Races-de-chiens-avec-oreilles-droites-allongées

Races de chiens : 377 au total. LOF et pedigree

Les races de chiens, tel que nous enten­dons ce concept aujourd’­hui, ont une ori­gine récente, de moins de 200 ans(1). Ce concept “moderne” nous vient de Grande Bretagne.

(1) Pourtant, il y a très long­temps que les chiens vivent près des humains : auprès de nos ancêtres homi­ni­dés (100 000 à 50 000 ans avant notre ère), puis de nos ancêtres directs homo sapiens sapiens. Deux cents ans est donc très peu en com­pa­rai­son à l’his­toire du chien (plus de 100 000 ans) et de son “asso­cia­tion” avec l’homme (et même avant, avec nos loin­tains ancêtres homi­ni­dés) qui était déjà très avan­cée il y a 12 à 30 000 années.

La notion de race, d’abord appliquée aux humains

La notion de race telle qu’u­ti­li­sée aujourd’­hui aux chiens s’est d’a­bord expri­mée envers les humains. 

Les décou­vertes de “peuples” dif­fé­rents faites quelques siècles aupa­ra­vant le 19ème siècle, les voyages de Marco Polo vers la Chine, la décou­verte de l’Amérique et du monde, l’es­cla­vage en Afrique, ont fait connaitre aux l’Européens d’autres “humains”. Se répan­dit alors chez les élites une manière de conce­voir le vivant et l’hé­ré­dité déve­lop­pée par quelques anthro­po­logues comme Julien-​Josoeph Virey ou Paul Broca. 

Cette pen­sée à conduit à de sup­po­sées races humaines sou­vent “déclas­sées” ou de “qua­li­tés” infé­rieures par rap­port à la race domi­nante et européenne. 

Les avan­cées du 19ème siècle dans le domaine médi­cal de l’in­fi­ni­ment petit (pour l’é­poque) a ouvert de nou­velles pers­pec­tives de la géné­tique. Darwin a été l’un des pre­miers natu­ra­listes, et cer­tai­ne­ment le plus célèbre d’entre eux, à déve­lop­per une théo­rie cré­dible sur l’é­vo­lu­tion des espèces (via la sélec­tion natu­relle). Né le 12 février 1809 à Shrewsbury (Royaume Uni) dans le Shropshire et mort le 19 avril 1882 à Downe dans le Kent.

La bio­lo­gie a été aussi uti­li­sée pour étayer (ou pas) la hié­rar­chie raciale ou pour trou­ver les para­mètres néces­saires pour “puri­fier” la race domi­na­trice. D’où les éga­re­ments des années 1920 et 1930 et des théo­ries eugénistes. 

La naissance des races de chiens modernes

Côté chien, les idées de races se sont pro­pa­gées en paral­lèle à l’i­dée de races humaines. Avant l’ère vic­to­rienne (avant 1850 env.), il exis­tait depuis tou­jours dif­fé­rents types de chiens qui étaient défi­nis par leur “fonc­tion”. De nom­breux termes dif­fé­rents étaient uti­li­sés pour décrire les chiens, tels que la race (mais pas dans le sens actuel – voir ci-​dessous), la souche, le type, le genre et la variété.

À la fin de l’ère vic­to­rienne, la société anglaise et euro­péenne a changé et le rôle des chiens aussi. La forme, si ce n’est l’es­thé­tique du chien, s’est vu attri­buer un rôle plus impor­tant que la fonc­tion.
Des clubs canins font leur appa­ri­tion. Le Kennel Club du Royaume-​Uni a été fondé en 1873 et a été le pre­mier club canin et le pre­mier registre natio­nal des races canines au monde. Les clubs canins sont deve­nus les gar­diens des stan­dards de la race dans leur pays res­pec­tif. En effet en quelques années d’autres clubs canins appa­raissent dans de nom­breux pays (Etats Unis, France, Allemagne, etc.). 

Le voca­bu­laire s’est “enri­chi” en même temps que se défi­nis­saient les races : “race”, “sélec­tions”, “pureté”, “bâtard” en par­lant des chiens.

Après le 1er club anglais (Kennel Club), vint ensuite en France la Société Centrale Canine (1882) ou SCC, de même en Italie, aux Etats Unis L’American Kennel Club ou AKC (1883) et l’United Kennel Club (1898). En 1911 est crée La Fédération Cynologique Internationale (FCI) qui regroupe les socié­tés canines alle­mandes, autri­chiennes, belge, fran­çaise et hol­lan­daise. Americains, anglais et aus­tra­liens res­tent “à part” jus­qu’à ce jour.

L’organisation des clubs canins au niveau international

La Fédération Cynologique Internationale (FCI) fon­dée en 1911, dis­soute pen­dant la Première Guerre mon­diale, recréée en 1921 par la Belgique et la France, est aujourd’­hui basée à Thuin, en Belgique. Elle compte des membres, asso­ciés et par­te­naires dans 98 pays. La France y est repré­sen­tée par la Société Centrale Canine (SCC) fon­dée en 1881.

Chien d’at­te­lage … à l’ancienne

Mais cer­tains grands clubs canins comme l’American Kennel Club aux États-​Unis, le Kennel Club au Royaume-​Uni et le Canadian Kennel Club au Canada n’en sont pas membres. Mais cela ne veut pas dire qu’il n’y a pas de “contacts” entre eux, la FCI et la SCC.

La FCI regroupe les 98 clubs canins adhé­rents et clas­si­fit les races qu’elle recon­naît en dix groupes en fonc­tion de divers fac­teurs dis­cri­mi­na­toires tels que l’ap­pa­rence ou le rôle :

  1. Chiens de ber­ger et de bou­vier (sauf chiens de bou­vier suisses)
  2. Pinschers et schnau­zers – races molos­soïdes – chiens de mon­tagne et de bou­vier suisses et autres races
  3. Terriers
  4. Teckels
  5. Spitz et types primitifs
  6. Chiens cou­rants et races apparentées
  7. Les poin­teurs et les passeurs
  8. Retrievers – chiens de chasse – chiens d’eau
  9. Chiens de com­pa­gnie et chiens de jouet
  10. Lévriers

Les races modernes de chiens : comment sont-​elles définies ?

Dans le tableau des espèces des mam­mi­fères, le chien est classé dans une espèce dis­tincte appe­lée Canis fami­lia­ris. Mais il peut être aussi classé Canis lupus fami­lia­ris lorsque “traité” comme une sous-​espèce du loup (“Loup Gris”). C’est cette der­nière clas­si­fi­ca­tion qui a la pré­fé­rence actuelle dans cette dis­cus­sion d’ex­perts. Cela ne change rien au sujet de cet article.

Il faut d’a­bord consta­ter que le chien est le mam­mi­fère le plus “mal­léables” de toutes les espèces sur terre. Il n’en existe pas d’autres qui, à l’é­tat natu­rel ou non, a pu expri­mer de si nom­breuses “dif­fé­ren­cia­tions” tout en conser­vant ses repères d’es­pèce. Qui a‑t-​il de com­mun entre un Chiwawa de 500 g et un Molosse de 90 kg ? Entre les poids, les hau­teurs, la lon­gueur des pattes, l’as­pect de la face et bien sûr des cou­leurs de poils ? Par exemple, il existe 50 races bovines en France regrou­pées en lai­tières, pour le viande et mixtes. Mais toutes se res­semblent glo­ba­le­ment, en par­ti­cu­lier en taille. Ce qui n’est pas le cas des chiens.

D’où la “faci­lité” des sélec­tions arti­fi­cielles faites par les clubs canins pour “créer”(ou “figer”) des races dites “pures”. Ceci a pro­duit à ce jour plus de 350 races de chiens recon­nues dans le monde entier (par la majo­rité des clubs canins) et une cen­taine d’autres recon­nus “loca­le­ment” (par les clubs canins de cer­tains pays seule­ment ou en voie de recon­nais­sance).

Les standards des races de chiens

Chaque race com­porte des carac­té­ris­tiques bien par­ti­cu­lières qui portent d’a­bord sur la mor­pho­lo­gie. Sont prises en compte et réper­to­riés dans le stan­dard de race, la taille du corps, la forme du crâne, le phé­no­type de la queue, le type de four­rure et la cou­leur du pelage.
Le stan­dard défini aussi les traits com­por­te­men­taux tels la garde, la conduite de trou­peau et la chasse, ainsi que des traits de per­son­na­lité, par exemple le com­por­te­ment hyper­so­cial, l’au­dace et l’agressivité. 

La plu­part des races modernes dérivent de la volonté d’un petit nombre de fon­da­teurs de clubspar race” au cours des 200 der­nières années. Ils font recon­naitre “leur race” par le club canin natio­nal (SCC en France). De ce fait, les chiens sont aujourd’­hui l’es­pèce de car­ni­vore la plus abon­dante et sont dis­per­sés dans le monde entier (le nombre avancé habi­tuel­le­ment est de 500 mil­lions de chiens)

Les clubs canins : leurs responsabilités

Les clubs canins main­tiennent les stan­dards des dif­fé­rentes races “homo­lo­guées” dans leurs registres, enre­gistrent le pedi­gree de chaque chien “de race”. Ils sont aussi les gar­diens de la qua­lité des chiens auto­ri­sés à reven­di­quer leur titre de “chien de race”. Ils publient les règles pour les expo­si­tions et les “pro­cès de confor­ma­tion” ainsi que l’ac­cré­di­ta­tion des juges. 

Races-de-chiens-alignes-pour-montrer-tailles-differentes

Au niveau natio­nal, ce sont eux qui le plus sou­vent tiennent les “registres” (c’est le cas en France avec la Société Centrale Canine), qui sont des listes de chiens adultes de race pure et des listes de por­tées de chiots nés de parents de race pure.
Ils délivrent aussi le pedi­gree du chien qui retrace sur plu­sieurs géné­ra­tions son ori­gine géné­tique (sorte d’arbre généa­lo­gique). Le pedi­gree est sup­posé garan­tir l’au­then­ti­cité de l’ap­par­te­nance du chien à une race don­née.
Un club canin “natio­nal” gère tous ces aspects des races de chiens qu’il pré­tend repré­sen­ter, soit direc­te­ment, soit par l’in­ter­mé­diaire de ses organes membres. Un club canin “régio­nal” ou local peut être “spé­cia­lisé” dans une race ou plu­sieurs races particulières. 

Le registre natio­nal fran­çais des chiens de race, géré par la SCC, s’ap­pelle le LOF (Livre des Origines Français – livre fran­çais des ori­gines des chiens).

Le LOF recon­nait env. 370 races dif­fé­rentes, nombre qui aug­mente len­te­ment d’an­nées en années du fait de l’in­tro­duc­tion (et l’ho­mo­lo­ga­tion) de nou­velles races, en France ou à l’étranger. 

  • Environ 70 de ces races sont ori­gi­naire de France, les autres de dif­fé­rentes pays du monde. 
  • Les autres races “d’o­ri­gine étran­gère” sont celles recon­nues par la SCC (Standard de race, etc.).
  • Cela signi­fie que sur les registres “de pedi­grees” sont ins­crits beau­coup de chiens de races “vivant en France” autres que les races d’o­ri­gine de France, qu’ils soient nés en France ou à l’é­tran­ger, à condi­tion qu’ils répondent aux cri­tères du stan­dard de leur race. 

Comment est définie une race “pure” de chiens

Lorsque une nou­velle race est “homo­lo­guée”, elle est alors décrite en détail par les “pro­mo­teurs” de cette race et par des spé­cia­listes canins. Ce qui défini le “stan­dard” de la race. Et tout chien dont le maître veut reven­di­quer l’ap­par­te­nance à telle race doit être par­fai­te­ment conforme au stan­dard correspondant.

Comment se crée une race de chiens

Pour créer une race, il faut une popu­la­tion de chien exis­tante dans un espace géo­gra­phique, qui a eu une his­toire, et sur­tout il faut avoir le sens de l’élevage pour la sta­bi­li­ser. D’où l’importance des éle­veurs ou des ama­teurs éclairés. 

Pour recon­naître une race, la FCI exige 8 lignées indé­pen­dantes, au sein des­quelles il faut au moins deux mâles et six femelles qui ne soient pas frères et sœurs. A par­tir de huit lignées et de 1 000 chiens, c’est une race qui peut être homo­lo­guée.
Ce n’est donc pas l’af­faire d’un seul homme, mais le plus sou­vent celui d’un club canin crée spé­cia­le­ment pour une nou­velle race, sur la base d’une race ancienne en par­tie éteinte que ce club veut faire “revivre”.

Au niveau fran­çais, la Société Centrale Canine (SCC) a reconnu en 2003 l’épagneul de Sainte-​Usuge (petit épa­gneul de Bresse) et le cur­sinu (chien pri­mi­tif de Corse), deux races exis­tant au XVIe siècle et quasi dis­pa­rues à la fin des années 40. Le bri­quet de Provence (petit chien de chasse) a gagné ses galons en 2008. D’autres, ber­gers de la Crau (chien de trans­hu­mance), de Savoie, du Languedoc sont en cours de recon­nais­sance. Ailleurs dans le monde, il faut s’attendre à voir de nou­velles races émer­ger dans des pays comme l’Inde, le Brésil et la Chine. 

L’enregistrement de son chien au LOF – Le pedigree

L’objectif de la pro­cé­dure d’en­re­gis­tre­ment d’un chien (de votre chien) au LOF est de pou­voir reven­di­quer pour ce chien l’ap­par­te­nance à “telle” race pure.

Livre des Origines Français (LOF)

Le LOF, ou Livre des Origines Français, est le registre créé en 1885 où sont réper­to­riées les ori­gines des chiens fran­çais de race et leur des­crip­tion pré­cise.
Il est tenu à jour par la SCC.
Seuls les chiens ins­crits au LOF ont droit à l’ap­pel­la­tion « chien de race » qui jus­ti­fie un prix plus élevé qu’un chien croisé, d’appa­rence ou de type racial.
Un chien LOF pos­sède un cer­ti­fi­cat de nais­sance attes­tant de son ins­crip­tion au LOF par son éle­veur. Le pedi­gree vient plus tard, seule­ment lors­qu’il a été confirmé “de race”. Le LOF est le seul livre généa­lo­gique dédié exclu­si­ve­ment à l’es­pèce canine dans notre pays, qui a fêté ses 130 ans en 2015 !

Qu’est-​ce-​que le Pedigree pour le chien

C’est un docu­ment offi­ciel com­por­tant la généa­lo­gie du chien (père, mère et filia­tion anté­rieure) et qui de ce fait cer­ti­fie l’exac­ti­tude de ses ori­gines – et indi­rec­te­ment de sa race.
Il atteste aussi que le chien est conforme aux carac­té­ris­tiques énon­cées dans le stan­dard de sa race qu’il reven­dique.
Le stan­dard de race est aussi une des­crip­tion des qua­li­tés requises pour tendre vers le modèle idéal de la race.

L’inscription au LOF est néces­saire pour qu’un chien puisse léga­le­ment être qua­li­fié de Pure Race (ou race pure).
S’il n’est pas ins­crit au LOF, un chien est obli­ga­toi­re­ment de “Type de Race XY”, “Apparence de Race XY”, Croisé, Mixte, Hybrid, etc – c’est à dire “bâtard”. Conformément à la Loi, ces men­tions doivent être res­pec­tées même dans une petite annonce !

Le pedigree 5 générations 

Un pedi­gree “enri­chi” est en cir­cu­la­tion depuis peu (2016) pour tous les chiens confir­més et com­porte cinq géné­ra­tions d’as­cen­dants.
En plus de la généa­lo­gie, il met en valeur cer­taines autres infor­ma­tions. Il est doté d’un code cou­leur pour en faci­li­ter la lec­ture.
Il com­porte des résul­tats sous la forme d’abréviations qui concernent :

  • l’empreinte ADN et la filia­tion géné­tique (cou­leur : marron)
  • les per­for­mances Beauté (cou­leur : rouge)
  • les per­for­mances Travail (cou­leur : bleu)
  • la santé (cou­leur : vert)

Autres articles sur les chiens de race ou croi­sés qui peuvent vous inté­res­ser :
Chien Berger Allemand croisé Labrador
Chien croisé Caniche et Épagneul Cavalier-​King-​Charles
Croisé Labrador Retriever et Border Collie
Pitbull croisé Corgi
59 Caniches (“Poodle”) appa­ren­tés – Comment choi­sir ? Photos et Caractères
50 chiens Labrador-​Retriever appa­ren­tés – Comment choi­sir ? Photos et Caractères
20 chiens Dalmatiens appa­ren­tés – Comment choi­sir ? Photos et Caractères
Hérédité et Chien de race – Conséquences sur leur santé
Races de chiens : 377 au total. LOF et pedi­gree
Chien bâtard croisé Border-​Collie et Labrador Retriever : le “Borador”
Chien bâtard croisé Pitbull et Corgi : le “Corgi Pit”

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.