et même beau­coup d’eau lors­qu’il voyage et qu’il fait chaud.
  • Par ailleurs, la tem­pé­ra­ture interne natu­relle du chien est entre 38 et 39°C. Dans une ambiance très chaude (Ex : voi­ture), le chien peut avoir “un coup de cha­leur”, hale­tant, avec beau­coup de salive et de mousse autour de la bouche. Sa tem­pé­ra­ture peut atteindre 41°C et cette hyper­ther­mie peut être mor­telle(2). Il faut donc immé­dia­te­ment sor­tir le chien pour le mettre dans un endroit moins chaud et le cou­vrir de ser­viettes mouillées. Mais ne pas l’ar­ro­ser avec de l’eau froide car cela ferait bais­ser trop rapi­de­ment sa tem­pé­ra­ture interne.
  • La tem­pé­ra­ture dans une voi­ture, peut atteindre 50°C en 30 minutes – d’où bien au delà des 41°C mor­tels pour le chien. En consé­quence, ne JAMAIS lais­ser un chien dans une voi­ture vitres fer­mées. Ne Jamais lais­ser un chien dans une voi­ture au soleil, même pas très fort. La voi­ture doit tou­jours être à l’ombre, avec au moins 2 vitres situées en dia­go­nale ouvertes de plu­sieurs cen­ti­mètres (Mais pas au point que le chien puisse s’é­chap­per). Limiter le temps pen­dant lequel vous vous absen­tez – ne jamais l’a­ban­don­ner plu­sieurs heures.

(1) L’espérance de vie d’une per­sonne cir­cu­lant à pied sans pré­cau­tion sur une auto­route a été esti­mée par les exploi­tants d’au­to­routes à 20 minutes. A com­bien de minutes pen­sez vous que votre chien pour­rait sur­vivre s’il vous échappe sur une aire d’au­to­route ? Sans comp­ter le dan­ger mor­tel pour les pas­sa­gers de la voi­ture qui le heur­tera ?
(2) Les chiens de race bra­chy­cé­phale (Ceux qui ont un museau aplati tel que le bou­le­dogue fran­çais) peuvent faire des coups de cha­leur même s’il ne fait pas très chaud, sous l’ef­fet du stress ou d’un effort trop impor­tant (Manque d’air du fait de la mor­pho­lo­gie du museau). Cette hyper­ther­mie peut être létale si le chien n’est pas amené chez un vété­ri­naire et refroidi à temps.

Et si vous voulez en savoir plus pour voyager avec votre chien

Sources
Photos de crash tests : elles sont extraites des vidéos du labo­ra­toire alle­mand Adac (https://www.adac.de/) et du Touring Club Suisse (https://www.tcs.ch/)
Rapport du Touring Club Suisse : effets sur les chiens des col­li­sions de voi­tures – Voir
a/​https://www.tcs.ch/mam/Digital-Media/PDF/Booklets/cages-pour-transport-de-chiens.pdf
b/​https://www.tcs.ch/fr/tests-conseils/tests/voitures-crash-tests/crash-tests/transport-de-chiens.php#anchor_96a7328f_Accordion-Harnais-de‑s – curit–
Rapport de l’Adac (https://www.adac.de/)
https://www.dailymotion.com/4774a6df-3b68-48d4-bb08-2b035a462265

Conseils vété­ri­naires et réglementation
Les valeurs et conseils que vous pour­rez trou­ver sur ce site sont pure­ment infor­ma­tifs de leur exis­tence dans la lit­té­ra­ture spé­cia­li­sée. En aucun cas, les infor­ma­tions don­nées sur notre site ne consti­tuent une pres­crip­tion de trai­te­ment ou une allé­ga­tion. Ils ne peuvent pas se sub­sti­tuer à l’avis de votre vété­ri­naire ou du thé­ra­peute de votre chien. Seul votre vété­ri­naire peut poser un diag­nos­tic pré­cis et recom­man­der l’utilisation d’un pro­duit. Si tel n’est pas le cas, nous ne sau­rions être tenus pour res­pon­sables d’une prise inadap­tée des pro­duits pré­sen­tés ou cités.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

justo Donec elit. at leo libero risus elit. sem, Aenean eleifend