Probiotiques-pour-chiens-image-photo-microscope

Probiotiques pour chiens : ce qu’il faut savoir

Les pro­bio­tiques pour chiens ont un impact sans égal sur le sys­tème immu­ni­taire et la santé des chiens. Les bac­té­ries intes­ti­nales jouent en effet un rôle impor­tant dans la santé et la mala­die. Il est donc impor­tant de sou­te­nir le micro­biome de votre chien en uti­li­sant les bons pro­bio­tiques et aux bons moments.

Qu’est-​ce que le microbiome ?

Des bac­té­ries vivent dans toutes les par­ties du tube diges­tif de votre chien. Quelques-​unes seule­ment vivent dans l’es­to­mac mais leur nombre aug­mente au fur et à mesure que l’on des­cend dans les intes­tins. Et c’est dans le côlon de votre chien que l’on trouve de loin le plus grand nombre de bactéries.

La com­mu­nauté com­plexe de bac­té­ries et autres micro-​organismes pré­sents dans l’in­tes­tin de votre chien est appe­lée le micro­biome. Ces bac­té­ries fonc­tionnent toutes ensemble, comme n’im­porte quel autre organe. En fait, les scien­ti­fiques appellent le micro­biome “l’or­gane oublié”.
Chaque micro­biome est unique pour chaque chien, tout comme une empreinte digi­tale. Cela s’ex­plique par le fait que chaque chien est exposé à un envi­ron­ne­ment et à un régime ali­men­taire spécifiques.

Que sont les probiotiques pour chiens ?

Les pro­bio­tiques pour chiens sont des orga­nismes vivants qui ont des effets béné­fiques sur la santé. Ces bonnes bac­té­ries se trouvent dans l’in­tes­tin de votre chien, dans les ali­ments fer­men­tés et dans les sup­plé­ments. Certaines espèces de levures sont éga­le­ment consi­dé­rées comme probiotiques.

Les bac­té­ries béné­fiques ont des fonc­tions essen­tielles dans l’or­ga­nisme de votre chien. Elles contri­buent à :

  • Promouvoir la santé intes­ti­nale du chien dans sa globalité
  • Digérer les aliments
  • Produire des vita­mines essen­tielles (notam­ment la vita­mine K et les vita­mines B)
  • Produire de la séro­to­nine et influen­cer l’humeur
  • Réduire le pH intestinal
  • Éliminer les bac­té­ries nuisibles
  • Produire des enzymes
  • Produire des acides gras qui décou­ragent la crois­sance des bac­té­ries nuisibles.
  • Soutenir le sys­tème immunitaire

Comment les probiotiques soutiennent le système immunitaire

Les bac­té­ries aiment vivre dans l’in­tes­tin de votre chien car elles mangent les mêmes ali­ments que lui (ou plus exac­te­ment, elles font fer­men­ter ces ali­ments). Les bac­té­ries aiment par­ti­cu­liè­re­ment man­ger des fibres, et cela tombe bien car votre chien ne peut pas les digé­rer en l’é­tat. Lorsque les bac­té­ries mangent des fibres, elles “expulsent” des acides gras à chaîne courte (AGCC). Les pro­bio­tiques pour chiens sont donc un excellent moyen d’ap­por­ter à votre chien davan­tage d’AGCC sains. Les trois prin­ci­paux AGCC sont :

  • Acétate
  • Proprionate
  • Butyrate

Les acides gras à chaîne courte res­tent dans le côlon de votre chien ou voyagent dans son orga­nisme. Dans les deux cas, ils jouent un rôle essen­tiel dans la santé et l’im­mu­nité de votre chien. Ils peuvent :

  • Nourrir les bac­té­ries amies et décou­ra­ger la crois­sance des bac­té­ries nocives.
  • Contribuer à la for­ma­tion de la couche pro­tec­trice de mucus de l’intestin
  • Maintenir rap­pro­chées les cel­lules qui tapissent l’in­tes­tin (ils empêchent ainsi les fuites intes­ti­nales – Porosité de l’intestin)
  • Réduire le taux de glu­cose, ce qui pro­tège contre les mala­dies méta­bo­liques et l’obésité
  • Construire d’im­por­tantes cel­lules T dans le sys­tème immu­ni­taire, ce qui contri­bue à réduire l’in­flam­ma­tion chronique.
  • Protègent contre les aller­gènes alimentaires
  • Aident l’or­ga­nisme à absor­ber le cal­cium, le magné­sium, le fer et d’autres nutriments.

Étant donné que 80 % du sys­tème immu­ni­taire de votre chien se trouve dans son intes­tin, une popu­la­tion bac­té­rienne diver­si­fiée et bien peu­plée est essen­tielle à la santé de votre chien.

Les avantages des probiotiques pour la santé des chiens

Comme les bac­té­ries “amies” sou­tiennent le sys­tème immu­ni­taire de votre chien, la plu­part des chiens peuvent tirer pro­fit des pro­bio­tiques. Il existe en effet une grande variété de pro­blèmes de santé qui peuvent être réso­lus par les probiotiques :

De petites modi­fi­ca­tions des espèces de bac­té­ries vivant dans l’in­tes­tin de votre chien peuvent avoir un impact notable sur leur hôte. Les mala­dies men­tion­nées ci-​dessus sont toutes liées à des modi­fi­ca­tions des popu­la­tions bac­té­riennes du micro­biome de votre chien.

Bien entendu, si votre chien pos­sède une grande diver­sité de bac­té­ries dans son intes­tin, ces chan­ge­ments sont moins sen­sibles sur l’é­qui­libre de l’en­semble. Les popu­la­tions bac­té­riennes impor­tantes signi­fient aussi que les modi­fi­ca­tions bac­té­riennes auront un impact moindre sur la santé de votre chien. D’autant que les varia­tions bac­té­riennes sont fré­quentes. Les modi­fi­ca­tions bac­té­riennes peuvent être cau­sées par :

  • Les anti­bio­tiques
  • Les médi­ca­ments
  • Les toxines
  • Le vieillis­se­ment
  • Un régime riche en amidon
  • Un régime riche en graisses

Note : voir les pro­bio­tiques pour évi­ter de bros­ser les dents du chien

Quel type de probiotiques convient le mieux aux chiens ?

Lorsque vous choi­sis­sez des pro­bio­tiques pour chiens, le type que vous uti­li­sez dépend vrai­ment de la santé et des besoins de votre chien. Voici quelques-​unes des souches de pro­bio­tiques les mieux étu­diées et les plus effi­caces pour les chiens (ainsi que les quan­ti­tés à utiliser).

Probiotiques à base d’acide lactique

La grande majo­rité des pro­bio­tiques pour chiens sont des bac­té­ries lac­tiques, géné­ra­le­ment issues du lait fer­menté. Le nom de leur souche figure sur l’é­ti­quette du sup­plé­ment, ainsi que le nom de l’es­pèce. Les espèces Bifidobacterium et Lactobacillus sont sou­vent indi­quées par B. ou L. Ainsi, vous pou­vez voir B. Longum ou L. Acidophilus.

Les espèces de Lactobacillus trans­forment le sucre du lait en acide lac­tique, qui inhibe la crois­sance des bac­té­ries nui­sibles dans l’in­tes­tin. Comme les Lactobacillus, les espèces de Bifidobacterium pro­duisent de l’a­cide lac­tique, mais elles ne sont pas consi­dé­rées comme des bac­té­ries lac­tiques. Les Bifidobacterium vivent dans le côlon et peuvent inter­agir avec les cel­lules immu­ni­taires. Ils peuvent évin­cer les bac­té­ries nui­sibles et aider à sou­te­nir le sys­tème immu­ni­taire.
Un nombre faible de Lactobacillus et de Bifidobacterium a été asso­cié à l’an­xiété.

Les pro­bio­tiques Lactobacillus et Bifidobacterium sont assez fra­giles et ne durent géné­ra­le­ment qu’en­vi­ron 24 heures avant d’être éli­mi­nés de l’in­tes­tin. Mais même s’il est peu pro­bable qu’ils colo­nisent l’or­ga­nisme, leur ADN demeure et ils peuvent encore offrir de nom­breux avan­tages pour la santé. Globalement, ce sont des pro­bio­tiques utiles pour les chiens souf­frant de diar­rhée.

Les dif­fé­rentes souches de pro­bio­tiques lac­tiques comprennent :

Lactobacillus Acidophilus
Il s’a­git de la bac­té­rie éprou­vée que l’on trouve dans la plu­part des pro­bio­tiques. Elle a fait l’ob­jet de nom­breuses recherches sur les chiens et peut aug­men­ter les popu­la­tions de Lactobacillus dans l’in­tes­tin et réduire les popu­la­tions de clos­tri­dies nui­sibles. Elle a éga­le­ment un effet favo­rable sur les cel­lules immunitaires.

Lactobacillus Casei
Ce pro­bio­tique vit dans la muqueuse des ani­maux. C’est un élé­ment impor­tant de l’axe intestin-​cerveau et il peut affec­ter l’hu­meur et les émotions.

Lactobacillus Plantarum et Lactobacillus Rhamnosus
Ces pro­bio­tiques ont été étu­diés chez les chiens et ont mon­tré un bien meilleur taux de sur­vie. Ils aident à construire des parois du côlon saines chez les chiens souf­frant de SCI et peuvent réduire la diar­rhée liée aux anti­bio­tiques. De faibles niveaux de Lactobacillus rham­no­sus ont été asso­ciés à l’an­xiété chez les chiens.

Bifidobacterium Animalis
Ce pro­bio­tique s’est avéré utile pour gérer la diar­rhée aiguë chez les chiens.

Bifidobacterium Longum
Ce pro­bio­tique a été étu­dié chez les chiens et agit éga­le­ment sur l’axe intestin-​cerveau. Une étude réa­li­sée par Purina a révélé qu’un nombre plus impor­tant de Bifidobacterium lon­gum peut réduire les signes de stress chez les chiens. B. lon­gum peut éga­le­ment aider à lut­ter contre la diar­rhée et les aller­gies alimentaires.

Enterococcus Faecium
Les enté­ro­coques sont une autre bac­té­rie lac­tique qui inhibe la crois­sance des bac­té­ries nui­sibles dans l’in­tes­tin. Ce pro­bio­tique sur­vit mieux à l’a­ci­dité de l’in­tes­tin du chien que la plu­part des espèces de Lactobacillus et de Bifidobacterium. Bien que ce pro­bio­tique soit sain pour les chiens, il a récem­ment fait l’ob­jet de cri­tiques. Les scien­ti­fiques craignent qu’il ne pro­voque des infec­tions à enté­ro­coques résis­tantes aux anti­bio­tiques chez l’homme. Mais il est défi­ni­ti­ve­ment béné­fique pour les chiens et consti­tue un ajout bien étu­dié aux pro­bio­tiques canins.

Pediococcus Acidilactici
P. aci­di­lac­tici est une autre bac­té­rie lac­tique qui s’a­vère très pro­met­teuse dans les études sur les chiens. Elle a été uti­li­sée avec suc­cès pour gérer les pro­blèmes de peau et les fuites intestinales.

Levure probiotique

Saccharomyces bou­lar­dii est une levure saine qui fait par­tie de la caté­go­rie des pro­bio­tiques pour chiens. Saccharomyces bou­lar­dii est uti­lisé pour trai­ter les diar­rhées aiguës et chro­niques chez l’homme. Un essai récent fait sur des chiens a mon­tré les mêmes avan­tages. S. bou­lar­dii a éga­le­ment été uti­lisé avec suc­cès pour trai­ter le Candida et les levures. Le S. bou­lar­dii aide éga­le­ment à résoudre les pro­blèmes diges­tifs cau­sés par une inflam­ma­tion chro­nique. Il peut modi­fier les voies de signa­li­sa­tion cel­lu­laire dans le sys­tème immunitaire.

La par­ti­cu­la­rité de S. bou­lar­dii est qu’il ne peut pas être tué par les anti­bio­tiques. Il peut être pris en même temps que les anti­bio­tiques pour aider à pro­té­ger les bac­té­ries intes­ti­nales béné­fiques et pré­ve­nir les diar­rhées liées aux anti­bio­tiques. C’est donc l’un des meilleurs pro­bio­tiques pour les chiens sous antibiotiques.

Probiotiques sporulés

Contrairement à Lactobacillus et Bifidobacterium, les souches Bacilli des pro­bio­tiques forment des spores. Ces bac­té­ries peuvent for­mer un revê­te­ment dur qui les pro­tège de la cha­leur, des acides gas­triques et de la plu­part des anti­bio­tiques. En fait, de nom­breux anti­bio­tiques sont fabri­qués à par­tir de pro­bio­tiques de sol pour cette raison.

Les bacilles sont éga­le­ment appe­lés pro­bio­tiques “de sol” pour chiens car on les trouve cou­ram­ment et natu­rel­le­ment dans le sol et l’eau. Les souches les plus cou­ram­ment uti­li­sées sont les suivantes :

Bacillus Coagulans
Le B. coa­gu­lans est une bac­té­rie pro­duc­trice d’a­cide lac­tique, ce qui signi­fie qu’elle peut évin­cer les bac­té­ries inami­cales. Le Bacillus coa­gu­lans est éga­le­ment anti-​inflammatoire et peut avoir un effet mar­qué sur les mala­dies diges­tives inflam­ma­toires, ce qui en fait un bon pro­bio­tique pour les chiens souf­frant de diar­rhée. Et une étude de 2016 montre éga­le­ment qu’il a amé­lioré la poly­ar­thrite rhu­ma­toïde chez les rats.

Bacillus Indicus
B. indi­cus est un pro­bio­tique unique car il pro­duit de grandes quan­ti­tés de caro­té­noïdes. Ce sont les pig­ments jaunes et orange des plantes. Les caro­té­noïdes sont sur­tout de puis­sants anti­oxy­dants. B. Indicus pro­duit éga­le­ment des vita­mines B, de la vita­mine K2 et des qui­nols. C’est un avan­tage pour les chiens atteints de PEV et ceux qui ont besoin d’en­zymes digestives.

Bacillus Subtilis
B. Subtilis est un habi­tant de l’in­tes­tin des chiens en bonne santé. Il était uti­lisé pour trai­ter les infec­tions des voies uri­naires avant le déve­lop­pe­ment des anti­bio­tiques. Comme B. coa­gu­lens, B. sub­ti­lis a une forte influence sur le sys­tème immu­ni­taire. Il contri­bue à la pro­duc­tion d’IgA, un anti­corps sou­vent en défi­cit chez les chiens atteints de mala­dies auto-​immunes. L’IgA ren­force la paroi intes­ti­nale et pro­duit éga­le­ment de la vita­mine K.

De nom­breux pro­bio­tiques Lactobacillus et Bifidobacterum sont fabri­qués à par­tir de pro­duits lai­tiers, mais S. bou­lar­dii et les pro­bio­tiques spo­ru­lés ne le sont pas. Ils font donc par­tie des meilleurs pro­bio­tiques pour les chiens aller­giques, notam­ment aux pro­duits laitiers.

Existe-​t-​il des probiotiques naturels ?

Les bac­té­ries fer­mentent les fibres et les sucres. On les trouve donc sou­vent dans les ali­ments. Voici quelques exemples d’a­li­ments pro­bio­tiques courants :

Le yaourt probiotique

Le yaourt est un lait fer­menté fabri­qué avec les bac­té­ries Streptococcus ther­mo­phi­lus et Lactobacillus bul­ga­ri­cus. L’utilisation du yaourt comme pro­bio­tique pose quelques pro­blèmes. Premièrement, les pro­duits lai­tiers peuvent pro­vo­quer des inflam­ma­tions et des pro­blèmes immu­ni­taires chez les chiens. Ensuite, la plu­part des yaourts contiennent très peu de pro­bio­tiques. Enfin, la plu­part des yaourts sont riches en sucre, ce qui peut entraî­ner des modi­fi­ca­tions indé­si­rables de la flore intestinale.

Aliments fer­men­tés et prébiotiques

Les ali­ments tels que le chaga, le kéfir et le kim­chi peuvent consti­tuer un élé­ment sain de l’a­li­men­ta­tion de votre chien.
Ce qui est unique dans les ali­ments fer­men­tés, c’est le très grand nombre de pré­bio­tiques qu’ils contiennent.
Les pré­bio­tiques ne font pas de dis­tinc­tion entre les espèces de bac­té­ries qu’ils nour­rissent, de sorte que les ali­ments fer­men­tés peuvent poten­tiel­le­ment nour­rir des bac­té­ries et des levures nui­sibles.
Les ali­ments fer­men­tés peuvent éga­le­ment consti­tuer un pro­blème pour les chiens souf­frant de SIBO (pro­li­fé­ra­tion bac­té­rienne dans l’in­tes­tin grêle) et d’in­fec­tions à levures ; à uti­li­ser avec modé­ra­tion et prudence.

Aliments pré­bio­tiques

Ail-et-chien-gousses-dail-pour-santé-du-chien
Bienfaits de l’ail pour le chien

Les ali­ments riches en fibres sont le meilleur choix pour nour­rir les popu­la­tions de bac­té­ries béné­fiques et favo­ri­ser un intes­tin sain. Voici quelques ajouts pré­bio­tiques sains à l’a­li­men­ta­tion de votre chien :

Choisir un supplément probiotique

La quan­tité de pro­bio­tique que vous don­nez à votre chien dépend du type de pro­bio­tique que vous choi­sis­sez. Pour les bac­té­ries lac­tiques, il est pré­fé­rable de choi­sir un sup­plé­ment conte­nant plu­sieurs souches. La plu­part des études sur les pro­bio­tiques uti­lisent un mélange de souches, car les résul­tats obte­nus avec des souches uniques ne sont pas aussi bons.

Les bac­té­ries lac­tiques étant faci­le­ment détruites dans l’in­tes­tin, il vous faut un pro­duit conte­nant un grand nombre d’u­ni­tés for­ma­trices de colo­nies (UFC). En géné­ral, il faut au moins 10 mil­liards d’UFC pour qu’un pro­bio­tique vivant sur­vive dans l’in­tes­tin de votre chien. Ce chiffre convient aux chiens en bonne santé, mais si votre chien a des pro­blèmes diges­tifs ou immu­ni­taires, il faut comp­ter de 25 à 50 mil­liards d’UFC pour un chien de taille moyenne à grande. Saccharomyces bou­lar­dii est beau­coup plus résis­tant que les pro­bio­tiques à base de pro­duits lai­tiers, de sorte qu’une plus petite quan­tité peut être don­née. En géné­ral, vous pou­vez don­ner un demi-​milliard à 5 mil­liards de CFU.

Si vous envi­sa­gez d’u­ti­li­ser un pro­bio­tique pour chien sous forme de spores, vous pou­vez éga­le­ment uti­li­ser une plus petite quan­tité d’UFC car elles sur­vivent faci­le­ment à l’a­ci­dité de l’in­tes­tin. Recherchez envi­ron 1 mil­liard d’UFC.

Est-​il possible de donner des probiotiques à mon chien tous les jours ?

La plu­part des chiens ont besoin d’un pro­bio­tique quo­ti­dien, en par­ti­cu­lier ceux qui mangent des cro­quettes ou qui ont un régime riche en ami­don. Cependant, les chiens souf­frant d’une pro­li­fé­ra­tion bac­té­rienne de l’in­tes­tin grêle ou de gaz exces­sifs ne doivent pas prendre de pro­bio­tiques quotidiennement.

Que disent les vétérinaires des probiotiques pour chiens ?

La plu­part des vété­ri­naires sont d’ac­cord pour don­ner des pro­bio­tiques aux chiens et beau­coup en vendent même dans leur propre cli­nique. Ils vous deman­de­ront sim­ple­ment de don­ner à votre chien un pro­bio­tique conte­nant des souches bien étudiées.

Quels types de probiotiques sont les meilleurs pour les chiens ?

Les pro­bio­tiques à “de sol” sont un excellent choix pour les chiens. Ils ne consomment plus de bac­té­ries pro­ve­nant du sol comme ils le fai­saient natu­rel­le­ment lors­qu’ils vivaient à l’é­tat sau­vage dans la nature. Ces souches bac­té­riennes sont éga­le­ment plus résis­tantes et plus sus­cep­tibles de sur­vivre à l’en­vi­ron­ne­ment intes­ti­nal dif­fi­cile du chien.

Les probiotiques ont-​ils des effets secondaires ?

Dans la plu­part des cas, les pro­bio­tiques pour chiens sont un com­plé­ment tota­le­ment sûr qui a fait l’ob­jet de nom­breuses études de sécu­rité. Les effets secon­daires les plus fré­quents sont les troubles diges­tifs, les gaz et les ballonnements.

Cependant, le pro­blème le plus fré­quent avec les pro­bio­tiques est qu’ils ne sont pas tou­jours effi­caces. Voici quelques cas où les pro­bio­tiques pour chiens ne sont pas for­cé­ment la meilleure approche pour la santé :

  • Surcroissance des petites bac­té­ries intes­ti­nales (SIBO)
    La plu­part des bac­té­ries de votre chien sont des­ti­nées à vivre dans son côlon. La pro­li­fé­ra­tion des bac­té­ries de l’in­tes­tin grêle (SIBO) se pro­duit lors­qu’un nombre anor­ma­le­ment élevé de bac­té­ries s’ins­talle dans l’in­tes­tin grêle. Ces bac­té­ries peuvent inter­fé­rer avec la diges­tion et l’ab­sorp­tion des nutri­ments dans l’in­tes­tin grêle. On estime qu’en­vi­ron 80 % des per­sonnes souf­frant de pro­blèmes diges­tifs chro­niques sont atteintes de SIBO. Le SIBO peut être causé par plu­sieurs fac­teurs, notamment :
    • Les régimes ali­men­taires riches en sucre et en glucides
    • Une moti­lité intes­ti­nale réduite
    • Des médi­ca­ments qui per­turbent le micro­biome (anti­bio­tiques et sté­roïdes).

      Les symp­tômes du SIBO sont les suivants :
    • Diarrhée chro­nique ou intermittente
    • Perte de poids
    • Reflux gastro-​œsophagien (RGO)
    • Gaz
    • SII (ou mala­die intes­ti­nale inflammatoire)
    • Intolérances ali­men­taires
    • Problèmes de peau
    • Fuite intes­ti­nale

Les bac­té­ries spo­ru­lées (à base “sol”) sont un meilleur choix si vous pen­sez que votre chien est atteint du SIBO. Ces pro­bio­tiques pos­sèdent un revê­te­ment pro­tec­teur qui leur per­met de res­ter à l’é­tat de spores jus­qu’à ce que leur envi­ron­ne­ment soit sûr. Cela leur per­met de tra­ver­ser l’in­tes­tin grêle et de colo­ni­ser le côlon.

  • Probiotiques et chiens sous anti­bio­tiques
    Cette étude de 2018 a de quoi vous sur­prendre. Elle a révélé que l’ad­mi­nis­tra­tion de pro­bio­tiques Lactobacillus après la prise d’an­ti­bio­tiques entraî­nait un retard dans la récu­pé­ra­tion du micro­biome. Et la récu­pé­ra­tion était moins com­plète par rap­port au groupe où aucun pro­bio­tique n’a été donné. Les meilleurs pro­bio­tiques pour aider à res­tau­rer le micro­biome de votre chien après la prise d’an­ti­bio­tiques sont Saccharomyces bou­lar­dii et les pro­bio­tiques à base “sol” (Bacillus sub­ti­liis et Bacillus coagulans).

Combien de temps les chiens doivent-​ils prendre des probiotiques ?

Si vous don­nez des pro­bio­tiques pour chiens dans le cadre d’un pro­gramme de santé pré­ven­tive, vous pou­vez les don­ner presque tous les jours. Les pro­bio­tiques à base “sol” sont géné­ra­le­ment un meilleur choix pour les pro­bio­tiques de tous les jours, car ils sont moins sus­cep­tibles de pro­vo­quer le SIBO.

Si votre chien souffre de diar­rhée, un pro­bio­tique lac­tique à forte UFC devrait l’ai­der en quelques jours. Certaines études montrent que les pro­bio­tiques peuvent réduire de moi­tié le temps de récu­pé­ra­tion. Il est pré­fé­rable de pour­suivre la prise de pro­bio­tiques pen­dant quelques semaines, afin de résoudre les pro­blèmes intes­ti­naux sous-jacents.

Si votre chien souffre de diar­rhée chro­nique ou d’un trouble diges­tif, un bon pro­bio­tique multi-​souches avec des plantes qui apaisent l’in­tes­tin est un bon choix. Dans ce cas, il est pré­fé­rable que votre chien prenne des pro­bio­tiques à long terme ou jus­qu’à ce que la diar­rhée dis­pa­raisse complètement.

Références

Minamoto Y et al. Prevalence of Clostridium per­frin­gens, Clostridium per­frin­gens ente­ro­toxin and dys­bio­sis in fecal samples of dogs with diar­rhea. Vet Microbiol. 2014 Dec 5;174(3 – 4):463 – 473.

Baillon MLA et al. Effects of pro­bio­tic Lactobacillus aci­do­phi­lus strain DSM13241 in heal­thy adult dogs. Am J Vet Res. 2004 Mar;65(3):338 – 43.

Kirchoff NS et al. The gut micro­biome cor­re­lates with conspe­ci­fic aggres­sion in a small popu­la­tion of rescued dogs (Canis fami­lia­ris)PeerJ. 2019;7:e6103.

Russell KL, MS et al. Clinical bene­fits of pro­bio­tic canine-​derived bifi­do­bac­te­rium ani­ma­lis strain AHC7 in dogs with acute idio­pa­thic diar­rhea. 2019 Mar 8.

Lewellen H, DVM et al. Boosting tran­qui­lity through nutri­tion. 2016 Apr 26.

Strompfová V et al. Selection of ente­ro­cocci for poten­tial canine pro­bio­tic addi­tives. Vet Microbiol. 2004 May 20;100(1 – 2):107 – 14.

Bakal G et al. Naturally spea­king – pro­bio­tics going to the dogs. 2017 Apr 6.

D’Angelo S et al. Effect of Saccharomyces bou­lar­dii in dog with chro­nic ente­ro­pa­thies : double-​blinded, placebo-​controlled study. Vet Rec. 2018 Mar 3;182(9):258.

Konuray G et al. Potential use of Bacillus coa­gu­lans in the food indus­try. Foods. 2018 Jun ; 7(6): 92.

Felix AP et al. Digestibility and fecal cha­rac­te­ris­tics of dogs fed with Bacillus sub­ti­lis in diet. Cienc. Rural. 2010 Oct;40(10).

Suez J et al. Post-​antibiotic gut muco­sal micro­biome recons­ti­tu­tion is impai­red by pro­bio­tics and impro­ved by auto­lo­gous FMT. Cell. 2018 Sep 6;174(6):1406 – 1423.e16.

Kelley RL et al. Safety and tole­rance of die­tary sup­ple­men­ta­tion with a canine-​derived pro­bio­tic (Bifidobacterium ani­ma­lis strain AHC7) fed to gro­wing dogs. Vet Ther. Fall 2010;11(3):E1-14.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.