sang-urine-chien-couleur-urine

Sang dans l’urine de votre chien ? A faire immédiatement

La pré­sence de sang dans l’u­rine de votre chien peut vous faire peur, et c’est com­pré­hen­sible ! Mais avant de vous inquié­ter outre mesure, il y a deux choses que vous devez savoir :

  • Il existe de nom­breuses rai­sons pour les­quelles votre chien peut avoir du sang dans les urines. Et les rai­sons les plus cou­rantes ne sont pas des situa­tions d’ur­gence et sont très faciles à traiter.
  • Il existe éga­le­ment de nom­breux moyens pour les vété­ri­naires de diag­nos­ti­quer et de trai­ter ces pro­blèmes. Mais cer­taines de ces options peuvent faire plus de mal que de bien.

Les rai­sons pour les­quelles vous pou­vez trou­ver du sang dans l’u­rine de votre chien sont décrites ci-​dessous. Mais notre liste n’est pas exhaus­tive. Vous décou­vri­rez éga­le­ment cer­tains des outils de diag­nos­tic uti­li­sés par les vété­ri­naires… et ceux que vous devriez éviter.

Signes de présence de sang dans l’urine de votre chien

sang-couleur-urine-fonction-composants

Lorsque il y a du sang dans les urines du chien, elles ont un aspect ambré, orange, rouge ou brun. Il n’est pas tou­jours facile de voir un chan­ge­ment de cou­leur, à moins que votre chien n’u­rine sur un objet de cou­leur claire comme la neige… ou un tapis. Si vous pen­sez voir une déco­lo­ra­tion, pla­cez une ser­viette en papier ou un tissu blanc sous votre chien la pro­chaine fois qu’il urinera.

Si vous voyez du sang dans l’u­rine de votre chien, voici quelques-​unes des rai­sons les plus courantes.

Infection des voies urinaires (IVU)

L’infection uri­naire est l’une des rai­sons les plus cou­rantes de la pré­sence de sang dans l’u­rine de votre chien. La plu­part des gens pensent que les infec­tions bac­té­riennes sont à l’o­ri­gine des infec­tions uri­naires. Mais dans la plu­part des cas, il s’a­git en fait d’une inflam­ma­tion. C’est pour­quoi de nom­breux vété­ri­naires holis­tiques parlent d’inflam­ma­tion des voies uri­naires plu­tôt que d’infection.

Cliquez sur “Infections uri­naires du chien, inflam­ma­tions, diag­nos­tics, ana­lyse” pour en savoir plus sur ce sujet.

Autres signes d’infection urinaire

  • Urine trouble
  • Effort ou gémis­se­ment en fai­sant pipi
  • Accidents dans la maison
  • Besoin de sor­tir plus souvent
  • Léchage des par­ties génitales
  • Agitation
  • Réveil pen­dant la nuit pour sortir
  • Fièvre

Si votre chien a déjà eu des infec­tions uri­naires par le passé, il est plus sus­cep­tible d’en avoir une autre dans le futur. Si c’est la pre­mière fois qu’il pré­sente ces symp­tômes, vous pou­vez en par­ler à votre vété­ri­naire holis­tique. Vous pou­vez éga­le­ment contac­ter votre vété­ri­naire si votre chien a déjà eu des infec­tions uri­naires mais que c’est la pre­mière fois que vous voyez des urines sanglantes.

Le trai­te­ment clas­sique des infec­tions uri­naires est l’ad­mi­nis­tra­tion d’an­ti­bio­tiques. Mais les anti­bio­tiques peuvent avoir des effets dévas­ta­teurs sur votre chien. En effet, ils ne se contentent pas de tuer la bac­té­rie res­pon­sable de l’in­fec­tion uri­naire (en sup­po­sant qu’il s’a­gisse réel­le­ment d’une infec­tion). Ils endom­magent éga­le­ment les bac­té­ries béné­fiques dans l’in­tes­tin de votre chien – et pour toujours.

La sur­con­som­ma­tion d’an­ti­bio­tiques crée des bac­té­ries résis­tantes aux anti­bio­tiques. Il s’a­git d’une menace mon­diale qui a conduit à des mala­dies comme le SARM, extrê­me­ment dif­fi­cile à trai­ter (1).

Les anti­bio­tiques ne résou­dront donc pas for­cé­ment l’in­fec­tion uri­naire de votre chien, sur­tout s’il ne s’a­git pas d’une infec­tion bac­té­rienne, mais d’une inflam­ma­tion, comme c’est sou­vent le cas. Les anti­bio­tiques peuvent donc appor­ter un sou­la­ge­ment tem­po­raire en sup­pri­mant les symp­tômes, mais ils ne traitent pas la cause pro­fonde. C’est pour­quoi de nom­breux chiens qui ont eu une infec­tion uri­naire une fois conti­nue­ront à en avoir plus tard.

Heureusement, il existe de nom­breuses solu­tions natu­relles qui peuvent vous aider à sou­la­ger les infec­tions uri­naires de votre chien. Et elles peuvent le faire sans détruire les bac­té­ries béné­fiques et sans créer de résis­tance. Nous vous recom­man­dons notre article “Infections uri­naires : 9 remèdes mai­son pour le chien”.

Sang dans l’urine en cas d’empoisonnement

Une autre cause fré­quente de sang dans l’u­rine du chien est l’empoisonnement. Il existe de nom­breuses sub­stances dif­fé­rentes qui peuvent pro­vo­quer un empoi­son­ne­ment acci­den­tel chez le chien. L’antigel est une sub­stance cou­rante. Mais le poi­son le plus habi­tuel à l’o­ri­gine de la pré­sence de sang dans l’u­rine est le roden­ti­cide, c’est-​à-​dire la mort aux rats(2).

Les roden­ti­cides agissent en empê­chant le sang de coa­gu­ler chez les sou­ris, les rats et autres ani­maux nui­sibles. Comme le poi­son empêche la coa­gu­la­tion du sang, les nui­sibles font une hémor­ra­gie et se vident de leur sang. Si votre chien avale du roden­ti­cide (ou mange un ani­mal qui en a mangé), il y aura du sang dans son urine.

Autres signes d’empoisonnement au rodenticide

  • Léthargie
  • Toux (avec par­fois du sang)
  • Intolérance à l’effort
  • Difficulté à respirer
  • Gencives pâles
  • Pouls faible
  • Gonflement des articulations
  • Vomissements (avec ou sans sang)
  • Selles fon­cées et sanglantes

Un empoi­son­ne­ment est une urgence. Si votre chien a ingéré du roden­ti­cide ou un autre poi­son et pré­sente ces symp­tômes, contac­tez immé­dia­te­ment votre vétérinaire.

Votre vété­ri­naire éta­blira un diag­nos­tic sur la base des infor­ma­tions que vous lui four­ni­rez. Si vous savez que votre chien a mangé quelque chose de toxique, votre vété­ri­naire com­men­cera immé­dia­te­ment le trai­te­ment. Si vous ne savez pas ce qui ne va pas mais que le vété­ri­naire pense qu’il pour­rait s’a­gir d’un empoi­son­ne­ment, il peut effec­tuer des tests.

Le traitement de l’empoisonnement par les rodenticides peut inclure

  • du char­bon actif pour pro­vo­quer des vomis­se­ments et l’ab­sorp­tion du poison
  • une sup­plé­men­ta­tion en vita­mine K1 (les médi­ca­ments en vente libre et les ali­ments com­plets peuvent ne pas suffire)
  • des fluides intra­vei­neux (IV) pour amé­lio­rer les niveaux d’élec­tro­lytes, de cal­cium et de phosphore
  • des trans­fu­sions de sang ou de pla­quettes pour faci­li­ter la coagulation.
  • des ché­la­teurs de phos­phate – pour réduire l’ab­sorp­tion de phos­phate pro­ve­nant du rodenticide.

Vous ne devez pas essayer de gérer les empoi­son­ne­ments à la mai­son. Les dif­fé­rents poi­sons néces­sitent des trai­te­ments dif­fé­rents, sui­vez donc les conseils de votre vétérinaire.

Calculs dans les voies urinaires et sang dans l’urine

Les cal­culs sont éga­le­ment l’une des causes les plus fré­quentes d’u­rine san­glante, en par­ti­cu­lier chez les chiens femelles. Certaines races sont éga­le­ment pré­dis­po­sées aux cal­culs que d’autres. C’est le cas des Dalmatiens, des Shih Tzus, des Schnauzers minia­tures et des Yorkshire Terriers.

Si votre chien a des cal­culs, il pré­sen­tera pro­ba­ble­ment d’autres symp­tômes que du sang dans les urines. Ceux-​ci varient en fonc­tion de la loca­li­sa­tion des cal­culs dans les voies urinaires.

Signes de calculs de la vésicule

  • Effort pour uriner
  • Petits pipis fréquents
  • Malaise abdo­mi­nal
  • Accidents

Signes de calculs dans l’urètre

  • Gouttelettes d’u­rine
  • Effort pour uriner
  • Essai d’u­ri­ner mais rien ne sort

Signes de calculs urétraux spécifiques aux femelles

  • Malaise abdo­mi­nal
  • Diminution de l’appétit
  • Léthargie
  • Vomissements

Signes de calculs rénaux

  • Fièvre
  • Malaise abdo­mi­nal
  • Douleur rénale
  • Présence de sang dans l’u­rine (héma­tu­rie)
  • Modification de la pro­duc­tion d’u­rine (aug­men­ta­tion ou diminution)
  • Léthargie
  • Manque d’ap­pé­tit
  • Vomissements
  • Perte de poids

Si votre vété­ri­naire soup­çonne la pré­sence de cal­culs, il peut effec­tuer des tests pour déter­mi­ner le type de cal­cul et sa loca­li­sa­tion. Une fois que votre vété­ri­naire aura loca­lisé le cal­cul et confirmé son type, il vous pro­po­sera des options de trai­te­ment. Cela peut inclure 

  • des régimes ali­men­taires sur ordon­nance pauvres en pro­téines et en magnésium
  • des anti­bio­tiques
  • une inter­ven­tion chirurgicale
  • d’autres pro­cé­dures non chi­rur­gi­cales, comme l’u­ti­li­sa­tion d’un cathé­ter et d’un liquide pour éva­cuer les calculs.

Mais ce ne sont pas les meilleurs choix pour votre chien. Souvent l’a­dap­ta­tion des régimes ali­men­taires et les remèdes natu­rels qui per­mettent de trai­ter dif­fé­rents types de cal­culs. Nous allons bien­tôt publier un article sur les trai­te­ments natu­rels des cal­culs de la ves­sie (en cours de rédaction).

Maladie rénale et sang dans l’urine (insuffisance rénale)

Les mala­dies rénales sont de plus en plus fré­quentes chez les chiens. Elles sont plus sou­vent obser­vées chez les chiens âgés, mais peuvent aussi tou­cher des ani­maux plus jeunes. Il existe deux types de mala­dies rénales :

  • L’insuffisance rénale aiguë, qui peut être poten­tiel­le­ment mor­telle et que vous devez donc trai­ter immé­dia­te­ment. Ce type d’in­suf­fi­sance rénale est géné­ra­le­ment causé par une accu­mu­la­tion de déchets et de toxines.
  • La mala­die rénale chro­nique, qui est la perte pro­gres­sive de la fonc­tion rénale. Elle est liée à une infec­tion, au régime ali­men­taire, aux vac­cins et aux cal­culs rénaux, ainsi qu’à d’autres fac­teurs. Un dépis­tage pré­coce est essen­tiel pour limi­ter les dom­mages et pré­ser­ver la qua­lité de vie. Un com­plé­ment adapté et effi­cace est le “Renal-​Phyt” de Tout pour Chien Chat.

Autres signes de mala­die rénale

  • Vomissements
  • Léthargie
  • Perte d’ap­pé­tit
  • Absence d’u­rine lors de la miction
  • Augmentation de la consom­ma­tion d’eau et de la miction
  • Peau et pelage secs ou squameux
  • Mauvaise haleine
  • Anorexie
  • Nausées
  • Perte de poids
  • Yeux enfon­cés

Les trai­te­ments conven­tion­nels dépen­dront du stade de la mala­die de votre chien. Aux stades avan­cés, les reins peuvent être endom­ma­gés au-​delà de toute répa­ra­tion. Mais les cal­culs sont détec­tés suf­fi­sam­ment tôt, les vété­ri­naires conven­tion­nels ont quelques solu­tions. L’une d’elles consiste à pres­crire des régimes ali­men­taires.

Mais les vété­ri­naires holis­tiques(a) ne recom­mandent pas ces régimes pauvres en pro­téines. Selon eux, ce dont votre chien a besoin, ce n’est pas d’un régime pauvre en pro­téines, mais d’un régime de haute qua­lité adapté à son espèce, conte­nant des pro­téines faci­le­ment diges­tibles et d’autres ali­ments qui favo­risent la santé des reins. 

Il est donc pré­fé­rable de tra­vailler avec un vété­ri­naire holis­tique qui vous aidera à trou­ver le meilleur régime pour votre chien souf­frant de pro­blèmes rénaux. La plu­part des causes les plus cou­rantes d’u­rine san­glante ont en effet des alter­na­tives naturelles.

Problèmes de prostate chez les chiens mâles

La pré­sence de sang dans l’u­rine de votre chien mâle peut éga­le­ment être le signe de pro­blèmes de pros­tate. Selon l’u­ni­ver­sité d’État de l’Oklahoma, 50 % des mâles intacts souf­fri­ront d’hy­per­pla­sie bénigne de la pros­tate (HBP) avant l’âge de 4 ans. L’HBP est le pro­blème de pros­tate le plus cou­rant, mais il existe de nom­breuses mala­dies de la pros­tate sus­cep­tibles de pro­vo­quer des urines sanglantes.

Autres signes de pro­blèmes de prostate

  • Miction pro­lon­gée
  • Production d’un mince jet d’u­rine (en rai­son d’une obstruction)
  • Difficulté à aller à la selle
  • Effort pour uri­ner et déféquer

Comme il existe de nom­breuses mala­dies pros­ta­tiques dif­fé­rentes, les options de trai­te­ment varient, mais il existe des options natu­relles. Ainsi, quel que soit le diag­nos­tic, assurez-​vous de faire vos recherches avant de vous enga­ger dans un trai­te­ment conventionnel.

Ce sont là 5 des rai­sons les plus cou­rantes pour les­quelles votre chien a du sang dans les urines. Mais il y en a d’autres dont vous devez tenir compte.

Autres causes possibles de sang dans les urines de votre chien

Certaines autres rai­sons pour les­quelles votre chien peut avoir des urines san­glantes sont plus évi­dentes. Il s’a­git notam­ment de :

Estrus

Lorsque votre chienne est en cha­leur, elle peut don­ner l’im­pres­sion d’a­voir du sang dans ses urines. Si vous n’a­vez pas sté­ri­lisé votre chienne, que sa vulve est gon­flée et qu’elle laisse des gouttes lors­qu’elle s’as­soit, elle est pro­ba­ble­ment en chaleur.

Chirurgie récente

Si votre chien a subi une inter­ven­tion chi­rur­gi­cale près des voies uri­naires, une irri­ta­tion et une inflam­ma­tion peuvent entraî­ner de légers sai­gne­ments. Consultez votre vété­ri­naire pour savoir s’il y a lieu de s’inquiéter.

Traumatisme

Si votre chien a subi un trau­ma­tisme, cela peut entraî­ner des sai­gne­ments uri­naires. Certains trau­ma­tismes (comme un choc avec une voi­ture) néces­sitent une visite aux urgences avant que les symp­tômes ne se mani­festent. Dans d’autres situa­tions, vous pou­vez ne pas l’emmener chez le vété­ri­naire si vous ne remar­quez aucun dom­mage physique.

Si votre chien pré­sente un trau­ma­tisme phy­sique suivi d’u­rines san­glantes, contac­tez votre vété­ri­naire. Il pour­rait avoir une hémor­ra­gie interne.

Autres signes de trau­ma­tisme physique

  • Faiblesse
  • Difficulté à respirer
  • Gencives pâles
  • Abdomen dis­tendu
  • Effondrement
  • Vomissements
  • Perte d’ap­pé­tit

Il existe quelques autres rai­sons pour les­quelles les chiens ont du sang dans les urines. Elles sont moins évi­dentes mais très graves et heu­reu­se­ment beau­coup plus rares.

Cancer et sang dans l’urine

Le can­cer des voies uri­naires est rare chez le chien. Le type le plus cou­rant de can­cer des voies uri­naires est le car­ci­nome à cel­lules tran­si­tion­nelles (CCT). Il repré­sente moins de 1 % des can­cers chez le chien. Il existe éga­le­ment des races pré­dis­po­sées au can­cer des voies urinaires …

  • West Highland White Terriers
  • Terriers écos­sais
  • Chiens de ber­ger des Shetland
  • Beagles

Autres signes pou­vant indi­quer un cancer

  • Perte de poids
  • Perte d’ap­pé­tit
  • Dépression
  • Fièvre
  • Douleurs abdo­mi­nales
  • Vomissements
  • Léthargie
  • Gonflement de l’abdomen
  • Augmentation du besoin d’u­ri­ner et de boire
  • Difficulté à uriner
  • Miction fré­quente pen­dant la journée
  • Mictions dou­lou­reuses
  • Miction fré­quente avec peu d’urine
  • Infections bac­té­riennes secon­daires intraitables
  • Incontinence

Mais n’ou­bliez pas que le can­cer est une cause beau­coup plus impro­bable de sai­gne­ment des urines que les autres pro­blèmes des voies urinaires.

Troubles de la coagulation et présence de sang dans l’urine

Lorsque votre chien se blesse et com­mence à sai­gner, ses vais­seaux san­guins se rétré­cissent pour ralen­tir l’é­cou­le­ment du sang. Cela per­met au sang de coa­gu­ler, ce qui pro­tège la bles­sure et limite la perte de sang.

Mais par­fois, le sang de votre chien pré­sente un pro­blème qui empêche la coa­gu­la­tion. Il peut s’a­gir d’un fac­teur externe, comme un roden­ti­cide, décrit pré­cé­dem­ment. Dans d’autres cas, l’or­ga­nisme de votre chien peut mal uti­li­ser ou pré­sen­ter une carence en pro­téines qui contri­buent à la coa­gu­la­tion du sang. Certaines mala­dies, comme les mala­dies trans­mises par les tiques, peuvent éga­le­ment affec­ter la capa­cité du sang à coaguler.

Autres signes de troubles de la coagulation

  • Saignement des gencives
  • Taches rouges sur les dents
  • Selles noires
  • Saignements de nez
  • Grosses ecchy­moses
  • Saignement pro­longé après une bles­sure ou une injection

Conclusion : que faire s’il y a du sang dans l’urine de votre chien ?

Si vous voyez du sang dans l’u­rine de votre chien et que celui-​ci n’a pas d’an­té­cé­dents d’in­fec­tion uri­naire ou n’est pas en cha­leur, appe­lez votre vété­ri­naire holistique. 

Sang-dans-urine-chien-échantillon-avec-sang

Si votre vété­ri­naire sou­haite faire venir votre chien, il vou­dra pro­ba­ble­ment pré­le­ver un échan­tillon de son urine pour éta­blir un diag­nos­tic. Si vous le pou­vez, appor­tez un échan­tillon avec vous. Il est pré­fé­rable de prendre un échan­tillon le matin même et de le réfri­gé­rer jus­qu’à l’heure du rendez-vous.

Une fois que vous serez arrivé chez le vété­ri­naire, il éta­blira un diag­nos­tic. En fonc­tion des symp­tômes et des anté­cé­dents médi­caux de votre chien, cela peut signi­fier une série de tests.

(a) La méde­cine holis­tique est une méde­cine de l’individu. En effet, elle prend en compte la tota­lité du corps de l’hu­main ou de l’a­ni­mal (dans le cas d’un vété­ri­naire holis­tique), et non sim­ple­ment les symp­tômes visibles sur le moment liés “conven­tion­nel­le­ment” à une mala­die par­ti­cu­lière. Elle s’intéresse non pas à une mala­die, mais à un patient dans sa glo­ba­lité.
Les méde­cins “holis­tiques” ont fait des études de méde­cins “conven­tion­nels” mais leurs réflexions per­son­nelles les ont conduit à s’in­ter­ro­ger sur la “qua­lité” des diag­nos­tics et l’ef­fi­ca­cité des médi­ca­ments dans le cadre de leurs pro­to­coles d’u­ti­li­sa­tion.
Dans le monde ani­mal, l’é­vo­lu­tion a été paral­lèle. Les vété­ri­naires holis­tiques adoptent éga­le­ment une approche plus natu­relle et non inva­sive de la santé de votre chien. Ces options sont sûres et effi­caces, sans les risques des trai­te­ments conven­tion­nels qui cachent sou­vent tem­po­rai­re­ment l’o­ri­gine réelle qui appa­rai­tra dans le temps, peut être trop tard. 

References

  1. Medina E, Pieper DH. Tack­ling Threats and Future Problems of Multidrug-​Resistant BacteriaCurr Top Microbiol Immunol. 2016;398:3 – 33.
  2. Safdar A Khan DVM MS, PhD, DABVT, Mary Schell DVM, DABVT, DABTRodenticide Poisoning. Merck Veterinary Manual. October 2020.
  3. Wiley C, Wise CF, Breen M. Novel Noninvasive DiagnosticsVet Clin North Am Small Anim Pract. 2019 Sep;49(5):781 – 791. 
  4. Grassinger JM, Aupperle-​Lellbach H, et al. Nachweis der BRAF-​Mutation bei kani­nen Prostataerkrankungen [Detection of BRAF muta­tion in canine pros­ta­tic diseases]. Tierarztl Prax Ausg K Kleintiere Heimtiere. 2019 Oct;47(5):313 – 320. German.
  5. Mochizuki H, Breen M. Comparative Aspects of BRAF Mutations in Canine CancersVet Sci. 2015 Aug 24;2(3):231 – 245. 



Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.