Chiot--attendant-leur-nourriture-barf

Chiot et nourriture Barf. Comment et quand commencer. Calculateur

Nourriture Barf pour le chiot : à par­tir de 8 semaines, le chiot est prêt à com­men­cer un régime cru. Ce n’est pas un appren­tis­sage ardu pour le chiot ou pour son maître. Avec quelques conseils et notre cal­cu­la­teur Barf pour chiot que vous trou­ve­rez dans cet article, vous pou­vez rendre les repas de votre chiot sains, inté­res­sants et amusants ! 

Un régime Barf pour le chiot est-​il un régime spécial ?

Mais d’a­bord, cla­ri­fions ce point : un régime cru n’a pas besoin d’être un “menu spé­cial pour chiots” comme cela est le cas avec les régimes cro­quettes. C’est le régime stan­dard “cru” du chien adulte qui s’ap­plique aussi au chiot.

Les régimes alimentaires spéciaux pour des questions de santé

Les conseils ci-​dessous partent du prin­cipe que votre chien n’a pas de pro­blèmes de santé néces­si­tant un régime ali­men­taire par­ti­cu­lier. Si votre chien souffre d’une mala­die qui néces­site une aide ali­men­taire spé­ci­fique, vous devez trou­ver un pro­fes­sion­nel com­pé­tent et de confiance pour vous aider.

Maintenant, reve­nons à l’a­li­men­ta­tion des chiots en bonne santé, et à par­tir de 8 semaines d’âge.

Pourquoi votre chiot a besoin de variété

Dans la nature, les chiots rece­vaient toute la nour­ri­ture que leur mère pou­vait trou­ver et chro­no­lo­gi­que­ment dans le désordre. Il pou­vait aujourd’­hui s’a­gir d’un lapin, demain d’une cha­rogne récu­pé­rée ou d’os d’une car­casse. Les chiots “sau­vages” man­geaient ces ali­ments fina­le­ment très variés. Et géné­ra­le­ment, ils se déve­lop­paient bien, tant qu’ils n’a­vaient pas de pro­blèmes de santé sous-​jacents… comme des parasites.

Il est beau­coup plus utile et impor­tant d’of­frir une grande variété d’a­li­ments dès le plus jeune âge à votre chiot (à par­tir de 8 semaines). Cela per­met d’é­vi­ter de favo­ri­ser aucune réac­tion ali­men­taire chro­nique (into­lé­rances, aller­gies) tout au long du reste de la vie de votre chien. Et cela per­met aussi à votre chiot d’ac­qué­rir des expé­riences gus­ta­tives dif­fé­rentes. Elles lui per­met­tront de s’a­dap­ter aux chan­ge­ments “culi­naires” au fil des années. En effet les mala­dies ou autres aléas durant sa vie obli­gera sou­vent à adap­ter l’a­li­men­ta­tion de votre chien.

Alimentation “crue”: repas préconditionnés ou repas maison équilibrés par vous même ?

Ce sont les deux options possibles.

  • L’achat de repas pré­con­di­tion­nés semble de prime abord la solu­tion la plus facile.
    En réa­lité, ce n’est pas le cas, car vous devez constam­ment cor­ri­ger l’é­qui­li­brage des repas et com­plé­ter les manques nutritionnels
  • Le repas Barf que vous réa­li­sez vous même avec l’aide notre cal­cu­la­teur Barf.
    Si vous sui­vez les direc­tives et les com­po­si­tions des repas, vous obte­nez auto­ma­ti­que­ment l’é­qui­li­brage de l’a­li­men­ta­tion de votre chiot

Nourriture Barf “prêt à consommer” pour votre chiot

Il existe des ali­ments crus com­plets déjà “tout pré­paré” pour votre chiot. Mais si vous choi­sis­sez cette option, vous ne devez pas seule­ment sup­po­ser que la nour­ri­ture don­née à votre chiot est exac­te­ment ce dont il a besoin. Vous devez le véri­fier.

Ce qu’il faut savoir, ce qu’il faut vérifier

  • Comprendre les des­crip­tions régle­men­taires des éti­quettes. Vérifiez atten­ti­ve­ment ce qui est écrit en ce qui concerne les com­po­sants et ce qu’ils signi­fient réellement.
  • Partout ans le monde, “com­plet et équi­li­bré” signi­fie qu’il contient tout ce dont votre chien a théo­ri­que­ment besoin tel que vu par l’AAFCO et pour une ali­men­ta­tion indus­trielle, genre “cro­quettes”.
    L’AAFCO – l’Association of American Feed Control Officials https://www.dogsnaturallymagazine.com/what-is-aafco/ est en réa­lité, une orga­ni­sa­tion pri­vée, for­te­ment liée aux fabri­cants amé­ri­cains (et inter­na­tio­naux) d’a­li­ments indus­triels(1) pour les ani­maux domes­tiques. De plus, toutes les règles “régio­nales” (euro­péennes par exemple) s’ins­pirent de leurs “pres­crip­tions”. Il n’existe pas en effet d’autre orga­nisme équi­valent, à la fois indé­pen­dant (gou­ver­ne­men­tal) et puis­sant qui pour­rait contre­ba­lan­cer leur influence. 
  • Un régime cru dit “com­plet” est géné­ra­le­ment com­posé de viande hachée ou “émin­cée”, d’or­ganes d’a­ni­maux et d’os avec des légumes et des graisses ajou­tés.
    De nom­breux régimes crus “pré­fa­bri­qués” uti­lisent le modèle d’a­li­men­ta­tion 80/10/10 (viande/​abats/​os). https://www.dogsnaturallymagazine.com/feed-your-dog-organ-meat-glands/
    Cependant, cela n’est pas vrai­ment ce que l’on peut appe­ler un repas com­plet. D’autres ali­ments sont éga­le­ment impor­tants et indis­pen­sables : légumes, noix, graines, herbes, graisses végétales.

Faites des recherches sur la nourriture toute prête que vous achetez

Il faut être très poin­tilleux sur l’é­qui­libre des repas des chiots ! Si un ali­ment pour chien cru pré­tend être com­plet et équi­li­bré, il doit être équi­li­bré sur une base calo­rique… et non sur une base “matière sèche”.

Comme vous pou­vez le consta­ter, l’o­pa­cité est tout aussi com­plète en Europe qu’aux Etats Unis. Il faut donc res­ter par­ti­cu­liè­re­ment vigilent. Même pour de l’a­li­men­ta­tion “crue” qui est sup­po­sée “natu­relle”.
Il existe en effet de nom­breux types d’a­li­ments crus ven­dus comme étant “com­plètes et équi­li­brées”. La ques­tion est la sui­vante : com­ment savoir si tout ce qui est dit ou écrit se trouve vrai­ment dans la nour­ri­ture ache­tée ? Et com­ment savoir s’il y a suf­fi­sam­ment de chaque nutri­ment et que l’é­qui­libre nutri­tion­nel est respecté ?

Souvent l’é­ti­que­tage ne suf­fit pas. Si des fiches “pro­duits” mis à dis­po­si­tion par le fabri­cant et nor­ma­le­ment dis­po­nibles sur inter­net, il est recom­mandé de deman­der aussi direc­te­ment aux fabri­cants une ven­ti­la­tion des nutri­ments pré­sents dans ses pro­duits. De cette façon, vous sau­rez si la recette répond aux besoins de votre chiot.
Lorsque vous deman­dez à l’en­tre­prise de vous com­mu­ni­quer la com­po­si­tion nutri­tion­nelle des ali­ments, elle doit aussi inclure une liste de nutri­ments. Par exemple, vous pou­vez sug­gé­rer et orien­ter leur réponse par cette ques­tion : “Est-​ce que votre pro­duit contient du Selenium, .… , du Phosphore et en quelle quan­tité”. Et de lis­ter les ingré­dients ci-dessous :

  • Selenium
  • Manganese
  • Zinc
  • Vitamin D
  • Vitamin E
  • Omega 6
  • Omega 3
  • Calcium
  • Phosphore

Cette liste n’est pas exhaus­tive mais assez com­plète. Et si un des com­po­sants n’est pas indi­qué, cela signi­fie qu’il n’est pas uti­lisé dans la “for­mule”.

L’importance de la variété dans les régimes alimentaires crus

Il faut être strict sur l’é­qui­libre ali­men­taire … et sur la variété des ali­ments don­nés à votre chiot aussi.

Par exemple, si une marque ne pro­pose que quatre pro­téines dans toute sa gamme, comme le bœuf, l’a­gneau, le pou­let et le canard, que votre chiot n’aime ou ne tolère que le bœuf et le pou­let. Cela signi­fie qu’il ne rece­vra que deux pro­téines.
L’idéal est de lui don­ner la plus large gamme de pro­téines pos­sible. Si l’a­li­men­ta­tion d’un seul “four­nis­seur” n’est pas équi­li­brée, cela pour­rait créer un dés­équi­libre nutri­tion­nel ou même un pro­blème de santé au fil du temps.

Une solu­tion à ce pro­blème est de nour­rir les ani­maux avec des marques dif­fé­rentes, par rou­le­ment. De cette façon, votre chiot rece­vra des for­mules dif­fé­rentes avec une plus grande variété de nutriments.

Compléter les aliments crus pré-​conditionnés pour chiots

Souvent nous rece­vons ce genre de ques­tions de nos lec­teurs : “Je viens d’a­voir un nou­veau chiot. Combien de sar­dines puis-​je ajou­ter à sa nourriture ?”

Notre réponse ne peut être que : “Cela dépend des autres ingré­dients – et de la rai­son pour laquelle vous vou­lez ajou­ter des sardines.”

Peut-​être souhaitez-​vous ajou­ter des sar­dines pour vous assu­rer que votre chiot reçoit suf­fi­sam­ment d’oméga‑3. Si c’est le cas… vous devez d’a­bord savoir quelle quan­tité d’oméga‑3 se trouve dans son ali­men­ta­tion de base. Vous n’a­vez pas à ajou­ter “au hasard” des com­plé­ments. Et ce sont l’ad­di­tion des ingré­dients trou­vés dans la nour­ri­ture “toute prête” de votre chien, votre expé­rience, des résul­tats d’a­na­lyses en cas de mala­die qui vous per­met­tront de défi­nir les “manques” éven­tuels, quelles com­plé­ments et en quelle quan­tité. Nous entrons ici dans le domaine du nutri­tion­niste (Voir notre article sur la nutri­tion – en cours de rédaction)

A titre indi­ca­tif, vous pou­vez aussi trou­ver les normes mini­males de la FEDIAF ou de l’AAFCO sur leur site web. Soyez averti par avance que ce n’est pas aussi facile à lire qu’une bande dessinée !

Repas Barf pour votre chiot – Préparer (assembler) vous même ses repas

Menu du jour pour votre chiot, comme au res­tau­rant (Voir ci-dessous)

Contrairement à ce que vos pou­vez pen­ser, c’est facile à faire, prend peu de temps et vous contrô­lez l’é­qui­libre nutri­tion­nel de votre chiot en toute connais­sance de cause. Vous dou­tez parce que nous ne vous avons pas tout dit : nous avons un cal­cu­la­teur spé­cia­le­ment “éta­lonné” pour cal­cu­ler :

  • les ali­ments néces­saires pour votre propre chien (pas “un chien” en général) 
  • la quan­tité de chaque ali­ment en fonc­tion du poids de votre chiot 
  • la quan­tité de chaque ali­ment à don­ner à chaque repas sur un laps de temps d’une semaine, afin de pré­ser­ver l’é­qui­libre nutritionnel
  • la liste des achats de nour­ri­ture pour la semaine com­plète, achats à faire en même temps que vos achats pour la famille. Cette liste peut aussi être impri­mée pour plus de flexibilité

Nous l’ap­pe­lons le cal­cu­la­teur “Barf”.
Il apporte une solu­tion glo­bale à la “ges­tion mai­son” des repas de votre chiot. Il reste à ce jour unique par son approche com­plète de l’a­li­men­ta­tion du chiot et par sa flexi­bi­lité d’u­ti­li­sa­tion .
Et cerise sur le gâteau : vous avez seule­ment 2 ques­tions à répondre, pas une liste à n’en plus finir. Le cal­cu­la­teur Barf a besoin du poids de votre chiot et de sa “nature”. Et ce cal­cu­la­teur fait le reste.

Calculateur Barf : mode d’emploi

Ce cal­cu­la­teur unique Barf pour une ali­men­ta­tion dite “crue” (Barf) a été décliné en 5 ver­sions :

  • avec un peu de céréales ou pas du tout,
  • avec des pro­duits lai­tiers ou pas, 
  • avec des jours de jeûne ou sans jours de jeûne

Cela vous per­met de choi­sir et d’adap­ter plus “fine­ment” le régime à votre chien. En géné­ral, pour un chiot, il faut évi­ter le jeûne et gar­der les céréales et les pro­duits lai­tiers. Cela veut dire que le cal­cu­la­teur a uti­li­ser pour un chiot est BAF 3, éven­tuel­le­ment Barf 4 si votre chiot ne tolère pas les céréales :

  1. Menu BARF sur 7 jours avec un jour de jeûne, avec céréales et avec pro­duits lai­tiers que nous appe­lons Barf 1
  2. Menu BARF sur 7 jours avec un jour de jeûne, sans céréales et avec ou sans pro­duits lai­tiers que nous appe­lons Barf 2
  3. Menu BARF sur 7 jours sans jour de jeûne, avec céréales et pro­duits lai­tiers que nous appe­lons Barf 3
  4. Menu BARF sur 7 jours sans jour de jeûne, sans céréales et avec ou sans pro­duits lai­tiers que nous appe­lons Barf 4
  5. Menu BARF sur 7 jours sans jour de jeûne, avec 2 jours de légumes seuls que nous appe­lons Barf 5

Choisissons d’u­ti­li­ser Barf 3 en cli­quant sur : Menu BARF sur 7 jours sans jour de jeûne, avec céréales et pro­duits lai­tiers que nous appe­lons Barf 3.
Ouvrez Barf 3 dans un “nou­vel onglet”
et des­cen­dez dans l’ar­ticle jus­qu’au niveau de : 

“Tableau 1 : votre chien et son équi­libre ali­men­taire pour débu­ter BARF
Barf 3 : 7 jours sans jeûne – Avec Céréales et Produits lai­tiers”
qui se pré­sente comme ci-dessous :

Tableau-definition-caracteristiques-chien-poids-nature

Ecrivez le nom de votre chiot si vous le dési­rez en rem­pla­çant “Medor” par Toutou ou autre

A la ligne au des­sous, rem­pla­cer 20 kg par le poids exact de votre chiot – par exemple 5 (= 5 kg)

A la 3ème ligne taper sur la flèche à droite pour ouvrir le menu dérou­lant et cli­quez sur “Chiot de 6 à 12 mois”, si c’est son cas.

Descendez au bas du tableau et cli­quez sur “ENVOYER” (ou “entrer” – fonc­tion du logi­ciel que vous uti­li­sez) – N’oubliez pas de cli­quer sur “envoyer”, sinon le cal­cu­la­teur ne pren­dra pas en compte les don­nées sur votre chien.

C’est fini : dans la der­nière ligne du tableau – case fond jaune- vous lisez “Poids nour­ri­ture par semaine (Grammes)” qui est de 1050 g pour l’exemple du chiot de 5 kg. Vous pou­vez IMPRIMER le tableau.

Descendez encore sur votre écran et vous trou­vez le tableau 2 comme ci-dessous :

Tableau-2-definition-repas-barf-du-chien-sur-7-jours

Cliquez sur LUNDI : vous avez les ali­ments à pré­pa­rer par repas (base 2 repas/​jour) et les quan­ti­tés néces­saire. Cliquez sur MARDI, et ainsi de suite : vous avez ce qu’il faut pré­pa­rer au fil des jours de la semaine et les quantités.

Descendez encore jus­qu’au TABLEAU 3. Vous obte­nez le tableau ci-dessous !

Tableau-3-liste-des-aliments-a-acheter

Il s’a­git de tous les ingré­dients pro­po­sés pour pré­pa­rer les dif­fé­rents repas de la semaine, avec un choix pour chaque “type” d’a­li­ments (a vous de choi­sir dans la large colonne de droite).
Et au bas, vous retrou­vez le “Total des achats” de 1050 g cal­cu­lés dans le tableau 1 et qui est scindé ici par “ingré­dient” et par semaine (ex : 420 g de muscle à ache­ter pour 1 semaine).

Et bien sûr, vous avez tou­jours la pos­si­bi­lité d’impri­mer cette liste pour faire vos courses !

Cela signi­fie que vous ne don­nez pas un repas par­fai­te­ment équi­li­bré tous les jours. Au lieu de cela, vous don­nez une variété d’a­li­ments qui couvrent toutes les bases nutri­tion­nelles pen­dant une semaine, ou 2 semaines ou plus, en chan­geant les ingré­dients lis­tés dans la 3ème colonne du Tableau 3. 

Aliments sûrs pour les chiots

Si vous dési­rez défi­nir vous même le régime “cru” de votre chiot, sans uti­li­ser le cal­cu­la­teur Barf, voici ci-​dessous quelques règles que vous pou­vez appli­quer. Cette infor­ma­tion com­plé­men­taire ne doit faire oublier que le cal­cu­la­teur BARF que nous pré­sen­tons ci-​dessus. Il est beau­coup plus com­plet, pré­cis et facile à uti­li­ser que les “éva­lua­tions” que vous aurez à faire vous même. Il a aussi été conçu afin de garan­tir un équi­libre nutri­tion­nel par­fait sur une semaine complète.

Le régime “cru” d’un chiot doit conte­nir les ali­ments sui­vants et dans les pro­por­tions maxi­mum indiquées :

  • Fruits :
    Pommes Myrtilles Framboises Cantaloup Mangue Bananes Oranges Pastèques Avocats
  • Légumes :
    Brocoli, Chou rouge, Choux de Bruxelles, Carottes, Haricots verts, Pois frais, Panais, Épinards, Fenouil, Céleri, Patate douce

    Fruits et légumes ne doivent pas repré­sen­ter plus de 10 % de l’alimentation.
  • Herbes et épices :
    Persil, Basilic, Estragon, Origan, Menthe, Gingembre, Curcuma, Coriandre, Cumin, Thym, Cannelle, Herbes et Epices de Ceylan
    L’idéal serait de ne pas dépas­ser 5 % du régime alimentaire.
  • Viande et pois­son :
    Agneau, Bœuf, Dinde, Canard, Chevreuil, Buffle, Bison, Truite, Sardines, petits pois­sons à chair blanche.
    La viande et le pois­son devraient idéa­le­ment repré­sen­ter 70 % du régime alimentaire.
  • Les abats :
    Foie, Rein, Cerveau et Rate
    Ce poste devraient idéa­le­ment repré­sen­ter 5 à 10 % de l’alimentation.
  • Autres organes :
    Cerveau, Rate, Cœur, Intestin, Trachée, Gésiers Nourriture en petite quantité
  • Graisses saines :
    Huile de noix, Huile d’o­live, Huile de lin
  • Autres ali­ments :
    Champignons shii­take, Champignons por­to­bello, Bouillon d’os à l’ail (Voir notre article sur Bouillon), Œuf de canard, Œuf de caille

Les os : note spéciale pour les chiots

Les chiots “voient” les os sous deux angles différents :

  1. L’os comes­tibles
    Votre chien en mange dans le cadre de son ali­men­ta­tion. Ils l’aident à satis­faire ses besoins en cal­cium, qui sont très impor­tants. Il s’a­git par exemple du cou, des ailes et des petites carcasses
  2. L’os de loi­sirs.
    Ceux-​ci sont des­ti­nés à être mâchés pour le plai­sir. Votre chien ne doit pas les ava­ler. (Vous devez sur­veiller un chien de tout âge qui pos­sède des os de loi­sirs.) Exemples, entrent dans cette caté­go­rie, arti­cu­la­tions, os longs, os porteurs.

A noter que les os comes­tibles sont une par­tie impor­tante de leur ali­men­ta­tion, mais sans dépas­ser 10 à 15 % par jour.
Vous pou­vez aussi défi­nir une “jour­née des os” pour vos chiens. Ils auront un “petit déjeu­ner” com­posé de cous de canard et un repas sans os le soir. Dans tous les cas sur­veiller ses selles. Les os les rendent blanches et trop d’os peut conduire à une constipation.

Si vous avez peur de don­ner des os, vous pou­vez mettre un os de cou cru (jamais cuit) décon­gelé dans un sac et le cas­ser avec un rou­leau à pâtis­se­rie. Puis donnez-​le à votre chien en petites quan­ti­tés. Vous pou­vez éga­le­ment lui faire ava­ler une aile pas­sée au mixer genre “Nutribullet”, puis uti­li­ser une cuillère à café par jour et conge­ler le reste.

Calcium : note au sujet du calcium

Le chiot a besoin de beau­coup de cal­cium, en par­ti­cu­lier pour sa crois­sance. Les os sont les pre­miers “four­nis­seurs” de cal­cium.
Certaines maitres aiment aussi don­ner des coquilles d’œuf. La coquille d’un seul œuf fourni en effet 5 à 6 g de cal­cium.
Les coquilles d’œufs peuvent s’a­che­ter en sachets, en poudre. Ou sim­ple­ment, vous pou­vez don­ner un œuf com­plet, c’est à dire avec sa coquille, jaune et blanc inclus.

Cependant, la coquille d’œuf n’est pas tou­jours très bien “quot­tée”. Certains craignent la pol­lu­tion des coquilles par les solu­tions de lavage ou de conser­va­tion avant com­mer­cia­li­sa­tion des œufs. D’autres s’ap­puient sur des docu­ments qui avancent que les chiens n’ab­sorbent pas très bien le car­bo­nate de cal­cium contenu dans les coquilles d’œuf. Difficile de s’y reconnaitre !

Tous les chiens sont des indi­vi­dus. En résumé, vous connaî­trez la quan­tité d’os cor­recte pour votre chiot par essais et erreurs, lorsque vous obtien­drez la crotte par­faite ! Soyez pru­dent avec l’os, aug­men­tez len­te­ment et pre­nez votre temps et res­tez en des­sous de la limite de 10 à 15% de la nour­ri­ture jour­na­lière. Si votre chiot est constipé, essayez de lui don­ner du foie et de la purée de poire ensemble, cela devrait faire “bou­ger” les choses !

La diversité d’alimentation ?

Ci-​dessus, nous pré­co­ni­sons de faire vivre à votre chien des expé­riences ali­men­taires. Pourquoi est-​ce si important ? 

La diver­sité per­met au chiot, puis au chien d’ap­pré­cier (et quel­que­fois de reje­ter) en fonc­tion de ce qui carac­té­rise un ali­ment : tex­ture, odeur, points de fusion, tem­pé­ra­ture et cha­leur, crous­tillant contre mou, vis­co­sité.
Cela ne peut qu’é­lar­gir l’ho­ri­zon ali­men­taire de nos amis et de ce fait agran­dir le micro­biome de leur intes­tin et des organes asso­ciés (foie, reins, rate, pan­créas). En consé­quence le sys­tème immu­ni­taire est consi­dé­ra­ble­ment ren­forcé et la liai­son intestin-​cerveau clai­re­ment défi­nie (hor­mones du bon­heur après un repas), ce qui est un gage de bonne santé au long terme.

Améliorer l’expérience alimentaire de votre chien

Voici quelques idées pour don­ner à votre chien des tex­tures et des saveurs différentes !

  • Si vous don­nez de la viande hachée, ajou­tez un peu de gros mor­ceaux ! Par exemple, des cubes de viande que votre chiot poura s’en­traî­ner à déchi­rer et à ronger.
  • Vous pou­vez aussi ajou­ter des légumes fraî­che­ment cuits à la vapeur, mais pas très cuit afin d’a­voir un peu de “cro­quant”.
  • Vous pou­vez aussi ajou­ter un bon bouillon d’os géla­ti­neux fait mai­son. Nous vous conseillons notre recette en cli­quant sur “COMPLÉMENT ALIMENTAIRE EN BOUILLON pour chien, natu­rel, à faire
  • Nourrissez-​les avec de déli­cieux petits pois­sons crus. (L’éperlan ou poisson-​appâts sont par­faits. Achetez-​les tout prêts conge­lés ou congelez-​les d’a­bord pen­dant deux semaines).
  • Essayez de jouer avec les épices et les herbes. Ajoutez un peu de saveur en uti­li­sant un peu d’as­sai­son­ne­ment. Par exemple :
    • 12 cuillère à café de graines de cumin1/​4 c. à café de gin­gembre moulu
    • 12 c. à café de basi­lic (frais ou séché)
    • 1 gousse d’ail pelée (Voir notre article AIL POUR LE CHIEN : poi­son ou remède natu­rel)
    • 14 c. à café de sel de mer de bonne qualité 

Placez le tout dans un pilon et un mor­tier et réduisez-​le en miettes sèches. Ajoutez main­te­nant une cuillère à soupe d’huile d’o­live vierge extra de bonne qua­lité. Mélangez le tout et frot­tez la viande, les organes et les légumes de votre choix !

Vous pou­vez lais­ser mari­ner les ali­ments aussi long­temps ou aussi peu que vous le sou­hai­tez. Si votre chiot n’est pas habi­tué à la saveur, com­men­cez par une petite quan­tité de frot­te­ment et un court temps de macération.

Vous pou­vez aussi conge­ler ce mélange jus­qu’à 8 semaines.

Une autre expé­rience pour votre chiot est de pla­cer sa nour­ri­ture sur une planche à décou­per en bois. Répartissez les ali­ments et lais­sez votre chien choi­sir ! C’est fas­ci­nant de voir votre chien choi­sir lui-​même, ce sera dans l’ordre de ses préférences. 

Il faut com­men­cer dès le plus jeune âge. Cela vous aidera à évi­ter un chiot dif­fi­cile. Cela créera un sys­tème immu­ni­taire sain et fort. Il s’a­git de créer des moyens amu­sants d’in­tro­duire de la saveur, de la tex­ture et des nutri­ments variés.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

sed mattis ante. Aliquam libero odio Curabitur quis Lorem