CHIEN ANXIEUX – Traitement naturel : plantes, homéopathie et massages

Calmer, apaiser votre chien anxieux et stressé

Chien anxieux : c’est chose cou­rante, sou­vent constante, c’est-​à-​dire chro­nique. Il court à chaque coin du jar­din, jappe sans rai­son, est agres­sif contre les per­sonnes ou les autres ani­maux, a peur des voi­tures, de mon­ter en voi­ture, jappe en l’ab­sence du maître, détruit des objets, etc. Il y a donc plu­sieurs “sortes” d’an­xiété à affi­ner par leur ori­gine, avant d’être trai­tées. Cependant peu de leurs maîtres s’en pré­oc­cupent vrai­ment alors que l’an­xiété conduit faci­le­ment au stress et à des désordres sérieux de santé du chien (Voir notre article “Chien stressé = défense immu­ni­taire en dan­ger – Traitement natu­rel par les plantes”). C’est aussi sou­vent l’o­ri­gine de com­por­te­ments “inadap­tés”, voire dan­ge­reux, de votre chien. Être sur le qui-​vive constam­ment est pour votre chien comme pour les humains, un enfer pour lui et en consé­quence pour vous. Savez-​vous com­ment abor­der ce pro­blème ? Le gron­der ou le punir ne suf­fit pas et n’ar­range rien. Nous vous don­nons dans cet article les moyens de sou­la­ger votre ami vic­time de sa propre anxiété, sans recourt aux médi­ca­ments habi­tuels qui abru­tissent et rendent votre chien amorphe. NoteCet article est com­plété par d’autres articles spé­ci­fiques : 

Comment repérer que son chien est anxieux

Quelquefois, les signes d’an­xiété du chien sont évi­dents. D’autres fois, un peu moins. Les signes les plus clas­siques sont les sui­vants :

    • Mâchouillage des objets pour les détruire (Rappel : Ne pas le punir à votre retour si des­truc­tion en votre absence, cela ne ser­vira à rien, au contraire – Voir ci-​dessous)
    • Aboiements ou pleurs sans rai­son appa­rente
    • Courir et mar­cher constam­ment, être en mou­ve­ment sans s’ar­rê­ter
    • Léchages exces­sifs, des pattes, du nez
    • Agressivité éven­tuelle impré­vi­sible
    • Perte d’ap­pé­tit et/​ou refus de man­ger
    • Tremblements sans cause appa­rente
    • Halètements exces­sifs

Les types d’anxiété du chien :

Les spé­cia­listes du com­por­te­ment du chien dis­tinguent 2 types d’an­xiété :

    • Anxiété de com­por­te­ment, lorsque le chien éprouve une anxiété pour quelque chose qu’il res­sent. C’est par exemple l’an­xiété de sépa­ra­tion qui est la plus com­mune. Certains experts estiment que 14% des chiens en souffrent. Ces chiens sont effrayés d’être seuls à la mai­son ou sépa­rés de leur maître. Les causes sont mul­tiples, tels que trau­ma­tismes anté­rieurs ou abus.

Note : Certains vété­ri­naires dont la pra­tique est tour­née vers des solu­tions natu­relles pensent que beau­coup de chiens souffrent de peurs et anxié­tés chro­niques en tant qu’ef­fet secon­daire de la sur-​vaccination, en par­ti­cu­lier contre la rage (Incidences sur le sys­tème immu­ni­taire et ner­veux). Ils recom­mandent de consul­ter dans ce cas un vété­ri­naire pra­ti­quant les méde­cines douces.

L’anxiété du chien et la médecine conventionnelle

Un vété­ri­naire qui pra­tique en uti­li­sant les pro­to­coles conven­tion­nels pro­po­sera pour votre chien, un fla­con d’un médi­ca­ment anti-​anxiété que l’on uti­lise aussi pour les humains. Cela peut être du Valium, Xanac, ProZac, Paxil, Lorazepam ou quelques autres. La plu­part sont d’a­bord faits pour les humains donc admi­nis­trés pen­dant de nom­breuses semaines sans tou­jours venir à bout des symp­tômes de la mala­die, rare­ment en trai­tant l’o­ri­gine du pro­blème et en lais­sant au pas­sage les effets secon­daires sui­vants :

    • Augmentation ou dimi­nu­tion de l’ap­pé­tit
    • Léthargie et som­no­lence
    • Perte de mémoire
    • Augmentation de l’u­rine
    • Problèmes d’es­to­mac, diar­rhées et vomis­se­ments
    • Agressivité et anxiété aug­men­tées
    • Dommage du foie
    • Épilepsie, convul­sions
    • Insomnie
    • Problèmes de peau

Fort heu­reu­se­ment, il existe des méthodes natu­relles qui sont géné­ra­le­ment plus effi­caces et évitent les aspects néga­tifs secon­daires des médi­ca­ments, sur la santé de votre chien. 

Les remèdes naturels pour soigner le chien anxiété

Il existe plu­sieurs plantes qui calment le chien anxieux, en “dou­ceur”, sans lais­ser le chien amorphe et fati­gué. Nous en avons choisi les plus effi­caces et les plus uti­li­sées. Chacune a sa “spé­ci­fi­cité”. Plusieurs peuvent être com­bi­nées pour “doper” l’ac­tion thé­ra­peu­tique de cha­cune d’entre elles. Leur choix peut aussi être orienté en “fonc­tion” de leur effi­ca­cité thé­ra­peu­tiques mul­tiples.

Valériane pour chien anxieux
Valériane

Valériane. La valé­riane est uti­li­sée pour soi­gner :

Les com­por­te­ments avec anxiété et agi­ta­tion Les troubles neuro-​végétatifs avec contrac­tures mus­cu­laires dou­lou­reuses et spasmes des muscles lisses diges­tifs Les pro­blèmes de som­meil et confu­sion nuit/​jour chez les chiens âgés

  • Passiflore. La pas­si­flore est une plante impor­tante contre l’an­xiété :

Anxiété de type adr­éner­gique : stress per­ma­nent, tachy­car­die hyper­pé­ris­tal­tisme émo­tion­nel, mydriase, peur de tout, trem­ble­ments Instabilité émo­tion­nelle : alter­nance asthémie/​hyper acti­vité, léthargie/​agres­si­vité Insomnie de début de nuit liée à un défi­cit en séro­to­nine Activité ins­tal­lée avec début de dépres­sion : l’a­ni­mal ne réagit pas aux sti­muli habi­tuels

  • Aubépine. L’aubépine est connue pour ses actions au niveau du cœur et des vais­seaux san­guins mais aussi au niveau du sys­tème ner­veux cen­tral. Dans cette der­nière appli­ca­tion, elle convient :

Anxiété débu­tante, non per­ma­nente avec troubles émo­tion­nels mineurs, ten­dance à l’hy­per­ac­ti­vité Indiquée pour le jeune ani­mal, aux anxié­tés liées à la sépa­ra­tion ou lors de voyages, dès qu’il y a une modi­fi­ca­tion dans l’environnement social (adop­tion ou sevrage). Jappements du à la soli­tude ou l’ar­ri­vée d’un chiot. Bonne accom­pa­gna­trice au dres­sage, tran­quilli­sa­tion , concen­tra­tion Préparation à des chan­ge­ments de règles “à la mai­son” (édu­ca­tion), à la mise au che­nil

  • Mélisse. Utilisée contre les spasmes diges­tifs et uri­naires et éga­le­ment contre les troubles neuro-​psychiques, sou­vent en asso­cia­tion :

Anxiété de sépa­ra­tion, des trans­ports, d’ap­pren­tis­sage Défaut de concen­tra­tion, anxiété permanenteTroubles cog­ni­tifs du chien âgé, démence sénile

  • Houblon. Connu pour son action anti-​androgénique puis­sant et éga­le­ment séda­tive et spas­mo­ly­tique (Très pro­noncé avec Passiflore et Aubépine)
  • Eschscholtzia. Elle est effec­tive contre les troubles du som­meil, l’in­ver­sion nuit/​jour et la dépres­sion avec anxiété per­ma­nente
  • Griffonia. C’est une plante utile contre les défi­cits en séro­to­nine (vul­né­ra­bi­lité au stress, hyper­ac­ti­vité en fin de jour­née), le som­meil hâché, l’en­dor­mis­se­ment impos­sible.. Pour les chiens âgés, arthro­sique et déprimé, simul­ta­né­ment utile contre les contrac­tures dor­sales.
  • Millepertuis. C’est la plante du trai­te­ment de la dépres­sion
  • Cyclotella. Il s’a­git d’une algue qui pro­cure une impres­sion de bien être. Très utile pour les chiens âgés.

Il est à noter que la com­bi­nai­son de 2, 3 ou 4 de ces plantes peut “doper” l’ac­tion de cha­cune des plantes “com­po­santes”. Nous en don­nons quelques exemples ci-​après. 

Chien anxieux et homéopathie : choisir la bonne formule

D’après les spé­cia­listes qui traitent l’an­xiété du chien par homéo­pa­thie, les remèdes pré­co­ni­sés sont effi­caces et très spé­cia­li­sés. Ils sont aussi sans dan­ger. Il faut donc d’a­bord défi­nir au mieux la cause à l’o­ri­gine de l’an­xiété de votre chien et choi­sir ensuite le remède homéo­pa­thique qui lui cor­res­pond.
  • Aconite 30C. Un bon remède pour com­men­cer est ACONITE 30C. Il peut être uti­lisé pour un chien peu­reux en géné­ral. Continuer jus­qu’à amé­lio­ra­tion. Cependant si aucune amé­lio­ra­tion n’est per­cep­tible, essayez un autre remède homéo­pa­thique. A noter que si votre chien a peur des orages l’ACONITE 30C peut lui être donné chaque 15 mn si néces­saire pen­dant l’o­rage.
  • Phosphorus 30C. Ce remède est recom­mandé par les spé­cia­listes contre la pho­bie des bruits. Une à deux fois par jour.
  • Pulsatilla nigi­cans 6C or 30C est un bon remède contre l’an­xiété due à la sépa­ra­tion.
  • Borax 6C. Ce remède est recom­mandé par les Homéopathe , spé­ci­fi­que­ment en cas de peurs du ton­nerre et peut être donné 2 fois par jour.
  • Gelsemium 6C oU 30C. Ce remède est sur­tout uti­lisé lors d’an­xiété de sépa­ra­tion. Elle peut se tra­duire par la diar­rhée ou urine invo­lon­taire sous stress impor­tant de votre chien.
Dosage et poso­lo­gie pour les chiens. Lorsque les chiens ont des dif­fi­cul­tés à ava­ler les gra­nules, les recom­man­da­tions habi­tuelles des Homéopathes pour cha­cun de ces remèdes est de mélan­ger 3 gra­nules (ou nodules) dans un verre d’eau fil­trée (Évitez de tou­cher les gra­nules avec vos doigts). Mélanger et don­ner à votre chien quelques cuillères à café de ce mélange ou uti­li­ser un compte goutte propre pour mettre le liquide direc­te­ment dans la bouche ou au moins sur la gen­cive de votre chien. Si votre chien n’aime pas cette façon de boire le mélange, il est pos­sible de mettre les gra­nules direc­te­ment dans son bol d’eau. Commencez avec “le mélange” comme indi­qué ci-​dessus, à 12 heures d’in­ter­valle. Stopper ensuite et attendre pour consta­ter les chan­ge­ments de com­por­te­ment avant de renou­ve­ler la prise si néces­saire. 

Massages pour le chien anxieux : principes pour commencer

Certains mas­seurs pro­fes­sion­nels (pour les humains) ont adapté pour les chiens leurs tech­niques de mas­sage.
  • Apaiser par le toucher : les caresses

Massage du chien anxieux
Masser son chien

Les ani­maux de com­pa­gnie aiment les caresses. Chaque fois que vous cares­sez votre chien, il s’agit en fait de micro-​massages, que vous réa­li­sez sans même vous en rendre compte. Les caresses ren­forcent le lien entre le maître et son chien et créent un cli­mat de confiance. Les caresses per­mettent aussi de sécu­ri­ser l’animal, tout en lui fai­sant reprendre contact avec son corps.

  • Anxiété qui conduit au stress de certaines parties du corps

  • Massage : améliorer son efficacité

Le stress va se loca­li­ser dans cer­taines zones – en par­ti­cu­lier le cou, qui va se rai­dir. D’où pros­crire le col­lier si votre chien est anxieux chro­nique et sur­tout s’il tire constam­ment sur sa laisse : les à‑coups ne feront qu’ac­cen­tuer le stress du cou et le sen­ti­ment d’in­sé­cu­rité de votre chien. Préférez un har­nais. Pour amé­lio­rer l’ef­fet du mas­sage, le faire avec le plat de la main en épou­sant le corps de votre chien ; Vous pou­vez aussi effec­tuer de petits cercles sur le pelage, ces mou­ve­ments cir­cu­laires ont un effet apai­sant et régé­né­rant tout en sti­mu­lant le sys­tème immu­ni­taire. Les zones les plus spé­ci­fiques sont le ventre, les oreilles et le cou.

Fleurs de Bach et chien anxieux : à essayer

Dans les années 1920 et début des années 1930, Dr Edward Bach, méde­cin, chi­rur­gien et bac­té­rio­lo­giste bri­tan­nique, met au point une liste de 39 élixirs à base de pétales de fleurs (dont 1 qui est de l’eau de roche pure et 1 de mélange de 5 remèdes syner­giques appelé “Rescue Remedy” ou “remède d’ur­gence”). La thé­ra­pie flo­rale de Bach se pré­sente comme une thé­ra­pie glo­bale de l’in­di­vidu ayant pour objec­tif prin­ci­pal de sti­mu­ler la vita­lité et d’har­mo­ni­ser la vie psy­chique de la per­sonne. Chaque fleur cor­res­pond à une émo­tion par­ti­cu­lière. Elle s’ap­plique aux chiens, bien que beau­coup de pro­fes­sion­nels de santé n’y voit qu’un effet pla­cebo. Pour les per­sonnes convain­cues, ces Fleurs de Bach fonc­tionnent avec dou­ceur, ne sont pas toxiques, ne créent pas d’ac­cou­tu­mance, n’ont pas d’ef­fet secon­daire. En cas d’u­ti­li­sa­tion dans le cas d’un état non dés­équi­li­bré, il n’y aura aucun risque car aucun effet résul­tant. Par exemple, pour les chiens ayant un très fort degré d’at­ta­che­ment (donc un fort risque d’an­xiété de sépa­ra­tion), les 4 prin­ci­pales essences de fleurs de Bach recom­man­dées sont :

  • Chicorée. C’est l’es­sence de choix lorsque un atta­che­ment nor­mal et dési­rable de votre chien envers vous devient exa­géré et auto-​dépendant ou hors contrôle.
  • Bruyère. Elle se com­bine bien avec la chi­co­rée. Recommandée lorsque le chien recherche votre atten­tion par des exhi­bi­tions bruyantes.
  • Marronnier rouge. Convient aux chiens qui ont peur et sont concer­nés non pour eux mêmes mais pour leur maître. Ce com­por­te­ment est assez rare mais émo­ti­ve­ment puis­sant et conduit à une anxiété impor­tante du chien.
  • Chèvrefeuille. C’est le bon choix pour un chien qui se laisse dépé­rir lorsque délaissé par son maître.

De plus le “Rescue Remedy” ou “remède d’ur­gence” est un remède pour chiens sérieu­se­ment anxieux en géné­ral, en cas de stress sévère. Cet élixir est une com­bi­nai­sons de 5 essences de Bach qui est reconnu pour être effi­cace contre le stress avant ou après évé­ne­ments trau­ma­ti­sants. La prise des élixirs Fleurs de Bach par votre chien est simple :

  • 4 gouttes au moins 4 fois par jour. Par la bouche ou dans de l’eau
  • Pendant 4 à 5 jours.

Education et dressage : apprendre au chien anxieux à réagir ou non

Dressage du chien anxieux
L’ordre “stop”

C’est la phase ultime de “la remise en état” du chien vis­cé­ra­le­ment anxieux. Certaines espèces sont plus ou moins anxieuses “de nature”, mais le plus sou­vent, cette anxiété vient de la période où le chien était encore chiot et/​ou qu’il n’a pas été édu­qué ensuite. Il a peut-​être été mal­traité, ou sans affec­tion mani­fes­tée par un maître sou­vent absent. C’est sou­vent ce que beau­coup de chiens d’é­le­vages ont vécus. Dans ces cas, il faut donc apprendre au chien à réagir ou non, à s’in­quié­ter ou pas. En effet, la réac­tion du chien a pour ori­gine la peur, son passé, des trau­mas ou des abus qu’il a subis ou res­sen­tis. Il peut avoir été aban­donné (Vient-​il de la SPA ?) ou peut-​être peur d’être battu, blessé, etc… Par ailleurs, un chien aime bien “recon­naître” son milieu, sa mai­son, sa cou­ver­ture. Il a ses habi­tudes, ses points de repère et n’aime sou­vent pas l’im­prévu, la nou­veauté. Car en fait, c’est là l’o­ri­gine de l’an­xiété, la mémoire de ce qu’il a vécu et la crainte de ce qui est nou­veau. La solu­tion est l’é­du­ca­tion (Par vous-​même) ou le dres­sage (Par un pro­fes­sion­nel) pour lui apprendre à dif­fé­ren­cier ce qui est inquié­tant pour lui de ce qui ne l’est pas. Pour vous venir en aide, nous avons regroupé tous les prin­cipes de base de l’é­du­ca­tion d’un chien que les pro­fes­sion­nels du dres­sage uti­lisent. Voir Anxiété du chien – Soigner par l’é­du­ca­tion et dres­sage. Vous pour­rez les uti­li­ser pour votre propre chien. C’est simple, il suf­fit d’être patient. Cet article sur les prin­cipes géné­raux du dres­sage est dense de petits conseils pra­tiques qui s’en­chaînent les uns aux autres pour faire de votre chien un com­pa­gnon agréable à vivre, et heu­reux d’être débar­rassé de son anxiété chro­nique. Voir …Bien sûr, vous ne devien­drez pas un pro­fes­sion­nel mais cela sim­pli­fiera votre vie, celle de votre chien qui sera beau­coup plus heu­reux de vivre à vos côtés, sous votre auto­rité et pro­tec­tion. Nous sommes allés aussi un peu plus loin pour vous aider dans votre rôle d’é­du­ca­teur de votre chien : nous avons fait des articles par­ti­cu­liers sur l’é­du­ca­tion contre les dif­fé­rentes causes d’an­xiété de votre chien. Par exemple, lors­qu’il aboie pour rien, ou lorsque vous êtes absent, dans les cas où il n’aime pas voya­ger en voi­ture, etc… C’est aussi tel­le­ment gra­ti­fiant de voir “pro­gres­ser” son com­pa­gnon, jour après jour, grâce aux “conseils” que vous lui pro­di­gue­rez. Et le décou­vrir ainsi sous son angle le plus agréable. 

Anxiété du chien et problèmes encéphaliques

Il faut savoir aussi que quel­que­fois, l’an­xiété du chien relève de pro­blèmes graves du cer­veau dont les élé­ments régu­la­teurs sont défi­cients ou dés­équi­li­brés. Il peut s’a­gir d’une inflam­ma­tion chro­nique (Encéphalites). Si les indi­ca­tions de nos articles sur l’an­xiété et le stress (Voir aussi article sur le stress) n’ap­portent pas de solu­tion, il est néces­saire de consul­ter un vété­ri­naire, si pos­sible com­por­te­men­ta­liste (Dont la for­ma­tion lui per­met d’a­na­ly­ser le com­por­te­ment du chien pour en déduire les ori­gines pos­sibles pro­fondes de son anxiété). SourcesFleurs de Bach – Dogs Naturally Magazine Herbs for pets – Mary Wulff-​Tilford – Bow Tie Press Le Manuel Vétérinaire Merck – 3ème edi­tion fran­çaise Natural Heath for dogs and cats – Dr Pitcairn – Rodale Editions Herbal dog care – Dr Kidd – Storey Publishing 

porta. leo. elit. Nullam lectus ut massa Aliquam dolor. et, velit, ipsum