MON CHIEN TOUSSE DE LA GRIPPE : doit-​on vacciner ?

Mon chien tousse de la grippe ? C’est au Canada que l’on en reparle début 2018, suite à une impor­ta­tion de 2 chiens de Corée du Sud et qui en plus ont tran­si­tés par les Etats Unis. La grippe du chien voyage bien. Quand sera-​t-​elle en Europe ?
Les virus grip­paux canins ne sont étu­diés que depuis quelques années, depuis leur loca­li­sa­tion aux Etats Unis en 2004, puis 2005, 2006 et 2007, à l’oc­ca­sion de courses de lévriers qui se sont mutuel­le­ment conta­mi­nés.
Mais il ne faut pas être effrayé des risques qui entourent la grippe canine. Nous fai­sons ci-​dessous le point sur le sujet.

Chien qui tousse : quels sont les symptômes de la grippe ?

grippe canine
Lévrier By AngMoKio via Wikimedia Commons

Le chien peut tous­ser en de nom­breuses occa­sions, sans que ce soit la grippe. Si c’est la grippe, il s’a­gira d’une toux sèche comme pour la toux de che­nil(1), avec en plus de la fièvre, c’est à dire :

  • Éternuements
  • Toux sèche
  • Léthargie
  • Perte d’ap­pé­tit
  • Agitation
  • Larmoiement des yeux
  • Nez qui coule
  • Fièvre : c’est le symp­tôme qui dif­fé­ren­cie la grippe de la toux de che­nil.

La pre­mière iden­ti­fi­ca­tion du virus de la grippe en 2004 était le H3N8, puis dans les cas sui­vants, il s’a­gis­sait du H3N2 qui est un virus mutant du H3N8, lui même issu du A H3N8 de la grippe du che­val. Cela veut peut être signi­fier que ce virus est assez agile pour s’at­ta­quer à d’autres espèces et des études de suivi sont en cours.

(1) Voir notre article “Toux du che­nil, symp­tômes, risques, trai­te­ments

Mon chien tousse : quels sont les risques ?

Tout d’a­bord, il faut noter qu’il n’y a pas de cas de grippe du chien signalé en Europe au début de 2018. Mais cela peut arri­ver à tout moment.
Par ailleurs, l’exemple amé­ri­cain montre que le nombre de chiens malades est rela­ti­ve­ment faible : d’a­près Animal Health Diagnostic Center at Cornell University, entre 2015 et fin 2017, seule­ment 2434 cas de mala­die par le virus H3N2 ont été consta­tés. Comme la popu­la­tion canine amé­ri­caine est de 90 mil­lions, cela fait seule­ment 0,0027044 % des chiens qui ont attrapé la grippe du chien. La grippe canine n’est pas un pro­blème grave.

Toutefois, comme tou­jours, la mala­die peut le deve­nir pour les chiots, les chiens fra­giles ou vieillis­sants ou ceux ayant un sys­tème immu­ni­taire affai­bli.
Ces chiens sont aussi plus sus­cep­tibles de déve­lop­per des infec­tions bac­té­riennes secon­daires et les com­pli­ca­tions asso­ciées, après avoir attrapé la grippe canine.

Habituellement, les vété­ri­naires uti­lisent des anti­bio­tiques pour trai­ter et pré­ve­nir les infec­tions bac­té­riennes secon­daires. Mais ce n’est pas la solu­tion, car cela ne traite pas le pro­blème de fond de la santé des chiens fra­giles.

En juin 2009, le pre­mier vac­cin contre la grippe de chien a été approuvé par l’United States Department of Agriculture (USDA) et le Health Inspection Service (APHIS).
Enfin, actuel­le­ment, il n’y a aucune docu­men­ta­tion mon­trant la pos­si­bi­lité de ce virus du chien pas­sant à l’homme.

Note
Les anti­bio­tiques n’au­ront aucun effet sur le virus de la grippe puis­qu’il s’a­git d’un virus – à l’in­verse de ce qui se passe avec les bac­té­ries. 

Vaccination contre la grippe du chien : est ce bien raisonnable ?

Aux Etats Unis, avec l’ap­pa­ri­tion de ce vac­cin, c’est un nou­veau mar­ché (1) qui s’ouvre pour les vété­ri­naires et les fabri­cants de vac­cins. Avant que cette “mode” n’at­teigne la France, vous devez en savoir plus à ce sujet.

Le vac­cin de grippe canine est fait d’an­ti­gène “tués”. C’est pro­ba­ble­ment le pire parmi les 3 espèces de vac­cins (Vaccins inac­ti­vés, Vaccins atté­nués, Vaccins recom­bi­nants à vec­teur viral vivant) dis­po­nibles pour les chiens (C’est aussi ce genre d’an­ti­gènes uti­lisé pour les vac­cins contre la rage, la lep­to­spi­rose et la mala­die de Lyme). Ces types de vac­cins apportent des réac­tions secon­daires sérieuses, telles qu’al­ler­gies ou même mort.

Mais comme ces effets secon­daires n’ont pas lieu sys­té­ma­ti­que­ment et immé­dia­te­ment après l’in­jec­tion, ils ne sont pas ou peu sou­vent réper­to­riés – ce qui est très pra­tique pour les vété­ri­naires et les fabri­cants de vac­cins, de ne pas s’oc­cu­per de ce pro­blème.

Les défen­seurs de ces vac­cins avancent qu’ils sont plus sûrs puisque le virus injecté est tué. Mais ils oublient de dire qu’ils sont tel­le­ment sûrs que “l’ac­ti­va­tion” du sys­tème immu­ni­taire du chien par le seul virus est peu impor­tante (Ou inexis­tante). D’où les adju­vants ajou­tés dans la piqûre afin de les “boos­ter” et aussi pour qu’ils “res­tent” plus long­temps actifs dans l’or­ga­nisme. Et devi­nez ce que sont en géné­ral ces adju­vants :

  • Aluminium qui est main­te­nant reconnu comme une neu­ro­toxine (Cerveau et sys­tème ner­veux)
  • Formaldehyde qui est un pré­ser­va­teur de per­sonnes décé­dées mais aussi un can­cé­ri­gène
  • Thimerosal qui est un addi­tif à base de mer­cure pour pré­ser­ver le vac­cin. Le pro­blème est qu’il entraîne la mort des cel­lules des tis­sus et pro­voque des désordres neu­ro­lo­giques. Il est par­ti­cu­liè­re­ment toxique lorsque uti­lisé en com­bi­nai­son avec le mer­cure
  • Phénol qui est aussi un pré­ser­va­teur uti­lisé dans les vac­cins. C’est un poi­son cor­ro­sif qui pro­vient du gou­dron
  • Tissus ani­mal où sont culti­vés ces micro-​organismes que sont les vac­cins. Ces tis­sus se retrouvent dans le flot san­guin ou les glo­bules blancs doivent les com­battre au lieu de s’oc­cu­per des sub­stances étran­gères dan­ge­reuses.

Le vac­cin contre la grippe du chien sur la base d’un vac­cin tué n’a pas vrai­ment apporté de résul­tats clairs. Il faut dire qu’il est rela­ti­ve­ment récent et que les épi­dé­mies de grippe canine sont rares.
C’est donc prendre un risque inutile (Effets secon­daires à moyen et long terme) si vous accep­tez la pro­po­si­tion pro­bable de vac­ci­na­tion que vous fera un de ces hivers à venir, votre vété­ri­naire. Ce qui se fait aux Etats Unis (Le posi­tif comme le néga­tif) prend 4 à 10 ans pour tra­ver­ser l’Atlantique. Donc c’est pour bien­tôt en Europe !

(1) Pour mieux sai­sir les inté­rêts éco­no­miques liés à la vac­ci­na­tion, cli­quez sur “RISQUES DE VACCINATION : ce que votre vété­ri­naire vous cache”.


Vaccins : béné­fiques ou dan­ge­reux pour votre chien ?

Injection

Recevez gra­tui­te­ment nos recom­man­da­tions sur les vac­cins dans ce dos­sier com­plet sur un sujet explo­sif.

Profitez-​en avant qu’il ne soit retiré ! 


En télé­char­geant ce livret, vous serez auto­ma­ti­que­ment abonné à notre lettre d’in­for­ma­tion sur la santé du chien. Vous pour­rez vous désa­bon­ner faci­le­ment et quand vous le dési­rez. Votre email sera en sécu­rité et ne sera ni vendu ni échangé.


Mon chien tousse : comment se propage la grippe ?

Rappel
les anti­bio­tiques ne servent à rien contre la grippe puisque c’est un virus, pas une bac­té­rie !

Cependant comme le virus est aéro­porté, il se trans­met par la toux ou les éter­nue­ments le plus sou­vent.
Ce virus conta­gieux peut éga­le­ment se pro­pa­ger par contact direct avec la sécré­tion nasale du chien infecté. Cela veut dire qu’en cas d’é­pi­dé­mie, les pro­prié­taires d’animaux devraient prendre toutes les mesures pos­sibles pour gar­der leur chien loin des chiens pré­sen­tant des symp­tômes de la grippe.
Mais seule­ment en cas d’é­pi­dé­mie, nous n’en sommes pas la ! Toutefois, si votre chien tousse et attrape cette grippe canine, voilà ce qu’il faut faire.

Comment traiter autrement la grippe du chien

Viande barf - Petit chien avec gros appétit
Bon appé­tit !

Comme avec les humains, la mala­die dure envi­ron une semaine, sans rien faire. Mais il faut sou­vent 2 à 3 semaines pour retrou­ver une bonne forme.
Il faut donc sim­ple­ment sou­la­ger votre chien pen­dant cette période. Et voici les meilleurs choses à faire pour son confort et lui faire tra­ver­ser plus faci­le­ment cette période un peu dif­fi­cile.

  1. S’assurer qu’il mange et boit. C’est impor­tant pour évi­ter la déshy­dra­ta­tion
  2. Prendre un soin par­ti­cu­lier de sa nour­ri­ture. Elle doit être fraîche et cru, ce qui lui appor­tera vita­mines et nutri­ments. Penser à de la vita­mine C et au bouillon de poule avec des nouilles.
  3. Ajouter des com­plé­ments natu­rels de plantes : Curcuma : 14 de cuillère à café par 5 kg de poids du chien. Curcuma est pris plus faci­le­ment lorsque mélangé avec de l’huile de coco et du poivre noir.
  4. Il a besoin de beau­coup de repos. Des efforts peuvent le faire tous­ser inten­sé­ment, ce qu’il faut évi­ter
  5. Nettoyer. Le virus peut sur­vivre 48 heures sur les sur­faces, 24 h sur les vête­ments et 12 h sur les mains. Utilisez du vinaigre blanc qui tue bac­té­ries et germes de toutes sortes. Ensuite rin­cez
  6. Donner à votre chien des remèdes homéo­pa­thiques : Phosphorus 30C
    • Employer la méthode à l’eau en dis­sol­vant 3 gra­nules de Phosphorus 30C dans 120 ml d’eau pure
    • Utiliser une seringue ou un compte gouttes pour admi­nistre 1 cm³ du mélange dans la bouche 3 fois à 12 heures d’in­ter­valle entre prises (Au cou­cher, au lever et à nou­veau au cou­cher). Ne pas conti­nuer.
    • Noter toute amé­lio­ra­tion ou chan­ge­ment des symp­tômes au cours du jour sui­vant
    • S’il y a amé­lio­ra­tion, ne pas lui redon­ner le mélange pré­paré
    • Si l’a­mé­lio­ra­tion stop ou s’il y a rechute, admi­nis­trer une seule dose et obser­ver 6 à 12 heures ou plus
    • Aussi long­temps qu’il y a amé­lio­ra­tion, moins de toux, il n’y a pas de besoin d’ad­mi­nis­trer une autre dose de la pré­pa­ra­tion.

Notez qu’en lais­sant la nature faire son tra­vail, votre chien construira ses propres défenses immu­ni­taires contre la grippe qu’il vient d’at­tra­per. Il se gué­rira lui même et créera assez d’an­ti­corps pour se pré­mu­nir contre les épi­dé­mies pos­sibles du futur.
Bien sûr, pen­dant sa mala­die, ne pas lais­ser votre chien fré­quen­ter ses congé­nères afin d’é­vi­ter la pro­pa­ga­tion du virus.
Enfin, der­nière recom­man­da­tion : 3 ou 4 fois dans l’an­née, don­nez donc en pré­ven­tion, des plantes pour sti­mu­ler les défenses immu­ni­taires de votre chien. C’est la meilleure façon de conser­ver votre chien en forme (Voir notre article à venir sur Simuler les défenses immu­ni­taires de votre chien – Si vous dési­rez en être averti(e), rem­plis­sez notre cou­pon d’a­bon­ne­ment à nos lettres et indi­quez le – Merci)

Bibliographie
Journal de Montréal (http://www.journaldemontreal.com/2018/01/13/grippe-canine-cinq-chiens-ontariens-infectes-par-deux-chiens-amenes-de-la-coree)
Wikipedia et grippe canine (https://fr.wikipedia.org/wiki/Grippe_canine)
Radio Canada ( http://ici.radio-canada.ca/nouvelle/1077139/grippe-canine-h3n2-lchien-importation-windsor-essex)
Natural Heath for dogs and cats – Dr Pitcairn – Rodale Editions
Herbal dog care – Dr Kidd – Storey Publishing – www.storey.com
Le Manuel Vétérinaire Merck – 3ème edi­tion fran­çaise
Dogs Naturally Magazine (www.dogsnaturallymagazine.com/)

Conseils vété­ri­naires et régle­men­ta­tion
Les valeurs et conseils que vous pour­rez trou­ver sur ce site sont pure­ment infor­ma­tifs. Ils peuvent par ailleurs éven­tuel­le­ment se retrou­ver dans la lit­té­ra­ture spé­cia­li­sée. En aucun cas, les infor­ma­tions don­nées sur notre site ne consti­tuent une pres­crip­tion de trai­te­ment ou une allé­ga­tion. Ils ne peuvent pas se sub­sti­tuer à l’avis de votre vété­ri­naire ou du thé­ra­peute de votre chien. Seul votre vété­ri­naire peut poser un diag­nos­tic pré­cis et recom­man­der l’utilisation d’un pro­duit. Si tel n’est pas le cas, nous ne sau­rions être tenus pour res­pon­sables d’une prise inadap­tée des pro­duits pré­sen­tés ou cités.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

consequat. Aenean et, ut ut mi, quis, accumsan