CHIEN PEUREUX EN VOITURE : comment traiter naturellement son anxiété

Chien peu­reux en voi­ture. C’est un pro­blème si votre chien refuse de mon­ter dans votre voi­ture, jappe ou pleure sans relâche lors­qu’il est à l’in­té­rieur. Il peut avoir peur de cet “engin” par­ti­cu­lier s’il n’a pas été habi­tué lors­qu’il était chiot. Dans tous les cas, cela rend le chien anxieux avant ou pen­dant le voyage. En consé­quence, cela devient dif­fi­cile de vous dépla­cer en voi­ture chaque fois où vous devez par­tir avec votre chien. L’utilisation de la voi­ture est en effet sou­vent incon­tour­nable. Cela se soigne : il faut pro­cé­der par étapes, avec patience, comme dans tous les cas où le chien est au centre du pro­blème. Et il y a des remèdes/​compléments ali­men­taires natu­rels qui soignent sans effet secon­daires. Note Lorsque vous habi­tuez très tôt votre chiot à votre voi­ture, vous n’au­rez aucune dif­fi­culté et pour la vie entière de votre com­pa­gnon (Voir ci-​dessous).

Chien peureux en voiture : pourquoi est-​il anxieux ?

Chien peureux en voiture

Il peut y avoir mille rai­sons pour que votre chien ait peur en voi­ture. Mais pour “cor­ri­ger” cette crainte, il faut que vous ayez une idée assez pré­cise de la rai­son de cette peur.

  • Votre chien adulte n’a peut-​être jamais fait de tra­jets en voi­ture. Cela peut arri­ver pour les chiens de la cam­pagne can­ton­nés aux cours “de ferme” et champs alen­tours. Ce peut aussi être le cas de chien d’ap­par­te­ment de grandes villes dont les pro­prié­taires n’ont plus de voi­ture per­son­nelle.
  • Votre chien peut avoir asso­cié la voi­ture aux visites auprès du vété­ri­naire. Cela peut être angois­sant sur­tout si la der­nière visite s’est mal pas­sée.
  • Votre chien a vécu une expé­rience trau­ma­ti­sante en rap­port avec une voi­ture : il a été blessé ou sim­ple­ment heurté ou était pré­sent à l’in­té­rieur d’une voi­ture qui a eu un acci­dent.
  • Votre chien peut être effrayé par le seul bruit du moteur car cela lui rap­pelle un dan­ger auquel il a été exposé.
  • Votre chien n’aime pas faire les choses sur les­quelles il n’a aucun contrôle. La vitesse, les autres voi­tures qui l’en­tourent, dans tous les sens : il ne peut tout “contrô­ler”, sur­veiller car tout va trop vite.
  • Votre chien a une mau­vaise expé­rience en voi­ture, par exemple le mal de voi­ture et la peur de vomir qui sou­vent va avec.

Chien peureux : comment se manifeste sa peur en voiture ?

Il est impor­tant d’obser­ver le com­por­te­ment de votre chien car cela vous per­met­tra de résoudre son pro­blème plus faci­le­ment et plus rapi­de­ment. Il suf­fira alors de concen­trer l’é­du­ca­tion de votre chien sur ce qui lui fait réel­le­ment peur.

  • Votre chien ne s’ap­proche jamais d’une voi­ture, moteur à l’ar­rêt ou en marche.
  • Votre chien tolère les voi­tures à l’arrêt mais est inca­pable de mon­ter dans l’une d’entre elles.
  • Votre chien peut mon­ter dans l’ha­bi­tacle de votre voi­ture mais lorsque vous com­men­cez à rou­ler, il pleure, bave, vomit, à la limité fait ses besoins.
  • Votre chien ne veut pas mon­ter dans le coffre ou à l’ar­rière d’une voi­ture break. De même il pleure, vomit, bave, etc. lorsque la voi­ture démarre.
  • Votre chien saute, jappe, tourne en rond ou est très agité, sans pou­voir le “conte­nir” pour mon­ter en voi­ture. Cela ne veut pas dire à coup sûr qu’il a peur. Ce peut être le contraire. Votre chien a du mal a gérer son exci­ta­tion, et bien-​sûr cor­ri­ger ce com­por­te­ment n’a rien de com­mun avec les autres atti­tudes.

Chien peureux en voiture : créer dans la voiture son environnement confortable et sécurisé

C’est le point de départ. Tout chien aime se sen­tir “chez lui”, dans un milieu qu’il connait bien. Ce sera donc son “coin voi­ture” où il se sen­tira “chez lui”. Et contrai­re­ment à ce que beau­coup de maîtres pensent, ce sera dans une cage robuste, de bonne taille mais pas trop grande(1) où il se sen­tira confor­table Voir notre article Transport de votre chien en voi­ture en toute sécu­rité. Pourquoi ce com­por­te­ment ? Au moins 4 rai­sons à cela :

  • Le tra­jet de la voi­ture n’est pas rigou­reu­se­ment rec­ti­ligne, mais faite de virages, coups de volants, frei­nages et autres. Les humains ont leurs mains pour se tenir et anti­ci­per la tra­jec­toire de la voi­ture. Le chien n’a que ses pattes et ne sait pas conduire. Cela veut dire que s’il n’est pas main­tenu par une cage, il sera constam­ment à la recherche de son équi­libre. Ce qui peut être aussi la cause pro­bable de son “mal de mer” et de son anxiété.
  • cage de transport pour chien peureux en voiture
    Par ailleurs, c’est dans sa cage et dans le coffre s’il peut s’ou­vrir au niveau du haillon arrière, qu’il sera le plus confor­table et le plus en sécu­rité car sa cage pourra faci­le­ment être atta­chée (En cas d’ac­ci­dent grave, une cein­ture ou autres har­nais ne pré­sen­te­ront pra­ti­que­ment aucune pro­tec­tion au chien sur la ban­quette arrière).
  • Les sièges arrières en creux vers le dos­sier, sont faits pour des fesses, pas pour les pattes du chien ou la cage du chien : il ne sera jamais sur une sur­face hori­zon­tale, ce qui sera par­ti­cu­liè­re­ment incon­for­table pour lui.
  • Votre chien sur le siège arrière est un dan­ger mor­tel pour les pas­sa­gers avant du véhi­cule. En cas de choc sérieux, votre chien atta­ché ou non par un har­nais par­tira en vol plané en direc­tion des têtes des pas­sa­gers avant. Et savez-​vous que votre chien de 10 kg lors d’un choc fron­tal à 50 km seule­ment “pèsera” 140 kg au moment de son impact avec le cou du pas­sa­ger avant ? Le poids à l’im­pact est en effet pro­por­tion­nel au poids réel de votre chien, c’est-​à-​dire 280 kg pour un chien de 20 kg. (Voir “Transport de votre chien en voi­ture en toute sécu­rité”)

Chien peureux en voiture : l’habituer par étapes à cet environnement

Il ne faut pas crier et encore moins frap­per votre chien s’il refuse de mon­ter dans la voi­ture ou de vous obéir. Vous devez pro­cé­der par petites étapes. Nous vous pré­ci­sons ci-​dessous un résumé de ce que vous devez faire lorsque votre chien est en conflit avec votre voi­ture. Mais il sera encore mieux et plus effi­cace si vous com­pre­nez la “men­ta­lité” de votre chien et que vous êtes capable de com­mu­ni­quer avec lui. Pour cela, nous vous recom­man­dons notre article “Anxiété du chien – Soigner par l’é­du­ca­tion et dres­sage” . Vous com­pren­drez alors le pour­quoi des pré­cau­tions prises et décrites ci-​dessous pour édu­quer faci­le­ment votre chien. (1)

  • D’abord lui faire “visi­ter” sa cage hors voi­ture en y met­tant ses objets, cou­ver­ture et autres. Mettez-​le dans sa cage, fer­mée. Puis mettre la cage vide dans la voi­ture arrê­tée, moteur à l’ar­rêt. Recommencez avec votre chien dans la cage, dans la voi­ture, sans rien fermé. Ceci dans votre garage, si vous en avez un. Ne pas oublier à chaque “étape” réus­sie de le récom­pen­ser, par exemple au moins par une caresse, éven­tuel­le­ment par un frian­dise (Morceau de fro­mage par exemple). (Voir dres­sage). Ceci à faire en plu­sieurs ses­sions de quelques minutes.
  • A la ses­sion sui­vante, rejouer les séquences pré­cé­dentes. Si elles sont “réus­sies” pas­sez à l’é­tape sui­vante. Mettez le moteur en marche. Arrêtez le moteur. Commencez ensuite en manœu­vrant la voi­ture de quelques mètres, sor­tir du garage, reve­nir, etc.. Puis ensuite faire de très courts tra­jets, puis les allon­ger pro­gres­si­ve­ment. Toujours une frian­dise pour chaque opé­ra­tion réus­sie, pas de frian­dise en cas d’é­chec.
  • Organisez au début votre tour en voi­ture pour une des­ti­na­tion qu’il adore : forêt, parc, ter­rain de jeu, etc. Ce sera sa pre­mière récom­pense à sa des­cente de voi­ture.

(1) Si vous réus­sis­sez à édu­quer votre chien pour aller en voi­ture – et nous ne dou­tons pas de votre réus­site – cet article sur com­ment édu­quer un chien vous ouvrira de nom­breuses pos­si­bi­li­tés d’é­du­ca­tion pour votre chien. Par exemple sup­pri­mer ses jap­pe­ments intem­pes­tifs, l’ha­bi­tuer à res­ter seul, évi­ter son anxiété et son stress, évi­ter qu’il tire constam­ment sur sa laisse, etc.

Le chiot et la voiture : éviter la peur du chien adulte

Plus vous habi­tuez tôt votre chiot à mon­ter en voi­ture, moins vous aurez de dif­fi­cul­tés – si jamais vous en avez. C’est sa période d’ap­pren­tis­sage. Les chiots n’ont peur de rien car ignorent ce qu’est le dan­ger, par manque d’ex­pé­rience. Pour eux, aller en voi­ture est juste une expé­rience nou­velle, sans à priori, qui les enchante. Mais pro­fi­tez de cette période rêvée pour l’ap­pren­tis­sage afin de les édu­quer. Pour la voi­ture, mettez-​les sys­té­ma­ti­que­ment dans leur cage, jamais en liberté sur la ban­quette arrière ou dans le coffre (Voir notre article “Transport de votre chien en voi­ture en toute sécu­rité). Ce sera facile car pour eux, il n’y a pas d’ha­bi­tude prise avant. Et pen­dant que vous êtes dans une phase éducation-​voiture très favo­rable avec votre chiot, élar­gis­sez l’ap­pren­tis­sage à d’autres domaines, en par­ti­cu­lier à celui d’o­béir aux ordres. C’est votre co-​habitation avec votre chien en deve­nir et jus­qu’à sa mort que vous jouez alors. Cette co-​opération peut, du fait de l’é­du­ca­tion du chiot dans ses pre­miers mois, être har­mo­nieuse et enri­chis­sante au lieu d’être faite de conflits et contraintes. Pour cela, nous vous recom­man­dons nos articles sur l’é­du­ca­tion et le dres­sage :

Chien peureux en voiture : le calmer par de petites attentions

Pour faci­li­ter à votre chien son “adap­ta­tion” à la voi­ture, vous pou­vez en plus, uti­li­ser quelques pro­duits ou “trucs” qui ont pour effet de cal­mer les chiens. Mais il est dif­fi­cile de pré­voir lequel d’entre eux sera vrai­ment effi­cace. Il faut essayer et consta­ter, jus­qu’à ce que vous trou­viez celui qui marche..

  • Jouet pré­féré et vête­ments vous appar­te­nant. Mais atten­tion qu’il ne mâche et avale une par­tie de ces objets, ce qui pour­rait se conclure par une obs­truc­tion intes­ti­nale.
  • Phéromones. Ce sont des signaux chi­miques pro­duits par le corps qui servent à com­mu­ni­quer entre ani­maux de même espèce. Il existe une phé­ro­mone dis­po­nible sur le mar­ché qui imite celle émise par la mère chienne pour don­ner une impres­sion de sécu­rité et confort aux jeunes chiots.
  • Homéopathie. Des pré­pa­ra­tions sont spé­ci­fiques pour cal­mer le chien. A prendre juste avant le départ
  • Conditions dans la voi­ture. Certains chiens aiment écou­ter la musique (Toutefois pas trop bruyante) ou sen­tir l’air frais exté­rieur. Mais ne pas ouvrir la fenêtre com­plè­te­ment et inter­di­sez à votre chien de pas­ser la tête au dehors, même en période esti­vale. D’une part cela peut être dan­ge­reux mais sur­tout, les chiens sont sen­sibles aux mala­dies du nez, des yeux, des oreilles (Otites), gorge et crane.

Chien peureux en voiture : médicaments conventionnels

Il existe bien sûr, toute la pano­plie de médi­ca­ments vété­ri­naires. Tous sont d’o­ri­gine chi­mique et ont pour la plu­part des inci­dences sur la santé du chien, sur le foie et les reins. Nous les citons ci-​dessous afin que vous les repé­riez parmi ceux pres­crits par votre vété­ri­naire. Note Ne pas uti­li­ser ces médi­ca­ments sans ins­truc­tions express de votre vété­ri­naire.

  • Antihistamines. Cette classe de médi­ca­ments abaisse le niveau d’an­xiété et le risque de mal de voi­ture. Ils induisent un effet de som­no­lence et agissent direc­te­ment sur les centres d’é­qui­libre du chien
  • Anxiolytiques. Ils com­prennent une large gamme de médi­ca­ments. Ils peuvent réduire l’an­xiété et cer­tains peuvent être séda­tifs.
  • Sédatifs. Les séda­tifs réduisent la conscience de ce qui entoure votre chien, afin de dimi­nuer son agi­ta­tion. Certains sont spé­ci­fi­que­ment séda­tifs, d’autres séda­tifs en effet secon­daire.

En géné­ral et pour faire bonne mesure, même si le chien n’a pas de nau­sées, la liste com­pren­dra aussi un “Bloqueur du récep­teur Neurokinine”. Ce médi­ca­ment agit en blo­quant le centre du cer­veau res­pon­sable du reflex de vomir. De notre point de vue, nous pré­fé­rons uti­li­ser des remèdes et com­plé­ments natu­rels, sou­vent plus effi­caces mais sans effets secon­daires dan­ge­reux. Nous les pré­sen­tons au para­graphe qui suit. 

Chien peureux en voiture : remèdes/​compléments naturels

Note : si vous réus­sis­sez à faire faire à votre chien 2 ou 3 tra­jets assez longs sans pro­blème grâce aux “remèdes” ci-​dessous, votre chien ne sera pro­ba­ble­ment plus mala­di­ve­ment peu­reux et n’aura plus le mal de voi­ture. Cependant pour de futurs voyages en voi­ture, vous devriez pen­dant quelques temps, lui faire prendre un cal­mant quelques jours à l’a­vance, par pré­cau­tion. Il faut habi­tuel­le­ment abor­der ce pro­blème sous 2 fronts :

  • Faire voya­ger votre chien dans “sa cage”. C’est “son coin” qu’il recon­naî­tra, sen­tira, l’a­pai­sera et dimi­nuera natu­rel­le­ment son anxiété. Voir ci-​dessus § “Créer dans la voi­ture un envi­ron­ne­ment confor­table et sécu­risé pour votre chien”. Voir aussi notre article voya­ger en voi­ture avec son chien
  • Enlever l’an­xiété du chien, le cal­mer par des remèdes/​compléments natu­rels. En effet, si votre chien est peu­reux en voi­ture ou à la simple vue de votre voi­ture, il aura une appré­hen­sion de mon­ter à l’in­té­rieur qui ne fera qu’ag­gra­ver son pro­blème. Même s’il n’apparaît pas vrai­ment anxieux. Deux “remèdes” peuvent être uti­li­sés :
    • Une “cure” de Passiflore” quelques jours à l’a­vance. Voir .… La Passiflore est un cal­mant “géné­ra­liste”.

Mais elle peut ne pas être assez effi­cace. Dans ce cas, il existe un cock­tail de plantes que les vété­ri­naires holis­tiques pré­co­nisent en géné­ral parce que plus effi­cace.

  • Cocktail de plantes qui com­prend : Passiflore (Extrait – TM – Comprim – Tisane)/Houblon ™/​Aubépine (Extrait Tisane Gélules Compr)

Où trouver les remèdes et compléments naturels pour mon chien

Ne pas oublier aussi que votre chien peut avoir le mal des trans­ports. Cela est aussi pos­sible, votre chien aura des nau­sées, sans auto­ma­ti­que­ment vomir. Pour lui, ce sera un cau­che­mar d’al­ler en voi­ture, sauf si vous faites le néces­saire pour évi­ter ces nau­sées. Voir notre article pas Chien qui vomit en voi­ture – Remèdes natu­rels contre les nau­sées

ipsum tempus vel, velit, ultricies mattis Donec suscipit