Choisir-son-chien-en-fonction-de-sa-personnalite

Choisir son chien, de race, croisé, bâtard ? Critères de choix

Choisir son chien est une déci­sion très impor­tante car elle vous engage pour 12 à 15 ans en géné­ral. C’est un enga­ge­ment de temps, affec­tif et pécu­niaire pour vous. Pour votre futur chien c’est “sa” vie entière et une expé­rience unique qu’il ne vivra qu’une fois.

Choisir son chien et le contrat que vous passez avec lui

C’est un “contrat” entre 2 par­ties : vous d’une part, votre futur chien d’autre part. Il faut donc se pen­cher sur ce que chaque par­tie apporte à l’autre et défi­nir les res­pon­sa­bi­li­tés de cha­cun pour une asso­cia­tion à long terme réussie. 

Etes vous prêt(e) pour avoir un chien ? Le savoir en 15 questions

C’est une liste de 15 ques­tions que vous devez vous poser, juste pour que vous ayez en tête les pro­blèmes poten­tiels. Cela devrait aussi évi­ter l’a­chat d’un chien sur une impul­sion ou sur les sol­li­ci­ta­tions de vos enfants, qui ne gran­dissent pas au même rythme que le chien et per­dront, en gran­dis­sant, l’in­té­rêt qu’il lui porte.
Interprétez vos réponses comme vous l’en­ten­dez. Mais cer­taines de vos réponses devraient vous conduire à dire non à la pré­sence d’un chien dans votre foyer. Et pour­quoi enga­ger une “asso­cia­tion” de plu­sieurs années qui sera une nui­sance pour vous et ren­dra votre chien malheureux ?

Chien-Mastiff-a-choisir-que-si-beaucoup-espace
Le chien le plus grand du monde ?
  1. Prévoyez vous d’a­voir un bébé au cours de la vie de votre chien ?
  2. Si vous avez des enfants, quel âge ont-ils ?
  3. Qui sera le prin­ci­pal “res­pon­sable” de votre chien ?
  4. Est-​ce que tous les membres de votre famille veulent un chien ?
  5. Un membre de votre famille est-​il aller­gique aux animaux ?
  6. Si vous êtes loca­taire, ou en co-​propriété, vous faut-​il une auto­ri­sa­tion pour avoir un animal ? 
  7. Avez-​vous un appar­te­ment avec ou sans bal­con, une cour ou un jar­din clô­turé ? Sous-​entendu, quel taille de chien est “accep­table” ? Noter que le plus petit chien pèse envi­ron 500 g et le plus gros 90 kg.
  8. Pouvez-​vous tolé­rer cer­tains dom­mages à vos meubles et à vos vête­ments jus­qu’à ce que votre chien soit dressé ?
  9. Quelles dis­po­si­tions prendrez-​vous pour votre chien pen­dant la jour­née lorsque vous ne pou­vez pas être là ? Un chien peut faci­le­ment (et nor­ma­le­ment) res­ter seul 2 heures. Huit heures devient un enfer pour le chien.
  10. Êtes-​vous prêt à pro­me­ner votre chien chaque jour, quel que soit le temps ? Combien de temps ? Le mini­mum est 12 heure. L’idéal est 1 à 2 heures – et à heures fixes si pos­sible. Etes-​vous prêt à par­tir plu­sieurs jours à une semaine pour être avec votre nou­veau chien ou chiot lorsque vous le rame­nez à la mai­son pour la pre­mière fois ?
  11. Avez-​vous beau­coup de flexi­bi­lité sur votre emploi du temps ?
  12. Quelle phrase décrit le mieux cette période de votre vie ?
  13. Êtes-​vous prêt à dépen­ser ce qu’il faut pour pos­sé­der un chien ? Avez-​vous une idée de ce que cela vous coûte par an, nour­ri­ture, vété­ri­naire, gar­dien­nage, voyage avec chien : 500 – 800 € ? 800 – 1 200 € ? 1 200 – 1 800 € ?.
  14. Avez-​vous eu un chien durant votre vie d’adulte ? 
  15. Êtes-​vous prêt à uti­li­ser un pro­fes­sion­nel ou à emme­ner votre chien à des cours de dressage ? 

Quel chien vous aimeriez avoir ? Choix du type de chien

Vous devez ici vous concen­trer sur le chien lui-​même – sous entendu, votre ques­tion­ne­ment du para­graphe pré­cé­dent sur l’op­por­tu­nité d’a­voir un chien a été “validé” posi­tif : vous dési­rez avoir un chien !

  1. Quelle phrase décrit le mieux ce que vous recher­chez chez un chien ? Un ami câlin, qui n’a pas besoin de faire beau­coup d’exer­cice ou au contraire spor­tif et plein d’éner­gie, qui aime la famille, un com­pa­gnon fidèle ?
  2. Indépendamment de la gran­deur de votre appar­te­ment ou mai­son ou jar­din, quelle taille de chien pré­fé­rez vous : petits chien, moyens, grand, extra-grand ?
  3. Qu’est-​ce qui se rap­proche le plus de votre façon idéale de pas­ser une heure avec votre chien ? Lancer un fris­bee ou une balle à la plage, ren­con­trer dans un parc d’autres per­sonnes avec leur chien, se pro­me­ner ensemble, se blot­tir sur le canapé ?
  4. A quel point aimeriez-​vous que votre chien soit intelligent ?
  5. Combien de temps faites-​vous de l’exer­cice ? Les per­sonnes qui aiment se dépla­cer et mar­cher rapi­de­ment se débrouillent mieux avec des chiens très éner­giques qui peuvent les suivre. 
  6. Recherchez vous un com­pa­gnon de jog­ging ? Le jog­ging est très dif­fi­cile pour les chiens à face plate, comme les car­lins et les bou­le­dogues, qui sont sujets à des pro­blèmes respiratoires. 
  7. Comment réagissez-​vous lors­qu’un ami com­mence à vous racon­ter une his­toire que vous avez déjà enten­due ? Etes-​vous agacé, l’in­ter­rom­pez vous ou sou­riez jus­qu’à la fin ?
  8. Comment réagissez-​vous lors­qu’un autre conduc­teur vous coupe la route ? Verbalement ? Ou ralen­tis­sez pour lui lais­ser un peu d’espace ?
  9. Quel genre de mai­son avez-​vous : les petits enfants ont besoin d’être sur­veillés si vous avez un chien, même ceux qui sont consi­dé­rés comme des amis des enfants.
  10. Quel type d’am­biance règne dans votre mai­son : calme ou au contraire sur­vol­tée par les enfants qui s’amusent ?
  11. Prévoyez-​vous d’ac­cueillir un nou­veau bébé chez vous dans les pro­chaines années ?
  12. Quel âge ont les enfants de votre foyer ? Moins de 7 ans, plus de 10 ans ?
  13. Si vous êtes aller­gique aux chiens ou si un membre de votre famille l’est, sachez que ce qui rend les gens aller­giques aux chiens, ce n’est pas la four­rure, mais les squames ou les cel­lules de la peau. 
  14. Une bonne dose d’exer­cice men­tal et phy­sique est essen­tielle pour un chien heu­reux. Quelles dis­po­si­tions prévoyez-​vous de prendre pour votre chien au cours d’une jour­née de semaine nor­male ? Les chiens aiment la com­pa­gnie – et ont besoin d’une pause “toi­lette” en milieu de jour­née. Comment envi­sa­gez vous la solu­tion à ce problème ? 
  15. Comment évaluez-​vous votre santé ? Les chiens nés avec une exu­bé­rance natu­relle peuvent être une excel­lente option pour les per­sonnes qui appré­cient un chien en forme. Mais pour ceux qui sont fati­gués, tout cet enthou­siasme peut deve­nir une corvée .
  16. Quand il s’a­git d’empailler votre chien, vous : ne pen­sez pas à lui faire prendre une coupe de che­veux ou un bain si nécessaire.
  17. Tous les chiens, y com­pris ceux qui ont les poils courts, perdent leurs poils. En avez vous conscience ou peu de poils ne vous dérange pas.
  18. Quelle est la durée d’en­traî­ne­ment que vous envi­sa­gez pour votre chien ? Et quelle genre d’en­traî­ne­ment : direc­tif ou patient et répétitif ?
  19. Quelle est votre meilleure idée pour décrire votre futur style d’é­du­ca­tion des chiens ? Laxiste ? Etes-​vous prêt à fixer des limites si néces­saire, mais aussi pas­ser du temps à jouer avec mon chien. 42 % des chiens dorment dans le même lit que les humains, selon cer­taines recherches, ce qui est for­te­ment contre-indiqué. 
  20. A quel point la bave vous dérange ? 

Faire le point sur les conséquences des réponses que vous avez faites

Vos réponses ci-​dessus devraient vous éclairer : 

  • avez vous vrai­ment besoin d’un chien ?
  • quel maitre feriez vous ?
  • avec quel chien vous aime­riez vivre les 10 à 15 années à venir ?

Il y a encore quelques points à bien préciser 

  • Le des­crip­tif du chien que vous vou­driez avoir (ci-​dessus) est celui du chien adulte, pas d’un chiot qui a peu de simi­li­tude de com­por­te­ment avec ses parents père ou mère. Un chiot demande plus de patience et de temps pen­dant les 6 à 10 pre­miers mois où le chiot sera cette petite boule de poils qui vous a fait cra­qué.
    C’est pour cela que vous devez vous rete­nir d’a­che­ter un chiot sur une impul­sion (les chiots sont si beaux et inno­cents), même si vos enfants vous en vou­dront “à vie” de ne pas avoir succombé !
  • Il y a au moins 2 types de chiens parmi les­quels choi­sir : le chien de race (sous entendu “pure”) et le chien “non de race pure”. Et cela fait une énorme différence :
    • Le chien est dit “de race” ou “de race pure” uni­que­ment s’il est enre­gis­tré au LOF à la “Société Centrale Canine” (SCC)” et qu’il pos­sède un pedi­gree dont seule la SCC est habi­li­tée à four­nir. Tous les autres “qua­li­fi­ca­tifs” que le ven­deur de chien vous pré­sente sont faux et pas­sibles de pour­suites : dans ce cas, le chien qu’il veut vous vendre est un “simple bâtard” à un prix plus élevé. Pour tout savoir sur ce sujet voir notre article en cli­quant sur Chien de race – Comment faire enre­gis­trer son chien au LOF.
    • Le chien est dit croisé (ou bâtard) s’il n’a pas de pedi­gree. Notez que sou­vent “croisé” veut dire que le père et la mère sont connus et de race mais ne sont pas de même race (donc ne peuvent pas être “de race pure”) ou que l’un des 2 parents n’est pas de race (l’un est un bâtard). Notre ter­mi­no­lo­gie est plu­tôt que “bâtard” signi­fie que père et/​ou mère sont tota­le­ment incon­nus. Quelquefois le terme “mixte” – uti­lisé le plus sou­vent en anglais – est uti­lisé pour “croisé”(1).

Choisir son chien entre un chien de race et un chien croisé ou bâtard 

Ce choix a aussi des consé­quences très impor­tantes que vous devez prendre en compte :

  • un chien de race – s’il est vrai­ment de race – est beau­coup plus cher à l’a­chat. Souvent plus de 1000 €, fonc­tion de la race
  • un chien de race aura une santé beau­coup plus fra­gile qu’un chien croisé ou bâtard. D’où les frais vété­ri­naires à pré­voir seront les plus éle­vés des tableaux que vous pou­vez consul­ter. Les mala­dies congé­ni­tales (défor­ma­tions, etc.) ou à long terme ou chro­niques sont beau­coup plus fré­quentes. Les “ennuis” col­la­té­raux (faire gar­der le chien à répé­ti­tion, par exemple) arrivent aussi en même temps
  • un chien de race vit moins long­temps, de l’ordre de 1 à 3 ans en moyenne, c’est beau­coup sur un laps de temps d’une dizaine d’années
  • il est vrai que le com­por­te­ment d’un chien de race est, en géné­ral, plus facile à pré­voir, sur la base des com­por­te­ments connus de la race et des parents.

Choisir son chien de race : les précautions à prendre

Inutile d’in­sis­ter sur la pru­dence à avoir lors de l’a­chat d’un chien de race. L’attribution à un chien d’ap­par­te­nir à une race pré­cise est com­plexe, peut prendre des années avant confir­ma­tion et néces­site une filia­tion irré­pro­chable.
Ce qui peut faci­le­ment entrai­ner des escro­que­ries dont vous et votre chien paie­ront les conséquences. 

Vérifications minimales avant de valider votre choix

  • Un chien vrai­ment “de race” doit d’a­bord être ins­crit au LOF (fran­çais), même s’il est né à l’é­tran­ger. Seuls les docu­ments fran­çais de la SCC comptent.
  • Un chiot ne peut être confirmé “de race” qu’a­près l’âge de 10 à 15 mois, sui­vant sa race. Pas à 6 mois par exemple.
  • Il existe seule­ment 4 condi­tions pour qu’un chien puisse être enre­gis­tré au LOF. Lisez notre article sur le sujet en cli­quant sur “Comment faire enre­gis­trer son chien (de race) au LOF”. Un vrai chien de race que vous ache­tez doit répondre à au moins un de ces 4 cri­tères.
  • Un chien de race doit avoir un pedi­gree. Seule la SCC est habi­lité à le déli­vré. Si ce n’est pas le cas, il faut des expli­ca­tions pré­cises, le chien pou­vant être sur une liste d’at­tente ou autre. Voir les 4 condi­tions rap­pe­lez juste en des­sus.
  • Les docu­ments doivent pro­ve­nir d’un éle­veur pro­fes­sion­nel connu, pas d’un amateur-​éleveur, sauf si celui-​ci est par­fai­te­ment “en ordre” avec la SCC.
  • Vous devriez exi­ger le “pedi­gree 5 géné­ra­tions” (au lieu de 3 comme avant 2016), qui défini la filia­tion plus “fine­ment”. C’est l’oc­ca­sion de deman­der des expli­ca­tions des risques géné­tiques pos­sibles du fait de cette généalogie
  • Des tests ADN sont aussi recom­man­dés (si pas pedi­gree 5 géné­ra­tions), avec aussi expli­ca­tions à la clé des risques géné­tiques. Pour faire faire vous même des tests géné­tiques voir ci-​dessous “Test géné­tique des chiens croi­sés ou bâtards” – qui s’ap­pliquent aussi aux chiens de race. Ou voir aussi sur le site de la SCC.

Liste des races de chiens connus pour leurs maladies héréditaires – liste non exhaustive 

Enfin et sur­tout soyez aver­tis des races de chiens qui pré­sentent des risques impor­tants de déve­lop­per des mala­dies géné­tiques ou mor­pho­lo­giques. Il est plus pru­dent de les écar­ter de votre choix, sauf si vous vous sen­tez apte à gérer les séquelles et l’in­ves­tis­se­ment en frais médi­caux qui vont avec.
Ne pas oublier que très sou­vent, les han­di­capes de ce genre n’ap­pa­raissent pas avant 2 ou 3 ans. Les chiens concer­nés ont un durée de vie dimi­nuée – quel­que­fois d’une façon importante.

Les termes uti­li­sés pour décrire ces mala­dies peuvent être “Prédisposition raciale”, mala­dies “Congénital”, “géné­tiques” ou “héré­di­taires”.

  • Maladies osseuses (Le plus sou­vent dys­pla­sie de la hanche): Setters anglais et set­ters irlan­dais, le Rottweiler, le Doberman, le Berger alle­mand, le Boxer, le Golden retrie­ver, le Dalmatien ou le Labrador.
  • Maladies des yeux
    Atrophie pro­gres­sive de la rétine, conduit à la cécité : les Setter anglais et set­ter irlan­dais, le Rottweiler, le Doberman, le Berger alle­mand, le Boxer, le Golden retrie­ver, le Dalmatien ou le Labrador.
    Cataracte : le Stafforshire, le Bull Terrier, le Caniche, le Schnauzer nain
  • Maladies des oreilles (sur­dité congé­ni­tale) : Setter irlan­dais et set­ter anglais, le Dalmatien et le Labrador.
  • Maladies des intes­tins (fra­gi­lité intes­ti­nale, diar­rhées) : Boxer et le Berger allemand 
  • Maladies res­pi­ra­toires et car­diaques : chiens à face plate de type Carlin y sont plus sujets.
  • Maladies du sang mala­die de Willebrand empêche la coa­gu­la­tion : les Setter irlan­dais et anglais, le Dalmatien, le Rottweiler, le Doberman, le Berger alle­mand, le Golden retrie­ver, le Labrador. hémo­phi­lie A se trans­met par les femelles : Setter anglais et irlan­dais, le Berger alle­mand, et le Husky sibé­rien.
  • Maladies céré­brales (épi­lep­sie le plus sou­vent) est aussi un mal héré­di­taire qui cause des crises de convul­sions : Beagle, le Caniche ou le Teckel.

Choisir son chien de race “brachycéphale” : cas particulièrement alarmant à éviter

C’est ainsi que nous appe­lons les chiens à face plate.
Ils sont une catas­trophe mor­pho­lo­gique et sani­taire et pour­tant, dans les pays anglo-​saxons en par­ti­cu­lier, ils sont en tête des ventes de chiots.
Ce sont les French Bulldogs, Bulldogs, Boxers, Cavalier King Charles Spaniels, Shih Tzus, Boston Terriers, Mastiffs, and Pugs, Affenpinscher, Brussels Griffon, Dogue de Bordeaux, Japanese Chin, Lhasa Apso, Brasileiro, and Pekingese.
Pour en savoir plus cli­quez sur “30 mil­lions d’a­mis”.
En 2017 et rien qu’en France , le nombre de ces chiens iden­ti­fiés est le suivant :

Chien-brachycephale-bouledogue-francais-nez-aplati
Bouledogue fran­çais
RaceNombre de chiens
Bouledogue Français166 253
Shih-​Tzu 105 093
Boxer 73 929
Carlin 29 150
Bulldog 23 254
Terrier de Boston 5 826

Incapacité à respirer normalement des brachycéphales

Le syn­drome d’obs­truc­tion des voies res­pi­ra­toires bra­chy­cé­phales (SOVRB) est une consé­quence du rac­cour­cis­se­ment du nez et du crâne de ces chiens et comprend

  • un palais mou allongé et épaissi 
  • des narines sté­no­sées et 
  • des sac­cules laryn­gées éversées/​effondrement laryngé.
  • Des études par tomo­den­si­to­mé­trie (CT) ont confirmé que des cor­nets nasaux cau­dal aber­rants peuvent être un fac­teur contri­buant au SOVRB.

Reconnaître les signes cliniques et la prévalence de SOVRB chez les brachycéphales

  • Les signes cli­niques de SOVRB peuvent inclure la dys­pnée (dif­fi­culté à res­pi­rer), le ster­tor (res­pi­ra­tion bruyante), l’in­to­lé­rance à l’exer­cice, les régurgitations/​vomissements et la surchauffe.
  • Les chiens bra­chy­cé­phales ont une capa­cité de ther­mo­ré­gu­la­tion réduite par rap­port aux chiens non brachycéphales.
  • Les chiens bra­chy­cé­phales ont des niveaux de satu­ra­tion en oxy­gène du sang infé­rieurs à ceux des chiens non brachycéphales.
  • Des signes cli­niques dus à des troubles des voies res­pi­ra­toires supé­rieures ont été consta­tés chez 22 % des chiens pré­sen­tant une confor­ma­tion bra­chy­cé­phale extrême.
  • Des mesures objec­tives uti­li­sant de nou­velles méthodes, notam­ment des sys­tèmes de nota­tion fonc­tion­nelle et la plé­thys­mo­gra­phie, ont per­mis de déter­mi­ner que 50 % des car­lins et des bou­le­dogues fran­çais et 45 % des bou­le­dogues pré­sentent des signes cli­niques signi­fi­ca­tifs de SOVRB.

Facteurs de risque associés à la SOVRB des brachycéphales

  • Les chiens obèses sont deux fois plus sus­cep­tibles de pré­sen­ter des signes de SOVRB. que les chiens ayant une condi­tion phy­sique normale.
  • Les troubles des voies res­pi­ra­toires supé­rieures ont été la cause de la mort de 17 % des chiens ayant une confor­ma­tion bra­chy­cé­phale extrême (car­lins, bou­le­dogues et bou­le­dogues fran­çais), contre 0 % pour toutes les autres races de chiens.
  • La durée de vie des chiens de confor­ma­tion bra­chy­cé­phale extrême est plus jeune (8,6 ans) que celle de toutes les autres races de chiens (12,7 ans).

Pourquoi ne pas choisir son chien croisé ou bâtard ?

C’est une autre option, moins oné­reuse, plus sûre et tout aussi gra­ti­fiante. Ces chiens n’ont pas tous for­cé­ment un phy­sique de concours. Mais sou­hai­tez vous faire des concours canins, du sport ou encore de la chasse ? Et même si c’est le cas, vous pou­vez trou­ver des chiens croi­sés qui béné­fi­cie­ront des qua­li­tés addi­tion­nées de cha­cune des races de leurs parents.
C’est pour cela, pro­ba­ble­ment que le monde des chiens croi­sés s’or­ga­nise aussi en clubs spé­cia­li­sés très dyna­miques. Parfois aussi, un mélange inat­tendu de races apporte d’ex­cel­lentes sur­prises. Voir article

De plus, les chiens bâtards com­pensent par leur vita­lité et leur malice. Ce sera en tout cas, aussi un com­pa­gnon de tous les jours sym­pa­thique et atta­chant, dont vous oublie­rez vite l’o­ri­gine modeste.

Un autre aspect de l’op­tion “chien bâtard” et que vous pou­vez faci­le­ment trou­ver un chien adulte à adop­ter – ce qui n’est pas vrai pour les chiens de race, sou­vent ven­dus encore chiot. Vous pour­rez ainsi choi­sir un chien tel qu’il se pré­sente aujourd’­hui et pour les 10 ans qui viennent, tout en évi­tant la phase dif­fi­cile du chiot : cou­leur, taille, carac­tère, etc. Voir la Société Protectrice de Animaux – SPA et/​ou les asso­cia­tions similaires.

Test génétique des chiens croisés ou bâtards 

Il existe main­te­nant cou­ram­ment des tests géné­tiques pour connaitre la répar­ti­tion entre les gènes des chiens “croi­sés”. La pré­ci­sion est de quelques pour­cents et vous per­met de savoir si votre chien est x% de telle race, y% de telle autre.
Ces labo­ra­toires s’ap­puient, comme réfé­rences, sur les races connues défi­nies par l’Américan Kennel Club (AKC – équi­valent de notre SCC), races qui sont aussi celles recon­nues par la SCC fran­çaise.
Le coût de ces tests est de l’ordre de 100 €.
Nous vous indi­quons les liens où trou­ver plus d’in­for­ma­tions sur 3 de ces tests. Ils sont très simples à faire, de chez vous : à l’aide d’un kit qui vous est envoyé, vous frot­tez dans la bouche de votre chien avec un tam­pon, et vous ren­voyez le tout au laboratoire.

Test “Wisdom Panel” 

Cliquez sur Winsdom Panel

Il peut iden­ti­fier plus de 350 races, types et varié­tés, iden­ti­fier le mélange de races jus­qu’à 1 pour cent et retra­cer l’as­cen­dance de votre chien jus­qu’à ses arrière-​grands-​parents. De plus, il exa­mine les carac­té­ris­tiques de votre chien comme le poids idéal. Se décline en plu­sieurs niveaux de recherche.

Test ADN “Embark”

Cliquez sur “Embark ADN test

C’est l’un des kits ADN pour chiens dis­po­nibles les mieux notés. 

Le test d’Embark vous per­met d’en apprendre davan­tage sur la race, l’as­cen­dance, les parents et la santé d’un chien. Ce labo­ra­toire indique offrir une « pla­te­forme de géno­ty­page ADN de qua­lité recherche ». Ils exa­minent plus de 350 races recon­nues par l’American Kennel Club et plus de 175 condi­tions de santé. Il est sup­posé ana­ly­ser 110 fois plus de mar­queurs géné­tiques que d’autres. Il pré­tend être pré­cis à près de 99%.

La meilleure par­tie est qu’il exa­mine tou­jours plus de 25 mala­dies géné­tiques et com­pli­ca­tions médi­cales, telles que MDR1 – ce qui est une infor­ma­tion impor­tant à connaître avant que votre chiot ne prenne des médi­ca­ments ou ne subisse une intr­ven­tion médi­cale comme la stérilisation. 

Si vous sou­hai­tez aban­don­ner le test MDR1 et éco­no­mi­ser un peu, essayez le test ADN canin Wisdom Panel 3.0 moins cher. C’est un test ADN de chien très similaire.

Test “DNA My Dog”

Cliquez sur DNA My Dog

Vous vou­lez tes­ter l’ADN de votre chien sans dépen­ser beau­coup ? Considérez alors le test d’i­den­ti­fi­ca­tion de la race “ADN My Dog”. Il est l’un des moins chers disponibles.

Comme pour les autres kits de test ADN, vous tam­pon­nez votre chien, envoyez l’é­chan­tillon par la poste, puis vous obtien­drez des infor­ma­tions sur la com­po­si­tion de la race de votre chien, y com­pris les races domi­nantes, les traits de per­son­na­lité et tout pro­blème de santé, y com­pris la pré­dis­po­si­tion aux mala­dies. La meilleure par­tie est que les résul­tats sont dis­po­nibles très rapi­de­ment – envi­ron une semaine – alors que de nom­breux autres kits prennent sou­vent de quatre à six semaines.

Chiens de races : listes à consulter pour terminer votre choix

Les liens sui­vants per­mettent de sélec­tion­ner une race de chien ou faire une recherche par taille ou par groupe de races. Vous obte­nez une des­crip­tif géné­ral du chien et aussi sa “fiche du stan­dard LOF” com­plet que vous pour­rez imprimer.

Recherche par nom de race (377 choix)

Cliquez sur “Recherche par race”. Cette liste per­met d’ob­te­nir des infor­ma­tions géné­rales aussi sur les clubs spé­cia­li­sés dans la race – 377 choix

Races classées par ordre alphabétique 

Cliquez sur “Recherche par ordre alpha­bé­tique

Recherche par taille (150 choix)

Cliquez sur “Recherche par taille” – 164 choix

Recherche par groupe

Cliquez sur “Recherche par groupe” – 55 choix parmi les 10 groupes de chiens

Sources
Wikipedia : Chiens hybrides ou “chiens-​Loup”
Maladies congé­ni­tales et héré­di­taires du chien
HSVMA – Chiens bra­chy­cé­phales
Wikipedia : Chiens croisé ou bâtard
SCC – Société Centrale Canine
LOF – Livre des ori­gines fran­çais
Trouver les clubs de race (s) affi­liés à la Société Centrale Canine. Ils gèrent une ou plu­sieurs races et ont comme mis­sion prin­ci­pale d’en assu­rer la sélec­tion et la pro­mo­tion clubs de race 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

suscipit id Aliquam Phasellus neque. commodo