Mélatonine du chien : plus qu’une bonne nuit de sommeil

La méla­to­nine du chien est peut-​être la sub­stance la plus impor­tante dans l’or­ga­nisme de votre chien. Elle peut pré­ve­nir un large éven­tail de mala­dies et ralen­tir le pro­ces­sus du vieillissement.

L’utilité de la mélatonine du chien

Vous connais­sez peut-​être la méla­to­nine comme l’hor­mone anti-​décalage horaire, car elle aide à contrô­ler le cycle veille-​sommeil de l’or­ga­nisme. C’est vrai pour les humains et pour le chien aussi.

La méla­to­nine est éga­le­ment une hor­mone impor­tante pour l’éner­gie. Elle contri­bue à pro­té­ger les mito­chon­dries – orga­nites qui four­nissent l’éner­gie aux cellules.

Et, en tant que puis­sant anti­oxy­dant, elle peut contri­buer à la pré­ven­tion du cancer.

Elle pré­sente d’in­nom­brables autres avan­tages pour l’or­ga­nisme de votre chien. Le chien en bonne santé, la fabrique lui-​même, dans son propre corps.

Où l’organisme fabrique la mélatonine

La glande pinéale sécrète de la méla­to­nine en réponse à l’obs­cu­rité. C’est pour­quoi on l’ap­pelle par­fois “l’hor­mone de l’obs­cu­rité”. La glande pinéale régule le cycle veille-​sommeil. La sup­plé­men­ta­tion en méla­to­nine est donc deve­nue popu­laire pour aider les per­sonnes souf­frant de troubles du sommeil.

Selon le “Journal of Pineal Research” la méla­to­nine sécré­tée par la glande pinéale pénètre dans toutes les cel­lules du corps. Elle peut même tra­ver­ser la bar­rière hémato-encéphalique.

Mais la glande pinéale n’est pas la seule par­tie du corps qui pro­duit et sécrète de la méla­to­nine. La méla­to­nine pro­vient également :

  • Des glandes salivaires
  • L’œsophage
  • La paroi de l’estomac
  • La muqueuse intestinale

En fait, une étude fran­çaise de 2017 rapporte 

  • que la méla­to­nine dans le tube diges­tif était 10 à 100 fois plus éle­vée que dans le sang (1)
  • et il y avait 400 fois plus de méla­to­nine dans le trac­tus gastro-​intestinal que dans la glande pinéale.

Cela signi­fie que la méla­to­nine peut faire bien plus qu’ai­der à résoudre les pro­blèmes de som­meil. Dans cet article, nous vous pré­sen­tons quelques-​unes des façons dont la méla­to­nine contri­bue à la santé de votre chien.

Cette hormone naturelle joue certains rôles clés

Melatonine-a-beaucoup-d'applications-pour-sante-chien
La méla­to­nine n’est pas que pour le som­meil

Une carence en méla­to­nine peut aug­men­ter l’in­flam­ma­tion géné­rale de l’or­ga­nisme. Elle peut éga­le­ment affai­blir le sys­tème immu­ni­taire.

Ces deux pro­blèmes aug­mentent le risque de mala­dies chroniques.

Il est donc vital de main­te­nir les “niveaux natu­rels” de méla­to­nine de votre chien.

Épuisement de la mélatonine du chien

Plusieurs aspects du mode de vie actuel (pour nous et nos chiens) peuvent entraî­ner une dimi­nu­tion de la méla­to­nine. Et ils sont dif­fi­ciles à éviter.

Glyphosate et mélatonine du chien

Le gly­pho­sate (l’her­bi­cide le plus connu sous le nom de Roundup) est par­tout. Il est dans notre nour­ri­ture, dans notre eau et dans notre air, sans que nous nous en ren­dions compte.

Vous n’u­ti­li­sez peut-​être pas de Roundup dans votre jar­din, mais cer­tains de vos voi­sins le font pro­ba­ble­ment. Et il est uti­lisé dans de nom­breuses cultures agri­coles, offi­ciel­le­ment ou plus discrètement.

Le gly­pho­sate nuit à l’or­ga­nisme d’in­nom­brables façons, notam­ment en appau­vris­sant la mélatonine.

Le Dr Stephanie Seneff, scien­ti­fique du MIT (Massachusetts Institute of Technology) , passe beau­coup de temps à étu­dier le gly­pho­sate. Elle a notam­ment décou­vert que le gly­pho­sate inter­fère avec la capa­cité des bac­té­ries intes­ti­nales à fabri­quer l’a­cide aminé tryptophane.

Et le tryp­to­phane est un élé­ment consti­tu­tif de la méla­to­nine et de la séro­to­nine (l’hor­mone régu­la­trice de l’hu­meur). Le cer­veau uti­lise éga­le­ment la séro­to­nine pour fabri­quer de la méla­to­nine. Le gly­pho­sate peut donc avoir un impact sur les niveaux de méla­to­nine de votre chien.

L’alimentation bio­lo­gique peut contri­buer à mini­mi­ser l’ex­po­si­tion de votre chien au gly­pho­sate. Évitez les sources poten­tielles de pes­ti­cides comme le Roundup, même si vous ne pou­vez pas vous en pro­té­ger totalement.

Fréquences et rayonnements électromagnétiques (EMF-EMR)

Il s’a­git d’une autre toxi­cité envi­ron­ne­men­tale assez récente et dont on parle de plus en plus. Les CEM-RMU dimi­nuent les niveaux de méla­to­nine dans tous les corps (humains et canins). Il s’a­git de rayon­ne­ments élec­tro­ma­gné­tiques d’o­ri­gine humaine provenant :

  • Wi-​Fi
  • Téléphones por­tables
  • Compteurs intel­li­gents
  • Téléphone sans fil
  • Ordinateurs
  • Tours de télé­pho­nie cellulaire
  • Antennes

L’exposition aux CEM et aux RME peut pro­vo­quer une carence en méla­to­nine qui entraîne des troubles du som­meil. Cela arrive même aux chiens, qui montrent des signes de dys­fonc­tion­ne­ment cognitif.

Un chan­ge­ment facile à faire est d’é­teindre votre rou­teur Wi-​Fi la nuit et lorsque vous quit­tez la maison.

La lumière électrique et mélatonine du chien

La lumière sup­prime la pro­duc­tion de méla­to­nine, ce qui est nor­mal avec la lumière du jour. Mais le corps com­mence donc à pro­duire de la méla­to­nine qu’a­près la tom­bée de la nuit.

Cela signi­fie que l’é­clai­rage élec­trique la nuit peut retar­der le début de la pro­duc­tion de mélatonine.

Les ampoules fluo­res­centes com­pactes (CFL) sup­priment la pro­duc­tion de méla­to­nine de 40 %.

Autres causes d’un faible taux de mélatonine du chien

  • Le stress
  • le manque de sommeil
  • Le syn­drome de l’in­tes­tin grêle
  • Le taba­gisme (taba­giste secon­daire pour votre chien)
  • Certains médi­ca­ments

Le manque d’ex­po­si­tion à la lumière du jour est éga­le­ment un fac­teur impor­tant. Faites donc sor­tir votre chien pour qu’il fasse de nom­breuses pro­me­nades et passe du temps au soleil ! Pas seule­ment en soirée.

On pense éga­le­ment que la pro­duc­tion de méla­to­nine dimi­nue avec l’âge, bien que cer­tains experts ne soient pas d’ac­cord. Mais cela contri­bue­rait à expli­quer pour­quoi les chiens (et les per­sonnes) âgés dorment par­fois moins la nuit.

Compte tenu de ces fac­teurs inévi­tables, que pouvez-​vous faire pour main­te­nir les niveaux de méla­to­nine de votre chien ?

Favoriser la mélatonine naturelle chez le chien

Des habi­tudes de vie saines favo­risent la pro­duc­tion de méla­to­nine par l’or­ga­nisme. Et cela com­mence comme tou­jours par l’alimentation.

Les ali­ments favo­ri­sant la pro­duc­tion de méla­to­nine (riches en tryp­to­phane) pour les chiens nour­ris avec des ali­ments crus et cor­rec­te­ment nour­ris comprennent :

  • Les viandes nour­ries à l’herbe
  • La volaille de plein air
  • Le gibier sauvage
  • Œufs frais de poules éle­vées en plein air
  • Poissons sau­vages comme le flétan
  • Du lait cru pro­ve­nant de vaches nour­ries à l’herbe (mais cer­tains chiens ne tolèrent pas bien les pro­duits lai­tiers, il faut donc être prudent).

Les légumes comme les asperges, le bro­coli et les choux de Bruxelles favo­risent éga­le­ment la pro­duc­tion de mélatonine.

Le cal­cium aide l’or­ga­nisme à fabri­quer de la méla­to­nine. Les ali­ments riches en cal­cium, tels que les os de viande crus, les sar­dines et les légumes à feuilles vert foncé, peuvent éga­le­ment y contribuer.

Si votre chien aime les fruits, les bananes, les ana­nas et les cerises aci­du­lées (enle­vez d’a­bord les noyaux !) sont de bons choix. Mais n’a­bu­sez pas des fruits, car vous lui don­ne­riez trop de sucre. Il est pré­fé­rable de les don­ner comme une frian­dise pour sti­mu­ler la mélatonine !

Pour tous les ali­ments, ache­tez des pro­duits bio­lo­giques chaque fois que vous le pou­vez, pour évi­ter les pes­ti­cides comme le glyphosate.

De bonnes habi­tudes de som­meil contri­buent éga­le­ment à la pro­duc­tion de méla­to­nine. Le corps pro­duit de la méla­to­nine la nuit. Votre chien (et vous) devez donc vous cou­cher et vous lever avec le soleil, dans la mesure du possible.

Tamisez les lumières le soir (sur­tout les ampoules LED). Éteignez les ordi­na­teurs et le Wi-​Fi. Cela per­met au corps de se détendre pour dor­mir. Dormez dans une pièce sombre et reti­rez les appa­reils élec­tro­niques de la chambre à cou­cher ou de l’en­droit où votre chien dort.

L’exercice peut éga­le­ment sti­mu­ler le taux de méla­to­nine. Faites donc de nom­breuses pro­me­nades avec votre chien – là encore, à la lumière du jour.

La mélatonine a plusieurs usages chez les chiens. 

Les plus cou­rants sont de gérer des pro­blèmes tels que :

  • L’insomnie
  • L’anxiété
  • Les troubles cognitifs
  • La dépres­sion
  • Les pro­blèmes digestifs

La mélatonine contre l’insomnie

L’insomnie canine peut être un pro­blème aussi bien pour vous que pour votre chien !

Si votre chien ne dort pas bien, il peut être agité pen­dant la nuit. Vous pou­vez l’en­tendre bou­ger, gémir ou hale­ter. Et bien sûr, cela peut aussi affec­ter votre sommeil !

Même si votre chien éveillé ne vous dérange pas… vous remar­que­rez peut-​être qu’il a l’air plus som­nolent ou plus léthar­gique pen­dant la jour­née. Il peut même sem­bler un peu déso­rienté (tout comme nous lorsque nous sommes pri­vés de sommeil).

Comme la méla­to­nine contri­bue à régu­ler le cycle veille-​sommeil, elle peut aider votre chien à mieux se repo­ser la nuit.

La mélatonine du chien contre l’anxiété

La méla­to­nine peut avoir un effet cal­mant sur votre chien anxieux ou craintif.

J’ai déjà men­tionné la séro­to­nine. La séro­to­nine est l’ ”hor­mone du bien-​être” qui peut amé­lio­rer l’hu­meur de votre chien. Mais en plus de cela, la séro­to­nine aide le corps à pro­duire de la méla­to­nine, dont les effets cal­mants ont été prouvés.

La méla­to­nine peut aider cer­tains chiens souf­frant de pho­bies comme les orages ou les feux d’ar­ti­fice. Elle peut éga­le­ment aider un chien souf­frant d’an­xiété de séparation.

La mélatonine du chien contre le dysfonctionnement cognitif canin (DCC)

Il est sou­vent pres­cris de la méla­to­nine pour le DCC, qui est un trouble assez cou­rant chez les chiens âgés.

Votre chien âgé peut mon­trer des signes de per­tur­ba­tion du som­meil, en hale­tant et en fai­sant les cent pas la nuit. Il peut aussi avoir ten­dance à être déso­rienté ou confus ou pré­sen­ter d’autres com­por­te­ments inha­bi­tuels. Il peut même avoir des acci­dents à l’intérieur.

La méla­to­nine peut aider à lut­ter contre la DCC. Sa capa­cité à modé­rer le cycle veille-​sommeil peut aider votre senior à mieux se repo­ser la nuit. Les chiens atteints de DCC peuvent aussi se sen­tir anxieux et, comme déjà dit, la méla­to­nine peut avoir un effet calmant.

Par ailleurs, la pro­duc­tion de méla­to­nine peut dimi­nuer avec l’âge, l’é­pui­se­ment de cette hor­mone pour­rait éga­le­ment être un fac­teur du trouble du com­por­te­ment de votre chien.

La mélatonine du chien pour la santé intestinale

La méla­to­nine est pro­duite en grande quan­tité dans le trac­tus gastro-​intestinal, où elle favo­rise la santé du microbiome.

Une étude menée en 2018 sur des sou­ris a mon­tré que la méla­to­nine aidait à sti­mu­ler la diver­sité des bonnes bac­té­ries intes­ti­nales (2). Dans la même étude, les effets anti­oxy­dants de la méla­to­nine ont amé­lioré la résis­tance au stress oxy­da­tif chez les souris.

La méla­to­nine peut éga­le­ment favo­ri­ser un tran­sit intes­ti­nal régu­lier, en aidant à contrô­ler la consti­pa­tion et la diar­rhée. La méla­to­nine peut éga­le­ment avoir des pro­prié­tés anti­fon­giques. Il a été démon­tré qu’elle aide à lut­ter contre le can­dida (levure). Elle peut éga­le­ment aider à répa­rer le syn­drome de l’in­tes­tin qui fuit. Cela signi­fie qu’elle peut être utile pour résoudre les pro­blèmes de peau et autres pro­blèmes chroniques.

La mélatonine pour l’immunité du chien

La méla­to­nine montre des avan­tages impor­tants pour ren­for­cer le sys­tème immunitaire.

Une étude espa­gnole de 2013 a exa­miné les effets de la méla­to­nine sur diverses infec­tions (bac­té­riennes, virales et para­si­taires) (3). L’étude s’est inté­res­sée aux condi­tions inflam­ma­toires ou auto-​immunes, ainsi qu’à leurs actions immuno-​modulatrices dans la réponse immunitaire.

Les cher­cheurs ont noté que de nom­breuses espèces de mam­mi­fères et d’oi­seaux pos­sèdent des récep­teurs de méla­to­nine dans une grande variété d’or­ganes et de cel­lules immunitaires.

Ils ont conclu que “le rôle de la méla­to­nine comme effec­teur pou­vant modu­ler le sys­tème immu­ni­taire est indéniable.”

Certaines études sug­gèrent éga­le­ment que la méla­to­nine est pro­met­teuse dans la lutte contre le can­cer, en par­ti­cu­lier les can­cers du sein et de la prostate.

La mélatonine contre la perte de poils

Certains chiens connaissent une perte de poils (alo­pé­cie). C’est sou­vent sai­son­nier, et la perte de poils se pro­duit prin­ci­pa­le­ment sur les flancs et le dos.

L’alopécie étant fré­quente au prin­temps, elle peut être due à un manque de lumière solaire pen­dant l’hi­ver. En fait, même les vété­ri­naires conven­tion­nels pres­crivent de la méla­to­nine pour cette affec­tion. (Les éle­veurs de visons donnent éga­le­ment de la méla­to­nine en hiver pour sti­mu­ler le pelage épais des animaux).

La mélatonine pour les organes vitaux

La méla­to­nine du chien a des effets pro­tec­teurs sur de nom­breux organes impor­tants de l’organisme.

Foie

Le foie peut être endom­magé lors­qu’il est bom­bardé par trop de toxines. Les effets anti­oxy­dants de la méla­to­nine aident à pro­té­ger le foie. Elle peut réduire l’in­flam­ma­tion, pré­ve­nir la mort cel­lu­laire et favo­ri­ser la santé des mito­chon­dries. Cette acti­vité peut aider à pré­ve­nir l’ac­cu­mu­la­tion de toxines.

Les reins

Comme le foie, les reins peuvent être sub­mer­gés par trop de toxines… comme les pes­ti­cides, les pro­duits chi­miques et les métaux lourds. Les pro­prié­tés anti­oxy­dantes de la méla­to­nine peuvent contri­buer à pro­té­ger les reins des dommages.

Cerveau

La méla­to­nine peut tra­ver­ser la bar­rière hémato-​encéphalique. Ses capa­ci­tés neu­ro­pro­tec­trices peuvent pro­té­ger le cerveau.

En sta­bi­li­sant la bar­rière hémato-​encéphalique … la méla­to­nine peut limi­ter les lésions céré­brales dues à des fac­teurs de stress tels que les lésions céré­brales trau­ma­tiques ou les acci­dents vas­cu­laires céré­braux. Elle peut aider à lut­ter contre les mala­dies du cer­veau comme la mala­die d’Alzheimer ou de Parkinson.

Elle peut éga­le­ment contri­buer à pré­ve­nir les dom­mages cau­sés par l’ex­po­si­tion aux CEM et aux RME. Et n’ou­bliez pas que les CEM-RMU épuisent éga­le­ment la mélatonine.

Poumons

J’ai men­tionné que la méla­to­nine est un puis­sant anti­oxy­dant et un modu­la­teur immu­ni­taire. Ces rôles signi­fient qu’elle peut éga­le­ment contri­buer à pro­té­ger les pou­mons des agents patho­gènes viraux et autres.

La méla­to­nine a été asso­ciée à la pro­tec­tion des pou­mons contre les lésions oxy­da­tives, la libé­ra­tion de cyto­kines pro-​inflammatoires et le recru­te­ment de cel­lules inflammatoires.

(Non per­ti­nent pour les chiens, mais les cher­cheurs sup­posent que la méla­to­nine pour­rait être un trai­te­ment com­plé­men­taire utile pour le COVID-19). (4)

Thyroïde

Des études ani­males indiquent que la méla­to­nine peut contri­buer à pro­té­ger la glande thy­roïde contre les dys­fonc­tion­ne­ments. Et son rôle d’im­mu­no­mo­du­la­teur pour­rait être un fac­teur. Les mala­dies thy­roï­diennes auto-​immunes sont le type d’af­fec­tion auto-​immune le plus cou­rant et sont sou­vent le résul­tat d’une sur-​vaccination des chiens.

Cœur

La méla­to­nine peut contri­buer à pré­ve­nir les dom­mages car­dio­vas­cu­laires dus au stress oxydatif.

Elle peut contri­buer à réduire la pres­sion arté­rielle. Elle peut empê­cher l’hy­per­tro­phie du cœur (insuf­fi­sance car­diaque). Et elle peut inhi­ber la fibrose (cica­tri­sa­tion) du tissu cardiaque.

Autres bienfaits de la mélatonine du chien

La méla­to­nine peut éga­le­ment contribuer :

Au ralentissement du vieillissement – Anti-âge

Le puis­sant pou­voir anti­oxy­dant de la méla­to­nine et sa capa­cité à sup­pri­mer le cor­ti­sol en font un bon agent anti-​vieillissement et anti-stress.

A la solidité osseuse

Dans une étude, des rats ayant reçu de la méla­to­nine pré­sen­taient un volume osseux plus élevé, avec des os plus épais (5). Ils pré­sen­taient éga­le­ment une plus grande quan­tité de l’ ”écha­fau­dage” de col­la­gène sur lequel les os sont construits, appelé tra­bé­cules. Les os du groupe traité à la méla­to­nine étaient plus solides et moins sus­cep­tibles de se briser.

A la détoxification

La méla­to­nine aide à la ché­la­tion des métaux lourds. Elle est éga­le­ment conseillée en tant que com­plé­ment pour les per­sonnes souf­frant de sen­si­bi­lité élec­tro­ma­gné­tique. Je vois de nom­breux cas qui en ont besoin pour les deux grandes toxi­ci­tés envi­ron­ne­men­tales, le gly­pho­sate et les EMF-EMR.

Ces uti­li­sa­tions dépendent de la dose. Il faut donc tou­jours consul­ter un expert avant d’i­ni­tier un traitement.

Dose de mélatonine pour les chiens

Pour d’autres uti­li­sa­tions de la méla­to­nine chez les chiens, voici des recom­man­da­tions de dosage :

  • Chiens de moins de 10 kgs : 1,5 mg
  • Chiens de taille moyenne à grande, de 11 à 45 kg : 3 mg
  • Chiens de plus de 45 kg : 6 mg

Vous pou­vez admi­nis­trer ces quan­ti­tés une ou deux fois par jour. Si vous les admi­nis­trez une fois par jour, don­nez la méla­to­nine le soir.

Suppléments de mélatonine pour les chiens

Melatonine-naturelle-meilleure-pour-sante-chien

Avec tous les biens faits éton­nants de la méla­to­nine, vous pour­riez être tenté de vous pré­ci­pi­ter dans votre maga­sin de pro­duits natu­rels pour faire le plein de mélatonine.

Mais la méla­to­nine natu­relle (créée par l’or­ga­nisme) est le meilleur moyen pour votre chien de béné­fi­cier des bien­faits de cette hor­mone. Les sup­plé­ments de méla­to­nine (N‑acétyl-​5-​méthoxytryptamine) sont syn­thé­tiques et peuvent donc ne pas être bien absorbés.

Suivez les conseils ci-​dessus pour vous assu­rer que les niveaux de méla­to­nine de votre chien res­tent corrects.

Si vous devez don­ner un com­plé­ment, veillez à ache­ter un com­plé­ment pur et de bonne qualité.

  • Cherchez-​en un sans ingré­dients sup­plé­men­taires. Certains sup­plé­ments contiennent éga­le­ment de la séro­to­nine, qui ne doit pas être admi­nis­trée sous forme de supplément. 
  • D’autres peuvent conte­nir des pro­duits de rem­plis­sage ou même un édul­co­rant comme le xyli­tol (mor­tel pour les chiens), alors faites attention.
  • Consultez votre vété­ri­naire holis­tique si vous avez des doutes sur les com­plé­ments de méla­to­nine pour votre chien. Demandez-​lui quelle marque et quel dosage sont les meilleurs. Sinon, sui­vez les recom­man­da­tions de dosage ci-​dessus, en uti­li­sant ces niveaux comme dose maximale.
  • Pour lut­ter contre l’ex­po­si­tion aux champs élec­tro­ma­gné­tiques, le Dr Dietrich Klinghardt recom­mande la méla­to­nine liposomale.

Il existe éga­le­ment une forme homéo­pa­thique de méla­to­nine qui peut aider à lut­ter contre l’in­som­nie et d’autres troubles. Là encore, deman­dez à votre homéo­pathe si vous sou­hai­tez l’essayer.

Sécurité de la mélatonine

La méla­to­nine est sûre. Peu de cas d’ef­fets indé­si­rables ont été signa­lés, sur­tout à faible dose, entre 0,5 et 5 mg. La méla­to­nine à libé­ra­tion pro­lon­gée est très sûre aussi si elle est prise à des doses normales.

Mises en garde concer­nant la méla­to­nine à long terme
L’innocuité de l’u­ti­li­sa­tion à long terme n’est pas claire, aussi n’ad­mi­nis­trez la méla­to­nine que pour une uti­li­sa­tion à court terme.

Ne don­nez pas de méla­to­nine avec ces médicaments :

  • Anticoagulants et antiplaquettaires
  • Anticonvulsivants
  • Médicaments contre le diabète
  • Immunosuppresseurs (sté­roïdes)

Évitez la méla­to­nine chez les ani­maux en ges­ta­tion ou en lactation.

Conclusion

Les bien­faits de la méla­to­nine ne se limitent pas uni­que­ment à ce qui pré­cède. Il ne fait aucun doute que la méla­to­nine est notre plus grand pro­duit bio­chi­mique mul­ti­tâche pour les chiens.

Références :

  1. Tordjman S, et al. Melatonin : Pharmacology, Functions and Therapeutic Benefits. Curr Neuropharmacol. 2017 Apr;15(3):434 – 443.
  2. Li Y, et al. Le rôle du micro­biome dans l’in­som­nie, les per­tur­ba­tions cir­ca­diennes et la dépres­sion. Front Psychiatry. 2018 Dec 5;9:669.
  3. Carrillo-​Vico A, et al. La méla­to­nine : un tam­pon pour le sys­tème immu­ni­taire. Int J Mol Sci. 2013 22 avril;14(4):8638 – 83.
  4. Bahrampour Juybari K, et al. Potentiels de la méla­to­nine contre les infec­tions virales, notam­ment le COVID-19 : Current evi­dence and new fin­dings. Virus Res. 2020 Oct 2;287:198108.
  5. Tresguerres IF, et al. Complément ali­men­taire à base de méla­to­nine comme thé­ra­pie anti-​âge pour la perte osseuse liée à l’âge. Rejuvenation Res. 2014 Aug;17(4):341 – 6.


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.