Chien avec eczema qui se gratte

ECZÉMA DE LA PEAU – Traitement naturel du chien en 4 étapes

Eczéma de la peau du chien : il se carac­té­rise par des irri­ta­tions et des déman­geai­sons. Il est dou­lou­reux pour le chien, d’un aspect pas très agréable.
L’eczéma de la peau n’est pas une mala­die en soi car il a plu­sieurs ori­gines. Il y a donc en fait plu­sieurs “eczé­mas” rare­ment diag­nos­ti­qués avec pré­ci­sion.
D’où la dif­fi­culté à le soi­gner, sou­vent sans suc­cès à moyen et long terme par la méde­cine conven­tion­nelle.

Nous abor­dons dans cet article le trai­te­ment de l’ec­zéma de la peau. Ce trai­te­ment s’at­taque à la fois à la mani­fes­ta­tion externe de l’ec­zéma et à son ori­gine interne. C’est donc un gros “dos­sier” que nous trai­tons en 2 par­ties :
1ère par­tie : il s’a­git de cet article car il faut d’a­bord trai­ter la peau par des trai­te­ments natu­rels
2ème par­tie : elle fait l’ob­jet d’un 2ème article pour trai­ter aussi natu­rel­le­ment les organes internes du chien (Voir ECZÉMA REMÈDES NATURELS – Traitement holis­tique interne du chien)

Sommaire de l’ar­ticle mas­quer

Pourquoi un traitement naturel holistique(1) est nécessaire ?

Comme indi­qué ci-​dessus, la mani­fes­ta­tion visible de l’ec­zéma sur la peau n’est que le résul­tat d’un dés­équi­libre d’un ou d’autres organes. L’origine de l’ec­zéma est donc ailleurs qu’à la sur­face de la peau. “Guérir” seule­ment la peau ne sera que pro­vi­soire voire même impos­sible. L’eczéma appa­raî­tra aussi vite qu’il avait dis­paru et/​ou quelque part ailleurs. C’est la rai­son pour laquelle le trai­te­ment de l’ec­zéma doit être de l’en­semble du corps et de ses fonc­tions, c’est à dire doit être holistique.

Expérience de nos lec­teurs
Gisèle : Bonjour, Je viens d’a­dop­ter un gol­den de 8 ans qui a énor­mé­ment souf­fert par le passé. Aujourd’hui il a repris du poil de la bête et se porte à mer­veille.
Le pro­blème est qu’il fait des plaques d’ec­zéma au niveau de l’at­tache de la queue depuis qq semaines. Nous avions d’a­bord pensé à un chan­ge­ment d’a­li­men­ta­tion brusque et il a été traité avec 1 com­primé de Baytril 150 mg/​jour pen­dant 20 j. Ce médi­ca­ment fonc­tionne très bien mais il est cher et dès que nous l’a­vons stoppé, c’est revenu !
Connaissez vous d’autres trai­te­ments pour ce type d’ec­zéma ?
Merci d’a­vance
Jérome : Tu peux aussi ten­ter le coup auprès d’un vété­ri­naire homéo­pathe, afin de voir si un trai­te­ment homéo moins coû­teux et agres­sif pour­rait l’ai­der.
Gabrielle : Mes parents ont eu le même pro­blème avec leur Westi, certes ils sont connu pr ce genre de pro­blemes de peau, mais bon, c’est une peau ato­pique, et des qu’ils arretent le trai­te­ment ca revient donc voila … si tu as une solu­tion je suis pre­neuse et désolé de ne pou­voir t’aider ! 

Cette “mala­die fan­tôme” est pour­tant bien réelle et dou­lou­reuse dans ses mani­fes­ta­tions. Nous avons groupé ici l’en­semble des infor­ma­tions sérieuses dis­po­nibles actuel­le­ment sur l’ec­zéma du chien. En par­ti­cu­lier les remèdes natu­rels et la nour­ri­ture. Ils s’a­daptent par­fai­te­ment, avec des résul­tats cer­tains et à long terme. 

(1) La méde­cine holis­tique est une forme de thé­ra­pie qui ne se limite pas à soi­gner les symp­tômes du mal. Elle cherche les réelles causes du trouble du corps dans son entiè­reté phy­sique, émo­tion­nelle, men­tale et spi­ri­tuelle . En résumé, un méde­cin conven­tion­nel peut pra­ti­quer une méde­cine “un peu” holis­tique s’il recherche les causes au delà des symp­tômes. D’autre part et en réa­lité, les méde­cins “conven­tion­nels” appliquent très sou­vent une thé­ra­pie par­tiel­le­ment “holis­tique”. Par exemple, tout le corps médi­cal connait l’im­por­tance du moral des patients dans la gué­ri­son phy­sique des patients. Ceci est si vrai que le moral fait l’ob­jet de médi­ca­ments spé­ci­fiques don­nés simul­ta­né­ment aux trai­te­ments de la mala­die même.
La méde­cine holis­tique pour les humains ou les ani­maux domes­tiques est géné­ra­le­ment pra­ti­quée par des méde­cins diplô­més des écoles de méde­cines traditionnelles.

La peau est le plus grand organe et fait partie intégrante du corps 

Souvent la peau, qui est le plus “grand” organe du corps, est “vue” par les vété­ri­naires conven­tion­nels, comme un organe à part, donc trai­tée comme tel. La peau fait cepen­dant par­tie inté­grante du “sys­tème” qui com­prend les ongles, le pavillon des oreilles, l’en­trée des oreilles, la four­rure (ou les poils) et diverses glandes (Sudoripares, anales, de la queue et de la lymphe). La peau est aussi “étroi­te­ment” liée au reste du corps.

Eczéma de la peau - Barrière fonctionnelle - Coupe 1

La peau four­nit aussi la bar­rière élé­men­taire qui par­ti­cipe à la défense immu­ni­taire.
Elle tient ensembles les muscles, les organes internes, les os et les tis­sus internes don­nant au chien son pro­fil flexible
.
Son pH de 7,4 varie légè­re­ment d’une par­tie du corps à l’autre en fonc­tion de la race, la cou­leur, le niveau de stress.
La peau compte pour 12% du poids du chien.
Nutritionnellement, la peau stock vita­mines, pro­téines, graisses, élec­tro­lytes et syn­thé­tise la vita­mine D. Elle aussi pré­vient la déshy­dra­ta­tion, régule la tem­pé­ra­ture, rejette l’eau, le sel et les déchets orga­niques.
La peau ne doit donc pas être vue comme une simple “cou­ver­ture”. Elle sert des fonc­tions cru­ciales et contri­bue à la vita­lité et à la santé glo­bale de votre chien.
Elle est en inter­ac­tion constante avec les autres par­ties du corps.
A l’in­verse, elle est direc­te­ment affec­tée par les autres organes internes s’ils ne fonc­tionnent pas cor­rec­te­ment.

En consé­quence, si votre chien à des pro­blèmes d’ec­zéma, vous devez donc pen­ser “quels autres organes sont à l’o­ri­gine de cet eczéma cutanée”. 

Comprendre les interactions entre les peaux et les autres organes

La peau du chien est plus fine que la notre. 95% est cou­verte de four­rure (A l’ex­cep­tion de quelques races) et com­prend 3 “épais­seurs” :

Épiderme en surface

Eczéma de la peau - Constitution de la peau - Coupe 2

Il est fait de 5 couches consti­tuées de 4 dif­fé­rentes sortes de cel­lules : les kera­ti­no­cytes (Kératyne pour l’é­tan­chéité), les méla­no­cytes (Couleur du poil et pro­tec­tion UV), de Merkels (Perception sen­so­rielle) et de Langerhans (Protection immu­ni­taire en gar­dant l’é­qui­libre micro­biome). Il n’est pas vas­cu­la­risé (sans vais­seaux sanguins).

Derme intermédiaire

Il est rat­ta­ché par des cel­lules et une couche de pro­téines appelé col­la­gène. Il est la “fon­da­tion” de crois­sance des che­veux et des tis­sus conjonc­tifs.
Le derme com­prend un réseau de nerfs, vais­seaux san­guins, glandes lym­pha­tiques et récep­teurs du sys­tème ner­veux qui régulent la dou­leur et autres sen­sa­tions.
Il est donc direc­te­ment et conti­nuel­le­ment en “dia­logue” avec les organes internes.

Hypoderme en profondeur

Cette der­nière couche “ancre” la peau aux organes internes du corps en per­met­tant flexi­bi­lité, absorp­tion de chocs et isolation.

Quand un organe du corps est malade, quel rôle joue la peau ? 

Le corps va se défendre (Cellules tueuses, foie, reins, vési­cule biliaire, esto­mac, intes­tin, sys­tème immu­ni­taire, sys­tème lym­pha­tique, etc.) ce qui va créer des “déchets” (Toxines : cel­lules mortes et “réac­tions” chi­miques qui se sont pro­duites).
Ces toxines seront éli­mi­nées vers l’ex­té­rieur via l’in­tes­tin et le sys­tème uri­naire mais aussi par la peau (Désintoxication natu­relle).
La peau ser­vira de sys­tème d’a­lerte “avancé” pour aver­tir d’une mala­die chro­nique ou de dés­équi­libres fonc­tion­nels des organes internes de votre chien. 

Divergence entre traitement holistique et traitement allopathique 

La méde­cine occi­den­tale conven­tion­nelle (dite “allo­pa­thique”) appli­quera alors contre l’ec­zéma le pro­to­cole stan­dard pré-​défini qui com­prend l’admi­nis­tra­tion d’an­ti­bio­tiques, anti­fon­giques, immu­no­dé­pres­seurs et cor­ti­co­sté­roïdes. Mais cela ne trai­tera pas la cause pre­mière de l’ec­zéma de la peau qui est l’or­gane ou les organes internes qui ne “fonc­tionnent” pas cor­rec­te­ment.

A l’in­verse même, ces médi­ca­ments tue­ront sans dis­cer­ne­ment et rapi­de­ment les “méchantes” cel­lules et bac­té­ries et aussi les bonnes (qui défendent l’or­gane malade). Ceci affai­blira très pro­ba­ble­ment encore le sys­tème natu­rel de défense du corps, du fait de la dis­pa­ri­tion aussi des “bonnes bac­té­ries”. Cela veut dire que la “vraie” mala­die réap­pa­raî­tra dans quelques semaines ou mois, lorsque l’ac­tion directe des médi­ca­ments aura dis­paru sans avoir réta­bli la capa­cité natu­relle du corps du chien à se défendre.

La méde­cine holis­tique et natu­relle pro­cède d’une toute autre démarche. Elle recher­chera tou­jours la cause de l’ec­zéma de la peau ou le dés­équi­libre à trai­ter (Souvent loin du point appa­rent sur la peau, sou­vent dans les organes internes du chien).
Le corps aidé par les plantes et autres remèdes natu­rels cor­ri­gera lui-​même le pro­blème. Dans cette “méthode”, le remède per­met un répit au corps afin qu’il se ren­force pour se défende lui-​même.
Il est vrai que cette méthode peut être longue, d’au­tant que les doses des remèdes natu­rels admi­nis­trés sont en géné­ral infi­ni­ment plus faibles que les médi­ca­ments chi­miques conven­tion­nels (dans le rap­port de 1 à 10 ou plus). Mais elle sera défi­ni­tive ou pour le moins facile à re-​appliquer en pré­ven­tion, dans le futur plus loin­tain, en toute sécu­rité car sans effets secon­daires (dom­mages au foie et aux reins des médi­ca­ments conventionnels). 

Traitement holistique et naturel en 4 étapes successives et logiques 

Les vété­ri­naires qui mettent en appli­ca­tion la méde­cine holis­tique à l’aide de remèdes natu­rels, s’ac­cordent à “scin­der” le trai­te­ment contre l’ec­zéma en 4 étapes (actions)

  1. Apaiser les irri­ta­tions, déman­geai­sons de l’ec­zéma de la peau
  2. Pratiquer un jeûne de 3 à 5 jours pour redé­mar­rer d’une base saine, débar­ras­sée de la plu­part des “déchets accumulés”
  3. Changer le régime ali­men­taire de votre chien
  4. Restaurer et doper les fonc­tions internes

1ère étape : apaiser irritations, démangeaisons – Traitement externe

Peau-malade-chien-eczema

Plusieurs remèdes natu­rels recom­man­dés contre l’ec­zéma de la peau par les vété­ri­naires holis­tiques sont cou­rants sur le mar­ché et facile à administrer : 

  • Flocon d’a­voine : pré­pa­rer un bain ou faire un cata­plasme ou des com­presses à appli­quer sur les par­ties malades. Ne pas répé­ter le bain trop sou­vent, l’eau chaude pou­vant aggra­ver l’eczéma.
  • Camomille(1) : comme ci-​dessus en bain ou en appli­ca­tion locale. Pour cette appli­ca­tion, infu­ser pour obte­nir 250 ml de camo­mille env., lais­ser refroi­dir à tem­pé­ra­ture du corps, mouiller un linge et l’es­so­rer avant de l’ap­pli­quer loca­le­ment. La Camomille peut aussi être uti­li­sée en com­presse, à par­tir d’un extrait de plante fraîche gly­cé­ri­née miel­lée (EPGM), à diluer dans de l’eau pure.
  • Calendula(1) (Fleurs séchées) : à appli­quer comme la camo­mille. Le Calendula peut aussi être uti­lisé en com­presse, à par­tir d’une Teinture mère ou d’un extrait de plante fraîche gly­cé­ri­née miel­lée (EPGM), à diluer dans de l’eau pure.
  • Hamamélis(1) : c’est un astrin­gent (Resserre et assèche les tis­sus), dis­po­nible en Teinture mère ou en extrait de plante fraîche gly­cé­ri­née miel­lée (EPGM). A diluer dans de l’eau pure. Appliquer sur les par­ties irri­tées en compresse.
  • Huile essen­tielle de l’Arbre à thé(1) , ou “Tea Tree”, anti­sep­tique et astrin­gent. Les huiles essen­tielles sont très puis­santes et doivent être uti­li­sées très diluées (2%) dans une huile végé­tale (Ex : huile d’o­live). Ne pas l’ap­pli­quer direc­te­ment sur la peau mais par compresse.

(1) Ces plantes et com­plé­ments ali­men­taires peuvent être ache­tés en her­bo­ris­te­rie ou sur inter­net directement 

2ème étape : jeûne 3 à 5 jours obligatoire à commencer immédiatement 

Le jeûne est indis­pen­sable dans le trai­te­ment de l’ec­zéma de la peau car il per­met d’a­mor­cer la dés­in­toxi­ca­tion du corps du chien. 

  • Préparer le jeûne pen­dant 2 jours. Passer à une ali­men­ta­tion légère et simple. De la viande blanche en petite quan­tité, avec un peu de légumes (Crus mais fine­ment râpé – ou très légè­re­ment cuit à la vapeur) et de l’avoine cuit.
    Les légumes sont un appoint béné­fique pour les reins et le foie qui vont jouer un rôle majeur par la suite, dans le trai­te­ment du pro­blème de l’ec­zéma de la peau.
    La liste de ces légumes à uti­li­ser inclus le bro­coli, choux frisé, choux fleur, chou, bet­te­rave, navet (Avec feuilles), pis­sen­lit, poti­ron, épi­nard, maïs, pomme de terre, concombre, per­sil, carotte et tomate. 

Rappel : les légumes doivent être ser­vis crus mais fine­ment râpés ou mixés (sinon le chien ne pourra pas les digé­rer) ou légè­re­ment cuits à la vapeur.

  • Ensuite le jeûne doit durer 3 à 5 Jours. Cela n’est pas un pro­blème pour le chien (Seulement sou­vent pour son maître !) qui peut faci­le­ment jeû­ner une semaine (ou plus, dans la nature). Mais il faut bien sûr lui four­nir des liquides, en quan­tité plus grande que d’ha­bi­tude. Il s’a­git :
    • d’eau pure (En bou­teille. Celle du robi­net peut conte­nir des pro­duits chi­miques, du chlore), 
    • de jus de légumes frais (Ne pas les conser­ver plus de 48 h) ou un mélange d’eau et de légumes grat­tées ou pas­sés au mixeur,
    • de bouillon de légumes cités plus haut (A feu doux 20 à 30 minutes) avec addi­tion d’un peu de viande ou os pour le goût, mais sans épice ni sel. 
  • Terminer le jeûne, pas­ser alors le chien à un régime léger sur la base de 2 repas par jour. Il s’a­git de pro­lon­ger le stade pré­cé­dem­ment en ajou­tant pro­gres­si­ve­ment du lait non pas­teu­risé, du yaourt, des flo­cons d’a­voine, d’orge (Cuit), lait, miel et figues ou prunes. Après 2 ou 3 jours, ajou­ter un peu de viande crue et maigre, volailles (Ou du tofu), d’autres graines (Cuites) et pro­duits lai­tiers jus­qu’à retrou­ver un régime nor­mal et sain (Voir 3ème étape ci-dessous).

A titre d’exemple, vous trou­ve­rez ci-​dessous un autre régime “tran­si­toire après jeûne” défi­nit par le Dr Graig Howie(1) et que vous pou­vez adopter. 

Régime alimentaire “transitoire” définit par le Dr Craig Howie 

Le Dr Craig Howie pré­co­nise un bouillon, viande blanche et ail inclus, à ser­vir à votre chien après la fin du jeûne. Il s’a­git aussi d’une recette qui pour­rait ser­vir aussi à “pas­ser” en dou­ceur votre chien d’une nour­ri­ture cro­quette (si cela est sa nour­ri­ture habi­tuelle) à un régime Barf plus hygié­nique et sain pour sa santé à moyen et long terme. Voir notre article NOURRITURE BARF ou CROQUETTE ? Comment bien nour­rir son chien ?

500 g de riz brun
500 g d’orge
500 g de carottes
500 g de bet­te­raves
250 g de feuilles de bet­te­raves
250 g d’é­pi­nard
500 g foie et abats de pou­let
3 gousses d’ail
3 g (1÷2 cuillère à café) de sauge
4 à 5 litres d’eau 

Tout mélan­ger (Sauf l’ail à ajou­ter au moment de ser­vir, après l’a­voir écrasé ou coupé fine­ment), por­ter juste à ébul­li­tion puis lais­ser mijo­ter à feu doux pen­dant 1 h 14. Laisser le fai­tout cou­vert. Remuer toutes les 15 mn et ajou­ter de l’eau si néces­saire.
Donner la quan­tité habi­tuelle que vous ser­vez à votre chien. 

Notes
1/ L’ail doit donc être écrasé ou coupé fine­ment seule­ment 15 minutes avant d’être servi à votre chien, mélangé au repas, une par­tie de ses com­po­sants pou­vant être détruits par la tem­pé­ra­ture si cuit ou trop chauffé.
Le délai de 15 mn est le temps néces­saire pour qu’une par­tie de l’ail se trans­forme en Allicine – Voir notre article en cli­quant sur AIL POUR LE CHIEN : POISON OU MÉDICAMENT ?)
2/ A ce point du trai­te­ment de l’ec­zéma de la peau, sur­tout, ne vous lais­sez pas attiré par la faci­lité. Après le jeûne et le régime inter­mé­diaire (ou celui du Dr Craig Howie), adop­tez un régime Barf ou un “régime mai­son équi­li­bré” (Voir ci-​dessous). Évitez de reve­nir à un régime “cro­quette” ou indus­triel.
Après l’é­tape du jeûne, le plus dure a été fait pour vous et votre chien, pour qu’il vive long­temps et en bonne santé. Continuez avec les indi­ca­tions ci-​dessous. Voir aussi notre article sur “COMMENTDÉBUTER BARF”.

Vaccins : béné­fiques ou dan­ge­reux pour votre chien ?

Injection-piqure

Recevez gra­tui­te­ment nos recom­man­da­tions sur les vac­cins dans ce dos­sier com­plet sur un sujet explosif.

Profitez-​en avant qu’il ne soit retiré ! 


En télé­char­geant ce livret, vous serez auto­ma­ti­que­ment abonné à notre lettre d’in­for­ma­tion sur la santé du chien. Vous pour­rez vous désa­bon­ner faci­le­ment et quand vous le dési­rez. Votre email sera en sécu­rité et ne sera ni vendu ni échangé.

3ème étape : changer le régime de votre chien après le jeûne

C’est la suite logique de la période de jeûne décrite ci-​dessus.
En effet, très, très sou­vent, l’ec­zéma de la peau a pour ori­gine de mau­vaises pra­tiques ali­men­taires qui remontent habi­tuel­le­ment à des années – quel­que­fois depuis la nais­sance du chien. 

Lorsque la nour­ri­ture absor­bée est de pauvre qua­lité, une grande par­tie est sans uti­lité nutri­tion­nelle. Elle n’est pas toute “brû­lée” au fur et à mesure pour le fonc­tion­ne­ment et les dépenses éner­gé­tiques du chien. Elle s’ac­cu­mule parce que le foie et les reins sont “sub­mer­gés”, inca­pables d’é­va­cuer la tota­lité des déchets par les voies natu­relles habi­tuelles (Urine, fèces), comme cela est le cas nor­ma­le­ment.
L’organisme du chien tente alors d’expul­ser les toxines en trop grande quan­tité à tra­vers la peau.
Si l’alimentation de votre chien cor­res­pond plus ou moins à ses besoins, plu­sieurs années peuvent s’écouler avant que les pro­blèmes n’apparaissent.

Une ali­men­ta­tion dés­équi­li­brés par rap­port aux besoins de votre chien signi­fie qu’elle est dans ces cas là tou­jours pauvre en micro­nu­tri­ments néces­saires (vita­mines et miné­raux) et sou­vent plu­tôt riche en calo­ries (Obésité).

Et si vous désirez conserver le régime alimentaire antérieur ? 

Si pour trai­ter l’ec­zéma de la peau de votre chien, vous dési­rez conser­ver le régime ali­men­taire anté­rieur à la période de jeûne, nous ne pen­sons pas que l’ec­zéma de votre chien pourra être soi­gné vrai­ment en pro­fon­deur et encore moins dis­pa­raître. Les mêmes causes pro­dui­ront les mêmes résul­tats.
Afin d’ai­der votre chien à se déba­ras­ser de son eczéma de la peau, nous vous pro­po­sons ci-​dessous deux options de repas, proches dans leur com­po­si­tion : le régime BARF ou “cru” et le repas “mai­son équilibré”.

Le régime BARF ou “cru” contre l’eczéma et les problèmes de la peau 

Eczema-peau-et-regime-barf-Chien avec os

Le régime BARF ou simi­laire (Régime Cru) est une ali­men­ta­tion qui com­prend 65 à 80% de viande crue (Muscles, os, abats, etc.), un peu de légumes (et pro­duits lai­tiers si toléré), limité en quan­tité et équi­li­bré en nutri­ments. Commencez le retour au régime nor­mal BARF par de la viande blanche (Volailles) plus légère à digé­rer (pou­let, dinde, etc.) que la viande rouge (bœuf). C’est le régime qui com­mence à être connu et sou­vent adopté comme “régime nor­mal” par les pro­prié­taires de chiens en Allemagne et aux Etats Unis et un peu en France. 

Il répond à la condi­tion de car­ni­vore(2) du chien, qui donne d’ex­cel­lents résul­tats sur sa santé, en par­ti­cu­lier à long terme. A noter que nous n’a­vons pu trou­ver trace de rap­ports ou témoi­gnages de la pré­sence d’eczéma(s) sur des chiens nour­ris exclu­si­ve­ment au régime BARF depuis leur jeune âge.
Nous avons publié plu­sieurs articles sur le régime BARF, qui per­mettent de le com­prendre et de l’a­dap­ter à la nature des chiens et du votre en par­ti­cu­lier. Pour cela nous vous invi­tons à cli­quer sur le lien de l’ar­ticle sui­vant : “Alimentation canine : com­ment pas­ser au régime BARF”.

Le repas “Maison équilibré” contre l’eczéma de la peau (autre option)

Une autre option contre l’ec­zéma de la peau, est d’ap­pli­quer un régime “mai­son” équi­li­bré qui aura aussi pour base de la viande crue (Volailles, bœuf, abats tels que reins, foie, panse/​gésier, etc.), des œufs (Crus, avec la coquille pour le cal­cium), un peu de graines (Légèrement cuites), des légu­mi­neuses (Cuites légè­re­ment), des légumes (Cuits légè­re­ment à la vapeur ou cru mais pas­sés au mixer). Cependant, une étude a ana­lysé 200 recettes créées par des vété­ri­naires et au moins un nutri­ment clé était absent de la plu­part d’entre elles. Ce n’est donc pas un exer­cice très facile.

Notre inten­tion est d’é­di­ter une page spé­ciale pour la confec­tion d’un régime “mai­son”, avec cal­cu­la­teur spé­ci­fique de cal­cul des repas, ce qu’il faut choi­sir et pri­vi­lé­gier. Ceci afin d’a­voir un menu suf­fi­sant et équi­li­bré pour votre chien. Pour l’ins­tant, cet article n’est pas encore dis­po­nible.
Dans cette attente, nous vous conseillons de consul­ter les points ci-​dessous qui don­ne­ront “l’es­prit” dans lequel doivent être éta­blis ces repas “mai­son”.

Et si vous le dési­rez, abon­nez vous à notre lettre d’in­for­ma­tion en men­tion­nant vou­loir être prévenu(e) de la paru­tion de cet article sur les repas “mai­sons”.

Les aliments interdits du repas “maison” – La nourriture à bannir 

Les chiens ne doivent pas man­ger les ali­ments sui­vants (Non exhaus­tif) : rai­sins secs, rai­sins, tomates, cho­co­lat, avo­cat, pâte avec levure, caféine, alcool, édul­co­rants arti­fi­ciels, xyli­tol (Poudre sucrante), noix de macadamia

Les options générales du repas “maison”: les points clés à suivre .

Deux grandes options sont offerts pour les repas faits mai­son : “chauf­fés” ou “crus”. La plu­part des nutri­tion­nistes pour chiens s’ac­cordent aussi sur les points sui­vants, que vous pou­vez prendre en compte pour pré­pa­rer les repas de votre chien :

  • Ne pas cuire la viande, la don­ner crue, don­ner des os crus, non cuits (Brisures, plus durs et risque de cas­ser une dent),
  • Toujours cuire légè­re­ment les légumes (A la vapeur) ou les cou­per en très petits mor­ceaux (Mixer), tou­jours cuire les graines et les légumineuses,
  • Donner un œuf ou deux crus par semaine, avec la coquille,
  • Ajouter régu­liè­re­ment des com­plé­ments ali­men­taires en petite quan­tité (Oméga 3 en particulier) 

Le calcium.

Les besoins en cal­cium du chien sont impor­tants. On en trouve dans les os (Mais atten­tion, les os doivent être crus, “adap­tés” à la taille de la gueule du chien, peuvent être dan­ge­reux pour le tube diges­tif). Utilisez aussi des coquilles d’œufs écra­sées (Pèsent 6 à 7 g – 1 cuillère à café équi­vaut à 2 200 mg de car­bo­nate de cal­cium – Un chien de 15 kg a besoin de 1 g/​jour soit 12 cuille­rée de coquilles). Vous pou­vez aussi ache­ter du car­bo­nate de cal­cium ou du citrate de cal­cium.

Les protéines.

Un chien adulte de 15 kg a besoin d’au moins 25 g de pro­téines pures par jour (3 à 4 fois plus en “poids” de viande soit 100 g de viande). Ces quan­ti­tés sont à peu près pro­por­tion­nelles au poids du chien (soit 200 g de viande pour un chien de 30 kg). Vous trou­ve­rez des pro­téines dans les œufs (les œufs contiennent énor­mé­ment d’acides ami­nés essen­tiels indis­pen­sables aux chiens) et dans les pro­téines ani­males (viande de pou­let, d’agneau ou de dinde).

Les lipides.

Un chien adulte de 15 kg a besoin d’au moins 14 g de lipides par jour. On la trouve dans la viande et la peau de pou­let. Les lipides doivent consti­tuer au moins 5 % de ce que votre chien mange (en poids)

Les glucides.

Les glu­cides sont là où la plu­part des calo­ries de votre chien doivent se trou­ver. Un chien actif de 15 kg a besoin d’environ 930 calo­ries par jour. Elles se trouvent dans le blé, riz, avoine et l’orge (A ser­vir légè­re­ment cuit)

Les minéraux.

Les chiens ont besoin de cal­cium, de phos­phore, de magné­sium, de fer et de cuivre et bien d’autres.
Une carence en miné­raux est res­pon­sable de nom­breux pro­blèmes comme une fra­gi­lité osseuse (et donc des frac­tures), une ané­mie ou une mau­vaise conduc­tion ner­veuse pou­vant se sol­der par des crises.
Les légumes frais contiennent des miné­raux en dif­fé­rentes quan­ti­tés. Son ali­men­ta­tion doit com­prendre les légumes riches en minéraux : 

  • les légumes à feuilles verts (cru mixé ou cuit à la vapeur) comme les épinards, 
  • le chou frisé, le chou vivace, le chou de Bruxelles, le chou de Chine 
  • la blette, 
  • la courge mus­quée (cuite), 
  • le navet (cuit), 
  • le panais (cuit), 
  • le hari­cot vert (cuit)

Les vitamines. 

Elles sont une com­po­sante essen­tielle du régime ali­men­taire de votre chien. Voir les articles sur les vita­mines
Une carence en vita­mine peut cau­ser de nom­breux pro­blèmes, comme une cécité, un affai­blis­se­ment du sys­tème immu­ni­taire, des lésions de la peau et une sen­si­bi­lité aux infec­tions.
Étant donné que les vita­mines sont pré­sentes en dif­fé­rentes quan­ti­tés dans de nom­breux ali­ments, vous devez don­ner plu­sieurs légumes à votre chien.

Les vita­mines sont en géné­ral détruites par la cha­leur. Les légumes verts sont une excel­lente source de vita­mines et de miné­raux, mais cer­tains chiens n’aiment pas leur goût et ne les mangent pas.
Il est pos­sible de les ser­vir crus (tou­jours près mixage), mélan­gés aux autres ali­ments. Mais vous devez faire atten­tion à ce qu’ils ne pro­voquent pas de fla­tu­lences chez votre ani­mal. Voir article s/​flatulences
Évitez de trop cuire (A la vapeur et ser­vez aussi le “jus” récu­péré) les légumes pour pré­ser­ver les vita­mines qu’ils contiennent

Quelle quantité de nourriture donner pour la santé de votre chien .

Vous devez vous ren­sei­gner sur la quan­tité de nour­ri­ture dont votre ani­mal a besoin pour ne pas gros­sir ou au contraire perdre du poids.
Les besoins en calo­rie et autres ali­ments d’un chien ne sont pas linéaires. Par exemple, un chien de 20 kg n’a pas besoin de 2 fois plus de calo­ries qu’un autre de 10 kg. 

Vous pou­vez obte­nir la réponse à cette ques­tion de la quan­tité glo­bale néces­saire à votre chien en uti­li­sant un de nos cal­cu­la­teurs pour le régime BARF, même si le régime de votre chien est un régime “mai­son”. En effet ces cal­cu­la­teurs vous don­ne­ront le poids total de nour­ri­ture heb­do­ma­daire, par jour, équi­li­bré sur 7 jours, en fonc­tion du poids et du niveau d’ac­ti­vité de votre chien. Vous y trou­ve­rez aussi nombre d’i­dées d’a­li­ments que vous pou­vez choi­sir pour votre chien. Cliquez sur l’un des liens sui­vants pour plus d’in­for­ma­tion à ce sujet : 

Si pour trai­ter l’ec­zéma de la peau de votre chien, vous dési­rez conser­ver le régime ali­men­taire anté­rieur à la période de jeûne, nous ne pen­sons pas que l’ec­zéma de votre chien pourra être soi­gné vrai­ment en pro­fon­deur et encore moins dis­pa­raître. Les mêmes causes pro­dui­ront les mêmes résul­tats, même en appli­quant les recom­man­da­tions de la 4ème étape (2ème par­tie) que vous pour­rez lire en cli­quant sur ce lien 

Pour soigner en totalité l’eczéma, traiter aussi les organes internes

Nous avons déve­loppé dans une deuxième par­tie la suite des soins “internes” à don­ner aux chiens atteint d’ec­zéma. Pour atteindre cet article direc­te­ment, cli­quez sur “Eczéma remèdes natu­rels – Traitement holis­tique interne du chien – 2ème par­tie” .

Bibliographie
Je nour­ris mon chien natu­rel­le­ment – Swanie Simon – Thierry Souccar Editions – 2014
Natural Heath for dogs and cats – Dr Pitcairn – Rodale Editions
Herbal dog care – Dr Kidd – Storey Publishing -www.storey.com
Give your dog a bone – Dr Ian Billinghurst – Warrigal Publishing
Work Wonders : Feed Your Dog Raw Meaty Bones – Dr Tom Lonsdale – Rivetco Pty Ltd
Comparaison des rations Barf (Biologically appro­pried raw food) aux reco­man­da­tions nutri­tion­nelles du chien sain ou malade ‑École natio­nale vété­ri­naire d’Alfort – Année 2011 – Thèse pour le doc­to­rat vété­ri­naire pré­sen­tée par Elise, Jeanne, Aline CAMPAGNOLLE
Herbs for pets – Mary Wulff-​Tilford – Bow Tie Press – www.i5publishing.com
Dogs Naturally Magazine (www.dogsnaturallymagazine.com/)
Le Manuel Vétérinaire Merck – 3ème edi­tion française 

Conseils vété­ri­naires
Les valeurs et conseils que vous pour­rez trou­ver sur ce site ne peuvent pas se sub­sti­tuer à l’avis de votre vété­ri­naire ou du thé­ra­peute de votre chien. En aucun cas, les infor­ma­tions don­nées sur notre site ne consti­tuent une pres­crip­tion de trai­te­ment. Seul votre vété­ri­naire peut poser un diag­nos­tic pré­cis et recom­man­der l’utilisation d’un pro­duit. Si tel n’est pas le cas, nous ne sau­rions être tenus pour res­pon­sables d’une prise inadap­tée des pro­duits présentés.

Curabitur ipsum nec ultricies luctus risus Aenean eget ante. sit id,