PHYTOTHÉRAPIE CANINE : produits, formes disponibles, préparations

 

Phytothérapie canine et phytothérapie humaine se développent en parallèle. Pour une raison simple en fait : la plupart des produits destinés aux humains peuvent être aussi utilisés pour les chiens (et autres animaux domestiques). Cependant, avec quelques nuances, toujours avec des adaptations fonction de l’espèce, de la race, du poids et de cas particuliers qui existent assez souvent. D’où prudence dans l’utilisation des produits de phytothérapie.

Cette page vous aidera à mieux comprendre ce qu’est la phytothérapie et comment elle peut être utilisée pour les chiens. Ce sont des informations pratiques sur les produits de phytothérapie afin de vous aider à choisir la forme disponible la mieux adaptée à vos besoins et à ceux de votre compagnon. La forme la plus « naturelle » étant bien sûr de semer et cultiver vous-même certaines de ces plantes, même si vous vivez dans un appartement ! Et si cela vous intéresse, cliquez sur « Le jardin des médicinales« .

 

Phytothérapie canine : le grand nombre de formes de produits disponibles

Pour simplifier, nous avons choisi de « classer » les produits de phytothérapie canine comme ci-dessous. Attention cependant : pour des raisons de fabrication pour certaines plantes spécifiques, chaque produit n’est pas disponible dans toutes les formes galéniques (1) possibles.

Les différents produits de phytothérapie canine « en l’état »

  • Plantes en vrac, forme feuille, fleurs, écorces ou racines, afin de préparer des infusions ou décoctions
  • Poudre de plantes, afin de les intégrer dans la nourriture

Les différents produits de phytothérapie canine liquides

  • Teintures (macération des plantes dans de l’alcool)
  • Extraits fluides (EF), en général 5 fois plus concentrés que les teintures, à condition que le terme « extrait fluide » ne soit pas incorrectement employé par le vendeur. Ceci n’est pas simplement un extrait de plante qui est fluide, il a une définition bien particulière (1 g d’extrait fluide correspond à 1 g de plante sèche)
  • Suspension intégrale de plante fraîche (SIPF)
  • Extrait fluide de plante fraîche standardisé (EPS)
  • Les extraits fluides glycérinés miellés (EFGM)

Les produits délivrés de phytothérapie canine sous forme de gélules

  • Les gélules de plante en poudre
  • Les gélules d’extraits secs (ES), 5 à 10 fois plus concentrés qu’une gélule contenant la plante en poudre

Produits spécialisés de phytothérapie canine

  • Les macérats de bourgeons, classés dans la gemmothérapie ou la phytembryothérapie. Ils sont fabriqués à partir des bourgeons de plantes qui ont macéré dans un mélange d’alcool et de glycérine végétale, avec parfois de l’eau.
  • Les huiles essentielles (HE), qui sont obtenues par distillation des plantes aromatiques
  • Les hydrolats (HA) sont les fractions aqueuses obtenues après distillation des huiles essentielles. Appelés aussi « Eaux florales », plus lourdes que les HE (à quelques exceptions près), elles se retrouvent en partie basse du réceptacle de la distillation. Leur intérêt est grandissant (Hydrosolubles, moins concentrés que les UE, mêmes usages que les HE – inconvénient faible durée de conservation)

(1) Forme galénique concerne la préparation (poudre, granulés, etc.), la conservation, la présentation (comprimé, gélulesuppositoire, …) et le type d’absorption (libération prolongée, gastro-résistant, etc.) d’un médicament. 

 

Préparations « nature » de phytothérapie canine  : la tisane

Phytothérapie canine - Tisane

Tisane – Feuilles séchées

La tisane est la forme traditionnelle d’utilisation des plantes. Elle est obtenue en faisant infuser une partie de plante dans de l’eau. Si la partie en question est tendre, une simple macération dans l’eau chaude pendant 10 minutes suffit. Sinon, si la partie est coriace (écorce, racines), il faut faire une décoction, c’est-à-dire faire doucement bouillir la plante pendant 5 à 10 minutes. Ensuite, on filtre et on consomme le liquide.

L’avantage de la tisane est que l’on utilise la plante entière qui n’a pas été manipulée auparavant. Les principes actifs (1) sont très bien protégés par la membrane cellulaire. Ils restent à l’abri des différents mécanismes susceptibles de les altérer, surtout l’oxydation. La plante fraîche ou séchée peut souvent être utilisée. La plante séchée dans les règles de l’art, conserve aussi très bien les principes actifs.

De nombreux travaux ont montré que les tisanes sont utiles et efficaces car la plante sèche possède une bonne stabilité. Pour cela, les plantes doivent être conservées dans les meilleures conditions de température et surtout d’humidité et d’obscurité. Elles gardent alors leur couleur franche et toute leur saveur.

La tisane reste idéale pour drainer l’organisme (éliminer les toxines) ou pour recourir à des quantités importantes de plantes, chose difficilement faisable avec des gélules ou des macération alcoolique ou autre (sans devoir en absorber de fortes quantités).

Pour le chien, la tisane peut se consommer nature (Fonction du goût), surtout dans son eau ou sa nourriture.

Pour plus d’informations, allez sur le site www.altheaprovence.com en cliquant sur :

(1) Ensemble des molécules actives de la plante

 

Produits « nature » préparés par pulvérisation : la poudre

Phytothérapie canine - Poudre et gélules

Poudre et gélules

En phytothérapie canine, la poudre provient de la plante sèche pulvérisée en particules fines. Aujourd’hui, les fabricants proposent des poudres de racines ou aussi de plantes fraîches cryo-broyées, la pulvérisation se fait alors dans l’azote liquide, à -196 °C. Certaines poudres peuvent être employées telles quelles, dans un yaourt, une compote ou pour le chien, dans sa ration habituelle.

Les poudres en phytothérapie canine peuvent aussi être mises en gélules, soit en officine, soit au laboratoire pour délivrer un produit fini – ou par vous même. Les chiens peuvent quelquefois avaler sans difficulté les gélules (En les insérant à l’arrière de la gueule – Voir notre article « GÉLULE ET CHIEN – Prendre un remède sans problème ».  Si ce n’est pas le cas, les gélules peuvent facilement être ouvertes et la poudre dispersée dans l’eau ou la gamelle de votre compagnon.

Note

La poudre peut aussi être agglomérée par compression, ce qui devient des comprimés. Pour la cohésion de la poudre, il est nécessaire d’ajouter aux principes actifs des adjuvants « d’écoulement » nécessaires à la compression (Carbonate de Magnésium).

 

Préparations phytothérapie canine liquides : la teinture mère (TM) ou macération hydroalcoolique

La teinture mère est obtenue par macération de la plante fraîche ou sèche dans un mélange eau-alcool (Voir Altheaprovence). Sa préparation figure aux pharmacopées française et européenne. Les phytothérapeutes utilisent fréquemment les teintures en raison de leur diversité (plusieurs centaines de plantes) et de leur longue durée de conservation (plusieurs années). Les TM contiennent de l’alcool qui normalement est interdit aux chiens. Mais dans le cas des TM et des faibles doses recommandées, elles ne présentent aucun danger pour les chiens aux doses recommandées. Voir notre article « CHIEN ET ALCOOL – Risques Remèdes alcoolisés« .

 

Produits liquides de phytothérapie : la suspension intégrale de plante fraîche (SIPF)

La SIPF est une forme plus récente, obtenue par cryo-broyage d’une plante fraîche juste après sa récolte, qui est ensuite mise en suspension dans de l’alcool a 30°. Elle conserve le totum (2) de la plante. Elle est présentée en flacons de verre teintés. ll existe peu de plantes sous cette forme, qui est intéressante lorsqu’il faut conserver l’intégralité du contenu de la plante ou employer une plante fraîche. Elle est relativement onéreuse pour tes traitements prolongés. L’alcool, bien qu’à une dose assez faible, ne permet pas de donner les SIPF aux chiens.

(2) Totum.  L‘action thérapeutique de la plante entière est supérieure à celle de ses principes actifs isolés. En particulier pour la plante médicinale.

Noter qu’une plante peut « contenir » beaucoup de principes actifs (Molécules différentes), quelquefois plusieurs centaines (Ex : il a été répertorié à ce jour 132 principes actifs dans l’ail). C’est pourquoi les « copies » médicamenteuses industrielles, qui s’appliquent uniquement à reproduire la molécule principale, ne peuvent jamais reproduire les effets des plantes et produits naturels. D’où aussi l’explication possible de la liste d’effets secondaires de ces médicaments « reconstruits » en laboratoire.

 

Produits de phytothérapie canins liquides : l’extrait fluide de plante fraîche standardisé (EPS)

Inspirée de la SIPF, cette forme plus courante est sans doute l’une des meilleures formes galéniques actuelles. La plante fraîche est cryo-broyée, puis ses principes actifs sont extraits dans un mélange d’eau et d’alcool a des degrés croissants. Ceci permet d’obtenir un ensemble de principes actifs assez exhaustif, sans dégradation, proche de la répartition des principes actifs de la plante fraîche.

L’alcool est alors éliminé par évaporation sous vide. L’extrait est remis en suspension dans une solution glycérinée. L’avantage de l’EPS est la préservation de l’intégralité d’une plante fraîche, indispensable pour certaines d’entre elles (Valériane, Echinacée).

Les EPS ne contiennent pas d’alcool et peuvent donc être donnés aux chiens.

 

Préparation par extraction en phytothérapie canine : les extraits fluides de plantes (EP) classiques

Ils sont préparés par « lixiviation », en épuisant (1) une drogue végétale (la poudre de plante sèche) par passages répétés d’alcool. L’extrait fluide est plus concentré que les formes précédentes. Il possède la même proportion de principes actifs que la plante sèche (1 g d’extrait fluide = 1 g de drogue). Il possède une bonne stabilité dans le temps, comme toutes les préparations liquides en général. Son prix est plus élevé, compensé en partie par sa concentration. Les posologies sont plus faibles qu’avec les formes précédentes.

(1) Épuiser consiste a extraire la totalité des principes actifs en effectuant plusieurs passages sur le solvant

 

Phytothérapie canine : les extraits fluides glycérinés miellés (EFGM)

Phytothérapie canine - Eleuthérocoque - Extrait plante fraîche

Extrait fluide glycériné miellé – Plante fraîche

L’extrait fluide glycériné miellé ne subit aucun des traitements habituellement utilisés pour extraire les principes actifs :

  • Durant le procédé, il n’y a pas d’élévation de la température altérant les flavonoïdes et les vitamines.
  • La congélation préliminaire, modifiant la structure intermoléculaire de la plante n’est pas utilisée. La structure moléculaire dont on parle de plus en plus dans les milieux pharmaceutiques est en lien direct avec l’activité de la plante et de toutes les formes galéniques qui en découlent.
  • Il n’y a pas de broyage fin ultra-rapide qui « casse » les membranes cellulaires des tissus composant les plantes. Cette « rupture » met trop brusquement en contact enzymes et produits dégradables, ceci ayant pour résultat l’évolution des principes actifs vers des formes moins intéressantes sur le plan pharmacologique.

Cet Extrait fluide glycériné miellé (E.F.G.M) représente le totum des principes actifs contenus dans la plante. L’addition de miel apporte un goût supplémentaire qui facilite la prise du produit.

Par ailleurs, les extraits fluides glycérinés miellés (E.F.G.M) que nous commercialisons sont bio.

Son titre alcoolique très bas (14 à 16% du volume) et par sa forme liquide est d’un emploi simple. Il peut être utilisé pour tous, personnes âgées et jeunes enfants et chiens.*

* Note

Les chiens ne supportent pas les boissons alcoolisées. Bien que les EFGM contiennent encore un léger pourcentage d’alcool (15 à 16%), ils peuvent être donnés aux chiens sans danger. Outre le faible taux d’alcool, la dose d’EFGM préconisée est seulement de quelques gouttes par prise, mélangées à de la nourriture ou à de l’eau, ce qui rend le pourcentage d’alcool présent encore plus faible. Voir notre article « CHIEN ET ALCOOL – Risques Remèdes alcoolisés« .

 

Phytothérapie canine et extraits secs de plantes (ES)

Pratiques et transportables, les extraits secs offrent une forte concentration en principes actifs (au moins cinq fois plus que la poudre). Mais les extraits secs ont une mauvaise stabilité dans le temps et un prix souvent plus élevés. A noter qu’ils ne doivent pas être confondus avec des poudres, comme c’est trop souvent le cas. Ils peuvent être présentés sous forme de gélules (Comme la poudre quelquefois), voire de comprimés.

La fabrication des extraits secs suit un procédé identique à celui utilisé pour la fabrication des extraits liquides. Mais ensuite, le solvant est éliminé par déshydratation pour obtenir l’extrait sec proprement dit. L’élimination du solvant s’effectue le plus souvent par atomisation ou nébulisation. Les extraits secs peuvent être utilisés pour les chiens, mélangés à la nourriture.

 

Produits phytothérapiques canins spécialisés : la gemmothérapie

Phytothérapie canine - Bourgeons

Extrait macérât concentré de bourgeons – Amande douce

La gemmothérapie ou « médecine des bourgeons » utilise les bourgeons et jeunes pousses. Ces tissus végétaux embryonnaires sont macérés dans de la glycérine légèrement alcoolisée.

A noter que pour coller à la réalité, cette spécialité devrait plutôt s’appeler la phyto-embryo-thérapie.

Cette médecine naturelle s’est développée à partir du 20ème siècle bien que des extraits de bourgeons étaient utilisés au moyen-âge.

Il existe toute une gamme de produits de dilution 1 D. Pour les animaux (les chiens en particulier), le macérat concentré beaucoup moins alcoolisé est préféré.

Les produits faits à partir de bourgeons sont quelquefois utilisés mélangés entre eux ou avec des extraits ou préparation fluides. Cela permet un synergie entre composants.

 

Produits de phytothérapie canins spécialisés : les huiles essentielles (HE) et les plantes aromatiques

Les huiles essentielles sont des substances volatiles contenues dans des structures du végétal, poches ou canaux. Elles sont extraites des feuilles, des fruits, des racines ou des écorces. L’extraction du produit est

  • Mécanique par pression et s’applique à tous les agrumes (Citron, pamplemousse, bergamote. Il n’y a pas de modification chimique).
  • Par distillation à la vapeur d’eau (alambic) pour les autres plantes aromatiques.

Pour les plantes distillées, la vapeur entraîne les « essences » des plantes aromatiques à distiller. La vapeur « chargée d’arômes », ensuite refroidie, se sépare en huile essentielle et en hydrolat (mélange d’huile essentielle et d’eau). L’huile essentielle, moins lourde que l’hydrolat (A part pour quelques plantes) surnage et de ce fait peut être séparée de l’hydrolat (moins fort et vendu comme tel). L’action de la chaleur, de l’eau et de l’oxydation qui se produit en court de distillation, modifie souvent la « formule » de l’essence d’origine, ce qui donne toute sa puissance et son originalité à l’huile essentielles obtenue.

Nous parlons alors d’aromathérapie, méthode spécialisée nécessitant un apprentissage particulier. Les huiles essentielles ne contiennent que des molécules volatiles de petite taille, beaucoup plus concentrées que dans les autres formes. Les huiles essentielles peuvent être toxiques. Elles doivent toujours être diluées avant utilisation.

Elles sont à éviter chez les enfants et les femmes enceintes.

Bien utilisées, elles sont particulièrement efficaces, par exemple dans les maladies infectieuses. Elles peuvent être appliquées pour les maladies canines (et autres animaux) mais toujours en forte dilution (il en est de même pour les humains).

 

Références – Bibliographie>

Morel Jean-Michel. Traité pratique de Phytothérapie. Ed. Grancher, 2008.
Phytothérapie – https://fr.wikipedia.org/wiki/Phytoth%C3%A9rapie#cite_ref-2
Medicine in ancient Egypt en anglais (https://fr.wikipedia.org/wiki/Phytoth%C3%A9rapie#cite_ref-1)
Introduction à l’Histoire Naturelle de Marie-Elizabeth Boutroue, BU Santé, Paris Descartes (texte en ligne)
Voleurs de plantes – Vittorio de Philippis, Libération, 15 décembre 1999
Agence du médicament (1998). Médicaments à base de plantes – Les cahiers de l’Agence n°3, 81 p. Saint-Denis
http://www.phyto-soins.com/content/55-tisane-extrait-liquide-gelule
Les articles L.5132-1 à -9 et R.5150 à R.5219-15 du Code de la santé publique réglemente production, la fabrication, le transport, l’importation, l’exportation, la détention et la vente des substances et préparations vénéneuses à utilisation pharmaceutique, dont les stupéfiants, et ceci dans le cadre de la convention des Nations unies sur les stupéfiants du 21 mars 1961. En France, c’est Francopia (Sanofi) qui a eu le monopole de la culture du pavot.
Jean-Pierre Willem : Les huiles essentielles, une médecine d’avenir
Gilles Corjon « Bien choisir ses plantes » Biocontactjanvier 2010, no 198, p. 38
Mon Partenaire Santé « Peut-on utiliser la phytothérapie chez les enfants? »
Plantes médicinales Forum Santé, médecine générale – Forum FS Generation
PrFleurentin, Mise en garde