Deux-jeunes-chiens-labrador-en-train-de-jouer

Labrador Retriever, le plus populaire depuis 28 ans

Histoire du Labrador retriever 

Le labra­dor retrie­ver est apparu pour la pre­mière fois à Terre-​Neuve, au Canada. Une idée est que le nom vient du mot espa­gnol “labra­dor”, qui signi­fie ouvrier. Une autre “option” est que cer­tains labra­dors furent rame­nés en Angleterre, où ils devinrent rapi­de­ment les favo­ris du comte de Malmesbury, qui les a bap­tisé Labrador. 

Le-premier-Labrador-Retriever-1885
Le 1er Labrador Retriever reconnu en 1885

En Angleterre, le Kennel Club a reconnu offi­ciel­le­ment la race en 1903. Le labra­dor est arrivé en Amérique du Nord au début du XXe siècle, importé par des spor­tifs qui appré­ciaient la poly­va­lence et l’é­thique de tra­vail inéga­lée de ces chiens. Le labra­dor moderne est réper­to­rié dans le groupe des chiens de sport. Ils sont cepen­dant uti­li­sés dans de nom­breux “emplois”:

  • Chiens pour non-voyants
  • Stars des rings d’exposition
  • Chiens d’as­sis­tance
  • Chiens de détection
  • Chiens de thérapie
  • Chiens de recherche et de sauvetage

Des labra­dors ont même été for­més pour tra­vailler aux côtés du per­son­nel médi­cal, afin de détec­ter de nom­breuses formes dif­fé­rentes de can­cer à un stade pré­coce, et de sau­ver ainsi de nom­breuses vies.

Santé : à surveiller chez le Labrador Retriever

Un labra­dor en bonne santé a une espé­rance de vie moyenne de 10 à 13 ans. Les labra­dors sont géné­ra­le­ment des chiens en bonne santé, mais ils souffrent de quelques pro­blèmes de santé géné­tiques que les futurs pro­prié­taires doivent connaître, notamment :

  • Dysplasie de la hanche : il s’a­git d’une mala­die géné­tique qui affecte l’ar­ti­cu­la­tion de la hanche du chien, la ren­dant mal­for­mée lais­sant le chien avec une arthrite dou­lou­reuse. L’affection peut être trai­tée chi­rur­gi­ca­le­ment si néces­saire. Demandez tou­jours à un éle­veur de cer­ti­fier que les parents et les grands-​parents ont subi un dépis­tage de cette maladie. 
  • Dysplasie du coude : La dys­pla­sie du coude est une mala­die héré­di­taire qui entraîne un déve­lop­pe­ment anor­mal des struc­tures de l’ar­ti­cu­la­tion du coude, notam­ment du car­ti­lage et des struc­tures envi­ron­nantes. À mesure que la mala­die pro­gresse, l’ar­ti­cu­la­tion déve­loppe une arthrose douloureuse.
  • Atrophie pro­gres­sive de la rétine : L’atrophie réti­nienne pro­gres­sive (A.R.P.) est le nom donné à un groupe de mala­dies dégé­né­ra­tives qui affectent les cel­lules pho­to­ré­cep­trices de l’œil. Entraîne à terme la cécité.
  • Cataractes : Les cata­ractes sont des imper­fec­tions du cris­tal­lin de l’œil. Une cata­racte empêche le cris­tal­lin de foca­li­ser la lumière, ce qui rend le cris­tal­lin opaque, au lieu d’être trans­pa­rent. Certaines cata­ractes sont minus­cules et ne causent que peu ou pas de pro­blèmes au chien. En revanche, des cata­ractes plus impor­tantes peuvent recou­vrir l’en­semble du cris­tal­lin, ren­dant l’a­ni­mal aveugle ou, au mieux, par­tiel­le­ment voyant.
  • Ostéochondrite : L’ostéochondrite est une affec­tion qui touche géné­ra­le­ment les jeunes chiens en pleine crois­sance. Les sur­faces des arti­cu­la­tions du chien ne forment pas d’os à cer­tains endroits et il en résulte un épais­sis­se­ment du car­ti­lage. Dans les zones affai­blies, le car­ti­lage se détache du tissu sain qui l’en­toure et crée un rabat, qui entraîne le déve­lop­pe­ment d’une arthrose secon­daire. Outre les condi­tions géné­tiques, les labra­dors très actifs peuvent souf­frir de bles­sures des tis­sus mous, notam­ment de déchi­rures du liga­ment croisé anté­rieur (LCA).

Beaucoup d’exercice pour le Labrador retriever

Les labra­dors sont tra­di­tion­nel­le­ment des chiens dits “de tra­vail” . Ils ont donc besoin de beau­coup d’exer­cice.
Les labra­dors sont connus pour être des chiens gour­mands, et s’ils ne font pas assez d’exer­cice, ils peuvent deve­nir obèses. Les labra­dors obèses peuvent souf­frir de pro­blèmes de santé liés au poids. Il est donc néces­saire de main­te­nir votre chien en bonne condi­tion avec beau­coup d’exer­cice, au moins deux longues pro­me­nades par jour et, si pos­sible, des moments de jeu à la maison.

Education – dressage faciles

Labrador-retriever-jouant-avec-balle

Les labra­dors sont des chiens intel­li­gents, très faciles à dres­ser. Ils sont en plus tou­jours dési­reux de faire plai­sir à leur maître.
Les labra­dors sont des chiens très cos­tauds, la socia­li­sa­tion pré­coce de votre chiot est essen­tielle. Si vous pre­nez le temps de “pré­sen­ter” à votre nou­veau chiot un grand nombre de situa­tions, d’en­droits et de per­sonnes dif­fé­rents au cours des pre­mières semaines, vous le pré­pa­re­rez à deve­nir un chien confiant et bien adapté à l’âge adulte. 

L’éducation à l’o­béis­sance et les cours pour chiots sont des élé­ments essen­tiels du pro­ces­sus de socia­li­sa­tion.
Si vous pré­voyez de dres­ser votre chien avec un har­nais, veillez à uti­li­ser un har­nais conçu pour les labra­dors ou les grandes races.

Taille et conditions de vie

Les labra­dors sont des chiens de grande taille : 50 à 70 cm à hau­teur d’é­paule, pour un poids de 30 à 45 kg. Les femelles sont géné­ra­le­ment légè­re­ment plus petites et plus légè­re­ment bâties que les labra­dors mâles.
Les Labradors de filia­tion anglaise sont plus grands que les Labradors de filia­tion américaines.

Un labra­dor doit plu­tot vivre à l’in­té­rieur et dis­po­ser d’un endroit confor­table, adap­tée à sa taille.
Lorsque votre chien est à l’ex­té­rieur, assurez-​vous qu’il dis­pose d’un endroit à l’a­bri du soleil, tout en ayant un accès illi­mité à de l’eau fraîche.
Ces chiens sont très “orien­tés famille” et ne s’é­pa­noui­ront pas s’ils sont iso­lés de leur “meute humaine”.

Nutrition à adapter à son âge

Choisissez une nour­ri­ture pour chiens de haute qua­lité pour votre labra­dor et donnez-​lui une ali­men­ta­tion adap­tée à son âge, c’est-​à-​dire chiot, adulte ou senior.
Limiter l’u­ti­li­sa­tion de frian­dises comme aide au dres­sage, les labra­dors sont enclins à prendre du poids.
Lorsque vous rece­vez votre chiot, deman­dez à l’é­le­veur quel type de nour­ri­ture il a reçu, et conser­vez les mêmes nour­ri­tures pen­dant les six pre­miers mois envi­ron.
Lorsque votre chiot est assez grand, pas­sez aux ali­ments pour adultes.

Pelage, type et couleur

Labrador-retriever-jaune-clair-et-sable

Les labra­dors peuvent être noirs, cho­co­lats ou jaunes. Ils peuvent éga­le­ment être roux ou même argen­tés.
Les Labradors ont un double pelage com­posé d’une couche de sous-​poil doux et duve­teux sur­mon­tée d’une couche externe courte et dure de poils de garde, ce qui signi­fie qu’ils perdent beau­coup de poils. En cas d’al­ler­gie d’une per­sonne de la famille, le choix d’un labra­dor n’est pas recommandé.

Entretien du Labrador Retriever

Les labra­dors perdent beau­coup de poils ! D’où bros­sage de votre labra­dor au moins deux fois par semaine pour contrô­ler la perte de poils.
Utiliser sur votre labra­dor sont une brosse à poils longs et un outil adapté. 

Le labra­dor perd habi­tuel­le­ment plus de poils deux fois par an, au prin­temps et à l’au­tomne, lors­qu’il modi­fie son sous-​poil en fonc­tion de la nou­velle sai­son. Pendant ces périodes il peut être utile d’u­ti­li­ser un sham­pooing spé­cial. D’autant qu’ils sont connus pour avoir une peau sensible. 

Les labra­dors aiment nager. Lorsque votre chien a fait trem­pette dans un lac ou dans l’o­céan, veillez à bien rin­cer son pelage toute saleté qui pour­rait des­sé­cher sa peau. Veillez éga­le­ment à bien sécher les oreilles de votre labra­dor après une bai­gnade afin de réduire le risque d’infection.

Le labrador retriever en tant qu’animal domestique

Voici un rapide tour d’ho­ri­zon des aspects les plus impor­tants de la pos­ses­sion d’un labra­dor, en posi­tif ou négatif.

  • Les labra­dors sont des chiens assez grands.
  • Les labra­dors peuvent s’a­dap­ter à un appar­te­ment, mais sont mieux avec un jardin.
  • Si vous vivez dans un espace plus res­treint, faites faire de l’exer­cice à votre labra­dor tous les jours.
  • Les labra­dors retrie­vers ont un double pelage et perdent beau­coup de poils.
  • Vous devrez donc consa­crer beau­coup de temps au toi­let­tage de votre labrador.
  • Les labra­dors ne conviennent pas aux per­sonnes aller­giques. Privilégiez les races de chiens hypoallergéniques.
  • Le Labrador est un chien ami­cal et sociable qui aime tout le monde.
  • Ce sont de gros chiens, alors soyez pru­dent si vous avez de jeunes enfants autour de vous.
  • Le labra­dor a été élevé pour travailler.
  • Ces chiots s’é­pa­nouissent le mieux dans un foyer actif où ils font beau­coup d’exercice.
  • Les labra­dors sont des chiens de chasse et de sport parfaits.
  • Les labra­dors adorent man­ger. La régu­la­tion de l’a­li­men­ta­tion est impor­tante pour évi­ter la prise de poids.
  • Les Labradors ont un double pelage qui les garde au chaud par temps froid.
  • C’est une race très sociale qui a besoin d’être près de sa famille.
  • Les Labradors devraient être des chiens d’in­té­rieur, pas des chiens d’extérieur.
  • Comparés à d’autres races comme le Husky, ces chiots sont affectueux.

Le labra­dor retrie­ver est donc le chien de famille idéal si vous avez une grande mai­son avec un jar­din et si vous et votre famille appré­ciez un mode de vie actif et en plein air. Un labra­dor bien socia­lisé s’ins­tal­lera volon­tiers dans un envi­ron­ne­ment fami­lial animé, avec d’autres ani­maux de compagnie.

Achat d’un chiot labrador

Coût des chiots de race pure

Le prix que vous paie­rez pour un chiot labra­dor retrie­ver dépend de plu­sieurs fac­teurs, notam­ment du sexe du chiot et des “dis­tinc­tions” obte­nues par les parents ou les grands-​parents du chiot. 

Le “prix inter­na­tio­nal” sou­vent pra­ti­qué pour un chiot labra­dor élevé dans de bonnes condi­tions est de l’ordre de 800 à 2 000 dol­lars. En France, il est de l’ordre de 1 000 €. 

Le chiot que vous ache­tez doit être accom­pa­gné d’un cer­ti­fi­cat de “test de com­por­te­ment”, d’un cer­ti­fi­cat du vété­ri­naire et des cer­ti­fi­cats de santé des parents du chiot (Risques de mala­dies géné­tiques). Le chiot doit éga­le­ment avoir été ver­mi­fugé et avoir com­mencé sa série de vaccins.

Usines à chiots

Le prix pro­posé pour un chiot labra­dor peut aussi être très infé­rieur. Si ce prix est déri­soire, il pro­vient pro­ba­ble­ment d’un éle­veur non pro­fes­sion­nel “d’ar­rière court” ou d’une usine à chiots. 

Évitez les usines à chiots où ils sont éle­vés échelle indus­trielle. Peu d’at­ten­tion ne leur est accordé, le côté sani­taire sou­vent ignoré et les condi­tions de déten­tion des chiens repro­duc­teurs sont géné­ra­le­ment très mau­vaises. Ce qui aura très cer­tai­ne­ment une inci­dence sur le reste de sa vie, en par­ti­cu­lier son comportement.

Nombreux sont les chiots avec des défauts de santé ou qui tombent malades à cause de l’en­vi­ron­ne­ment insa­lubre dans lequel ils sont nés.

Trouver un labrador retriever dans un refuges 

Vous devez faire preuve de pru­dence lorsque vous pre­nez un chien dans un refuge. 

Bien sou­vent, un refuge ou un centre de secours ne dis­pose pas de l’his­to­rique com­plet de ses chiens. Ainsi, le labra­dor que vous envi­sa­gez d’a­dop­ter comme ani­mal de com­pa­gnie pour­rait avoir un passé mou­ve­menté, une mau­vaise santé et même des pro­blèmes de caractère. 

De nos jours, cer­tains refuges recon­naissent les pré­oc­cu­pa­tions des can­di­dats à l’a­dop­tion et offrent aux pro­prié­taires poten­tiels la pos­si­bi­lité de prendre un chien à l’es­sai pen­dant un mois environ. 

Labradors croisés populaires

En rai­son de leur nature atta­chante, les labra­dors ont depuis long­temps attiré l’in­té­rêt des éle­veurs spé­cia­li­sés dans le croi­se­ment des races de chiens popu­laires. Ces éle­veurs recherchent des “carac­té­ris­tiques ciblées” pour le chiot qui va naitre par le mixage de 2 races spé­ci­fiques par­ti­cu­lières. Les anglo-​saxons appellent ces chiens “pla­ni­fiées”(1) des “desi­gner dogs”. 

Voici une liste non exhaus­tive de quelques chiens croi­sés avec des labra­dors “de race”(2). Le Labrador Retriever(3) est la race “pivot” des croi­se­ments notés ci-dessous :

  1. Les Pitbulls et les Labs s’as­so­cient pour don­ner des Labrabulls
  2. Les Corgis et les Labs s’as­so­cient pour don­ner des Corgidors.
  3. Les ber­gers alle­mands et les Labs s’as­so­cient pour don­ner les Shepradors. Pour en savoir voir notre article en cli­quant sur Le Sheprador Berger Allemand croisé Labrador.
  4. Les Blue Heelers et les Labs s’as­so­cient pour don­ner des Labraheelers
  5. Les hus­kies sibé­riens et les Labs se com­binent pour don­ner des Huskadors.
  6. Mélangé avec un Beagle pour créer le Beagador
  7. Le Mini Labradoodle
  8. Le mélange teckel-labrador
  9. Aussiedor
  10. Border-​Collie et Labs pour obte­nir le Borador
  11. Boxador
  12. Pyrador
  13. Mastadors

Réflexions finales

Si vous recher­chez un chien de nature ami­cale et affec­tueuse qui s’en­ten­dra par­fai­te­ment avec vos enfants, les autres chiens et le chat de la famille, le labra­dor, sociable et extra­verti, pour­rait être le choix idéal pour vous.

Les labra­dors ont besoin de beau­coup d’exer­cice et par­ti­ci­pe­ront volon­tiers à des sports canins tels que la plon­gée et les cours d’o­béis­sance. Et si vous aimez le tir, un labra­dor sera le com­pa­gnon idéal de vos expé­di­tions de chasse.

Les labra­dors perdent plus de poils que la moyenne, ce qui fait qu’un de ces chiens n’est pas un bon choix pour un foyer qui souffre d’al­ler­gies. Et vous devrez consa­crer beau­coup de temps au toi­let­tage de votre labrador.

Enfin, ne pas oublier que la race des Labrador Retriever est très sen­sible à plu­sieurs mala­dies géné­tiques. Il faut donc être très pru­dent et véri­fier les docu­ments offi­ciels des 2 lignées fami­liales des parents.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *