Echinacée-plante-renforcement-systeme-immunitaire

Échinacée : comment bien l’utiliser pour renforcer le système immunitaire de votre chien ?

L’échinacée pour votre chien s’im­pose si vous remar­quez que votre chien est sou­dai­ne­ment plus lui-​même. Il se traîne et n’a pas ce regard brillant typique dans ses yeux. Il est clair que son sys­tème immu­ni­taire lutte contre quelque chose. Allez-​vous vous tour­ner vers l’échinacée ?

D’où vient la plante appelée échinacée ?

Voici l’his­toire de l’é­chi­na­cée. Mais est-​ce une his­toire vraie, une légende ou une anec­dote intéressante ?

L’échinacée (cone­flo­wer pourpre) est une plante connue depuis plus de 100 ans. Elle a été “décou­verte” à la fin des années 1800 par un voya­geur de com­merce nommé Joseph Meyer, qui par­cou­rait les plaines de l’Ouest amé­ri­cain. Il en a entendu par­ler par les Indiens cours de ses voyages. Meyer en a fait une tein­ture d’al­cool, ven­due comme “remède uni­ver­sel”. Pour prou­ver son effi­ca­cité, il buvait son tonique en se fai­sant mordre par des ser­pents à son­nettes. Il semble n’être jamais tombé malade. C’est ainsi qu’est née l’ex­pres­sion “ven­deur d’huile de ser­pent” dans l’Ouest américain.

Échinacée et système immunitaire

Comme Joseph Meyer en son temps, vous avez pro­ba­ble­ment aussi entendu parlé de l’é­chi­na­cée comme un excellent sti­mu­lant immu­ni­taire. C’est vrai mais pas tou­jours : c’est la façon dont vous l’u­ti­li­sez qui déter­mi­nera son effi­ca­cité ou non pour votre chien.

Vous devez donc d’a­bord com­prendre com­ment fonc­tionne cette fameuse plante.

Comment l’échinacée renforce-​t-​elle le système immunitaire ?

Il y a beau­coup de plantes qui ren­forcent le sys­tème immu­ni­taire mais elles n’a­gissent pas toutes de la même manière. Le mode d’ac­tion de l’é­chi­na­cée est ori­gi­nal, très inté­res­sant pour la santé du chien et doit être par­fai­te­ment com­pris pour que son action soit adaptée.

Tout d’a­bord, elle contient 

  • de l’é­chi­na­co­side, un anti­bio­tique natu­rel qui agit de la même manière que la péni­cil­line. Elle peut donc tuer un large éven­tail de virus, de bac­té­ries, de cham­pi­gnons et de pro­to­zoaires. Cela en fait une herbe très pré­cieuse à avoir sous la main pour la cica­tri­sa­tion des plaies et aider les chiens malades.
  • de l’é­chi­na­céine, qui pro­tège contre les attaques de germes en neu­tra­li­sant l’en­zyme hya­lu­ro­ni­dase que les gemres pro­duisent et qui dis­sout les tissus.

Si vous pré­fé­rez les expli­ca­tions plus tech­niques, l’é­chi­na­cée aug­mente l’ac­ti­va­tion des macro­phages(1) en aug­men­tant la pro­duc­tion d’in­ter­fé­ron gamma. En outre, une étude a mon­tré que les extraits d’é­chi­na­cée peuvent sti­mu­ler la pro­duc­tion de cel­lules T(2) jus­qu’à 30 % de plus que les médi­ca­ments sti­mu­lant le sys­tème immu­ni­taire. L’échinacée aug­mente éga­le­ment la pro­duc­tion des chi­mio­kines interleukine‑8 et MCP‑1, qui favo­risent la migra­tion des cel­lules immu­ni­taires vers le site de l’infection.

Lymphocytes du système immunitaire simulée par échinacée
Lymphocyte T

(1) Les macro­phages sont des cel­lules appar­te­nant aux glo­bules blancs, qui infiltrent les tis­sus et capables, entre autre, de pha­go­cy­tose (net­toyage déchets et cel­lules mortes).
(2) Cellules T (appe­lées aussi Lymphocytes T). Ils sont res­pon­sables de l’immu­nité cel­lu­laire : les cel­lules infec­tées par un virus par exemple, ou les cel­lules can­cé­reuses recon­nues comme étran­gères à l’or­ga­nisme (c’est-​à-​dire dis­tinctes des cel­lules que les lym­pho­cytes T ont appris à tolé­rer lors de leur matu­ra­tion) sont détruites par un méca­nisme com­plexe (Voir notre article en cours de rédaction)

Le fonctionnement de l’échinacée – la stimulation du système immunitaire

Lorsque votre chien est exposé à des élé­ments comme la toux de che­nil ou des bac­té­ries, microbes et autres, son sys­tème immu­ni­taire active ses défenses pour com­battre ces microbes. C’est le fonc­tion­ne­ment nor­mal du sys­tème immunitaire.

Lorsque l’é­chi­na­cée “arrive” dans l’or­ga­nisme, qu’il y est microbes ou pas, elle sti­mule aussi les défenses immu­ni­taires. Sauf qu’elle ne pré­sente aucune menace réelle pour l’or­ga­nisme, contrai­re­ment aux bac­té­ries et microbes. 

Ainsi, lorsque vous don­nez de l’é­chi­na­cée à votre chien, son sys­tème immu­ni­taire la per­çoit comme une menace et se ren­force d’anti-​corps. Mais comme elle n’est pas du tout nocive pour l’or­ga­nisme, le sys­tème immu­ni­taire n’a rien à atta­quer… il reste donc “chargé” en attente d’une vraie menace pour s’activer.

Mais rien n’est par­fait. Il y a un incon­vé­nient à ce type de “ren­for­ce­ment arti­fi­ciel” du sys­tème immu­ni­taire. Tôt ou tard, le sys­tème immu­ni­taire de votre chien s’a­per­çoit qu’il a été trompé, que l’é­chi­na­cée n’est pas une menace. Il ne réagira plus à sa présence.

Par consé­quent, lorsque vous uti­li­sez des sti­mu­lants immu­ni­taires comme c’est le cas avec cette plante, il est pré­fé­rable de ne pas les uti­li­ser en continu mais par inter­mit­tence. Le vétérinaire-​herboriste Greg Tilford recom­mande cinq jours d’u­ti­li­sa­tion et deux à trois jours de repos. Ou 3 ou 4 semaines sui­vies d’une semaine de repos. Pendant cette “période de repos”, le sys­tème immu­ni­taire de votre chien oubliera cette fausse menace que repré­sente l’é­chi­na­cée. Vous pour­rez à nou­veau duper son sys­tème immu­ni­taire avec de l’é­chi­na­cée après cette période “sans”.

Prendre de l’échinacée : le timing est essentiel

Le choix du moment d’u­ti­li­sa­tion de l’é­chi­na­cée est donc essen­tiel pour réus­sir à pro­té­ger votre chien. Pour être effi­cace, elle doit être admi­nis­trée pen­dant que votre chien couve une mala­die, et non lors­qu’il est déjà malade. Il est donc impor­tant de regar­der et de “sen­tir” votre chien tous les jours pour détec­ter les pre­miers signes de mala­die. Vous pour­rez alors lui don­ner de l’é­chi­na­cée et savoir qu’elle l’ai­dera. A l’in­verse, lorsque votre chien pré­sente des symp­tômes de mala­die carac­té­ri­sés, son sys­tème immu­ni­taire est déjà en train de réagir. Il est donc inutile et inap­pro­prié de lui don­ner de l’é­chi­na­cée qui “deman­dera” encore plus à son sys­tème immunitaire.

La clé de l’é­chi­na­cée est de ren­for­cer le sys­tème immu­ni­taire avant la mala­die ! C’est donc un remède préventif.

Envisagez donc de l’a­jou­ter à titre pré­ven­tif tous les jours pen­dant une semaine ou deux, puis arrê­ter quelques jours. Le sys­tème immu­ni­taire de votre chien sera de ce fait tou­jours “en charge d’an­ti­corps” prêts à inter­ve­nir en cas d’at­taque réelle d’antigènes.

Certaines études montrent que des doses quo­ti­diennes d’é­chi­na­cée peuvent pro­lon­ger la durée de vie et réduire la crois­sance des cel­lules can­cé­reuses. Vous pou­vez éga­le­ment en don­ner à votre chien lors­qu’il voyage, qu’il est stressé ou à tout autre moment où son sys­tème immu­ni­taire pour­rait être mis à mal.

L’échinacée est-​elle sûre ? Cela dépend !

Certains chiens peuvent être sen­sibles “aux anti­gènes” conte­nus dans l’é­chi­na­cée et vous pou­vez obser­ver des symp­tômes d’al­ler­gie. Ces chiens ne devraient pas prendre d’échinacée. 

De plus, de nom­breux chiens souffrent de mala­dies à média­tion immu­ni­taire et l’é­chi­na­cée peut aggra­ver ces mala­dies. Donc, si votre chien souffre de ce type de mala­die chro­nique, il est pré­fé­rable de consul­ter votre vété­ri­naire holis­tique avant de lui don­ner de l’échinacée.

Mais il est impor­tant de com­prendre que le pou­voir de l’é­chi­na­cée repose réel­le­ment sur un sys­tème immu­ni­taire sain, qui doit être capable de réagir aux anti­gènes. Si votre chien est en bonne santé, l’é­chi­na­cée sera très effi­cace pour ren­for­cer sa capa­cité à com­battre les mala­dies avant qu’elles ne surviennent.

Quelle quantité dois-​je donner ?

Il existe deux varié­tés prin­ci­pales d’é­chi­na­cée : pur­pu­rea et angus­ti­fo­lia. Elles sont simi­laires, mais ont aussi des pro­prié­tés com­plé­men­taires. Les for­mules qui uti­lisent les deux sont plus sus­cep­tibles d’être effi­caces. Il convient éga­le­ment de noter que la plu­part des pro­prié­tés immu­ni­taires se trouvent dans les graines et les racines.

Pour les chiens, don­nez 12 à 25 gouttes de tein­ture d’é­chi­na­cée, trois fois par jour.

NOTES SUR LE SYSTEME IMMUNITAIRE DU CHIEN
Le sys­tème immu­ni­taire de votre chien est cen­tral à sa santé et sa lon­gé­vité. Nous avons édité une série de 5 articles (ter­mi­nés ou en cours) sur le sys­tème immu­ni­taire du chien. Ils vous per­met­tront de com­prendre et répondre au mieux à la plu­part des aléas de santé de votre chien (Cliquez sur le lien qui vous inté­resse)

Échinacée : com­ment bien l’utiliser pour ren­for­cer le sys­tème immu­ni­taire de votre chien ?
Stimulants du sys­tème immu­ni­taire des chiens et qui fonc­tionnent !
Résistance du chien aux mala­dies : le sys­tème de défense immu­ni­taire
Anomalies du sys­tème immu­ni­taire et mala­dies du chien
Maladies thy­roï­diennes du chien et le sys­tème immu­ni­taire


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.